AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ErwinFils de Poséidon


    Aleyna Kostas
    Ex-Légionnaire

    avatar

    Informations générales

    Présentation : par ici
    Journal intime :
    D-C : Aelys
    Parent divin : Letus
    Points de puissance : 168
    Messages : 19

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux baguettes de batterie qui se transforment en dagues
    Défaut fatal: Sa trop grande franchise

     
    Rassure-moi, tu sais faire autre chose que pondre des fleurs partout ?

     

     
    Ft Sasha E. Mikkelsen

     
    J'aurais peut-être dû rester à la Nouvelle-Rome. Il paraît que là-bas, on peut être carrément tranquille. J'aurais même pu reprendre ma vie à zéro, sans le moindre problème de dyslexie, ni de pâquerettes qui crèvent, ni de monstres attirés par mon odeur. En fait, j'aurais pu avoir une paix royale. Bon, évidemment, il y aurait bien eu un moment où il aurait fallu que je foute quelque chose de ma vie. Je ne sais pas encore quoi. Pour le moment, j'ai juste envie d'aller chiller au Circus Maximus, au Colisée ou que sais-je encore. Je suis sûre que ça vaut le coup, même si je pense que les conneries du type courses de chars, ça va bien cinq minutes. Ça marchait peut-être il y a 2000 ans, ça m'étonnerait que les gens en soient encore fan. Quoique, ici, il y a tellement peu de nouvelles technologies qu'il faut bien s'occuper, puisqu'on n'a pas le droit à tout appareil connecté. Il paraît que ça attire les monstres. Heureusement que j'ai pu récupérer mon vieux MP4, sinon je me demande bien ce que je serais devenue, sans ma musique. Je crois bien que j'aurais encore préféré me faire bouffer par n'importe quel minotaure de passage.

    Au final, je me suis retrouvée embarquée dans une expédition en direction du camp des Sangs-Mêlés. Enfin, je dis ça, mais j'y suis allée volontairement hein. Je pouvais bien surmonter ma flemme pour aller visiter le camp des Grecs, c'est quand même pas n'importe quoi, depuis le temps que je veux y aller. Maintenant que j'en ai enfin l'opportunité, forcément que j'ai sauté sur l'occasion ! Je me demande comment ils sont là-bas. Après tout, je suppose que ça dépend de quels Dieux ils sont l'enfant. Notre comportement est plus souvent influencé par ça que par si l'on est Grec ou Romain. J'espère seulement qu'ils sont assez accueillants. Enfin, ils n'ont pas vraiment le choix en fait. Vu que pour l'instant, les relations qu'on entretient sont encore assez distantes, ils n'ont pas vraiment intérêt à nous envoyer balader. Sinon, on va avoir du mal à rester alliés. Au pire, personnellement, je n'attends pas grand-chose d'eux, si ce n'est qu'ils me laissent à peu près tranquilles. Enfin, le problème, c'est qu'il faut bien qu'on ait des relations, sinon on est là pour rien. Moi, je veux bien, mais ça dépend. S'ils sont insupportables, ce sera une autre histoire. Enfin, je ne vois pas pourquoi ils le seraient.

    Le problème, c'est que pour atteindre le Camp des Sangs-Mêlés, il faut traverser le Labyrinthe, et ce n'est pas très praticable. Enfin, il paraît que maintenant, c'est sans danger, mais quand même, je dois bien avouer que je ne suis pas très rassurée. Mais du coup, j'imagine qu'on ne va pas pouvoir repartir de la Colonie au bout de cinq jours, vu le périple que c'est. Donc il vaut mieux qu'on s'y plaise. Je dois dire que j'ai un peu le trac. Les évènements sociaux ont toujours tendance à m'angoisser, de toute façon. Même si je sais bien que ça finit toujours avec moi qui vais me cacher dans un coin, ça ne change rien, je ne peux pas m'empêcher de stresser.

    La traversée du Labyrinthe de Dédale se fait sans encombre — relativement. Honnêtement, je m'attendais à pire. Et donc, on arrive dans le Camp des Sangs-Mêlés. Ça ressemble pas mal au nôtre, la Nouvelle-Rome en moins. Ils ont également un espèce de villages de bungalows, aussi, ça fait un peu plage, c'est sympa. J'abandonne rapidement les autres, après que les présentations sont faites, pour rejoindre les bungalows. Il y en a énormément, beaucoup plus que nous. En fait, on dirait que chacun a été construit en fonction de ses habitants. C'est une bonne idée, je trouve. Nous, on est obligé de partager notre dortoir avec les autres de la cohorte, donc c'est compliqué de faire des fantaisies. Enfin, en même temps, je ne sais pas s'ils ont réellement un bungalow par personne, ou alors c'est qu'ils ne sont vraiment pas nombreux, parce qu'il n'y en a pas tant que ça. Peut-être qu'ils ont un système de colocation ?

    Je finis par m'avachir sur un banc — bah, on a marché longtemps, il faut me comprendre ! — à proximité d'un bungalow envahi par les fleurs. Il a fallu que j'atterrisse au seul endroit qui sert visiblement de jardinerie, super, j'ai vraiment la poisse. Je sais pas qui en est le propriétaire, mais je me demande bien comment il fait pour supporter l'odeur fleurie, c'est beaucoup trop entêtant !
    Ah bah tiens, je vais sans doute pouvoir lui demander, parce que je vois une rouquine qui en sort. Je ne lui donnerais pas plus de 18 ans, je pense. D'ailleurs, j'ai remarqué qu'il n'y avait que des jeunes dans cette colonie, c'est étrange, non ? Je sais pas comment ça se fait, à croire qu'ils crèvent à 25 ans dans ce coin. Finalement, peut-être qu'être romaine, ça a des bons côtés.

    « Salut ! Moi c'est Aleyna, du camp Jupiter, fille de Letus, et toi ? » Je vais essayer de m'en faire une amie, pour changer. Bon par contre, il va falloir qu'elle m'explique toutes ces fleurs, parce que clairement, c'est une abomination. « C'est toi qui as planté toutes ces fleurs ? Non parce que clairement, je serais toi je les arracherais hein, ça pue la mort ces merdes là. »

     
    (c) Codage par Neph

    Sasha E. Mikkelsen
    Pensionnaire

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : //
    Parent divin : Hébé
    Points de puissance : 233
    Messages : 72

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Poignard en bronze céleste
    Défaut fatal: Sa tendance à donner trop de secondes chances
    Sasha n’avait aucune envie de se lever. En fait, si elle avait pu rester dans son lit à flemmarder toute la journée, elle l’aurait sans doute fait et ce, avec son casque sur les oreilles. Sauf que ça ne marchait pas comme ça. Il allait falloir se lever, s’habiller correctement pour être présentable devant dieu sait qui - encore une expression que Sasha utilise de manière un peu trop ironique - s’entraîner, faire quelques corvées et traîner en soirée. Le truc, c’est qu’aujourd’hui, la jeune fille n’avait rien prévu, rien du tout. Traîner avec quelques-uns de ses frères et soeurs ? Pourquoi pas mais pas spécialement. Ce n’est pas qu’elle ne s’entend pas avec eux loin de là. Seulement, à force de fréquenter le même bungalow, en cinq ans, la rouquine sait à quoi s’attendre et, parfois, elle a juste envie de découvrir de nouvelles têtes, de nouvelles personnalités comme pour se donner une jeunesse nouvelle. Sauf qu’ici, dans ce bungalow, c’était plutôt difficile. Enfin, de nouvelles têtes arrivaient tous les ans plus ou moins, la plupart étaient jeunes, onze ou douze ans voire treize. Certains, plus rares, avaient déjà l’âge de Sasha lorsqu’ils venaient ici pour la première fois. Cela dépendait sans doute du parent divin, de l’exposition aux monstres, des choses dans le genre dont elle ne se préoccupait pas tant que ça au final.

    Lâchant un soupir, l’adolescente se releva d’un coup en position assise et ferma les yeux le temps que la sensation de vertige se dissipe. Elle était l’une des dernières à toujours être dans le bungalow. Rapidement, elle se trouva des fringues pas trop sales et les enfila sans oublier de mettre sa veste en jean pour recouvrir le tout. Celle-ci commençait à se faire vieille, légèrement élimée un peu partout. Il allait bientôt falloir la remplacer par une nouvelle ou se mettre définitivement au cuir, au choix. Elle se soucierait de tout ça plus tard, ce n’était pas le plus important pour le moment. Enfilant ses chaussures en un mouvement rapide, son ventre grogna comme pour faire écho à ses pensées. Elle avait faim. Non. Elle crevait la dalle même. La plupart du temps, elle n’avait pas faim mais seulement envie de manger, l’un de ses gros défauts. Peut-être qu’elle irait ramasser quelques fraises, ni vue ni connue tout à l’heure histoire de satisfaire son estomac qui ne réclamait rien d’autre que du sucré. Ou de la viande, c’était bien aussi la viande. Mais pour le moment, personne n’a encore inventé un système pour faire pousser la viande et, clairement, elle n’allait pas aller chasser du monstre - ou du satyre remarque, ça se mange la chèvre - juste pour se rassasier. C’est bon le monstre ? Ça se mange au moins ? Faudrait trouver quelqu’un d’assez stupide pour tenter l’expérience. Remarque, peut-être que si elle proposait cela sous forme de défi à un rejeton d’Hermès ou d’Apollon, ça pourrait marcher. À voir. Comme dirait son père, il y a un temps pour tout et là, c’était le temps d’aller se cueillir quelques fraises.

    En sortant, elle adressa un vague signe de la main derrière elle pour les retardataires avant de passer la porte pour s’avancer de quelques pas en s’étirant. Elle réprima un bâillement qui lui fit monter les larmes aux yeux, comme toujours lorsqu’elle avait encore sommeil même si cela pouvait bien lui arriver en plein après-midi. Son corps s’était toujours foutu de savoir si ses réactions étaient appropriées de toute façon. Elle lâcha son second soupir de la journée - elle avait un quota de soupirs à remplir depuis peu, s’étant rendue compte de cette curieuse manie de soupirer - et s’avança dans l’intention d’aller s’avachir sur le banc placé en face du bungalow. Problème, il y avait déjà quelqu’un. Second problème, Sasha ne connaissait cette personne ni d’Ève ni d’Adam. Évidemment, elle ne pouvait pas se targuer de connaître tout le monde à la Colonie, il y avait trop de monde et sa mémoire était beaucoup trop défectueuse pour retenir autant de noms et encore moins les associer à une multitude des visages. Mais quand même, d’habitude, les gens lui paraissaient vaguement familiers ! Mais là, rien, que dalle. Ah. C’était sans doute une romaine. Une romaine avec des cheveux bleus, un piercing bien enfoncé dans la lèvre inférieure et un maquillage hyper prononcé dans le type “je suis trop dark”. Ben dis donc, les romains n’étaient pas censés être des accros de la discipline et de l’uniformité ? Parce que pour le coup, là, c’était raté et en beauté !  Peut-être qu’ils évoluaient avec leur temps. Après tout, si les sang-mêlés devaient faire comme leurs parents, tout le monde serait rendu à poil à toute heure. Point positif néanmoins, la romaine avait une veste en cuir et ça, ça c’était cool. Non en fait c’était juste une veste mais Sasha avait tendance à s’emballer un peu avec les styles vestimentaires, aimant bien associer les clichés avec les gens qu’elle rencontrait. Peut-être parce qu’elle avait bien conscience d’en être un elle-même, un sacré cliché. Parfois, son père lui disait en riant qu’il ne manquerait plus qu’elle se mette à fumer de l’herbe. En un sens c’était vrai. Dans l’autre, Sasha n’avait jamais vraiment eu envie de s’essayer à ce genre de choses. Mais il faut une première fois à tout comme on dit. Un autre jour, peut-être.

    « Salut ! Moi c'est Aleyna, du camp Jupiter, fille de Letus, et toi ? » se présenta l’inconnue qui, au final, savait parler. Letus. Cela ne disait rien à la rouquine et pourtant, elle connaissait quelques divinités romaines. Sans doute que celle-ci était une divinité mineure ce qui expliquerait le fait que le nom ne lui dise rien. Il ressemblait un peu au nom de la mère des jumeaux Apollon et Artémis mais à part ça, ça ressemblait plutôt au mot “laitue” qu’autre chose. « Sasha. Fille d’Hébé mais tu connais sans doute pas, déesse mineure. » Ouais parce qu’ici, forcément, tout le monde connaissait plus ou moins Hébé, au moins de nom. Mais allez donc demander aux mortels de vous dire qui elle est et ce qu’elle représente, tout de suite ce sera un peu moins fun. Ils répondraient un truc du genre “Eh beh…” et seraient fiers de leur jeu de mot pourri comme s’ils étaient les premiers à le faire. Sasha était même sûre de pouvoir en trouver un certain nombre à la Colonie pour lui faire le coup. Enfin, ça ne lui importait pas tant que ça, ce n’était pas comme si elle tenait à préserver l’honneur de sa mère à tout prix. Elle avait même plutôt tendance à ne pas comprendre cette dévotion à l’égard de dieux ne s’intéressant à leurs enfants que lorsqu’il s’agit de se battre pour eux au mépris de leurs opinions. Bref, mieux valait ne pas lancer ce genre de débat avec Sasha, elle avait plutôt tendance à les prendre très - trop - à coeur. Comme si, quelque part, son implication avait un impact sur quoi que ce soit.

    « C'est toi qui as planté toutes ces fleurs ? Non parce que clairement, je serais toi je les arracherais hein, ça pue la mort ces merdes là. » Oh. Sasha haussa un sourcil, son léger sourire la quittant immédiatement. D’accord. Très bien. L’autre n’aimait pas les fleurs ? Pourquoi était-elle venue s’échouer ici dans ce cas-là ? Sans doute qu’elle ne voulait pas trop s’approcher du bungalow des Demeters ou des Aphrodites. Après tout, la résidence des enfants d’Hébé était loin d’être la plus fleurie, les fleurs n’étant pas forcément le symbole de la jeunesse. Enfin, les lilas symbolisent la jeunesse, certes, mais les fleurs symbolisent à peu près tout ce que les hommes peuvent bien inventer. « Elles ont pas besoin de moi pour pousser tu sais. Parfois je les aide à rester en vie un peu plus longtemps mais c’est un peu épuisant et je peux pas le faire indéfiniment. » Sasha haussa les épaules. Elle ne savait pas très bien pourquoi elle justifiait sa présence ici, après tout, ça ne regardait en rien la romaine et de toute façon, elle n’était même pas venue pour s’occuper des fleurs. Faut pas non plus croire qu’elle passe son temps à s’occuper des végétaux, elle n’est pas une fille de Déméter et encore moins une nymphe. Pas qu’elle n’aime pas les nymphes mais devoir rester lié à un tronc d’arbre, ça doit pas être bien fun tous les jours. De plus, elle ne comprenait pas trop cette manie que certains avaient de l’associer aux fleurs. Bon, d’accord elle passait du temps à les observer pour savoir si certaines ont besoin d’aide ou non, d’accord elle était plutôt solitaire comme fille, d’accord elle aimait les fleurs, d’accord l’un de ses pouvoirs était plutôt facilité sur les fleurs, d’accord, ça elle voulait bien l’entendre, pas de problème. Mais quand même, fallait pas que ça devienne récurrent ! « Tu devrais éviter les bungalows quatre et dix. C’est là où tu trouveras le plus de végétation, ici c’est rien. T’aimes pas la nature ? » demanda-t-elle en faisant mine d’être intéressée. Dans le fond, c’était une conversation pour le moins inutile mais n’était-ce pas elle qui, un peu plus tôt, était désireuse de voir des nouvelles têtes ? C’était là l’occasion parfaite pour faire un peu connaissance. Comme quoi, les fleurs, ça pouvait être utile dans la vie.

    Aleyna Kostas
    Ex-Légionnaire

    avatar

    Informations générales

    Présentation : par ici
    Journal intime :
    D-C : Aelys
    Parent divin : Letus
    Points de puissance : 168
    Messages : 19

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux baguettes de batterie qui se transforment en dagues
    Défaut fatal: Sa trop grande franchise

     
    Rassure-moi, tu sais faire autre chose que pondre des fleurs partout ?

     

     
    Ft Sasha E. Mikkelsen

     
    Je me demande ce qu'elle pense de moi. Enfin, en soi, l'avis des autres à mon sujet ne m'importe pas plus que ça. Mais je me demande si je suis la première Romaine qu'elle voit, ou non. Après tout, elle est ma première rencontre Grecque, enfin, en dehors du centaure avec qui on a rapidement échangé à l'entrée, mais ça, c'est différent, ce n'est pas authentique ; c'est trop cordial pour l'être. Là, c'est différent. On apprend réellement à se connaître. Je sais que les Romains sont réputés pour être des obsédés de la discipline, ce qui est loin d'être mon cas. En même temps, cela vient seulement de l'organisation de notre camp, qui est certes différente de la leur. Mais je n'en ai pas vu assez pour pouvoir les juger ; si ça se trouve, ils ne sont pas bien différents. Après tout, je ne vois pas pourquoi les Grecs pourraient se la couler douce alors que nous, non. En plus, ils n'ont pas la Nouvelle-Rome, ce qui n'est quand même pas un bon point. Qu'est-ce qu'ils font de leur journée, à part s'entraîner ? J'espère qu'ils ne font pas que ça, parce que sinon, le séjour risque d'être assez chiant. Mais, j'ai aperçu un bar quand je suis arrivée. Je n'y suis pas encore entrée (non mais franchement, vous me prenez pour qui ? La première chose que je fais quand j'arrive quelque part, ce n'est certainement pas entrer dans un bar, je suis quand même pas une fille de Bacchus !) mais franchement, se bourrer la gueule me semble être une activité tout-à-fait enrichissante. Enfin, je ne crois pas que le mot soit bien choisi, mais bon. Surtout que c'est même carrément le contraire, vu que l'alcool, ça coûte un bras. Enfin bref.

    Au pire, le temps que je visite tout ça, ça me fera une occupation. En plus, il faudrait que je sache pourquoi je suis ici parce que bon, techniquement je suis pas venue faire du tourisme. Je sais que Samael donne des cours d'escrime aux gens d'ici. Je n'ai pas trop compris pourquoi, à vrai dire. Ils n'ont personne pour leur apprendre, ici, ou quoi ? En plus, c'est pas comme si c'était un fils de Minerve ou de Mars ; ben non, c'est mon demi-frère. Et en ce qui me concerne je suis loin d'être une grande fan des épées ; c'est trop grand, trop lourd, trop lent, enfin bref, c'est nul. Au pire je veux bien donner des cours de batterie. Bon, je doute que ça serve à grand-chose, mais bon, s'il y avait que l'entraînement dans la vie, ce serait triste quand même, non ? Je suis sûre qu'ils n'ont pas de batteur chez eux. Enfin non, en vrai je sais pas, et y a pas de raison, mais quand même. Je suis sûre que même s'ils en avaient un, je serais meilleure que lui.

    Au pire je peux toujours demander à la gamine aux fleurs. Non mais sérieusement il y a que des mômes dans ce camp ? Non parce que ça par contre, ça risque de pas me plaire. Enfin, en soi ça va, c'est pas comme si c'était une armée de primaires, mais quand même, des fois les gens à cet âge là, c'est trop agité, c'est gonflant. Surtout quand ça a un bar à proximité, après ça veut faire des soirées tous les jours, comme si une personne normalement constituée aurait la force de faire ça. Ou alors c'est juste moi ? J'en sais rien, peut-être.

    « Sasha. Fille d’Hébé mais tu connais sans doute pas, déesse mineure. »

    Hébé. Outre son nom de merde, je crois que j'ai oublié à quoi cette déesse là servait. Euh... Je crois que c'est une connerie à propos de jeunesse éternelle ou un truc du genre. Ou la déesse de la vie ? Wow. Dans ce cas là, elle sert vraiment à rien, parce que bon, entre la vie et la mort, je veux pas dire, mais c'est toujours la mort qui gagne hein. Et puis la jeunesse éternelle, ça existe pas. Attends mais en fait, ça se trouve, cette fille là, Sasha, en vrai elle a genre 40 ans et elle a l'apparence d'une gamine de 16 ans ? Non ça m'étonnerait en fait. Si ce genre de chose existait, ça serait quand même un peu contre-nature. Quoique, est-ce qu'elle serait immortelle, du coup ? Peut-être pas. Je m'étais jamais posé la question, tiens. Parce que peut-être que même si notre apparence n'évolue pas au fil du temps, ce n'est pas le cas de notre organisme, et au final, on finit quand même par mourir de vieillesse alors qu'on a l'air d'avoir 16 ans. Qui sait ?

    « Ah si si ça me dit quelque chose. Enfin vaguement. La déesse de la jeunesse ou de la vie, non ? Je me souviens plus. Faut dire qu'elle sert pas à grand-chose, hein ? » Je marque une petite pause. « Mais non je rigole. Letus, c'est le dieu de la Mort. Au cas où t'aurais oublié. Vu que les gens oublient souvent. »

    En général, les gens connaissent les noms des dieux Grecs, mais pas des dieux Romains. Parce qu'en même temps, c'est pas vraiment les originaux, c'est juste des sortes d'alter égo ? Enfin, je peux comprendre. Déjà que c'est galère de connaître les noms de tout le monde, si en plus faut retenir ceux des autres mythologies, on est pas sorti de l'auberge.

    « Elles ont pas besoin de moi pour pousser tu sais. Parfois je les aide à rester en vie un peu plus longtemps mais c’est un peu épuisant et je peux pas le faire indéfiniment. », reprend Sasha. Oh. Aurait-elle mal pris ma remarque sur les fleurs ? Non, je pense pas. Elle a pas l'air du genre à mal prendre quoi que ce soit, en fait. Tant mieux. Je supporte pas les gens susceptibles. Non mais c'est vrai, d'où tu te vexes parce que quelqu'un te fait remarquer tes défauts, c'est absurde ! « Tu devrais éviter les bungalows quatre et dix. C’est là où tu trouveras le plus de végétation, ici c’est rien. T’aimes pas la nature ? », continue la rouquine. Les bungalows quatre et dix. Ok, je note. Pas envie de finir noyée dans les plantes, merci bien.

    « Ok, merci, je note. La nature et moi, ça fait trente six mille, je déteste ça. C'est un peu cliché, je sais, mais bon. C'est pas un peu inutile de s'épuiser pour des pauvres fleurs ? T'as rien de mieux à faire de ta vie ou quoi ? Vous vous faites chier à ce point ici ? »

    Je vais partir du principe qu'elle est pas susceptible, sinon j'ai l'air con moi hein. Fin au pire ça changera pas des masses de d'habitude.

     
    (c) Codage par Neph





    Merci beaucouuuuuup Power

    Sasha E. Mikkelsen
    Pensionnaire

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : //
    Parent divin : Hébé
    Points de puissance : 233
    Messages : 72

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Poignard en bronze céleste
    Défaut fatal: Sa tendance à donner trop de secondes chances
    La rouquine alla s’asseoir aux côtés de la romaine sur le banc. Elle se sentait ridicule à rester debout face à elle comme une fillette accusée d’un vol de bonbons par son professeur. Surtout que vu la tronche de cette Aleyna, Sasha ne pensait pas qu’un seul gamin serait assez courageux pour provoquer son courroux. Non mais sérieusement, elle, ça ne lui posait aucun problème tout l’attirail punk, emo, dark ou que savait-elle encore mais les mômes ? Elle devait les faire flipper comme pas possible. Peut-être que c’était le but ? Même si elle ne la connaissait pas, quelque part, cela ne la surprendrait pas.

    « Ah si si ça me dit quelque chose. Enfin vaguement. La déesse de la jeunesse ou de la vie, non ? Je me souviens plus. Faut dire qu'elle sert pas à grand-chose, hein ?  Mais non je rigole. Letus, c'est le dieu de la Mort. Au cas où t'aurais oublié. Vu que les gens oublient souvent. » Sasha ne put s'empêcher d'esquisser un léger sourire en coin et hocha brièvement la tête. Sa mère, la déesse de la jeunesse, de la vitalité, ce genre de choses. Elle ne prit cependant pas la peine de défendre l'honneur de sa figure maternelle quant à son utilité. Elle ne pouvait pas en juger. Oh, Sasha n'avait rien contre sa parente divine mais, en même temps, elle restait tout de même plutôt neutre à son égard. Si elle n'avait pas été sa fille, elle n'aurait pas ce problème d'hyperactivité, ne souffrirait pas de dyslexie et n'aurait pas une espérance de vie dépassant difficilement les vingt ans. D'un autre côté, la rouquine s'était découvert une toute nouvelle famille, variée en personnalités, qui ne pouvait que la combler même si bien évidemment, son père lui manquait terriblement. Et puis elle se sentait bien ici, à l'aise comme si elle était à la maison même si cela avait pris un certain temps lors de ses premières années à la Colonie.

    « Ok, merci, je note. La nature et moi, ça fait trente six mille, je déteste ça. C'est un peu cliché, je sais, mais bon. C'est pas un peu inutile de s'épuiser pour des pauvres fleurs ? T'as rien de mieux à faire de ta vie ou quoi ? Vous vous faites chier à ce point ici ? » C’est clair que là, le cliché était poussé jusqu’au bout. Style de punk, parent divin représentant la mort, déteste la nature. Comme quoi, Sasha n’était pas le seul cliché sur pattes du coin. Elles devraient songer à former un club de personnes clichées. Ouais non. Elle avait des idées et des pensées quelque peu étranges ce matin, sans doute parce qu’il était encore tôt pour son cerveau et qu’elle était encore fatiguée. Elle était constamment fatiguée de toute façon, comme si son corps ne connaissait pas le concept de repos.

    « C'est un peu une façon de m'entraîner. À force de les rajeunir à petite dose, mon pouvoir augmente. Pas très vite mais un peu. Qui sait, peut-être qu'un jour je pourrais rajeunir les hommes, même si je ne sais pas si ce serait une très bonne chose. » Elle haussa les épaules suite à cette déclaration. L’humanité détruisait déjà suffisamment la planète Terre, mieux valait ne pas augmenter son espérance de vie. Enfin, pour le moment, elle était encore loin d’avoir développé son pouvoir de cette manière. Elle s’entraînait toute seule dans son coin avec ses parterres de fleurs qui, techniquement, n’étaient pas les siens. C’était d’ailleurs aussi pour cette raison qu’elle n’agissait pas tout le temps vis-à-vis de la nature, elle ne voulait pas offenser les nymphes. Quoique, étant donné qu’elle passe son temps à rajeunir les plantes, leurs habitantes ne devraient pas y voir une raison de s’offusquer mais plutôt de la remercier. Pas que Sasha fasse cela pour la reconnaissance des nymphes. Elle esquissa un léger sourire en coin en repensant à la présentation d’Aleyna. La fille du dieu de la mort hein ? Elle par contre, elle ne devait pas être une amie des nymphes si elle était en mesure de faire crever la nature. Enfin, peut-être que ses capacités affectaient une toute autre chose que le monde végétal. Même si ce serait carrément flippant si elle était en mesure de tuer les gens simplement en les touchant par exemple. Enfin, un pouvoir ça se contrôle et la jeune femme avait l’air plus vieille que Sasha, elle devait avoir eu le temps d’apprendre à le maîtriser correctement.

    Après tout, Chiron et bien d’autres avaient toujours pointé du doigt le fait que les demi-dieux grecs devraient se sentir chanceux d’être dans un camp aussi laxiste que le leur, les romains étant, apparemment, beaucoup plus axés discipline de fer, obéissance absolue et ce genre de choses. Enfin, ce n’était peut-être pas comme ça que Chiron avait présenté les choses mais c’était ainsi que Sasha les avait comprises. Elle n’avait pas vraiment écouté non plus. Il faut bien admettre qu’elle n’attendait, personnellement, pas grand chose de cet espèce d’échange entre les deux camps, elle continuerait à vivre sa vie comme elle le faisait, elle n’allait pas se déranger pour quelques nouvelles têtes. Aussi bleues soient-elles.

    « C'est si différent qu'au Camp Jupiter, ici ? » demanda-t-elle tout de même. Ce n’était pas parce que l’annonce de l’arrivée de quelques romains au camp ne l’avait pas intéressée plus que ça qu’elle n’allait pas profiter d’avoir une vraie romaine, en chair et en os, en face d’elle pour lui poser deux trois questions. Et puis mine de rien elle n’avait pas l’air bien méchante si on oubliait le fait qu’Aleyna ne semblait pas connaître les couleurs vives ailleurs que dans ses cheveux. Surtout que, selon les faits, les demi-dieux romains vivaient bien plus longtemps que les demi-dieux grecs, Sasha en avait la preuve vivante juste à côté d’elle. Autant qu’elle profite de sa présence pour gratter un ou deux conseils de survie parce que bon, soyons honnêtes, mourir à vingt ans, à peine, ça n’entrait pas vraiment dans ses plans de vie.

    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum