AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ElvireChasseresse


    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    Kidaria-Scheddar Kiliala

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Alexis N. - Kieran B.
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 289
    Messages : 165

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition
    Kida avait décidé de cesser les entraînements avec Andrew pour qu’il apprenne à gérer mieux son pouvoir. Ils avaient travaillé les bases mais le reste ne tenait qu’à lui. Plus le temps passait, plus il semblait accepter sa part « de ténèbres ». Parfois, une ombre voilait son visage mais il semblait plus enclin à l’accepter et à trouver un compromis. Kida ignorait s’il avait réussi à parler à Chiron car elle ne voulait pas se mêler davantage de sa vie privée. Elle en savait sûrement déjà trop sur lui concernant le meurtre commis dans sa jeunesse et elle ne voulait pas s’immiscer encore plus sur un terrain qui ne la regardait pas.

    Néanmoins, Kida et Andrew n’avaient pas cessé définitivement de se voir. À vrai dire, ils étaient maintenant passés à des entraînements plus égalitaires : le tir à l’arc. Loin d’être l’arme que Kida maîtrisait le plus, il se trouvait qu’elle avait quasiment le même niveau qu’Andrew – il était même plus fort qu’elle, à vrai dire. C’était donc un réel plaisir de pouvoir travailler avec Andrew dans une atmosphère plus sereine et détendue. Kida appréciait beaucoup ces moments assez calmes et pourtant très bénéfiques. Cette discipline semblait réellement calmer Andrew, plus concentré sur sa cible que sur lui-même.

    Comme deux fois par semaine depuis peu, Kida et Andrew se trouvaient donc au stand de tir à l’arc. Bizarrement, il n’y avait pas grand monde sorti ce jour-là. Peut-être qu’il faisait trop frais pour les plus sensibles ? Peut-être que les vacances étaient un prétexte pour trainer au lit ? Peu importait la présence ou non d’autrui, Kida et Andrew étaient occupés à améliorer leurs tirs de flèches. Kida râlait beaucoup car elle semblait incapable de toucher le cœur de cible alors que celui-ci n’était qu’à 30 mères devant elle. Andrew prenait un malin plaisir à lui expliquer comment mieux se tenir et mieux viser, tout en la regardant de haut avec humour.

    Lorsque Kida décocha une nouvelle flèche, celle-ci partit carrément sur la droite. Un vent glacial venait de balayer le stand de tir à l’arc, arrachant un frisson à Kida qui lança un regard interrogateur à Andrew. Alors que celui-ci ouvrit la bouche pour parler, une sorte d’aura fantomatique se plaça devant lui. Le regard d’Andrew perdit complètement son éclat. Kida s’approcha afin de voir de plus près ce qu’il se déroulait mais fut stoppée par un hurlement qui déchira l’atmosphère. Une terreur soudaine paralysa Kida pendant quelques secondes avant que l’aura fantomatique décide de cesser son hurlement.

    Ce fut à ce moment, alors que le silence semblait retomber sur la Colonie, que le fantôme se décida à parler. Ou plutôt à hurler de nouveau. Ce n’était pas un cri cette fois, mais une pluie d’insultes. Fils indigne. Monstre. Comment as-tu osé me trahir ? furent les quelques mots qui ressortaient du lot. Le fantôme, qui avait l’apparence d’une femme, semblait habité par la colère. Elle profanait insultes sur insultes. Plus les mots sortaient de sa bouche, plus Andrew semblait perdre pieds. Kida essaya d’avancer, de faire un pas vers lui, d’attirer son regard vers elle, mais il gardait le regard vitreux planté sur celle qui semblait être sa défunte mère.

    Un flash aveugla Kida pendant une seconde et l’aura fantomatique disparu. Il n’y avait plus qu’Andrew. Seul. Son regard n’avait jamais été si sombre, si meurtri. Il ferma les yeux une seconde et quand il les rouvrit, il n’y avait plus rien d’humain dans son regard. Andrew avait disparu au profit d’un monstre dégoulinant de pouvoir. Kida pouvait le ressentir, ce pouvoir, s’enrouler autour d’elle. Il essayait de venir jusqu’à son cerveau. Elle dû faire un travail monstre sur elle-même pour résister. Puis le pouvoir cessa de la harceler. Tout cela ne dura que quelques secondes et quand Kida rouvrit les yeux, elle vit qu’Andrew était à bout de force. Une étincelle était réapparue dans ses yeux : celle d’une infinie tristesse. La romaine courue à sa rencontre à l’instant où le corps d’Andrew, sous la pression de ce qu’il venait de vivre, s’effondra.

    Kida eût juste le temps de le rattraper et en tomba presque à la renverse. Elle appela son prénom une fois, deux fois, trois fois. Il ne répondait pas. Elle prit son pouls. Il était vivant, mais si faible. Elle essaya de nouveau de l’appeler, mais rien n’y faisait. Elle hurla de l’aide, mais personne ne semblait être dans les parages. Alors elle commença à hisser le corps du fils d’Eros sur son dos. Elle fit un pas, deux pas. Les jambes d’Andrew traînaient par terre. Pour la première fois, Kida détesta son corps trop petit pour aider son camarade comme il fallait.


    Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae Bp3i

    Rae Adamson
    Centurion de la 5e cohorte

    Rae Adamson

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    D-C : Elliot - Seraphina
    Parent divin : Pluton
    Points de puissance : 406
    Messages : 68

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux gants en acier stygien ornés de pointes aux jointures
    Défaut fatal:
    L’une des meilleures manières de se faire bien voir est sans doute de montrer que l’on ne veut aucun mal, et que l’on est là pour aider les autres avant tout. Pour ce faire, Rae avait choisi l’arène. C’était le choix logique ; son style de combat était assez unique, peu importe dans quel camp on regardait. Personne ne se bat avec ses poings contre des monstres ou d’autres demi-dieux, ce serait presque suicidaire. Toute la semaine, Rae avait tenté d’en apprendre plus sur les gens de cette colonie, leurs habitudes, et elle avait bien remarqué qu’après un bon entraînement, ils étaient souvent plus enclins à parler. A croire qu’échanger des coups favorisait la socialisation.

    Elle avait passé la matinée à s’entraîner avec un fils d’Apollon dont le style était assez peu raffiné. Apparemment, il préférait se battre avec un bouclier plutôt qu’avec une épée. Ce n’était pas bien plus étrange que de se battre avec ses poings, alors Rae ne releva pas cette étrange technique de combat, et se contentait de lui asséner coup sur coup, afin de tester ses réflexes, et de l’aider à se battre contre quelqu’un qui était à mains nues. Lui, en échange, lui apprenait à esquiver des coups de bouclier, ce qui était clairement plus dur qu’un coup d’épée, étant donné la taille de l’objet.

    Finalement, au bout d’un peu plus d’une heure de combat, le garçon avait demandé à s’arrêter, visiblement fatigué et désireux de faire une pause. Ils quittèrent chacun l’arène de leur côté. Avec le temps assez froid, peu de gens s’entraînaient aujourd’hui, et l’arène était presque vide. Rae devrait trouver une autre occupation. Elle entendit des cris au loin, mais n’y prêta pas plus attention que ça. Sûrement des gosses qui s’étaient embrouillés.  

    Sans trop savoir comment le cheminement de ses pensées l’avait menée jusque-là, Rae pensa à Kida. Elle savait qu’elle était dans cette colonie elle aussi. Elle l’avait d’ailleurs déjà vu, il aurait été difficile de faire autrement, mais elle était parvenue à l’esquiver, ou en tous cas à ne pas lui adresser la parole jusque-là. Kida, à qui elle aurait pu léguer un empire, avec qui elle aurait pu contrôler le camp, ou presque. Kida, à qui elle avait confié certains de ses plus grands secrets, du genre que seul Kieran était au courant. Kida, qui avait pris tout ce que Rae avait à lui apprendre, puis s’était dit qu’elle s’amuserait plus avec les autres gosses. Avec Seraphina, entre autres, qui était possiblement la cause de sa trahison. Rae ne pouvait pas blairer cette gamine qui pétait toujours plus haut que son cul.  

    Petit à petit, toute cette rancœur, toute cette colère qu’elle ressentait envers Kida remontait à la surface, plus vivde que jamais. Plus puissante que le jour où Kida lui avait annoncé ne pas vouloir aller plus loin, alors qu’elle s’apprêtait à rejoindre les Chimères. Rae ne put avoir l’occasion d’apprécier le fait de ressentir des émotions qu’elle savait réelle, sa haine était trop forte. Coup de chance ou du destin, Kidaria apparaissait, au loin, une charge sur ses épaules. D’un pas déterminé, Rae parcouru les quelques dizaines de mètres qui les séparaient, jeta ses gants d’entraînement à terre, et entrechoqua ses bracelets sur le chemin.

    Autour de ses mains étaient apparus des gants en fer stygien arborant des piques aux jointures, pour des dégâts optimaux. Elle ne s’en servait que trop rarement, et il était temps de réparer cette erreur. Il n’y avait plus de façade sur son visage, plus de sourcils abaissés pour paraître douce, plus de demi-sourire constant pour paraître approchable. Il n’y avait que de la hargne, et c’était comme si le feu des enfers habitait maintenant ses yeux. En la voyant approcher, Kida sembla ralentir. Elle devait sentir que quelque chose n’allait pas. Rae n’avait cette aura de mort que lorsqu’elle se battait sérieusement, et c’était assez rare pour être parfaitement reconnaissable.

    Elle n’était plus qu’à quelques mètres, deux ou trois, lorsqu’elle décrocha un direct vers Kida. De son point s’échappa un trait de flammes noires, qui caressèrent les cheveux de Kidaria. Elle avait réussi à esquiver en laissant tomber l’homme qu’elle tenait sur ses épaules. Qui était-il ? Pourquoi était-il mal en point ? Ces questions, Rae ne se les posa pas. Elle se demanda simplement Pourquoi est-ce qu’elle a l’air de tenir à lui ? Puis elle donna un nouveau coup, qui força Kida à esquiver une nouvelle fois. Voyant une ouverture, Rae attrapa l’un des bras de Kida, établissant le contact entre ses gants et la peau de sa victime. Elle allait lui arracher la vie petit à petit, garder son âme dans ses gants. Qu’elle essaie seulement de s’échapper encore une fois après ça. Rae regarda brièvement dans la direction de l’homme à terre. Un grec.

    Bah alors, t’as trouvé un nouveau jouet à ajouter à ta collection ? Ta péteuse et ton épéiste te suffisent plus ? Tu leurs a dit que tu comptais les trahir eux aussi, et rejoindre les grecs ?

    Le dégout et le mépris s’échappaient de sa gorge et imprégnait chacun de ses mots. Chaque syllabe était teintée de haine envers cette Romaine qui, au final, n’en était pas réellement une. Non, Kida n’était pas romaine. C’était une grecque, la traîtrise devait être dans son sang.

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    Kidaria-Scheddar Kiliala

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Alexis N. - Kieran B.
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 289
    Messages : 165

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition
    Kida essayait tant bien que mal de trainer Andrew mais leurs différences de taille et poids étaient trop importantes. Kida était cependant déterminée et continuait d’avancer, doucement mais sûrement. Au bout d’un moment, elle vit une silhouette se dessiner au loin. Kida songea à lever la main pour faire un signe et crier à l’aide, mais elle déchanta bien assez vite quand elle comprit que cette silhouette appartenait à Rae Adamson. Kida se mordit donc la lèvre et se figea. Avec un peu de chance, Rae partirait loin d’ici, en l’ignorant, comme elle l’avait jusque-là ?

    Rae fut une de premières amies que Kida se fit dans la légion. La petite-fille de Cérès avait dû mal à se faire apprécier des autres car elle ne faisait que souligner leurs erreurs sans rien apporter d’autre. Rae était déjà bien engagée dans la légion et, étrangement, sembla s’attacher à Kida qui lui rendit toute l’affection qu’elle aurait pu avoir. Leur relation se développa rapidement pendant toute l’année de probatio de Kida qui était complètement sous le charme de Rae. Elle était si grande, si forte, si impressionnante ! Ce fut durant cette période que Kida choisit quel genre de leader elle voulait être : comme Rae, elle voulait donner de l’amour aux autres et surtout leur donner confiance en eux et en leur capacité. Après tout, c’est ce que Rae avait fait durant tout ce temps pour Kida.

    Bien évidemment, les choses ne sont jamais aussi simples qu’elles n’y paraissent. Rae faisait parti des Chimères. Kida n’y avait jamais vu de problème au début : c’était un groupe d’amis comme les autres, non ? Rae semblait même offrir à Kida une place parmi ce groupe d’ami ! L’enfant déchanta très vite quand elle se retrouva face à une scène qui la marqua à vie : un romain, en apparence innocent, en train de se faire littéralement menacer de la batte de baseball de Kieran, plaqué contre un mur, suppliant qu’on l’épargne. Et qui supervisait cette scène ? Rae dont le visage dégoulinait de plaisir.

    Marquée à vie, Kida coupa tous liens avec Rae. Finalement, son idole n’était pas une leader qui répandait la bonté et qui aidait les autres. Elle n’était qu’une cheffe de gang qui trônait sur la peur et l’intimidation. Alors Kida accepta l’invitation pour rejoindre la deuxième cohorte. Elle aurait pu aller dans la première, mais elle avait été trop proche de Rae, ce qui avait dégoûté les centurions de l’époque. Peu importait après tout, car dorénavant sa maison était la deuxième cohorte et elle deviendrait elle-même la cheffe qu’elle aspire à être.

    Kida n’avait cependant pas oublié les sentiments qu’elle avait éprouvé pour Rae. Comme une grande sœur, la Chimère l’avait guidée dans la voie qui est aujourd’hui la sienne. Leurs chemins se sont séparés, mais jamais Kida n’aurait trouvé la force de ruiner Rae. Elle ne dénonça même pas l’incident qui s’était déroulé sous ses yeux, préférant pleurer en silence la perte de son unique amie. Ce fut donc pour cette raison que Kida préféra se figer lorsqu’elle aperçut son ancienne complice au loin. Kida n’avait jamais été douée pour exprimer clairement ses sentiments et elle n’était pas prête à le faire. Néanmoins, cela ne semblait pas être le cas de Rae…

    Rae avançait, une aura mortelle autour d’elle. Kida se mordit la lèvre au même moment où Andrew grogna dans son inconscience. Soudain, tout fit sens. La vague de pouvoir d’Andrew. Rae qui avançait comme une furie. Kida eût à peine le temps de faire le lien entre tout ça que Rae décrocha un direct, le poing en feu. Kida esquiva au dernier moment, faisant tomber Andrew au passage. Elle s’excusa mentalement avant d’esquiver un nouveau coup lancé par Rae. Kida n’était pas du tout préparée à un combat et avait beaucoup trop l’esprit concentré sur Andrew. Comment allait-il ? Est-ce qu’il respirait toujours ? Était-il réveillé ?

    Rae dû voir une ouverture car elle saisit de sa main gantée l’avant-bras de Kida. Bah alors, t’as trouvé un nouveau jouet à ajouter à ta collection ? Ta péteuse et ton épéiste te suffisent plus ? Tu leur as dit que tu comptais les trahir, eux aussi, et rejoindre les grecs ? Le dégoût et le mépris enrobaient ces phrases parfaitement bien. Rae crachait ses mots comme du venin. Quant à Kida, elle sentait doucement son bras perdre en force. Alarmée, la centurion continua de fixer Rae dans les yeux avant de lui asséner, de l’autre main, un uppercut sous le menton.

    Kida recula d’un coup pour se mettre devant Andrew. D’un geste rapide, elle lui emprunta son épée et se mis en position d’attaque. Elle aurait pu se servir des flèches et de l’arc qu’elle avait toujours sur elle, mais Rae était beaucoup trop proche.

    « Ce ne sont pas tes émotions Rae. Tu n’es pas le genre à te laisser avoir par tes émotions. Tu es froide et manipulatrice. Ne laisse pas une rage qui n’est pas la tienne te contrôler ! »

    Kida essayait de prononcer ça calmement mais elle ne pouvait cacher une légère urgence dans sa voix. Pourquoi diantre fallait-il qu’elle tombe sur Rae ? Pourquoi Rae avait-elle soudainement tant de rancœur à son égard ? Pourquoi parlait-elle de trahison ? Jusqu’à preuve du contraire, Rae n’avait jamais éprouvé de réelle affection envers Kida tant qu’elle représentait un pion pour elle. Faire semblant, surtout maintenant, ne rimait à rien.


    Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae Bp3i

    Rae Adamson
    Centurion de la 5e cohorte

    Rae Adamson

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    D-C : Elliot - Seraphina
    Parent divin : Pluton
    Points de puissance : 406
    Messages : 68

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux gants en acier stygien ornés de pointes aux jointures
    Défaut fatal:
    Rae n’avait pas vu le coup venir. Elle était trop focalisée sur le regard de son adversaire. Au fond, elle voulait entendre ce que Kida aurait à dire pour sa défense. Tout ce qu’elle reçut en guise d’excuses fut un uppercut bien placé, qui la sonna pour quelques instants. Sa vision était brouillée, quelques larmes – de rage et de douleur – humidifiaient ses yeux, et un goût métallique envahissait sa bouche. Il n’y avait pas de plus grande humiliation pour une boxeuse que de recevoir un uppercut parce qu’elle ne faisait pas assez attention à son adversaire. Elle savait au moins maintenant qu’elle ne pouvait plus prendre Kida à la légère.

    Le temps que Rae reprenne ses esprit, Kida se trouvait aux côtés de son nouveau meilleur ami, et semblait avoir ramassé une épée dans l’opération. Rae cracha le sang qui prenait de plus en plus de place dans sa bouche. Maintenant que Kida était sur la défensive, et avec une épée, elle devenait bien plus dangereuse. Ne laisse pas une rage qui n’est pas la tienne te contrôler ! Que savait-elle de sa rage ? Que savait-elle de la douleur que l’on ressent lorsque l’une des rares personne à qui l’on fait confiance nous plante une dizaine de coups de couteaux dans le dos ?

    La haine montait en Rae, un peu plus à chaque minute. Si elle s’approchait trop de Kida, elle pourrait y perdre un bras, ou plus. Pour l’avoir déjà affrontée lors des jeux de guerre, elle savait que la Centurion de la deuxième cohorte n’avait pas gagné son titre par hasard. Pendant un instant, Rae se maudit de ne pas avoir travaillé son pouvoir de manière à pouvoir l’utiliser sur une plus grande distance. Puis sa colère revint à son ennemie.

    Si tu veux mon avis, tu es mal placée pour parler de personnes froides et manipulatrices. Tu m’as utilisée alors que tu n’étais qu’une enfant, apprit ce que tu pouvais, puis est partie t’amuser avec d’autres jouets. Et maintenant que tu as découvert que tu es un peu plus grecque que romaine, tu dois certainement être en train de réfléchir à un moyen de trahir ta cohorte. C’est à peu près tout ce que tu sais faire, visiblement.

    Tout en parlant, Rae se rapprochait, lentement, avec beaucoup de précautions. Puis elle jugea qu’elle était à portée, et décrocha un nouveau direct enflammé. Si son poing était trop loin pour atteindre sa cible, ses flammes se dirigèrent à toute vitesse vers l’arme de Kida. Le but premier serait de la débarrasser de son arme tout en restant suffisamment loin pour ne pas y perdre son bras. Puis de lui arracher la vie à grand coups de poings. Ou alors, peut-être qu’elle tuerait le grec d’abord.

    Une illumination frappa son cerveau. Bien évidemment. Kida était bien assez douée pour se défendre face à Rae. Mais que pouvait-elle faire si elle devait défendre un poids mort ?

    Je suis curieuse, qui est-ce que tu vas choisir : toi, ou le grec ?

    Le coup partit aussitôt. Pas en direction de Kida, ni de son épée, mais un mètre plus loin sur sa gauche. Là où un idiot gisait, à terre. Si le feu le touchait, il allait sans aucun doute prendre, et s’il ne mourait pas sous la douleur, il mourrait lorsque son cœur fondra sous le feu noir. Un sourire pervers s’étala sur le visage de Rae pendant cette demi-seconde durant laquelle le temps semblait aller au ralenti. Elle mourrait d’envie de voir ce que ferait Kida. Dans tous les cas, elle y gagnerait.

    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    Andrew Turner

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor, Solan Hamilton
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 279
    Messages : 138

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie
    Andrew avait fait quelques progrès notables vis-à-vis de la gestion de ses émotions, c’est pourquoi il n’avait toujours pas pris l’initiative de parler à Chiron de ses soucis, ses moments de perte totale du sens de la réalité, là où la bête tapie dans le noir qui attendait patiemment son heure remontait à la surface. Il n’arrivait pas vraiment à s’arrêter de fumer, mais ça ne l’inquiétait pas plus que ça. Il se maintenait dans une sorte de confort le temps qu’il arrive réellement à se maîtriser. Le chemin était encore long, mais il fallait le reconnaître, Andrew allait mieux.

    Parfois il s’attardait sur quelques détails qui auraient auparavant eu un impact sur lui, comme par exemple saluer quelqu’un en retour. Là ou auparavant, il se serait montré particulièrement gênant où bien aurait gardé le silence en traçant sa route se dressait un jeune homme, gauche et timide certes, mais bel et bien présent et un poil plus chaleureux. Kida et lui avaient cessé leurs entraînements particuliers depuis quelques temps déjà et passaient moins de temps ensemble.

    Les deux jeunes gens se gardaient parfois du temps libre pour se voir lors de séances d’entraînement au tir à l’arc. Andrew jubilait presque pendant ces moments-là, lui qui n’avait jamais atteint l’excellence en combat se trouvait être un poil plus doué que Kida à ce petit jeu, remerciant silencieusement son paternel. Le garçon demeurait serein et parfois trouvait un brin d’humour pour faire remarquer à sa partenaire qu’elle avançait peut-être un poil trop la jambe, où qu’elle ne bandait pas assez son arc avant de relâcher la flèche. Kida était assez drôle à observer, elle qui gardait toute sa patience avec tout le monde, n’en avait visiblement que très peu pour elle-même. Quant à lui, il savait instinctivement comment se positionner, mais ce n’était pas pour autant qu’il réussissait tous ses tirs.

    Alors qu’il soupirait une énième fois au lieu de formuler sa frustration à voix haute comme le faisait la Centurion, et son regard s’attarda sur elle lorsqu’elle décocha une flèche. Du bout des doigts, il tapotait la tige de son arme, se sentant soudainement un peu nerveux. Puis son regard se posa sur la flèche de Kida, déviée d’un coup vers la droite, comme si le vent avait décidé de leur jouer un mauvais tour. Mais un courant d’air glacial lui caressa la peau et il frissonna. Kida semblait attendre de lui une explication, et lorsqu’il ouvrit enfin la bouche pour parler, il ne trouva pas ses mots.

    Des formes dansaient sous ses yeux et finirent par ressembler à un spectre, qui se précisait de plus en plus. La terreur qu’il gardait enfouie en lui se réveillait, comme animée par une force brute, et tandis que le visage de la silhouette fantomatique se définissait petit à petit, un hurlement se fit entendre. Un hurlement qu’Andrew n’entendit qu’à peine. Sa mère, sa défunte mère se trouvait là, et la terreur attint son apogée.

    Fils indigne. Monstre. Comment as-tu osé me trahir ? Virginia Turner semblait en proie à une infinie colère, et vociférait des insultes toutes plus insupportables les unes que les autres. Puis il y eut une lumière aveuglante, et le silence se fit. La tête lui tournait, il entendait un bourdonnement sourd vibrer dans ses oreilles. Puis Andrew disparu en un clin d’œil.

    A sa place se dressait de toute sa hauteur l’autre. Celui avec qui il tentait de cohabiter tant bien que mal avait encore une fois prit le dessus et se déchaînait de toutes ses forces, silencieusement, sans mouvement, il se contentait de libérer tout ce qu’il avait gardé en lui pendant des semaines, des mois, des années. Les souvenirs apparaissaient comme des flashs dans sa tête et alimentaient sa haine. En l’espace d’une seconde, ce fut terminé, et il ne restait plus rien de lui hormis une tristesse sans fond.
    Andrew croisa une dernière fois le regard de Kida qui se ruait vers lui, puis il perdit connaissance et s’effondra.

    ***


    Lorsque le jeune homme reprit plus ou moins bien connaissance, ce fut pour s’apercevoir qu’il avait la moitié du visage ancrée dans la poussière. Tous ses muscles lui faisaient mal, il n’arrivait pas à bouger et le temps que les acouphènes qui le harcelaient disparaissent, il avait pu se repérer. Il était toujours à l’arène, ce qui signifiait qu’il n’était pas resté très longtemps inconscient. Respirant avec difficultés, il tenta vainement de se remémorer de ce qui s’était passé. N’arrivant à rien, il ferma les yeux un instant et inspira profondément, ce qui eu pour effet de lui faire atrocement mal aux poumons. Il lâcha un grognement sourd, étouffé par le bruit autour de lui.

    Il n’entendit que quelques brides d’une conversation animée et reconnut aussitôt la voix de Kida. La deuxième lui était inconnue, mais paraissait clairement menaçante.

    "… mal placée… manipulatrice… d’autres jouets… plus grecque que romaine… trahir… C’est à peu près tout ce que tu sais faire, visiblement."

    La haine transpirait à travers ces mots, et il sentit les vibrations du sol causées par le déplacement de la quelconque personne qui avait décidé de s’en prendre à Kida et tenta de bouger la tête. Il n’y arrivait pas. Il était incapable de bouger, encore trop assommé par l’effort colossal qu’il venait de fournir. Il y avait sûrement de quoi avoir touché tout le camp. Pourtant un murmure dans sa tête le suppliait de se réveiller, de bouger, n'importe quoi. Kida semblait terrifiée. Puis la voix dégoulinante reprit :

    "Je suis curieuse, qui est-ce que tu vas choisir : toi, ou le grec ?"

    Il en avait entendu assez. S’il était demeuré immobilisé par le choc, cette fois, c’en était trop. D’un coup d’épaule, il roula sur le côté d’un mouvement plutôt vif par rapport à ce qu’il en attendait, et attrapa une poignée de sable. Le visage de l’ennemie apparut dans son champ de vision, et si elle avait une apparence tout à fait charmante, Andrew sentit aussitôt la rancœur qui l’animait. Tout l’amour qu’elle avait éprouvé pour Kida un jour s’était transformé en une haine sans borne, et elle semblait assez opérationnelle pour les tuer tous les deux. Lorsqu’il vit ses poings armés et la gerbe de feu noir à quelques centimètres de lui, la rage s’empara de lui.

    Il n’avait pas son épée, et n’aurait de toute façon pas eu la force de la soulever, mais il n’empêche qu’elle avait donné à Kida un choix impossible. Sa vie ou celle d’Andrew. Alors il lui jeta sa pauvre poignée de sable au visage, ce qui suffit à l’aveugler pour au moins quelques secondes. Il gisait sur le dos et se hâta de se redresser sur ses coudes et de pousser sur ses jambes afin de s’éloigner le plus possible de cette pauvre fille, beaucoup trop aigrie à son goût. Puis il chercha Kida du regard et lui souffla d’une voix rauque :

    "Elle ne s’arrêtera pas."

    Son corps douloureux lui arracha un nouveau grognement, mais Andrew persista et continua de se traîner le plus loin possible de la romaine aigrie pour enfin atteindre le banc de pierre. Levant les bras, il entreprit de se hisser dans un cri de souffrance, et poussa sur ses jambes trop faibles. Il frôla la chute mais ses mains étaient solidement agrippées à la pierre et il se retrouva enfin debout. Il restait cependant très faible et sachant pertinemment qu’il ne faudrait qu’une poussée pour le remettre à terre, il se laissa choir sur la pierre.

    Derrière lui se trouvait un bouclier. Mais encore fallait-il qu’il puisse le traîner jusqu’à lui, ce qui, soyons réaliste, était franchement du domaine de l’impossible. Il sentit la frustration se frayer un chemin au milieu du maelstrom d’émotions contenues en lui. Kida demeurait désespérément seule face à une adversaire bien trop hargneuse qui ne cherchait qu’une chose : causer le plus de dégâts possible.


    Spoiler:


    Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae R9xe

    Merci Alexiiiis  Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae 2559500981

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    Kidaria-Scheddar Kiliala

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Alexis N. - Kieran B.
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 289
    Messages : 165

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition
    Rae dégoulinant d’une rage que Kida ne lui connaissait pas. Rae avait toujours été dans le contrôle absolu. Jamais un sourire était naturel, jamais un mot était irréfléchi. Rae était le genre de personne dont la spontanéité était inconnue. Tout était paramétré, pensé, pesé avant d’être mis en action. Ce qui était assez ironique vu qu’elle semblait s’entourer uniquement de personnes qui ne réagissaient que sur des coups de tête. Néanmoins, à cet instant présent, Rae ne se contrôlait plus du tout. Ce qui la rendait d’autant plus dangereuse : Kida n’avait pas la moindre idée de comment elle se battait sur l’instinct de survie. Elle était seulement sûre d’une chose : Andrew était en grand danger.

    Kida répétait inlassablement relève-toi, Andrew, réveille-toi Andrew en utilisant sa télépathie. Mais elle ne pouvait pas se concentrer à la fois sur le regard hargneux de Rae et sur le corps inerte d’Andrew. Cette dernière ouvrit la bouche de nouveau afin de déverser un flot de paroles qui ne faisait aucun sens. Tu m’as utilisée alors que tu n’étais qu’une enfant s’exclamait-elle avec rage. Kida essayait de garder un visage neutre pour ne trahir aucune de ses intentions, mais elle était complètement perdue. Rae lui en voulait parce que Kida avait arrêté d’être son amie ? Cela ne faisait aucun sens. Rae ne pouvait s’en vouloir qu’à elle-même d’avoir perdu son pion.

    Il n’était cependant pas l’heure de parlementer sur son point de vue. La colère de Rae était sourde à toute supposition et ne semblait être seulement accusatrice. Relève-toi Andrew, réveille-toi Andrew, continuait Kida. Cela ressemblait presque à une prière. Andrew, pitié, elle va t’attaquer. Pendant ce temps, profitant de la situation plutôt confusante, Rae s’approchait lentement, tel un serpent prêt à sauter sur sa proie. Elle ne lâchait pas Kida des yeux et Kida n’osait pas regarder comment se portait Andrew. Elle cru apercevoir un mouvement mais préféra rester complètement concentrée sur Rae.

    La scène suivante se déroula au ralenti. Je suis curieuse, qui est-ce que tu vas choisir : toi, ou le grec ? prononça Rae. Un sourire pervers se dessina sur son visage alors qu’une gerbe de feu noir se dirigea vers Andrew. Les yeux de Kida s’écarquillèrent de terreur. Elle n’avait pas le temps de réfléchir. Fort heureusement, Andrew sembla avoir retrouvé ses esprits et il s’était bougé de quelques centimètres. Pas grand-chose, mais juste assez pour pouvoir ne pas mourir – ce qui était une bonne chose. Ce fut au tour de Kida de s’énerver. À quel moment la vie d’autrui avait-elle si peu d’importance ? Puis elle se souvint que pour Rae, la vie d’autrui n’avait jamais eu d’importance.

    Ce fut à ce moment que tout s’accéléra : Andrew s’était saisit d’une poignée de sable et l’avait envoyé sur Rae qui se prit tout au visage : à partir de quel moment le jeune homme avait-il eu assez de force pour faire ça ? Kida mis ça sur le compte de l’instinct de survie et profita de l’aveuglement temporaire de Rae pour encocher une flèche. Peu de romains juraient par l’arc mais Kida avait appris par envie. Rae ne se trouvant qu’à quelques mètres, il ne lui était pas difficile de viser. La flèche s’enfonça dans la cuisse de la jeune femme qui hurla de rage, envoyant valser ses poings de feu à l’aveugle. Pendant ce temps, Andrew s’était éloigné, non sans avoir informé Kida que Rae ne cesserait pas sa lutte.

    « Tu as perdu la vue, peut-être ? »

    Prononça Kida, tout en s’éloignant d’Andrew. Rae suivrait le son de sa voix avant toute chose, Andrew était hors de portée pour l’instant. Elle voulait lui dire de s’enfuir, d’aller chercher de l’aide, n’importe qui. Seraphina pouvait avoir l’avantage facilement sur Rae : il n’y a pas de feu qui résiste à un bon courant d’air. Néanmoins, Andrew était trop faible pour tenir seulement sur ses jambes. Alors Kida décida de jouer dans le jeu de Rae, de la tenir éloignée en ayant avec elle la conversation qu’elle voulait avoir.

    « Je n’ai trahi que la romaine qui voulait abuser de la naïveté d’une enfant en l’entraînant dans un chemin où la valeur humaine ne compte pas, Raemilia. »

    Kida articulait chacune de ses syllabes, reculant toujours un peu plus loin d’Andrew, Rae continuant d’avancer dans sa direction.

    « Je n’ai pas trahi la personne que je voyais comme un modèle, car cette personne n’a jamais existé.

    Kida avait prononcé cette dernière phrase avec une froideur qu’elle-même n’était pas sûre de se connaître. Une chose était sûre : ce n’était pas une poignée de poussière et une flèche dans la cuisse qui allaient arrêter Rae. Il n’y avait plus qu’à espérer que les pouvoirs de l’un ou de l’autre cesseraient de faire effet : après avoir épuisé toutes ses réserves de feu noir, Rae ne serait plus si dangereuse en combat. Si le pouvoir d’Andrew s’estompe, Rae n’aurait probablement plus autant envie de s’humilier en montrant sa véritable facette en public.


    Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae Bp3i

    Rae Adamson
    Centurion de la 5e cohorte

    Rae Adamson

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    D-C : Elliot - Seraphina
    Parent divin : Pluton
    Points de puissance : 406
    Messages : 68

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux gants en acier stygien ornés de pointes aux jointures
    Défaut fatal:
    Tout était décidément très décevant. Le jouet avait décidé de se réveiller au pire moment possible, et de s’écarter de la trajectoire des flammes de Rae. Pire, Kida n’avait même pas l’air si chamboulée que ça par tout ce qu’il venait de se passer. Elle n’avait même pas détourné le regard pour vérifier si son grec allait bien, et c’était bien ce qui énervait un peu plus encore Rae. Puis, le sable vint à la rencontre de ses yeux. Est-ce que le grec l’avait jeté ? Décidément, tout le monde s’était dit que c’était le bon jour pour la faire chier aujourd’hui.

    Rae hurlait des injures au grec tout en se frottant les yeux, essayant tant bien que mal de faire partir ce foutu sable, lorsqu’une douleur cinglante lui transperça la jambe. Un hurlement de rage et de douleur se fraya un chemin hors de sa gorge avec une facilité déconcertante. Elle ne savait pas où ces enfoirés étaient, mais elle tira à l’aveugle. Ses poings volaient dans tous les sens tandis que des gerbes de flammes s’en échappaient. Après une dizaine de coups, elle finit par s’arrêter. Elle n’avait entendu aucun cri encore, ce qui signifiait qu’elle n’avait touché personne, et que par conséquent, ils étaient tous les deux hors de portée.

    Kidaria semblait bouger autour de Rae tout en l’insultant et en la provoquant. Rae porta délicatement une main à sa cuisse, et toucha la source de sa douleur. Une flèche. Cette connasse lui avait tiré dessus. De son autre main, Rae regarda si la flèche ressortait de l’autre côté, mais non. L’embout resterait bloqué si elle la brisait, ce qui était presque plus embêtant que si elle avait complètement traversé son muscle.

    Rae ne savait plus où donner de la tête ; qu’est-ce qui était le plus important actuellement, le sable dans ses yeux, la flèche dans sa cuisse, ou bien les paroles de Kidaria, qui cherchait vraisemblablement à l’énerver plus encore, ajoutant des injures aux blessures déjà existantes. Finalement, chacune de ces choses se mélangeait dans un parfait cocktail de haine. Une haine pure et parfaite, donnant tout juste la bonne quantité d’adrénaline qu’il fallait à Rae pour qu’elle se relève. Elle n’y voyait toujours pas grand-chose, mais distinguait tout juste la silhouette de Kidaria.

    Tu as surtout trahi la romaine qui te considérait comme sa petite sœur. La romaine qui aurait pu te léguer son empire. J’aurais fait de toi une reine, petite conne ! On aurait régné ensemble, on aurait été invincibles ! Mais tu as préféré t’enfuir lorsque les choses ont commencé à devenir un peu trop réelle pour toi. Tu as préféré te réfugier auprès de tes nouveaux jouets, tout comme tu te réfugieras chez les grecs dès que les choses deviendront à nouveau trop compliquées à ton goût chez les romains.

    A présent, elle devait crier suffisamment fort pour que n’importe qui dans les environs puisse entendre distinctement ce qu’elle disait. Sa voix vacillait par moment sous l’émotion, et des larmes commençaient à couler le long de ses joues. Elle aurait aimé dire qu’elles n’étaient dues qu’à la douleur qu’elle ressentait dans ses yeux, ou dans sa jambe, mais elle ne ressentait plus ces douleurs-là. Seul son cœur souffrait, trop peu habitué à ressentir tant de sentiments d’un coup. A ressentir tout court. Plus elle parlait, plus sa voix semblait se briser. Mais elle ne criait plus maintenant. Elle ressentait toujours autant de haine, mais elle se mêlait à un autre sentiment. Un sentiment plus calme, qui avait l’avantage de reposer sa voix.

    Je te pensais plus courageuse que ça quand je t’ai dévoué une partie de ma vie. Mais non. Tu me dégoûtes, Kidaria.

    Elle avait prononcé ces mots avec autant de rancœur que possible. Ses jointures devenaient blanches sous ses gants tant elle serrait ses poings, et sa mâchoire pourrait lui faire mal tant elle serrait les dents, si l’adrénaline n’était pas là. L’avantage de cette discussion était que ses yeux se rétablissaient, petit à petit, et qu’elle discernait de mieux en mieux la silhouette de Kidaria, vers laquelle elle s’avançait d’un pas lourd. Malgré l’absence de douleur, la flèche encore plantée dans sa jambe rendait ses déplacements plus bourrus, et plus difficiles.


    Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae Hx0f


    Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae 4kvm

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    Kidaria-Scheddar Kiliala

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Alexis N. - Kieran B.
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 289
    Messages : 165

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition
    Kida reculait toujours, plus doucement. Elle connaissait le stand de tir à l’arc comme sa poche et ne pouvait pas être surprise par le terrain. Elle détachait ses yeux de Rae, prête à encaisser le moindre coup si celui-ci venait à lui tomber dessus. Rae était animée d’une rage sans pareille, nourrie par son passé et embrasée par les pouvoirs d’Andrew. Ce qu’elle disait commençait doucement à prendre forme. Peut-être que Kida avait compté pour elle. Peut-être qu’elle l’avait même estimée, pendant une courte période. Mais la hargne qui la consumait, les mots qu’elle utilisait ne faisaient que nourrir le profond mépris que Kida commençait à ressentir envers l’autre centurion. Tout ceci était ridicule.

    Je te pensais plus courageuse que ça quand je t’ai dévoué une partie de ma vie. Mais non. Tu me dégoûtes, Kidaria conclut Rae. Ce fut sûrement la goutte d’eau qui fit déborder le vase. La patience de Kida avait atteint sa limite. Elle s’arrêta, soupirant bruyamment, puis se mit à rire. Quelques personnes dans le coin étaient venues assister au spectacle. Forcément, cette abrutie de Rae hurlait comme s’il fallait que les dieux eux-mêmes soient témoins de cette altercation. Kida remarquait les larmes sur les joues de Rae et tout ceci rajouta une part de ridicule à la situation. Alors pour la première fois depuis, Kida laissa couler un peu de colère, de mépris et de rancœur.

    « C’est marrant quand tu parles des autres comme si je les considérais comme les jouets alors que pour toi la vie humaine est un jeu. Tu es prête à sacrifier la vie de n’importe quel pion sur ton chemin. Tu parles de moi qui te dégoûte ? Tu es la seule ici qui est prête à sacrifier l’univers entier pour ton confort personnel. Est-ce que Kieran sait seulement que tu le vendrais pour du profit ? Et Solan, il pense réellement que tu tiens à lui ? »

    Kida fit une pause, voyant bien qu’elle avait touché un point sensible. Les deux centurions étaient immobiles, à quelques mètres l’une de l’autre. Mais Kida ne laissa pas le temps à Rae de réagir, et continua sur sa lancée.

    « Tu fais de beaux discours comme quoi tu me considérais comme ta petite sœur. J’y crois sans peur. Après tout, je ne suis pas sûre que tu connaisses les valeurs d’une famille. Tu vises un trône mais tu t’en fous s’il est posé sur une pile de cadavre. Il n’y a que ta petite personne qui compte. »

    Kida rigola franchement, amère. Elle fit tournoyer son épée juste pour s’occuper les mains. Puis, elle continua, un sourire narquois aux coins des lèvres.

    « Mais oui, je m’excuse si je t’ai blessée. Je m’excuse si une enfant de 12 ans à préféré partir quand tu menaçais la vie d’autrui juste par plaisir sadique. Tu as raison, je dois te dégoûter. Je n’ai pas été à la hauteur de tes plans macabres. Tu voulais faire de moi une reine ? Mais je ne veux pas trôner aux côtés d’une sociopathe. Je suis sûre que tu ne sais même plus quand tu souris si c’est sincère ou pas. Je ne suis pas sûre que tu saches rire réellement. Cette douleur dans ta jambe ? Ça doit être la seule chose réelle que tu aies ressenti depuis des années. Alors ton discours de grande sœur souffrante, tu peux te le garder parce que je vais vomir. Tu es un monstre, Raemilia. Et rien d’autre. Désolée de ne pas avoir voulu être un monstre à tes côtés, mais visiblement tu t’es trouvé toi-même d’autres jouets à manipuler pour arriver à tes fins. »

    Il y avait définitivement du monde amassé autour de ce spectacle mais Kida les ignorait. Elle aurait bien pleuré, elle aussi, mais elle n’avait pas de larmes à faire couler pour les gens sans cœur. Alors elle se tint prête à recevoir une Rae qui allait charger. Elle ne pourrait pas utiliser son feu éternellement et ses coups n’étaient pas si difficile que ça à esquiver, surtout avec une jambe blessée. Viens Rae, déverse les flammes de la colère si cela peut t’aider à obtenir quoique ce soit. Pour une fois que tu ressens quelque chose, on va pas te retenir.


    Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae Bp3i

    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    Andrew Turner

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor, Solan Hamilton
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 279
    Messages : 138

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie

    Andrew suivait avec attention la scène qui se déroulait devant lui, faisait à peine attention aux points qui dansaient devant ses yeux, signe de fatigue extrême. La dénommée Raemilia hurlait à plein poumons lorsque la flèche envoyée par Kida l’atteignit en pleine cuisse. Il avait presque envie de lui donner une tape sur l’épaule et de la féliciter pour cette performance avec un grand sourire. Mais il n’en fit rien, toujours trop faible pour bouger et garda les mâchoires serrées alors qu’il attendait de voir comment tout cela allait tourner.

    Kida s’éloigna de lui, elle guidait Raemilia avec sa voix, s’assurant ainsi que le jeune homme serait hors de portée. Elle racontait une partie de son histoire qui ne le concernait pas et s’efforça de se concentrer sur autre chose. Mais Andrew avait compris le gros de l’histoire : Raemilia avait voulu abuser de l’innocence de Kida, qui l’avait fuit aussitôt qu’elle eut vu son vrai visage. Elle avait une dureté dans la voix, une froideur glaciale qu’il ne lui connaissait pas.

    Raemilia répliqua en criant, arrachant une grimace à Andrew. Cette fille avait décidemment une case en moins. Et elle était vraiment aigrie. Reprocher à une enfant de refuser de s’impliquer dans de la violence gratuite, vraiment ? Andrew écarquilla les yeux, offusqué. A mesure qu’elle parlait, des larmes coulaient le long de ses joues. La haine en elle était réelle. Pas seulement provoquée par la vague de pouvoir qu’avant lancé Andrew, non. Il l’avait juste dévoilée au grand jour, parce qu’elle ne pouvait plus y résister. Puis elle lança d’une voix plus calme :

    Je te pensais plus courageuse que ça quand je t’ai dévoué une partie de ma vie. Mais non. Tu me dégoûtes, Kidaria.

    Andrew laissa échapper un grognement en réfléchissant aussi vite que possible à trouver un moyen d’apaiser les tensions. Rae ne s’arrêterait pas, elle provoquerait un bain de sang s’il ne trouvait pas un moyen de la calmer. Puis un rire raisonna sur sa droite. Kida riait, et ce n’était pas bon signe.

    "C’est marrant quand tu parles des autres comme si je les considérais comme les jouets alors que pour toi la vie humaine est un jeu. Tu es prête à sacrifier la vie de n’importe quel pion sur ton chemin. Tu parles de moi qui te dégoûte ? Tu es la seule ici qui est prête à sacrifier l’univers entier pour ton confort personnel. Est-ce que Kieran sait seulement que tu le vendrais pour du profit ? Et Solan, il pense réellement que tu tiens à lui ?"

    Andrew ignorait qui étaient ces deux énergumènes, mais ce qui le préoccupait le plus, c’était l’état de Kida. Les deux jeunes femmes se tenaient face à face, prêtes à se sauter à la gorge. Il se rendit compte qu’il tapait du pied nerveusement et que ses doigts se crispaient sur ses genoux, signe qu’il avait récupéré un minimum de force pour se mouvoir. Mais la voix de Kida ne lui laissa pas le temps de réfléchir :

    "Tu fais de beaux discours comme quoi tu me considérais comme ta petite sœur. J’y crois sans peur. Après tout, je ne suis pas sûre que tu connaisses les valeurs d’une famille. Tu vises un trône mais tu t’en fous s’il est posé sur une pile de cadavre. Il n’y a que ta petite personne qui compte."

    Kida riait encore. Un rire effrayant qu’encore une fois, il ne lui connaissait pas. Un sourire malsain se dessina sur son visage avant qu’elle reprenne la parole :

    "Mais oui, je m’excuse si je t’ai blessée. Je m’excuse si une enfant de 12 ans a préféré partir quand tu menaçais la vie d’autrui juste par plaisir sadique. Tu as raison, je dois te dégoûter. Je n’ai pas été à la hauteur de tes plans macabres. Tu voulais faire de moi une reine ? Mais je ne veux pas trôner aux côtés d’une sociopathe. Je suis sûre que tu ne sais même plus quand tu souris si c’est sincère ou pas. Je ne suis pas sûre que tu saches rire réellement. Cette douleur dans ta jambe ? Ça doit être la seule chose réelle que tu aies ressenti depuis des années. Alors ton discours de grande sœur souffrante, tu peux te le garder parce que je vais vomir. Tu es un monstre, Raemilia. Et rien d’autre. Désolée de ne pas avoir voulu être un monstre à tes côtés, mais visiblement tu t’es trouvé toi-même d’autres jouets à manipuler pour arriver à tes fins."

    Les gens commençaient à affluer autour d’eux, et Andrew commençait vraiment à avoir peur. Peur que son amie, sa seule amie à vrai dire, ne pète un plomb, qu’elle fasse trop de mal à son adversaire et qu’elle s’en veuille pour le restant de sa vie, ou qu’elle y laisse sa vie dans le pire des cas. Elle se tenait en position de combat, prête à en découdre quand le jeune grec trouva enfin assez de force pour se lever du banc. Les jambes tremblantes, il avait eu une illumination soudaine. S’il pouvait déclencher la montée de haine, de rage, d’amour ou de désir, il devait probablement pouvoir inverser la tendance.

    Toujours à quelques mètres de Kida, il s’avança lentement en s’appuyant de tout son poids sur la pierre, marchant d’un pas fébrile. Il inspira profondément. Il était hors de portée de Raemilia, ce qui était une bonne nouvelle pour ses chances de survie. Puis il ferma les yeux, se retira en lui l’espace de quelques instants, pour trouver le peu de reste d’énergie tapi au fond de lui. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il plongea son regard noir dans les yeux de Raemilia. Cette fois, l’autre et lui allait collaborer. Une vague déferlait en lui, une vague qu’il n’avait encore jamais ressenti. Elle était plus calme, plus douce que tout ce qu’il n’avait jamais connu en lui. En lui se mêlait tout un tas d’émotions, mais le principe était le suivant : lui retirer tout ce qui lui restait, sa haine naturelle.

    Il s’approchait d’un pas peu assuré, tremblait de tous ses membres tant l’effort était intense. Il lui fallait s’approcher de Rae – à une distance raisonnable, mais suffisante pour que ses faibles restes de pouvoir puissent l’atteindre. Puis il laissa la vague s’écouler hors de lui pour s’infiltrer dans le cœur de Raemilia. Il avait enfin atteint l’endroit ou Kida se tenait, toujours prête à se battre. Il chancela, à la limite de l’effondrement, mais il s’appuya sur l’épaule de son amie pour retrouver son équilibre. Quant à Rae… Son regard n’était plus le même. La haine qui la possédait semblait s’être envolée. Restait sa hargne et sa rancœur naturelle. Elle était le mal incarné, et si elle se décidait d’attaquer tout de même,  si son ultime effort ne suffisait pas à la calmer, Andrew était prêt à faire barrage pour faire gagner du temps à Kida.


    Spoiler:


    Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae R9xe

    Merci Alexiiiis  Stop complaining and help me ♦ event 2, ft. andrae 2559500981

    Rae Adamson
    Centurion de la 5e cohorte

    Rae Adamson

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    D-C : Elliot - Seraphina
    Parent divin : Pluton
    Points de puissance : 406
    Messages : 68

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux gants en acier stygien ornés de pointes aux jointures
    Défaut fatal:
    Kidaria avait raison sur la plupart des points qu’elle avait énoncé. C’était un fait, et Rae en était bien consciente. Aussi, le fond de ce qu’elle disait ne blessa nullement Rae. Est-ce que Kieran sait seulement que tu le vendrais pour du profit ? Et Solan, il pense réellement que tu tiens à lui ? Voilà la seule partie de la tirade de Kida qui énerva un peu plus Rae. Elle avait beaucoup de défaut, elle avait du mal à ressentir de vraies émotions, elle se complaisait dans le chaos, mais s’il y avait bien une chose qu’elle refusait, c’était que l’on remette en cause son dévouement pour les Chimères. Chaque personne qui rejoignait leurs rangs faisaient partie de la famille de Rae, et jamais elle ne les trahirait. Cela valait plus encore pour Solan, son bras droit, et pour Kieran, qu’elle considérait comme son meilleur ami. Peut-être son seul, il s’agissait encore d’un sujet à débat.

    Et pourtant, plus Kidaria parlait, et plus la haine qu’elle ressentait à son égard se transformait réellement en dégoût. A l’entendre, elle n’avait jamais été cette personne qu’elle prétendait être cinq ans plus tôt. En vérité, petit à petit, Rae commençait à se dire que Kida n’aurait jamais pu faire une bonne reine. Elle était faible, elle n’avait pas les tripes pour diriger qui que ce soit. C’était d’ailleurs un miracle qu’une enfant de son genre ait réussi à devenir Centurion. Pendant un instant, Rae se dit que c’était sûrement grâce à l’influence d’Elena. La bonne lettre de recommandation au bon moment, les bonnes connexions, puis Kida n’avait plus qu’à réussir une quête sans difficulté pour pouvoir prétendre au statut de Centurion. Rae se rendit vite compte que ça ne tenait pourtant pas la route ; Kida est une bonne guerrière, et si elle était visiblement faible mentalement, elle savait tout de même diriger ses troupes. Devoir reconnaître une quelconque qualité à cette gamine semblait maintenant repoussant à la chimère.

    Du coin de l’œil, elle vit le grec s’approcher, lentement, de Kida. Elle se sentait aussi plus calme, petit à petit, comme si un filet d’eau gouttait sur son cœur enflammé. En quelques coups d’œil, elle prit conscience de sa situation, du monde qui les entourait. Elle s’était complètement donnée en spectacle, et Kida en avait joué. Kida avait su utiliser la situation à son avantage, manipulant la colère de Rae et son propre discours pour mettre le public – majoritairement grec – de son côté. Échec et Mat.

    Alors quoi ? Que devait ressentir Rae à ce moment, alors que la colère ne l’habitait plus ? Elle sentait des relents de dégoût remonter lorsqu’elle regardait Kida, celle qui avait renoncé à être sa sœur. Et en même temps, une certaine fierté. En partant dans une direction totalement opposée à celle de Rae, elle avait réussi à se créer son propre royaume, ses propres techniques. Sa traîtrise était regrettable, mais lui avait permis de devenir quelqu’un de nouveau, quelqu’un qui incarnait tout ce que Rae détestait, et un petit peu de ce que Rae adorait.

    Un rire passa les lèvres de Rae sans rencontrer de résistance. C’était un rire doux et amère, plein de fierté et de rancœur pour son poulain, qui ne l’était plus tant à bien la regarder. Mais c’était, avant tout, un rire sincère, l’un des premiers depuis longtemps. Cette journée aura été pleine de surprise pour Rae, mais elle devait se terminer bientôt. Elle ne pouvait pas se donner plus en spectacle devant tout ce monde. Quoi qu’elle réponde, elle avait perdu.

    La douleur dans sa jambe se rappela à elle, et d’un coup sec, elle brisa cette maudite flèche. Il faudrait que quelqu’un lui enlève le bout restant, puis lui donne un peu d’ambroisie. Puis, il lui faudrait quitter ce camp, garder un profil bas pour les prochaines semaines. Elle reviendrait quand l’affaire se serait tassée. De toutes façons, il n’y avait pas grand-chose d’intéressant ici, à part le bar, et même ça ne valait pas le coup de rester plus longtemps dans cette colonie qui ne voudrait certainement plus d’elle pour le moment.

    Elle se retourna sans dire un mot, sans un regard supplémentaire envers Kida et son grec, et commença à boiter en direction de l’infirmerie. Plus le temps passait, plus l’adrénaline retombait, et plus cette flèche lui faisait un mal de chien.

    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum