AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ElvireChasseresse


    W. Alexis Nyqvist
    Un meurtre est si vite arrivé

    W. Alexis Nyqvist

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Kidaria-Scheddar Kiliala ; Kieran Blyde
    Parent divin : Arès
    Points de puissance : 3151
    Messages : 985

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux dagues
    Défaut fatal: Colère

    CAL. iloveyouwhatno Empty CAL. iloveyouwhatno

    le Jeu 28 Mar 2019 - 11:26
    Alexis était majestueuse, comme à son habitude. Elle était la cheffe d’orchestre d’une danse morbide où seule elle finirait vainqueur. Il n’y avait aucun doute là-dessus. Du haut de ses dix-sept ans, Alexis était la fille d’Arès la plus douée de la colonie. Peut-être la plus douée tout court. L’arène était un énorme terrain de jeu pour elle. Armée d’une lance en or impérial, récupérée lors de son court voyage au Camp Jupiter, elle tournoyait habilement entre ses adversaires. Plus le combat s’éternisait, plus Alexis était forte, brillante, somptueuse. Elle éliminait ses adversaires un par un, comme s’ils n’étaient que de vulgaires obstacles sur son chemin. Un coup de lance par-là. Une explosion par ici. Quand elle s’entraînait aussi sérieusement, les spectateurs devaient s’abriter assez en retrait. Alexis maîtrisait son pouvoir à la perfection. Tout était contrôlé, ajusté, mesuré comme sur du papier à musique. Elle n’était un danger pour personne mais Chiron préférait ne pas prendre de risque. Les explosions, même contrôlées, restaient dangereuses.

    Alexis se souvenait encore de la première fois où elle avait appris qu’elle était différente des autres. Sa mère, ayant eu du mal à joindre les deux bouts après l’adoption d’une petite et son déménagement aux États-Unis, l’avait inscrite dans une école publique. Ce fut dans une petite ville d’Alaska que la jeune fille passa la majeure partie de sa vie. Parfois impulsive et colérique, elle avait toujours été la chouchoute du village. Il n’y a qu’une fois, pendant l’une de ces journées où le ciel restait sombre tout le temps, qu’Alexis s’était peut-être un peu trop énervée. Elle avait fait un sacré carnage dans la cour de récréation et avait failli être renvoyée. Néanmoins, la directrice à cette époque laissa une seconde chance à Alexis – peut-être était-ce parce qu’elle entretenait une liaison avec sa mère, qui sait. Loin de se laisser abattre, Alexis comprit que cette force inconnue venait de ses émotions. Alors elle tenta d’être toujours les contrôler.

    Des années plus tard, quand elle fit ses premiers pas à la Colonie des sang-mêlés, elle fut reconnue comme fille d’Arès. Depuis, la jeune fille devenue adolescente ne cessa de s’entraîner sans relâche. Elle écoutait toujours son cœur, ses émotions, et son instinct. C’est comme ça qu’elle put contrôler ce pouvoir à l’apparence si dangereux. Elle pouvait le sentir couler dans ses veines, faire battre son cœur. Bien évidemment, il eût des accidents. Jamais mortels. Mais Alexis ne baissait pas les bras. Elle s’éleva à la sueur de son front dans cette arène qui devint son lieu préféré. Enfin, son deuxième lieu préféré. Son premier était évidement la forge des Héphaïstos. Sans raison particulière, évidement. Ce n’était pas parce que Cal était là-bas qu’elle y allait tout le temps. C’est juste qu’elle avait souvent besoin… d’ajustement. De trucs. Et puis, au moins, personne ne remarquait qu’elle était plus rouge que nécessaire quand il riait de ses blagues.

    Alexis termina son combat comme une reine, ayant réussi à vaincre ses adversaires. Fière comme jamais, elle reçut avec délectation les applaudissements qui l’acclamèrent. Puis elle se dirigea vers son banc où elle but à grande gorgée de l’eau fraîche. Elle échangea des banalités avec d’autres combattants, partageant quelques techniques, des tapes dans le dos et des sourires affectueux. Elle fut heureuse quand Elliot vint à sa rencontre pour la féliciter. C’était un grand-frère pour elle. Toujours présent à ses combats. Toujours là pour elle. Quand il prononça son nom, elle sauta dans ses bras, enroulant ses jambes autour de ses hanches pour le serrer contre elle. Pendant un certain temps, tout le monde les avait pensés en couple. Mais depuis qu’Elliot avait craqué sur un romain, les rumeurs s’étaient tues.

    Les deux amis passèrent dix minutes à échanger, riant aux éclats. Il n’y avait que deux personnes au monde capable de faire oublier tout ce qui l’entourait à Alexis. La première personne était évidement Elliot avec qui tout était si simple. La deuxième personne était évidement Cal qui venait justement de s’approcher du duo. Elliot, souriant chaleureusement au nouveau venu, préféra s’en aller – non sans un clin d’œil à Alexis qui voulait dire « N’oublie pas ta promesse ! ». Le rouge aux joues, Alexis se leva pour accueillir maladroitement Cal d’une tape sur l’épaule. Pourquoi devait-elle être si gênante ?

    « Heeeeey Cal. »

    Dit-elle avec un demi-sourire tout sauf naturel. Elle se racla la gorge et ramena son bras le long de son corps.

    « Alooooooooors, quoi de neuf ? »

    Elle brûlait d’envie de lui demander s’il avait vu le combat, s’il avait aimé comment elle avait battu tout le monde, mais elle se retint. Cal ne venait pas souvent voir ses combats. Et elle ne pourrait jamais le blâmer.


    CAL. iloveyouwhatno Zq6l

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 635
    Messages : 130

    CAL. iloveyouwhatno Empty Re: CAL. iloveyouwhatno

    le Mar 9 Avr 2019 - 19:30
    Tu essuies la sueur qui coule de ton front tout en contemplant ta dernière création : un drone pouvant contenir des charges explosives contenant des multitudes de morceaux de bronze céleste et d’or impérial, afin de pouvoir blesser des monstres à distance. Certains diront que c’est lâche ; toi, tu vois en cela un moyen de participer aux combats sans participer physiquement. Tu détestes combattre. Et puis, les gens se plaignaient moins quand tes pièges et tes créations servaient à la résistance contre Créon. Il semble que ton esprit créatif trouve toujours de nouvelles manières de piéger les gens, et par la même occasion, de leur jouer des tours. Tu tiens ça de ton père, de toute évidence.

    Car oui, de toute évidence, tu es un digne fils d’Héphaïstos. Tu as hérité de sa créativité et de son talent de forgeron ; tu passes une majeure partie de tes journées soit dans la forge, soit dans ta chambre, assis à ton bureau, à dessiner et à imaginer de nouvelles créations, toutes plus folles les unes que les autres. Avec les autres enfants d’Héphaïstos, vous organisez régulièrement des compétitions sur diverses créations ; tu es fier d’annoncer que tu gagnes régulièrement. Mais c’est peut-être car, contrairement à d’autres, le sang d’Aphrodite coulant en toi te pousse à rendre ta création esthétiquement plaisante, et plus de fonctionner à la perfection. Tu es perfectionniste ; tu ne peux pas proposer une création si elle n’est pas parfaite sur tous les plans.

    Tu prends ta création, empressé de la présenter à Alexis. En tant que digne fille d’Arès, elle est la meilleure combattante du Camp ; le champ de bataille lui appartient, et elle s’y promène telle une véritable déesse. Tu n’aimes pas forcément la violence, mais c’est dans ces moments-là qu’elle est la plus belle, la plus majestueuse et la plus impressionnante. Elle coupe des souffles -en même temps que des têtes. Toujours est-elle qu’elle est devenue celle à qui tu t’adresses pour tout ce qui concerne les combats, et notamment pour tes nouvelles armes. Car c’est bien beau de s’imaginer quelque chose, c’est une autre question de savoir si ça fonctionne en pratique.

    Une fois à l’air libre, tu réalises à quel point tu es trempé de sueur. Ton tee-shirt est trempé et moule chaque partie de ton torse. Une respiration sous ton aisselle. Tu hésites un instant. Bah, Alexis est probablement en train de transpirer dans l’Arène en ce moment-même, elle ne sentira probablement rien. Vos odeurs se mélangeront. Tranquille. Tu cours jusqu’à l’Arène. Avec un peu de chance, tu pourras la regarder combattre.

    Tu arrives enfin, et par chance, elle est en train de combattre. Tu confirmes ce que tu pensais d’elle à l’instant, c’est-à-dire qu’elle était majestueuse quand elle combattait. Elle se déplaçait entre ses adversaires, les frappait comme si ce n’était rien, et l’armure que tu lui avais confectionné – nom de Zeus, tu avais vraiment bien fait ton travail. Après un instant passé à l’observer de loin, tu réalises que tu avais oublié de reprendre ton souffle. Tu n’as vraiment aucun plaisir à combattre, ni même à regarder les gens combattre en général, mais Alexis est une exception à la règle. Elle ressemble plus à une danseuse qu’à une guerrière, pour être honnête. Evidemment, elle gagne, et rejoint Elliot, heureuse de le retrouver. Tu baisses à nouveau les yeux vers ta tenue. Le tee-shirt collant mettait certes en évidence tes abdominaux et tes biceps, te mettant ainsi en valeur, mais de l’autre côté, il collait à cause de la transpiration. Pas top. Tu réfléchis un instant, évaluant la situation. As-tu le temps pour une douche rapide ? Ou vaut-il mieux mettre en valeur la virilité primaire, en priant pour que les phéromones se mêlent à la transpiration ?

    Rapide course jusqu’aux bungalows. Dans le lavabo, tu te passes un coup d’eau fraiche sur le visage, dans le cou, aux aisselles. Pas le temps pour une vraie douche. Après réflexion, tu gardes ton tee-shirt collant. C’est vrai qu’il te met à ton avantage quand même. Bon, l’odeur n’est pas optimale, mais au moins tu as l’air plus frais. Tu retournes à l’Arène d’un pas rapide -tu ne cours pas non plus, on ne va pas réduire à néant ton rafraichissement.

    Te revoilà à nouveau à l’Arène, et tu approches d’un pas assuré (secrètement tu aimes bien comparer ta démarche à un lion, mais tu ne l’as jamais dit à personne) de tes deux amis, toujours en pleine discussion. Alors que tu approches, Elliot s’en va. Tu le salues d’un geste de la main et d’un hochement de tête. Alexis, elle, t’accueille d’une tape sur l’épaule.

    « Hey, salut Alex ! », tu réponds.

    Tu mets tes mains dans tes poches d’un air détaché. Est-ce que tu dois lui faire un compliment sur son combat ? Ça voudrait dire que tu l’as observée, et que tu as passé les dix minutes suivantes à rester sur le côté, à l’observer discuter avec Elliot. Ce qui n’est pas tout à fait le cas, mais ça elle ne peut pas le savoir.

    « Je venais te montrer une de mes nouvelles créations, je voulais savoir ce que tu en pensais… », tu dis, avant de réaliser quelque chose.

    Tes deux mains sont dans tes poches. Aux dernières nouvelles, tu n’as pas de troisième main. Tu n’as donc pas du tout le drone avec toi. Tu l’as complètement oublié à ton bungalow alors que tu étais allé faire un brin de toilettes. Impossible de lui montrer, donc. Alors, tu sors l’une de tes mains de ta poche et te frappe le front avec.

    « Mais quel con ! je l’ai oublié dans mon bungalow ! », tu t’exclames. Tu lèves la tête vers elle, avec un sourire désolé. Tu te grattes l’arrière du crâne, gêné. « Je suis désolé, je voulais te demander ton avis sur un drone. Vu que tu es… tu vois. Un peu la référente pour tout ça. »

    Un silence gêné durant lequel tu te frappes intérieurement d’avoir été si con.

    « Il y a aucune chance de te convaincre de m’accompagner à mon bungalow pour que je te le montre, à tout hasard ? »

    Si un de tes amis t’entendait, il dirait que tu essayes de la ramener dans ta chambre.


    CAL. iloveyouwhatno Qktn

    W. Alexis Nyqvist
    Un meurtre est si vite arrivé

    W. Alexis Nyqvist

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Kidaria-Scheddar Kiliala ; Kieran Blyde
    Parent divin : Arès
    Points de puissance : 3151
    Messages : 985

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux dagues
    Défaut fatal: Colère

    CAL. iloveyouwhatno Empty Re: CAL. iloveyouwhatno

    le Mar 9 Avr 2019 - 20:34
    Quand Cal la salua en retour, Alexis dû se retenir pour ne pas l’admirer sous toutes les coutures. Il avait cette aura, ce charisme, cette attitude… Tout était si attirant. À croire qu’il le faisait exprès ! Alors qu’il commençait à parler d’une nouvelle création, la fille d’Arès ne put retenir ses yeux qui glissèrent sur le torse du jeune homme. Il portait un t-shirt légèrement mouillé, laissant apercevoir ses muscles finement dessinés. À ce moment-là, Alexis réalisa qu’il n’y avait pas que son t-shirt qui était mouillé… Elle aussi était trempée de sueur !

    Alexis remonta très vite ses yeux vers ceux de Cal quand celui-ci se frappa le front. Elle hocha la tête d’un coup, comme pour acquiescer ce qu’il venait de dire avant de réaliser qu’il s’était lui-même insulté de con. Ok, mauvais point elle. Fort heureusement, il n’eût pas l’air d’avoir remarqué et se contenta de planter son regard de braise dans celui d’Alexis. Je suis désolé, je voulais te demander ton avis sur un drone. Vu que tu es… tu vois. Un peu la référente pour tout ça, expliqua-t-il avec une petite mine gênée. Est-ce qu’il était gêné parce qu’elle avait hoché la tête quand il avait dit qu’il était con ? Est-ce qu’il était gêné parce qu’Alexis puait la transpi ? Est-ce qu’il fallait qu’elle se change ???

    Le temps qu’Alexis remette ses idées en place, Cal enchaîna avec un Il y a aucune chance de te convaincre de m’accompagner à mon bungalow pour que je te le montre à tout hasard ? Alexis sentit qu’elle rougissait légèrement – mais elle mit ça sur le compte de l’effort physique – et détourna rapidement le regard, fronça les sourcils. Elle mit l’une de ses mains devant son visage, caressant une barbe invisible.

    « Hmmm, je sais pas, j’hésite quand même…… »

    Alexis s’exprimait avec une voix faussement pensive. Elle exagérait clairement son expression, espérant cacher le fait que son cœur battait à tout rompre. Est-ce que c’était possible de faire un arrêt cardiaque dans ces conditions ?

    « Je devrais peut-être d’abord passer à mon bungalow, histoire d’enlever cette odeur de putois que je dois avoir et de retirer ton armure, dit-elle plus sérieusement, ayant arrêté sa position de fausse pensive. Enfin, ton armure, s’empressa-t-elle d’ajouter. Ça quoi ! »

    Désigna-t-elle en montrant l’entièreté de sa personne. Il est vrai qu’elle enlèverait volontiers n’importe quelle armure entre elle et Cal mais ce n’était pas la bonne façon d’avouer son léger béguin. Léger ? Énorme. Elle planta néanmoins ses yeux dans ceux de Cal et se pencha en avant, un sourire narquois aux lèvres. Elle pointa son doigt en direction du visage de Cal.

    « Mais après ça, c’est avec plaisir. Comment résister à un aussi beau visage, après tout ? »

    Ses yeux rieurs trahissaient qu’elle était de nouveau entrée dans son rôle préféré. Celui où elle drague ouvertement Cal, en faisant passer ça pour une plaisanterie, tout en pensant 100 % de ce qu’elle disait. Habile, n’est-ce pas ?


    CAL. iloveyouwhatno Zq6l

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 635
    Messages : 130

    CAL. iloveyouwhatno Empty Re: CAL. iloveyouwhatno

    le Mar 9 Avr 2019 - 22:14
    Tu lèves un sourcil amusé quand  elle fait mine de réfléchir, un sourire en coin. Tu attends sa réponse en l’observant, patient. Elle aime bien à ce petit jeu : se faire désirer. Elle le fait constamment. Finalement, le résultat tombe : un tour à son bungalow d’abord. Tu ignores volontairement le commentaire sur ton armure -mais c’était une si belle perche tendue, tu regrettes presque de devoir la taquiner sur la première partie de sa phrase. Tu pourras peut-être y revenir plus tard, avec un peu de chance. Tu te penches vers elle et inspire profondément -effectivement, il y a une odeur de transpiration, mais est-elle vraiment pire que la tienne, finalement ? Tu prends un air faussement surpris.

    « Ah, c’est ton odeur de putois ça ? J’étais persuadé que c’était ton odeur naturelle pourtant… », tu réponds avec un sourire malicieux.

    MAIS QU’EST-CE QU’ON SE MARRE. LOL. Ton sens de l’humour et ta répartie sont vraiment à leur maximum aujourd’hui, c’est bien digne de ton charme. Mais dans tous les cas, tu constates que tu avais raison : on peut se le dire, vous puez tous les deux. Non, c’est pas que vous puez. Ce sont les phéromones. Les phé-ro-mones.

    Tu ricanes à sa réplique. Tu adores ce petit jeu qu’il y a entre vous. Il a commencé il y a bien longtemps -tu ne sais plus vraiment par qui d’ailleurs- et ne s’était jamais arrêté depuis. Pour être tout à fait honnête, les frontières entre simple jeu et véritable flirt étaient parfois bien fines ; mais peut-être est-ce seulement dans ta tête. En même temps, aviez-vous vu le corps d’Alexis ? Aviez-vous vu son sourire, ses yeux ? Tu as du mal à croire que toute la colonie ne flirte pas avec elle. Tu te penches vers elle, les mains toujours dans tes poches.

    « Justement. On ne résiste pas. On se contente de retirer son armure. », tu murmures à son oreille, d’une voix intentionnellement grave, presque vibrante. AH, tu savais que tu allais pouvoir le placer autre part.

    En te redressant, tu lui fais un clin d’œil. Elle n’est pas la seule à pouvoir jouer à ce petit jeu. Tu ne t’attardes pas sur sa réaction et fais immédiatement demi-tour pour sortir de l’arène et pour aller en direction des bungalows. Le bungalow des Arès provoque en toi un sentiment de fierté et de malaise. Tu as déjà eu l’occasion de t’y rendre auparavant, et partout trônent des armes et armures. D’un côté, tu es fier, car tu as forgé la majorité de ces armes, et les voir ainsi exhibées montrent qu’elles fonctionnent bien. De l’autre côté, tu as toujours été mal à l’aise avec la violence et la mort, ce qui est la principale raison pour laquelle tu préfères faire des armes telles que le drone. Tu restes à distance, et tu ne vois ni la mort, ni la violence de près. Ce n’est pas tant la violence que tu fuis ; c’est le sang. Au premier coup d’œil, on aurait pu penser que tu éviterais Alexis comme la peste également. Mais Alexis est probablement l’exception. Elle est rayonnante, pétillante. Peut-être que tu es victime de préjugés, mais tu as l’impression que les autres enfants d’Arès ne sont pas comme ça. Tu as l’impression qu’ils sont plus… sauvages. Dans le mauvais sens du terme. Alexis est sauvage dans le bon sens du terme.


    CAL. iloveyouwhatno Qktn

    W. Alexis Nyqvist
    Un meurtre est si vite arrivé

    W. Alexis Nyqvist

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Kidaria-Scheddar Kiliala ; Kieran Blyde
    Parent divin : Arès
    Points de puissance : 3151
    Messages : 985

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux dagues
    Défaut fatal: Colère

    CAL. iloveyouwhatno Empty Re: CAL. iloveyouwhatno

    le Mar 9 Avr 2019 - 22:33
    C’est au tour de Cal de se pencher en avant. Ce petit jeu pourrait durer des heures. Des heures pendant lesquelles Alexis souffre autant qu’elle s’en délecte. Cet instant en est la preuve vivante : elle est si proche de lui, elle peut admirer chaque détail de son visage, elle peut sentir son odeur – comment un être humain fait-il pour ne jamais puer ? – mais en même temps, elle pourrait aussi l’embrasser et son manque de courage en devient douloureux. Toujours avec sa flegme habituelle, Cal se penche encore davantage. Oh, il ne suffirait que d’un seul mouvement de la part d’Alexis pour goûter enfin à sa bouche. Mais comme à son habitude, elle se contente juste de jouer avec le feu sans s’approcher assez de la flamme pour réellement se brûler.

    Justement. On ne résiste pas. On se contente de retirer son armure. Un frisson parcourt intégralement Alexis. Sentir son souffle chaud dans son cou. Frémir à son presque toucher. Si Alexis n’était pas habituée à ce jeu, peut-être aurait-elle perdu ses moyens. En attendant, elle se contente d’afficher toujours son sourire narquois. Alors que son cœur dégouline, son visage reste le même qu’avant. Quand Cal se redresse, il lui adresse un clin d’œil – ce qui suffit à son cœur pour complètement s’évaporer dans un nuage d’amour, ridicule. La Alexis qui joue la comédie se contente de lever les yeux au ciel, comme si tout ceci était une plaisanterie et non pas la raison même des palpitations dans sa poitrine.

    Les deux amis s’élancent alors vers les bungalows, échangeant sur des banalités quelconques. Une fois devant le bungalow Arès, Alexis se penche vers Cal :

    « Allez, ouste, je te rejoins dans dix minutes. »

    Puis, sans un regard en arrière, elle pénètre dans sa demeure. Comme à son habitude, le bungalow des Arès pue la mort. La transpiration. Peut-être le sang. Des armes trainent partout. Des pensionnaires s’hurlent dessus. Certains se battent. Alexis lève les yeux au ciel. Elle n’a pas le temps de perdre son temps ici, elle a dit dix minutes à Cal alors qu’il lui en faudrait vingt pour être présentable après un tel entraînement. Alors, elle s’active. Elle retire son armure tout en cherchant des vêtements potables. Puis, elle fonce dans la salle de bain, vire tout le monde à grands coups de pieds et se lave au lavabo. Tout est chaotique. Elle fout un bordel monstre. Elle rince ses cheveux et remarque après coup qu’elle n’a pas de quoi les sécher. Le seul savon qu’il reste à disposition est un savon pour main qui pue la lavande – sérieusement, qui se lave avec ça ?

    Après onze minutes désastreuses, Alexis est devant le bungalow des Héphaïstos, avec un t-shirt un peu trop grand et un short en jean tout à fait banal. Ses cheveux sont toujours mouillés, plaqués en arrière. Elle pue la lavande mais c’est toujours mieux que la transpiration. Au moment où elle s’apprête à rentrer dans le bungalow, Cal ouvre la porte et ils se retrouvent à quelques centimètres l’un de l’autre. Elle hausse alors un sourcil :

    « Alors, tu me montres ton nouveau jouet ? »


    CAL. iloveyouwhatno Zq6l

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 635
    Messages : 130

    CAL. iloveyouwhatno Empty Re: CAL. iloveyouwhatno

    le Mar 9 Avr 2019 - 23:14
    « Wow, tu ne m’invites même pas à rentrer ?, tu dis alors qu’elle entre dans le bungalow d’un air faussement offensé. Choqué et déçu ! ». Tu ricanes, appuyé contre le mur du bungalow d’un air nonchalant.

    Mais à peine a-t-elle fermé la porte que tu te précipites vers ton bungalow. Evidemment, il faut que le bungalow des Héphaïstos soit à l’opposé de celui des Arès. EVIDEMMENT. Heureusement, tu es le roi de la fuite-euh, de la course. Le roi de l’athlétisme, évidemment. C’est évident. Haha. Toujours est-il que le petit rafraichissement de tout à l’heure n’était clairement pas complet. Tu meurs d’envie de prendre une vraie douche, d’autant qu’il fait vraiment très chaud pour une journée d’avril. D’un geste rapide -peut-être par expérience d’ailleurs- tous tes vêtements sont sur le sol. Un « putain, Cal ! » te rappelle que tu n’as pas une chambre individuelle, mais que tu partages ta chambre avec les autres bambins d’Héphaïstos. Heureusement, le bambin qui vient de protester faisait 1m95, a du poil sur la poitrine et une pomme d’Adam proéminente : ce n’est donc pas un enfant innocent qui vient de voir ton corps nu d’athlète. Tu ne veux pas être responsable de la perversion -ou du traumatisme- d’un gamin de 11 ans. Tu lâches un « pardon ! » rapide et te précipites dans la salle de bain où tu te laves en vitesse. De l’eau glacé, amen, c’est parfait, tu adores. Non, tu ne peux pas perdre ton temps sous la douche, peu importe à quel point tu adores ça. Tu te précipites dans ta chambre (à nouveau accompagné d’un nouveau « mais bordel, Cal ! ») pour enfiler un caleçon propre et un pantalon. Tu es sur le point d’enfiler ton tee-shirt quand tu t’arrêtes. Pourquoi mettre un tee-shirt quand tu peux exhiber tes abdominaux, vraiment ?

    Un petit son de cloche, signe que quelqu’un est en approche -un petit dispositif de ta création pour signaler l’arrivée des gens et vous donner un temps de réaction- résonne. Sur le chemin entre ton lit et la porte, tu ramasses les vêtements que tu avais abandonné sur le sol et les jette dans un coin pour les rendre invisibles à l’œil nu. Nu comme ton torse d’ailleurs, car c’est avec le tee-shirt à la main que tu ouvres la porte, pour te retrouver nez-à-nez avec Alexis. Tu ne t’attendais pas à ce qu’elle prenne l’initiative d’entrer (cela dit, fallait-il s’attendre à autre chose de la part d’Alexis ?) et que vous vous retrouviez à quelques très fins centimètres l’un de l’autre. Plutôt courageux de sa part de dire une phrase comme ça alors que vous êtes si proches. Tu lèves un sourcil et fais un sourire malicieux.

    « J’ai beaucoup de jouets que je pourrais te montrer, mais hélas j’ai comme le sentiment que tu parles pas d’eux. », tu réponds en ricanant.

    Tu te pousses pour la laisser passer, et l’invites à te rendre dans ta partie du bungalow. En chemin, tu constates que ton frère d’Héphaïstos (celui qui t’a vu à poil) n’est plus, probablement parti à la forge. Tu en profites également pour mettre ton tee-shirt, mine de rien.

    « Excuse la tenue, j’en ai profité pour me rafraichir un peu. Il fait chaud dans la forge. », tu dis. Et encore plus à tes côtés, tu t’empêches de compléter. Damn, tu aurais vraiment dû la dire celle-là. Mais ça y est maintenant c’est trop tard, ça fait déjà quelques secondes, ce serait trop bizarre si tu le sortais maintenant. Ça se trouve elle va comprendre le sous-entendu.

    Tu te rends à ton bureau, où trône fièrement ton petit drone et le prends dans tes mains. Tu le tends à Alexis.

    « C’est mon nouveau bébé. Fais attention ou tu pourrais bien te retrouver transpercée de part et d’autre. Pas très agréable pour être honnête. »


    CAL. iloveyouwhatno Qktn

    W. Alexis Nyqvist
    Un meurtre est si vite arrivé

    W. Alexis Nyqvist

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Kidaria-Scheddar Kiliala ; Kieran Blyde
    Parent divin : Arès
    Points de puissance : 3151
    Messages : 985

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux dagues
    Défaut fatal: Colère

    CAL. iloveyouwhatno Empty Re: CAL. iloveyouwhatno

    le Mer 10 Avr 2019 - 13:06
    Il ne faut pas attendre longtemps pour que Cal lui réponde avec un sous-entendu, un sourire malicieux et un haussement de sourcil faussement surpris. J’ai beaucoup de jouets que je pourrais te montrer, mais hélas j’ai comme le sentiment que tu ne parles pas d’eux, dit-il sans savoir qu’Alexis mourrait d’envie de découvrir tous les jouets qu’il pouvait cacher. Mais la fille d’Arès ne renchérit pas et se contenta de lever les yeux au ciel. Alors Cal se poussa pour la laisser entrer. Alexis fixa son regard sur un point au loin, se concentrant pour ignorer que son ami est torse-nu. Si elle osait regarder, alors… Alors quoi ?

    Pas le temps de réellement réfléchir qu’il portait de nouveau un t-shirt. Alexis cacha sa déception merveilleusement bien et se laissa guider jusqu’à son coin de bungalow. Excuse la tenue, j’en ai profité pour me rafraichir un peu. Il faut chaud dans la forge expliqua-t-il. Il fait chaud tout court quand tu es dans les parages, pensa Alexis sans le prononcer à voix haute. À la place, elle observa son environnement. Elle était déjà passée dans le bungalow des Héphaïstos, pour plusieurs raisons mais jamais dans de telles conditions. Ils semblaient seuls. Elle découvrit son bureau. Son lit. Quelques vêtements traînaient par terre. Alexis ne savait pas encore si elle était au paradis ou en enfer.

    C’est mon nouveau bébé. Fais attention ou tu pourrais bien te retrouver transpercée de part et d’autre. Pas très agréable pour être honnête explique Cal en tendant sa confection à Alexis. La jeune fille le saisit alors et l’observa sous toutes les coutures, non pas sans lâcher un petit :

    « Tu devrais savoir que je suis très habile de mes mains. »

    Alexis garde les yeux rivés sur le drone. Si elle les levait à ce moment, elle croiserait le regard de Cal. Et ils sont seuls, dans le bungalow. Pour peu qu’il réponde, elle ne veut pas à avoir à rougir en prenant tout ça trop au premier degré. Finalement, au bout de quelques secondes, elle releva la tête et planta ses yeux dans ceux de Cal :

    « C’est une merveille, comme d’habitude. Il serait parfait pour faire une embuscade. Comme une grenade. Mais avec plus de précisions. »

    Alexis avait détourné ses yeux de ceux de Cal pour les poser de nouveau sur le drone. Tout en réfléchissant aux différentes utilisations de cette petite merveille, elle se mordait la lèvre inférieure. Cal ne possédait pas que des jolis muscles. N’importe qui à la colonie possédait des muscles. Ce n’était pas ce qui attirait Alexis. Ce qui l’attirait, c’était tout ce qu’il y avait à l’intérieur. Le garçon bouillonnait d’intelligence – et de gentillesse. Et elle en possédait une nouvelle preuve juste sous ses yeux.


    CAL. iloveyouwhatno Zq6l

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 635
    Messages : 130

    CAL. iloveyouwhatno Empty Re: CAL. iloveyouwhatno

    le Ven 12 Avr 2019 - 21:20
    Tu observes Alexis attentivement, profitant du fait que, plongée dans son examen, elle ne puisse pas te surprendre. Chaque trait, chaque ligne de son visage ; la courbure de ses cils bruns, l’arête de son nez, le rose de ses joues, le rouge de ses lèvres ; ses cheveux encore humides. Une goutte d’eau égarée traçait son chemin sur sa tempe. Tu l’observes descendre, descendre, sur sa pommette, sa mâchoire, sa nuque… elle se perd dans ses vêtements. Tu es si concentré que tu dois te retenir de sursauter quand Alexis parle. Le message met une seconde ou deux à parvenir à ton cerveau. Une fois monté, cependant, il te provoque un sourire en coin et tu lèves les sourcils.

    « J’adorerais voir ça dans un autre contexte. », tu réponds d’une voix si grave qu’on dirait presque un ronronnement.

    Ta phrase aurait peut-être eu un peu plus d’effet si vos regards s’étaient croisés. Mais les yeux d’Alexis sont résolument fixés sur ton drone. Dommage. Ce n’est qu’après un intense examen qu’elle relève finalement la tête pour affronter ton regard. Evidemment que c’est une merveille, tu ne fais que ça, des merveilles.

    « Et attends, t’as pas tout vu. », tu réponds.

    Tu t’approches d’Alexis assez proche pour que vos épaules se touchent et lentement, faisant bien attention à ce que vos mains se touchent, tu récupères le drone. Tu appuies sur un bouton situé sur le dessous de l’appareil et le pose sur le sol. Des pattes métalliques apparaissent et l’appareil se met à se déplacer rapidement un peu partout dans la chambre.

    « Si jamais on a besoin d’un soutien terrien plus qu’aérien. Ça a le même effet. Ça trouve un ennemi, ça explose. Je vais travailler les prochains pour qu’ils reconnaissent des ordres donnés oralement. Ça demande un peu plus de travail, mais si j’unis la technologie mortelle et la nôtre, ça devrait se faire assez rapidement. », tu expliques.

    Tu te baisses pour récupérer le petit appareil, mais il est trop rapide pour toi. Il passe entre tes jambes, entre celles d’Alexis, sous ton bureau, sous ton lit, sous ta chaise, sous ton armoire.

    « Par Héphaïstos… », tu murmures, te grattant le crâne.

    Tu lèves les yeux vers Alexis, avec un sourire enjoué.

    « Je parie que je peux l’attraper avant toi. », tu la provoques, espiègle.


    CAL. iloveyouwhatno Qktn

    W. Alexis Nyqvist
    Un meurtre est si vite arrivé

    W. Alexis Nyqvist

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Kidaria-Scheddar Kiliala ; Kieran Blyde
    Parent divin : Arès
    Points de puissance : 3151
    Messages : 985

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux dagues
    Défaut fatal: Colère

    CAL. iloveyouwhatno Empty Re: CAL. iloveyouwhatno

    le Ven 12 Avr 2019 - 22:12
    Et attends, tu n’as pas tout vu répondit Cal tout en se rapprochant d’Alexis. Il venait récupérer son drone mais la fille d’Arès ne pouvait que remarquer leurs épaules qui se touchaient et les mains de Cal caressant les siennes. Dans une autre vie, peut-être aurait-elle eu le courage de lâcher ce drone – ou du moins de le poser délicatement pour pas l’abimer – pour sauter au cou Cal. Dans ce monde parallèle, elle l’aurait sûrement embrassé comme personne, enroulant ses jambes autour de ses hanches, passant ses mains dans ses cheveux comme si la passion l’habitait intégralement. Mais dans cette vie-là, elle se contenta de murmurer à ses palpitations de se calmer.

    Alexis, rougissant légèrement des pensées peu chastes qui venaient lui titiller l’imagination, fixait distraitement le drone de Cal. Elle hocha la tête en marmonnant un petit « hmhm » quand le fils d’Héphaïstos se baissa pour montrer les capacités terriennes de son drone. Il fixait sa création tout en parlant technique et il n’en fallait pas plus à Alexis pour se concentrer sur bien d’autres choses comme par exemple les courbes de ses bras, de ses hanches, son profil merveilleusement dessiné, sa mâchoire sur laquelle elle aimerait passer sa main, sa bouche qu’elle aimerait embrasser…

    Alexis secoua la tête. Était-ce le lieu de leur discussion qui favorisait ce genre de pensées ou juste la fatigue qui la rendait complètement inattentive ? Comme pour la ramener à la raison, le drone lui fila entre les jambes puis disparut sous les différents meubles qui occupaient l’espace de Cal. Alexis arqua un sourcil de surprise et croisa le regard de Cal qui la fixait avec un air enjoué. Je parie que je peux l’attraper avant toi, provoqua-t-il. Il n’en fallait pas plus à Alexis pour qu’une étincelle d’excitation brille dans ses yeux. Elle ne pouvait jamais résister à un défi et Cal savait très bien s’en amuser.

    « On va voir ça. »

    Sans attendre une seconde de plus, Alexis chercha des yeux le drone qui se faufilait dans la pièce. Il était certes rapide, mais pas autant qu’une fille d’Arès ! Elle s’élança donc sur le sol pour l’attraper, et il fila de nouveau entre ses jambes. Alexis plissa des yeux, frustrée. D’où venait cette vitesse ? Alexis se redressa rapidement, cherchant des yeux le drone quand elle vit que Cal l’avait remarqué. Il était près de son lit, le drone ayant décidé de faire la poussière… contre le mur ? Ce truc pouvait grimper au mur ??? Très impressionnant mais pas le moment d’admirer le travail de Cal.

    Alexis se jeta contre Cal qui allait refermer sa main contre le drone. Il tomba à la renverse sur son lit, Alexis sur lui, les bras tendus, ses doigts se refermant sur l’une des pattes métalliques de la création. Un sourire de fierté se dessina sur le visage de la fille d’Arès qui baissa les yeux pour fixer Cal :

    « Gagné. »


    CAL. iloveyouwhatno Zq6l

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 635
    Messages : 130

    CAL. iloveyouwhatno Empty Re: CAL. iloveyouwhatno

    le Ven 12 Avr 2019 - 23:41
    Sans même attendre un seul instant, Alexis bondit dans la pièce afin d’attraper ton drone se déplaçant à toute allure dans la pièce, comme si le diable était à ses trousses. En même temps, tu aurais dû t’en douter ; son sens de la compétition est si fort qu’elle bondit au simple mot « pari ». Tu n’as pas une seule seconde pensé que tu pourrais l’attraper avant elle ; tu es optimiste, certes, mais pas fou. Pour faire bonne figure cependant tu commences à chasser le drone. À un moment, tu crois même pouvoir l’avoir. Alexis n’a pas pensé au fait qu’il puisse monter au mur ; ça, toi seul le sait. Mais ton regard te trahit, et à l’instant où tu crois contre toute attente avoir gagné, Alexis te double et s’empare du drone à ta place. Après, les choses sont allées un peu vite. D’une manière ou d’une autre, tu as fini par tomber à la renverse sur ton lit, Alexis sur toi, son visage à seulement quelques centimètres du tien. Avez-vous déjà été aussi proches ? Tu n’en es pas sûr, pour être honnête. Tu t’en souviendrais, si une occasion comme ça s’était déjà présentée.  

    Un sourire en coin se forme sur ton visage, en réponse au sien.

    « Félicitations. Et quel est mon gage pour avoir perdu contre toi ? », tu demandes l’air malicieux. Ou séducteur ? C’est flou parfois. D’ailleurs, tu ne sais jamais si tu es malicieux ou en train de flirter quand ça concerne Alexis. Peut-être que c’est toujours un peu des deux. Une mèche de cheveux s’est échappée de la chevelure d’Alexis et te chatouille légèrement le visage. Tu la remets doucement en place derrière son oreille. Doucement. Doucement.



    CAL. iloveyouwhatno Qktn

    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum