AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ElvireChasseresse


    Solan Hamilton
    Légionnaire de la 5e cohorte

    Solan Hamilton

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Andrew, Samael
    Parent divin : Metus
    Points de puissance : 363
    Messages : 65

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Un fouet hérissé de piques en or impérial et une hache double en bronze céleste
    Défaut fatal: Curiosité
    Le soleil commençait à se lever lorsque Solan s’était réveillé. Un rayon en pleine gueule, super, la journée s’annonçait bien. Aveuglé, il se redressa en grognant, s’étira puis se leva pour prendre sa douche matinale. L’eau était glacée, ça faisait déjà plusieurs jours que le plombier devait passer dans la matinée, mais annulait au dernier moment avec une excuse béton. Agacé, il s’habilla rapidement et attrapa son sac dans lequel il fourra son ordinateur, son portefeuille, et son repas du midi.

    L’envie d’aller assister au cours de biologie était à peu près aussi présente que celle de s’amputer le bras. Il sorti les écouteurs de sa poche et enclencha la lecture aléatoire sur son téléphone avant de franchir le seuil de la porte et de fermer à clé. Il n’avait pas de colocataire, contrairement à la plupart des résidents. Ca lui allait bien, il pouvait faire ce qu’il voulait quand il voulait, même s’il s’agissait de repousser à demain l’heure de faire cette foutue lessive. Ou de se préparer un café à trois heures du matin en chantant si le cœur lui en disait.

    Solan était en double cursus, biologie et sciences sociales. Son premier cours de la journée serait celui de biologie, ou il était prévu une dissection. Il adorait les dissections. Il adorait voir tous les rouages, comprendre les mécanismes, il aimait apprendre tout simplement. Finalement peut-être que cette journée pourrait ne pas être si terrible que ça. Il changea de chanson, et en profita pour regarder l’heure. Bien entendu, il était en retard. Il rejeta la tête en arrière en grognant, puis se hâta de traverser le campus.

    Il grimpait les marches quatre à quatre, bousculant au passage quelques personnes auxquelles il montrait son majeur lorsqu’elles avaient le malheur de s’en plaindre et atteignit l’étage supérieur du bâtiment ou devait avoir lieu son cours. Le premier se déroula relativement bien, en tout cas mieux que le deuxième qui l’avait assommé pour le reste de la journée. A vrai dire, il n’en n’avait rien retenu, si ce n’est que c’était d’un chiant... C'est avec une flemme immense qu'il sorti de la cafétéria ou il s’était installé pour manger afin de traverser le campus pour assister au dernier cours de la journée. Enfin.

    Bien qu’il eût trouvé l’ouvrage qu’on leur avait demandé de lire très intéressant, il n’avait pas apprécié le prof qui dispensait le cours et n’était pas revenu depuis. Mais il savait qu’il ne pouvait pas se permettre de rater la moindre matière, et c’était donc dans la plus grande des joies qu’il se présenta à son chargé de TD, s’excusant de son absence en prétextant un problème de famille. Compréhensif, il donna les extraits des textes à étudier à Solan et lui fit signe d’aller s’asseoir.

    Il se détourna du bureau pour chercher une place dans la salle. Bondée. Il ne restait qu’une chaise de libre et dans un soupir bien trop bruyant associé à un regard blasé, il se fraya un chemin entre les tables pour rejoindre sa place. Une fois assis, il posa les feuilles sur la planche de bois et commença à lire les textes. Bien trop chiants pour lui, il arqua un sourcil, l’air de dire c’est quoi cette merde encore, puis se contenta de les reposer.

    Au bout d’une heure de cours, Solan en était presque au point de se baver dessus tellement il s’ennuyait. Son regard s’attardait partout, sauf sur le tableau décoré de lettres, de flèches, et de mots qui n’avaient rien à voir les uns avec les autres. C’était donc ça, la stratification sociale ? Chiant. Pourtant le livre annonçait une matière passionnante sur la lutte des classes. Mais non. Il regarda par la fenêtre sur sa gauche. Le ciel était couvert de nuages noirs annonçant l'orage.

    Sentant un regard sur lui, il tourna un peu plus la tête pour se trouver face à une fille qu’il avait déjà croisé, sans pour autant lui faire la conversation. Néanmoins, en cet instant un peu trop monotone à son goût, il lui sourit. Elle avait les traits fin, la peau mat, et un regard qui transperce sur place, un peu comme une morsure glaciale. Belle, mais elle avait l'air d'avoir un sacré balais dans le cul. Il fut tiré hors de sa bulle quand il entendit la voix trop plate de l’enseignant lui dire :

    "Tous les groupes sont formés pour les exposés, donc vous travaillerez avec Elvire ici présente."

    Elvire, sérieusement ? Ses parents devaient la détester dès sa naissance franchement, voir même avant. Il étouffa un petit rire, se contentant de découvrir ses dents dans un sourire et d’acquiescer.

    "Elvire, hein ? Enchanté. Solan."

    Il lui tendit la main, la serra et se leva de sa chaise pour mettre son manteau. Avec une lueur de malice dans les yeux, il reprit :

    "Sincèrement désolé, mais il va falloir que tu m’expliques à peu près tout sur cet exposé. J’ai rien écouté."

    Puis il se mit à siffler en rangeant ses affaires. Son sac enfin sur le dos, il se retourna vers Elvire qui n’avait pas dit un mot et continua sur sa lancée :

    "Bon, on va pas rester mille ans ici, tu préfères quoi, la cafétéria ou la bibliothèque ?"

    Elvire Nell
    Lieutenante d'Artémis

    Elvire Nell

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : x
    Parent divin : Hécate
    Points de puissance : 708
    Messages : 169

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux boomerangs et une lance
    Défaut fatal: Sa non-confiance
    Elvire se laissa brusquement tomber sur sa chaise de classe, agrémentant sa chute d’un lourd soupir éreinté - et un tantinet découragé. Cela faisait très longtemps qu'elle était réveillée, ce fait était un euphémisme presque risible; à vrai dire, le soleil lui-même avait eu plus de repos qu'elle, l'étudiante ouvrant ses paupières bien avant son entrée. En effet, elle était fonctionnelle depuis 4h40 du matin et des poussières, parée en vue de son examen de natation à 5h30 et pour tous ses autres cours de la journée.

    Avec les activités en dehors de l'école, son surplus de cours et son travail à la réserve naturelle, la jeune femme n'avait presque plus de temps pour son selfcare. Ce n'était pas vraiment ennuyant, loin de là, car elle devait obtenir plus que des bonnes notes pour décrocher son avenir à sa prochaine école, mais… aujourd'hui était un jour où elle aurait préféré dormir toute la journée plutôt que de réviser encore pendant cinq heures. Par exemple, Maria et elle aurait pu écouter Netflix avec des chips, ou aller voir l'une de leurs amies, peut-être même sortir dans un bar le soir ? Tout aurait été plus amusant que de remettre son nez au sein des calculs fatiguant de ce cours tout aussi assommant. Tout de même, –

    Sortez vos affaires, nous allons commencer.

    Rapidement écourtée dans ses pensées par le début du cours, elle secoua sa tête dans l’intention de s'encourager et ouvrit sa bouteille, avalant une gorgée de café pour se préparer.

    Au bout d'une heure, la grecque rangea ses livres, ayant terminé la plupart des exercices demandés. Dans ces conditions, libre de son temps, elle passa un regard désintéressé autour d'elle, balayant lentement les élèves qui s'efforçaient de comprendre l’apprentissage. Quasiment tous avaient une mines déconfites et personne n’avait l’air d’avoir bientôt finis... Enfin, tous sauf un; l’humain à ses côtés qui, visiblement, avait plus bavé sur ses pages qu'écrit dessus. Comme s'il lisait dans ses pensées, sa tête se tourna pour venir rencontrer ses propres yeux, un sourire venant éclaircir ses traits anguleux.

    Tous les groupes sont formés pour les exposés, donc vous travaillerez avec Elvire ici présente.

    La mentionnée envoya un regard suppliant vers le prof, se cognant malheureusement à un mur de non-négociation symbolisé par un négligent haussement des épaules. Bordel, c'est pas vrai ! Ce garçon s'était endormi en cours et le professeur, sachant très bien son statut, trouvait la force de le placer avec elle ? C'était une blague, une caméra cachée ? Elle n'était pas une bouée de sauvetage pour étudiants en danger, seigneur ! De plus, ses examens étaient bien trop proches pour qu'elle soit en plus obligée de traîner à ses côtés un poids dégradant… Ainsi presque prête à se cogner la tête sur son bureau, elle préféra tout de même garder son front hors du danger et tenta un sourire épuisé vers le garçon.

    Génial, il se moquait en plus.

    Elvire, hein ? Enchanté. Solan.
    Enchanté… murmura la femme du bout des lèvres, plus par politesse que par envie.

    Elle regarda ensuite d'un air sans émotion la main qu'il lui tendait, finissant néanmoins par lever la sienne pour répondre à la présentation. Avec un peu d'espoir, peut-être n'était-il pas si mal dans la matière et le projet ne prendrait pas trop de temps… Sans vraiment se donner d'illusions, l'étudiante se leva en retenant un soupir, rassemblant ses affaires avec l'énergie d'un poisson mort.

    Sincèrement désolé, mais il va falloir que tu m’expliques à peu près tout sur cet exposé. J’ai rien écouté.

    Quelle surprise ! Son abattement étant maintenant pleinement prouvé, elle enfourna d'un mouvement un peu brusque sa tonne de livres dans le fond de son sac, imaginant la tête du garçon à la place d'un des bouquins. Génial, vraiment génial; terminant son rangement hâtif sur ses pensées, elle ne put retenir un froncement de sourcil en l'entendant de surcroît siffloter une mélodie grandement irritante.

    Bon, on va pas rester mille ans ici, tu préfères quoi, la cafétéria ou la bibliothèque ?
    La bibliothèque, répondit-elle du tic au tac en se détournant déjà vers la porte.

    S'ils devaient traîner ensemble, autant que ce soit dans un endroit où ils ne pouvaient que peu parler. Ouvrant donc la marche vers le pavillon C — le plus vieux et celui qui abritait son endroit préféré pour étudier, l'étudiante rumina longuement ses pensées en avalant sa dernière gorgée de café noir. D'habitude, elle n'était pas aussi mauvaise envers les autres, mais aujourd'hui n'était certainement pas une bonne journée pour se faire des amis. Ceux-ci se trouvaient lorsqu'elle avait plus d'heures de sommeil et, surtout, quand ils étaient des mâles un peu plus raffinés que le genre d'homme comme... Lui. Elle ne voulait pas juger, mais avait déjà rencontré beaucoup trop de garçons hétérosexuels et blanc pour ressentir une pointe de pitié en ce qui concernait ce Solan.

    Perdue dans ses pensées, elle finit par se rendre compte de l'arrivée imminente, les portes de la bibliothèque trônant d'un air grandiose devant eux. Parfait; Elvire poussa un des côtés pour s'engouffrer à l'intérieur, réduisant sa vitesse pour se diriger droit sur une des vieilles alvéoles construites pour étudier en silence.

    Voilà, commença la femme en refermant la porte derrière les deux êtres. C'est pas très spacieux, mais on en a pas pour longtemps. J'ai encore un cours dans deux heures, alors je vais sûrement juste avoir le temps de t'expliquer la matière. Elle s'assit ensuite dans un vieux divan, sortant tout ce qui était nécessaire à l'explication. T'es prêt ?

    Elle n'avait pas toute la journée.
    Surtout pas avec lui.


    Solan Hamilton
    Légionnaire de la 5e cohorte

    Solan Hamilton

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Andrew, Samael
    Parent divin : Metus
    Points de puissance : 363
    Messages : 65

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Un fouet hérissé de piques en or impérial et une hache double en bronze céleste
    Défaut fatal: Curiosité
    Elvire avait répondu rapidement. Ce serait donc la bibliothèque ; parfait pour lui, il avait la flemme de parler, et avec un peu de chance, ça lui éviterait les remontrances s’il s’avisait de plaisanter un peu trop à son goût. La bibliothèque de situait au niveau du pavillon C : une ruine, un vestige de l’enseignement. Lui qui avait presque bavé sur sa feuille une vingtaine de minutes auparavant se retrouvait en pleine forme.

    Sur le chemin, Solan s’était retourné deux fois. La première, pour un beau garçon qui lui avait tapé dans l’œil la semaine précédente, la deuxième pour vérifier qu’il n’avait pas perdu Elvire en route. Mais non, elle était bien là, et elle avait l’air déterminée à en finir le plus vite possible. Il franchi le seuil de la porte de la bibliothèque juste après elle, qui le conduisit dans une salle d'études. S’il voulait autant qu’elle raccourcir ce moment, il fallait qu’il y mette du sien.

    " Voilà. C'est pas très spacieux, mais on en a pas pour longtemps. J'ai encore un cours dans deux heures, alors je vais sûrement juste avoir le temps de t'expliquer la matière. "

    La porte à peine refermée, elle s’assit sur un vieux sofa puis sortit ses affaires.

    "T’es prêt ?"

    Il inclina la tête pour lui signifier un oui. Lorsqu’elle se mit à parler, des brides d’informations lui revinrent à la mémoire, et il fut bientôt capable de prédire les paroles d'Elvire. Il avait déjà étudié le sujet, les trois Ordres, ces affaires de catégories sociales dans l’histoire antique grecque et romaine dans des tas de bouquins, puis il s’était penché sur les différentes castes de l’histoire médiévale avec passion. Petit à petit, il avait accumulé à peu près une douzaines de livres sur le sujet l'année passée. Dingue, comment des profs aussi chiants pouvaient dispenser des cours aussi intéressants pour en faire une version aussi insipide ? A vrai dire, il n’avait pas vraiment besoin qu’on lui fasse un récapitulatif, qu'il n'avait de toute façon pas demandé, et décida vite d’interrompre le monologue d’Elvire :

    "Ok pouce. Pouce te dis-je, on a pas besoin de passer par là, je t’assure. On peut passer à ce qui est nécessaire pour l’exposé ?"

    Voyant une lueur dubitative dans les yeux de son interlocutrice, il s’était senti obligé de lui prouver qu’il avait déjà acquis les connaissances de base. Levant les yeux au ciel, il avait marmonné un « bravo la confiance » dans sa barbe avant d’enchaîner en prenant soin de parler bas sur les différences entre les grecs et les romains.

    "Chez les grecs, on a les citoyens, les métèques et les esclaves, je pense que j’ai pas besoin de te faire un dessin. Par contre chez les romains, c’est un poil plus complexe que ça puisque, en tout cas à partir du IIIe siècle, enfin plutôt de la moitié du IIe siècle on va dire, on a des différences juridiques, sociales et économiques qui les séparent donc en deux groupes : les honestiores et les humiliores. Les honestiores sont les sénateurs, les chevaliers, les soldats, les vétérans, et une poignée d’autres, ce statut concerne également leur famille ainsi que leurs descendants. Tous les autres appartiennent à la seconde catégorie, les humiliores donc."

    ll se retint de faire une aparté sur les différences de traitement juridique entre ces deux castes, puis il croisa les yeux d’Elvire, toujours indéchiffrables. Il tapota le haut de sa tête avec son stylo, se leva et vint s’asseoir à côté de la jeune femme pour lui emprunter un des textes à analyser. Il retira le bouchon de son stylo avec les dents et s’empara du bloc-notes de sa voisine pour y griffonner quelques dates à mémoriser pour la suite des recherches, et regarda l'heure sur son téléphone. Ils avaient à peu près une heure et quarante minutes. Puis sentant un regard peser sur lui, il leva les yeux et demanda, sourire aux lèvres :

    "Quoi ? Je commence à rédiger l’intro, dis pas merci surtout."

    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum