AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    AleynaFille de Thanatos


    Solan Hamilton
    Légionnaire de la 5e cohorte

    Solan Hamilton

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Andrew, Samael
    Parent divin : Metus
    Points de puissance : 187
    Messages : 44

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Un fouet hérissé de piques en or impérial et une hache double en bronze céleste
    Défaut fatal: Curiosité

    Solan émergea enfin du labyrinthe, après avoir passé une éternité coincé dans d’infâmes couloirs. Un sourire franc se dessinait sur son visage, fier qu’il était d’avoir traversé cet enfer en aussi peu de temps. Sans Kieran et Rae pour ouvrir la marche, ça s’avérait être relativement plus compliqué que prévu, mais rien d’insurmontable pour autant. Il en oubliait presque la raison de son retour…

    Une vague envie de partager cette victoire avec quelqu’un pointa le bout de son nez. Après tout, quand on est bien entouré ça pouvait même être aussi sympa que le Necronomicon le soir avant d’aller se coucher. Peut-être pas en fin de compte, mais tout de même, cette idée de fêter la victoire avec quelqu’un et pas tout seul lui restait ancrée dans le cerveau.

    La traversée du tunnel était relativement aisée : personne sur l’autoroute. A croire que cet épisode de sa vie avait été parfaitement programmé pour être parfait et le rendre heureux. Lorsqu’il atteignit l’entrée du camp, quelque chose lui tapa dans l’œil. Quelqu’un, plutôt. Solan pila net et son regard parcourut le décor avant de s’arrêter sur l’unique garde de l’entrée du camp. Il arqua un sourcil, l’air interrogateur. Peut-être que le deuxième garde était parti pisser, voilà tout.

    En tout cas l’unique garde - fort charmant - sur place demeurait muet, ce qui laissait Solan plutôt pantois. Il ne savait pas pourquoi, mais une armée de mouche gigotant dans son bas ventre vint le déranger tandis qu’il auscultait sous toutes ses coutures le jeune homme face à lui. Il connaissait son nom et sa cohorte, ayant déjà eu affaire à lui lors de ses quelques entraînements, mais ne lui avais jamais dit grand-chose de plus que la base de la politesse, lorsqu’il ne l’oubliait pas.

    Typhon, membre de la quatrième cohorte, se tenait droit comme un i. Malgré lui, Solan ressentit avec satisfaction qu’il était apeuré par sa présence. Typhon avait peur qu’on le remarque de trop, qu’on l’apprécie, qu’on lui donne de l’affection et il était terrifié à l’idée de pouvoir rendre la pareille. Prit d’un élan de compassion, Solan ouvrit la bouche pour le rassurer :

    "Eh, je vais pas te bouffer, détends toi un peu."

    Stratégiquement parlant, lui faire encore plus peur était une mauvaise idée, ainsi il retira l’usage de son pouvoir comme d’une distraction de la liste des possibilités scénaristique. S'il voulait Typhon, il lui faudrait trouver un autre moyen. Dommage que Kieran ne soit pas là, avec lui au moins, il y avait toujours matière à s'amuser. Puis il balaya l’image du jeune homme d’un geste pour s’intéresser à nouveau à Typhon, qui demeurait muet.

    "Tu sais pas parler ?"

    Il ne put retenir le "parce que moi je peux te faire crier, y a pas de soucis" qui lui venait spontanément aux lèvres. L'ombre d'un sourire traversa son visage. Il pensait en premier lieu aux cris de terreur, mais à voir la tête que faisait ce charmant Typhon, il s'aperçut bien vite du double-sens salace. Oups.

    Typhon Farasha
    Légionnaire de la 4e cohorte

    Typhon Farasha

    Informations générales

    Présentation : Who am I?
    Journal intime : Journal
    Parent divin : Nox
    Points de puissance : 213
    Messages : 40

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une dague
    Défaut fatal: Émotivité

    Your... Valentine?

    Typhon erre un peu, sans vraiment savoir où il va. Aujourd’hui, tout est plutôt calme. Il y a quelques légionnaires qui passent, disparaissent et laissent le jeune homme seul avec le chat noir. Typhon mange un morceau, et il trouve cette matinée un peu trop paisible à son goût. D’habitude, il y a plus de monde, mais il faut dire que certains sont partis au camp Half Blood pour… Faire des trucs. Typhon ne sait même pas dans quel genre de missions ils ont été envoyés, et en réalité, ça lui importe assez peu.
    Il sort une pâtée, s’approche de l’endroit où le bol de son chat est posé, et y déverse le contenu du sachet. Le chaton noir a vite fait de rappliquer et de s’en empiffrer, sans un regard pour son propriétaire.

    Le jeune homme soupire, va jeter le sachet vide, et se poste contre le mur. Il attend que le chaton ait terminé son repas, et le voyant repartir, queue haute, Typhon se dit qu’il devrait peut-être bouger ses fesses et faire quelque chose de sa journée. Quelque chose d’un peu plus constructif que fixer le chat pendant des heures.
    Prendre le tour de garde, par exemple. Ce serait un peu plus utile que rester planté là. C’est donc devant le camp Jupiter que le jeune aux yeux verts se retrouve, avec un parfait inconnu, à garder… Comme un garde, quoi.

    Typhon joue longuement avec sa dague, la replace correctement, observe le mur, l’autre garde. Finalement, l’autre s’éclipse sur un “je reviens”, laissant Typhon seul devant l’entrée.
    Entendant des bruits de pas, quelque part derrière lui, il fait volte face et se retrouve nez à nez avec Solan. Il ne le connaît pas plus que ça, juste… Vite fait. Très très vite fait.

    « Eh, je vais pas te bouffer, détends toi un peu. »

    Voilà qui est bien étrange. D’habitude, on l’ignore parfaitement, surtout Solan, d’ailleurs. Mais depuis quelques temps, on peut dire que Typhon a changé. Un peu plus sûr de lui, il est bien décidé à ne pas se laisser faire et à… S’ouvrir aux autres. Quoique, Solan a un don pour l’intimider, c’est incroyable. Depuis des jours qu’il se dit qu’il va changer et discuter un peu, voilà qu’il est complètement paralysé devant lui.

    « Tu sais pas parler ? Parce que moi je peux te faire crier, y a pas de soucis. »

    Le ton de la voix n’allait pas. Il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond, en cet instant précis. Encore, ça aurait pu signifier qu’il pouvait le tabasser et le faire crier, si seulement le ton de la voix avait été agressif. Mais c’était plutôt… Non, quelque chose clochait. Solan n’était pas Solan, c’était impossible. Et là, il le fixe, il y a comme un malaise qui monte en Typhon, qui lui donne envie de s’échapper, et il lâche un :

    « Qu...Quoi ? Me faire crier euuuuuuh… Dans quel sens ? … Non en fait réponds pas. »

    Typhon secoue la tête, le regard toujours flippé, qui ne peut plus se décrocher de Solan. Qu’est-ce qu’il va encore inventer lui ? Au moins, Typhon sait pourquoi il préfère rester seul. Y a des gens bizarres partout, et pas que sur Terre apparemment. Rouge comme une tomate, Typhon a bien trop chaud maintenant. Qu’est-ce qui lui prend à Solan, soudainement ?

    (c) Kayl

    Solan Hamilton
    Légionnaire de la 5e cohorte

    Solan Hamilton

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Andrew, Samael
    Parent divin : Metus
    Points de puissance : 187
    Messages : 44

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Un fouet hérissé de piques en or impérial et une hache double en bronze céleste
    Défaut fatal: Curiosité
    "Qu...Quoi ? Me faire crier euuuuuuh… Dans quel sens ? … Non en fait réponds pas."

    La réaction de Typhon laissa Solan hilare. Le pauvre garçon n’avait visiblement aucune idée de ce qui se passait. Ou peut-être que si, parce qu’il avait le visage cramoisi. Au début, en tout bien tout honneur, Solan aurait apprécié de le voir hurler de terreur face à sa plus grande peur. La connotation sexuelle n’était pas vraiment prévue au programme, mais maintenant qu’il y réfléchissait, il n’avait qu’une envie : prendre Typhon avec lui, aller boire un coup et se laisser aller. Fêter son retour comme il se devait, voilà qui semblait être un programme sympathique.

    En ce qui concernait sa peur, elle était plus ou moins en train de se réaliser. Solan se sentait attiré par ce garçon à la mâchoire si parfaite et plongea son regard dans le sien. Il n’avait pas la moindre intention de le laisser s’échapper, en tout cas plus maintenant qu’il avait trouvé ce qui semblait être la perle rare. La peur de Typhon était palpable, ce qui acheva de le satisfaire. Il s’adossa au mur en croisant les bras sur sa poitrine, puis lança :

    "Oublie cette blague de mauvais goût. Ne sois pas effrayé pour si peu, comme je t’ai déjà dis, je vais pas te bouffer."

    Il lui fit un clin d’œil et se tourna vers le deuxième garde, qui revenait tout juste de sa pause. Ne prenant pas la peine de lui dire bonjour, il se contenta de lui demander avec un sourire gigantesque s’il y avait un autre volontaire pour garder l’entrée du camp. Il fila sans demander son reste et revint quelques minutes plus tard, accompagné d’une jeune fille parfaitement équipée. Solan les remercia, joignant les mains et s’inclinant bien bas d’une manière théâtrale, puis il saisit la main de Typhon et l’entraîna avec lui en direction du pont qui surplombait le petit Tibre.

    Amusé par le regard terrifié du garçon, il ne put s’empêcher de pouffer de rire avant de lui donner un petit coup de coude.

    "Allez t’en fais pas, je suis pas méchant ! Si je l’avais été, je t’aurais sûrement donné l’illusion que tes plus grandes terreurs prenaient vie. Mais tu me parais plutôt sympa, pour un petit mec coincé. T’as un chat, non ? Un tout noir ? C’est quoi son petit nom ?"

    Solan s’appuya sur le rebord en pierre du pont faisant face à un Typhon qui ne savait plus où se mettre. Pauvre garçon, il devait être surpris. Solan l’avait plus ou moins toujours ignoré, mais Typhon faisait également en sorte d’être invisible, ce qui ne facilitait pas le contact ni la communication. Solan souriait encore d’avantage, attendant la réponse de son charmant interlocuteur. Il ignorait pourquoi, mais il y avait dans ses yeux une lueur qu’il n’avait retrouvé nulle part ailleurs. Une étincelle bien particulière les animait et qui le séduisait en même temps.

    Oui, Solan était séduit par la peur qui émanait de Typhon, par sa timidité maladive et son air j’ai un balai dans le cul. Mais surtout par son sentiment de frayeur. A mesure que le temps passait, il sentait ce sentiment grandir en lui. Il avait une folle envie de le prendre dans ses bras pour le réconforter, et en même temps de continuer à jouer avec lui, comme un chat l’aurait fait avec une souris.

    D’un certain côté, les deux étaient liés. Lui témoigner une marque d’affection, c’était jouer avec ses nerfs, cela rendait toutes ses craintes réelles. La crainte qu’on s’attache à lui, qu’on le découvre, la peur d’aimer, d’avoir des gestes tendres, d’alimenter une relation, tout cela le terrifiait et Solan le savait, il le sentait. Mais il avait aussi envie que son interlocuteur soit plus à l’aise avec lui, aussi il garda le silence, attendant une réponse à sa question. Il nourrissait désormais une réelle curiosité envers ce chat. Surtout envers Typhon, en fait, mais s’intéresser à l’un signifiait probablement s’intéresser à l’autre, et puis c'était un sujet neutre que Typhon n'aurait peut-être pas peur d'aborder.

    Typhon Farasha
    Légionnaire de la 4e cohorte

    Typhon Farasha

    Informations générales

    Présentation : Who am I?
    Journal intime : Journal
    Parent divin : Nox
    Points de puissance : 213
    Messages : 40

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une dague
    Défaut fatal: Émotivité

    Your... Valentine?

    Est-ce qu’il faut commencer à flipper ? Se tirer, dire quelque chose, n’importe quoi ? Typhon ne sait plus où se mettre, son coeur bat beaucoup trop vite, quelque chose dans le comportement de Solan le met mal à l’aise. Un sentiment de non-sécurité l’entoure. Il meurt d’envie de se barrer, ou que l’autre jeune homme le laisse tranquille, mais… Solan n’a pas l’air d’avoir envie de le laisser filer. Est-ce qu’il essaie de jouer avec lui, à un jeu malsain dont lui seul aurait les rênes ? Typhon n’en a aucune idée, et ne pas avoir le contrôle sur la situation l’angoisse. Surtout cette situation.
    Typhon se pose trop de questions à la seconde, il ignore tout de ce qui a pu se passer au camp Half Blood et il ignore surtout les raisons de… ça.

    « Oublie cette blague de mauvais goût. Ne sois pas effrayé pour si peu, comme je t’ai déjà dit, je vais pas te bouffer.»

    Ça, justement, Typhon n’en était pas sûr. Heureusement, l’autre garde arrive, comme un signe de délivrance. Typhon se calme un peu, sa respiration reprend sa cadence habituelle. Sauvé ? Eh bien non. Solan se débrouille pour que le jeune aux yeux verts soit remplacé, et en profite pour prendre Typhon par la main et l’entraîner avec lui.
    Par la main.
    Mais qu’est-ce que… Non, décidément, Typhon n’y comprend plus rien. Complètement perdu, il se laisse entraîner vers le pont.

    « Allez t’en fais pas, je suis pas méchant ! Si je l’avais été, je t’aurais sûrement donné l’illusion que tes plus grandes terreurs prenaient vie. Mais tu me parais plutôt sympa, pour un petit mec coincé. T’as un chat, non ? Un tout noir ? C’est quoi son petit nom ? »

    De mieux en mieux. Non, vraiment, Solan qui s’intéresse à Typhon, qui plaisante avec lui, qui… Il est bizarre. Qu’il soit pas méchant, Typhon veut bien le croire, d’ailleurs il s’en fiche. Enfin, il s’en serait fichu si Solan ne montrait pas soudainement un trop grand intérêt pour lui. Est-ce qu’il devrait répondre, ou lui dire quelque chose comme… Comme quoi, au juste ? Est-ce qu’il a vraiment le choix ? Peut-être. Typhon aurait seulement voulu comprendre ce qu’il se passait à cet instant.

    « Euh… Oui, j’ai un chat, Oswvald. J’ai juste une question. »

    Typhon croise le regard de Solan, la bouche entrouverte, cherchant ses mots. Finalement, il opte pour ne pas trop réfléchir et demander ça comme ça lui venait, au point où ils en étaient, ça n’avait pas grande importance. Enfin, Solan avait quand même dit qu’il pouvait faire crier Typhon. Et ça, c’était bizarre. Maintenant, ça allait être difficile de faire pire.

    « Pourquoi tu t’intéresses d’un coup à moi ? Enfin on se connaît pas, on s’est quasiment jamais parlé, et… Je comprends pas. »

    Le regard presque émeraude du jeune homme supplie presque Solan de lui expliquer, de répondre à ce seul pourquoi qui perturbe autant Typhon. Quelle drôle d’idée de venir lui parler, aussi. Enfin, avec ses nouvelles résolutions, ça pourrait être pas mal de discuter. Mais peut-être pas dans une situation aussi étrange. Avec un Solan qui… drague Typhon. Enfin ça ressemble assez à de la drague, mais puisque Typhon n’est pas un pro, il se sent toujours aussi paumé.

    (c) Kayl

    Solan Hamilton
    Légionnaire de la 5e cohorte

    Solan Hamilton

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Andrew, Samael
    Parent divin : Metus
    Points de puissance : 187
    Messages : 44

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Un fouet hérissé de piques en or impérial et une hache double en bronze céleste
    Défaut fatal: Curiosité
    Après un instant qui lui parut être une éternité, Typhon répondit enfin, le teint toujours cramoisi :

    "Euh, oui, j’ai un chat, Oswald. J’ai juste une question."

    Solan, toujours accoudé à la rambarde de pierre, leva un sourcil interrogateur. Typhon avait encore les joues rouges, et, la bouche entrouverte, il hésita avant de se jeter à l’eau.

    "Pourquoi tu t’intéresses d’un coup à moi ? Enfin on se connaît pas, on s’est quasiment jamais parlé, et… Je comprends pas."

    Ses yeux verts plongés dans ceux noirs de Solan, il semblait prier tous les dieux de le sortir de cette situation. Solan se redressa, continuant de fixer son charmant interlocuteur et sourit :

    "Il est jamais trop tard pour faire connaissance, si ? Et puis je connais rien de toi, contrairement au reste du camp. T'es un peu unique en ton genre, ça me plaît bien."

    Solan souffla par le nez, la bouche fermée en un joli sourire. Il n’avait pas tord, ce Typhon. Ils ne s’étaient jamais adressé la parole plus de trois ou quatre fois, Solan l’avait laissé tranquille dans son coin, ayant pitié de sa terreur de la socialisation. Rien de très intéressant à tirer de lui, ça ne l’aurait pas fait rire.

    S’il l’avait trouvé plutôt beau, il ne s’était jamais vraiment intéressé au potentiel exploitable de ce type de relation. Les relations à deux sont beaucoup trop ennuyeuses à son goût, il n’avait vu que du drama, du drama et encore du drama au camp Jupiter, et au camp Half Blood, c’était encore pire. Jusqu’à maintenant.

    Maintenant, il avait envie de profiter de ça, d’ouvrir le champagne et fêter son exploit.

    "Tu m’as l’air plus intéressant que tu ne le crois. J’avais envie de pousser la discussion un peu plus loin, je veux dire parler de tout et rien ça fait jamais de mal à personne, ça peut… mener à autre chose. Les dieux seuls le savent !"

    Un énorme sourire lui fendit le visage. Il espérait avoir été assez clair sans pour autant faire paniquer encore plus le pauvre Typhon.

    "Du coup, tu l’as eu quand ton bébé Oswald ? Et pourquoi un chat d’ailleurs ?"

    Rester sur un sujet qui importait au jeune homme était une étape importante pour gagner un peu de confiance, ou au moins pour qu'il s'affole moins. Mais Solan comptait bien le décoincer à un moment donné.

    Typhon Farasha
    Légionnaire de la 4e cohorte

    Typhon Farasha

    Informations générales

    Présentation : Who am I?
    Journal intime : Journal
    Parent divin : Nox
    Points de puissance : 213
    Messages : 40

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une dague
    Défaut fatal: Émotivité

    Your... Valentine?

    Apprendre à le connaître. Pourquoi pas. Non, c’est définitivement bizarre, comme comportement. Et bien trop soudain. Typhon est attentif, et si Solan ou n’importe qui l’avait observé, il l’aurait su. Enfin, vu, plutôt. Ce n’était pas possible que Solan s’intéresse à Typhon depuis longtemps. À moins que le jeune homme aux yeux verts ne l’ait simplement pas remarqué ? À présent, il doute de tout, il panique, ne sait plus où se mettre. S’il avait eu le cran, il se serait caché derrière ses ombres, qui le rendent parfaitement invisible.
    Mais là, il n’a pas le courage, et puis si Solan veut discuter, au moins il fera passer le temps. Et Typhon pourrait se faire un ami. Ce serait sympa d’avoir un ami, non ?

    Unique. C’est ce que Solan a dit ? Il trouve Typhon unique. Voilà qui est nouveau, tiens. Personne n’avait jamais dit à Typhon qu’il était unique, jamais. Tout simplement parce que Typhon est invisible, en fait. Parce que Typhon, il paraît pas unique du tout. Solan lui sourit, et il a un beau sourire, et Typhon se demande bien dans quoi il est en train de s’embarquer.

    « Tu m’as l’air plus intéressant que tu ne le crois. J’avais envie de pousser la discussion un peu plus loin, je veux dire parler de tout et rien ça fait jamais de mal à personne, ça peut… mener à autre chose. Les dieux seuls le savent ! »

    Ah. Ah ?
    Mener à autre chose. Sans cette phrase, on aurait pu croire que Solan s’était simplement dit que Typhon ferait un bon ami. Sauf que la phrase en question change tout le sens. Est-ce que Solan essaie de le draguer ? Non, il dit ça pour plaisanter. Pas vrai ? Typhon essaie de se rassurer comme il le peut, après tout, depuis tantôt, le jeune homme aux cheveux noirs ne cesse de raconter des conneries. Pour plaisanter.
    Alors il plaisante sûrement encore. Il a raison, quelque part, ça ne sert à rien de rester complètement coincé. Typhon devrait juste discuter et arrêter de se demander si ça va mener quelque part. Enfin, pas comme Solan l’entend.

    « Du coup, tu l’as eu quand ton bébé Oswald ? Et pourquoi un chat d’ailleurs ? »

    Et voilà qu’il lui reparle du chat. Ça, c’est un sujet que Typhon maîtrise, et il n’a pas besoin de réfléchir avant d’en parler. C’est encore une ruse de Solan pour qu’il se confie, pas vrai ? C’est ce que pense le fils de Nox. Mais il n’en sait rien, après tout, il ne connaît pas Solan. Jusqu’à aujourd’hui, en tout cas. Peut-être que les choses doivent changer ? Typhon arrête de se poser trop de questions, il doit juste continuer la conversation et… Ça devrait aller.

    « Eh bien, chez moi, en Égypte, on vénère pas mal les chats. Rapport à la mythologie, tout ça. Et ce chat et moi, on a toujours été proches, alors quand j’ai appris que ma mère est une déesse, je l’ai pris avec moi. Et… Nous voilà. »

    Typhon s’accoude à côté de Solan, fixant la rivière qui coule sous le pont. C’est presque relaxant, toute cette eau qui coule, lentement. Mais le jeune demi-dieu ne laisse pas le silence interférer de nouveau entre les deux jeunes.

    « Et toi, d’où tu viens ? T’es le fils de euh… Metus ? Désolé, je connais pas. J’y connais pas grand chose en mythologie romaine. »

    Typhon lui offre à nouveau un sourire timide, ses yeux verts allant de la rivière à Solan, sans savoir où se poser.

    (c) Kayl

    Solan Hamilton
    Légionnaire de la 5e cohorte

    Solan Hamilton

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Andrew, Samael
    Parent divin : Metus
    Points de puissance : 187
    Messages : 44

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Un fouet hérissé de piques en or impérial et une hache double en bronze céleste
    Défaut fatal: Curiosité
    "Eh bien, chez moi, en Égypte, on vénère pas mal les chats. Rapport à la mythologie, tout ça. Et ce chat et moi, on a toujours été proches, alors quand j’ai appris que ma mère est une déesse, je l’ai pris avec moi. Et… Nous voilà."

    Solan ne s’intéressant pas particulièrement au chat de Typhon, il n’écouta que vaguement la réponse, ses yeux restants collés sur le jeune homme en face de lui. Puis Typhon brisa la distance qui les séparait pour venir s’accouder près de lui. Le fils de Metus lâcha Typhon des yeux, réfléchissant à une stratégie d’approche quand on le tira de ses pensées :

    "Et toi, d’où tu viens ? T’es le fils de euh… Metus ? Désolé, je connais pas. J’y connais pas grand chose en mythologie romaine."

    Solan tourna sa tête sur sa gauche et put observer le visage de Typhon lui sourire, timidement, mais c’était déjà un bon début. Il sourit à son tour et répondit après un instant de silence :

    "Oui, c’est exact. Metus est un fils de Mars et de Venus. Il incarne la terreur, d’où mes pouvoirs, ainsi que ma réputation."

    Il eut un sourire nostalgique en repensant à toutes les personnes qu’il avait pu terroriser de lui-même, puis il l’effaça pour afficher un air plus doux :

    « Ce n’est même pas une divinité mineure, vraiment, c’est pour ça que tu ne le connais sûrement pas. Quant à l’endroit d’où je viens… Toronto, Canada. C’était tranquille. Moins amusant qu’ici, mais peinard. »

    Personne ne pouvait en vouloir à Typhon de ne pas savoir qui était Metus. Sola s’en fichait bien lui-même à vrai dire, mais il avait appris au fil du temps comment entretenir un minimum de discussion.  

    "Et toi, tu viens d’Egypte hein ? C’est quoi les divinités égyptiennes, ça change beaucoup des romaines ? »

    Il y avait de quoi lui tenir la jambe pendant un quart d’heure supplémentaire, en admettant qu’il soit réellement intéressé par le sujet comme il l’était pour son chat.

    Typhon Farasha
    Légionnaire de la 4e cohorte

    Typhon Farasha

    Informations générales

    Présentation : Who am I?
    Journal intime : Journal
    Parent divin : Nox
    Points de puissance : 213
    Messages : 40

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une dague
    Défaut fatal: Émotivité

    Your... Valentine?

    Typhon aime bien Solan. Indéniablement. Il aimerait, sans aucun doute, être son ami, mais… Quelque chose l’en empêche encore. Il n’a pas le droit de s’attacher. Discuter un peu, oui. S’ouvrir aux autres et avoir une conversation, il peut le faire. Mais là, ce n’est pas… Bon. Ce n’est pas sain, parce que Solan essaie de le draguer et c’est étrange comme sensation que celle d’être désiré, de se sentir désiré. Typhon ne peut simplement pas rester ici. Il a bien d’autres choses à faire, déjà qu’il était censé surveiller l’entrée, le voilà au bord du pont à discuter de tout et de rien avec Solan.
    Surtout de rien. Enfin, ça lui semble plat, sans consistance. Comme si cette discussion était parfaitement dénuée de sens.

    Mais c’est sans doute le cas. Solan veut juste draguer Typhon pour on ne sait quelle raison, et même si Typhon a décidé de se dérider et de parler un peu, ça fait trop pour lui, tout ça. Metus, terreur, tout est confus. Et si Solan ne faisait que jouer avec lui, depuis tout à l’heure ? Il ne peut être sûr de rien. La plus grande peur de Typhon est de perdre des proches, pas vrai ? C’est pour ça qu’il s’éloigne des gens autant que possible et qu’il ne côtoie personne.
    Et Solan continue à parler du Canada. Ce n’est pas vraiment un endroit où Typhon s’aventure. Il n’y est jamais allé. D’ailleurs, à part l’Egypte et quelques pays alentours, pour les vacances - Malte, Grèce et Maroc - Typhon ne connaît pas grand chose au monde.

    « Et toi, tu viens d’Egypte hein ? C’est quoi les divinités égyptiennes, ça change beaucoup des romaines ? »

    En Egypte, la mythologie est loin d’être la même. Les dieux sont tous différents, et pourtant l’histoire se ressemble. Un dieu du soleil, dieu suprême, et pas mal d’autres dieux qui eux, ne baisent pas à droite et à gauche. Et le dieu des Enfers, ténèbres et tout ça. Le jeune homme ne sait plus s’ils sont similaires. Peut-être. Certains points les rapprochent, d’autres diffèrent. Alors comment savoir ?

    « Euh oui, l’Egypte. Disons que c’est… Une base d’histoire commune, mais les dieux sont différents. Ils sont tous à moitié animaux. »

    Typhon fronce les sourcils, songeant à la déesse Bastet. Elle, elle est même entièrement animale. Un chat. Ils sont vénérés, en Egypte ancienne, contrairement à… Ici. Ici ce ne sont que des chats. C’est presque dommage, c’est cool, un chat.

    « Oh merde, j’ai oublié, je dois nourrir mon chat, en parlant de ça. Euh… On se capte plus tard ? »

    Sans vraiment lui laisser le temps de répondre, il use de ses pouvoirs et une large ombre l’enveloppe, le faisant disparaître dans les ténèbres. Solan est peut-être frustré, mais Typhon n’a aucune envie de rester là à se demander ce qu’il fout, surtout qu’il doit remplir d’autres obligations. Et nourrir l’estomac sur pattes qu’est son chat noir, aussi.

    (c) Kayl

    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum