AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ElvireChasseresse


    A. Samael O'Connor
    Légionnaire de la 2e cohorte

    A. Samael O'Connor

    Informations générales

    Présentation : Ici
    Journal intime : www
    D-C : Andrew Turner
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 637
    Messages : 84

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Gladius et/ou javelot en or impérial
    Défaut fatal: Persévérance
    Tu sais bien que ça sert à rien de jouer au con avec moi, Sam. Je te connais, mieux, je connais les merdes dans ton genre. Romain, et fils de Thanatos, tu penses vraiment que t’es capable du moindre sentiment ? Tu coches toutes les cases d’un parfait dégénéré qui joue avec le cœur des autres. Tu mériterais d’aller au Tartare, avec les autres monstres, et tu devrais t’estimer heureux que je puisse juste t’expédier aux Enfers.

    Surpris, le visage de Samael s’était décomposé. Oh bien sur, il en avait entendu d’autres, des menaces, mais qu’Elliot pense à ses origines de cette manière, c’était la surprise totale. La colère, déjà présente, ne cessait de s’amplifier. Il serra les dents, fixant Elliot dans les yeux. Elliot s’était dégagé des bras de Cal, et prêt à cogner, celui-ci avait lancé son poing en direction du visage de Samael. La violence de l'impact le fit basculer en arrière, et il heurta le sol dans un bruit sourd. Il sentit un liquide poisseux lui dégouliner le long du visage tandis qu'il peinait à se relever.

    Puis, encore étourdi par le choc, il vit Cal, le visage inondé de sang. Qu'Elliot ait quelque chose à lui reprocher, il pouvait le comprendre. Désormais furieux, Samael se retourna vers le grec, et se jeta sur lui pour le plaquer au sol, n’entendant qu’à peine la voix de Cal qui les suppliait d’arrêter :

    "Espèce d’enfoiré, si t’as des comptes à régler avec moi ça me va, mais touche Cal encore une fois et je t’assure que tu fermeras les yeux pour de bon la prochaine fois."

    Conscient que le fils d’Appolon était déchaîné et qu’il ne s’arrêterait pas, il attrapa la main d’Elliot, immobilisé par le poids de Samael, et aspira toute son énergie, jusqu’à ce qu’il tombe dans un sommeil profond. Samael détestait faire usage de son pouvoir sur les êtres humains, mais là, non seulement il l’avait cherché, mais en plus le romain ne voyait pas d’autres moyens de le stopper. Samael se précipita aux côtés de Cal, son nez ne s’arrêtait pas de saigner :

    "Je suis désolé pour Elliot, je savais pas quoi faire d’autre pour l’arrêter. Je te jure, Cal, je ne sais pas de quoi il parle, j’ai rien compris non plus."

    Il se mordit la lèvre, et s’approcha un peu plus du garçon pour examiner l’état de son nez, ignorant la douleur de sa propre blessure. Ce n’était pas beau à voir, mais il n’avait pas l’air cassé, c’était déjà ça. Il n’avait pas d’ambroisie sur lui. Comment diable aurait-il pu deviner qu’un Elliot sauvage et enragé viendrait leur cogner dessus ?

    Samael se saisit d’une serviette qu’il avait apporté pour le repas, l’imbiba d’eau et se retourna vers Cal pour lui essuyer le visage. Son visage maculé de rouge, Samael entreprit de le nettoyer un peu de manière sommaire, délicatement pour ne pas lui faire mal, puis lui dit :

    "Cal, on devrait aller à l’infirmerie… Allez viens, je viendrais débarrasser plus tard, le plus important c’est toi. Et Elliot."

    Sur ces mots, il se releva et saisit la main de Cal pour l’aider à se mettre debout, puis se dirigea vers Elliot, qu’il hissa tant bien que mal sur son dos avant de se diriger vers l’infirmerie. Elliot ne serait pas assommé pour très longtemps, et il espérait sincèrement qu’à son réveil, il aurait perdu toute notion d’agressivité.


    Son of DeathBe careful who you mess with. ©Conspi pour Epicode

    Elliot Wainford
    Tu vas être malade de moi

    Elliot Wainford

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Seraphina Gwynt - Rae Adamson
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 1993
    Messages : 438

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): lance-pierre et une bague-bouclier
    Défaut fatal: La Compassion
    La jouissance de voir Samael à terre, le visage en sang, fut totale pour Elliot. Il n’y avait rien de plus agréable que de voir un enfoiré récolter ce qu’il méritait. Oh, si seulement il avait fait installer les bords tranchants qu’il voulait sur son bouclier, il aurait pu faire tellement plus de dégâts ! Il se contenterait de ce qu’il avait réussi à faire pour le moment, mais ne put pas apprécier cette douce vue bien longtemps. Une voix se fit entendre à la droite d’Elliot. Celle d’une autre personne. Celui qui le retenait plus tôt ? Un peu apaisé par la joie d’avoir ainsi blessé Samael, il prit le temps de tourner le regard vers cette voix.

    Il fut accueilli par une vision d’horreur. Bien entendu, c’était Cal cette troisième personne qu’il y avait avec eux. Cal, que la colère d’Elliot avait complètement effacé de l’équation. Cal, qui tentait de le retenir. Cal, qui s’était lui aussi pris un coup de bouclier et qui avait maintenant le visage baigné de sang. Toute notion de joie ou de colère s’évanouit sur le champ, ne laissant place qu’à l’horreur et la souffrance d’avoir fait souffrir Cal, être pur qui ne demandait rien de plus que de l’amour, à qui il venait de donner de la haine et de la violence.

    A peine Elliot pu-t-il réaliser ce qu’il venait de se passer qu’un Samael en rage venait le plaquer à terre, vociférant sa haine contre lui. Elliot n’avait pas le temps de s’excuser, d’expliquer quoi que ce soit, de dire qu’il ne comprenait pas non plus et qu’il ne voulait blesser ni Cal, ni Samael, car ce dernier lui saisit le poignet, et le fit s’évanouir. Tandis qu’il sentait ses forces le quitter, Elliot se surprit à espérer un instant que Samael en prenne plus que nécessaire, que la colère le fasse franchir cette barrière, et qu’il le plonge dans un songe infini.

    Il n’en était rien, Samael savait se maîtriser, et Elliot se retrouva dans un horrible cauchemar. Dans sa tête, son cerveau lui jouait en boucle cette scène durant laquelle il n’était plus maître de rien. Encore et encore, Elliot lâchait toute sa hargne contre un Samael innocent, devant les yeux effrayés de Cal. Qu’avait-il fait, bon sang ?


    Your body looks so sick, I think I got the flu ♫

    Merci Sung t'es un bro


    Toi aussi Alexis t'es un bro

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 487
    Messages : 96
    La main appuyant sur ton nez, essayant de stopper le saignement tout en ignorant la douleur, tu te demandes où tout a dérapé. Tu te demandes ce qui a mal tourné. Ton regard -blessé- croise celui d’Elliot. Pendant l’ombre d’un instant, tu as l’impression qu’il a l’air surpris de son propre geste. Un instant seulement, car rapidement la main de Samael se pose sur lui et il s’effondre sur le sol, inconscient.

    Tu inspires un grand coup, sous le choc, et tu sens ton visage pâlir (et ce n’est pas parce que tout le sang qu’il contient est en train de sortir via tes canaux nasaux). Tu sais que Samael a fait ça pour l’arrêter, mais tu ne peux pas t’empêcher de sursauter et d’éviter son contact quand il vient vers toi pour vérifier ton état. Soudainement, avec Elliot effondré sur le sol, l’étendue de la dangerosité de ses pouvoirs te revient. Tu n’as pas envie d’y penser, non, mais tu ne peux pas t’en empêcher. Pas quand ton ami est là, effondré au sol, avec la couleur de son visage dangereusement proche de la couleur d’un cadavre. Une image te traverse l’esprit ; ta mère. Son teint livide. Non. Non. Ce n’est pas la même chose. Il n’est pas mort. Tu enfouis cette image tout au fond de toi-même.

    Tu luttes contre toi-même pour ne pas faire un pas en arrière quand il t’examine, mais tu ne peux pas empêcher ton corps de trembler. Avec un peu de chance, Samael pensera que c’est le choc. D’ailleurs, ça l’est peut-être un peu, qui sait.

    Alors que Samael s’éloigne un peu pour récupérer une serviette pour te nettoyer un peu, tu jettes un coup d’œil au corps inconscient d’Elliot, et tu te mords la lèvre inférieure. Tu ne comprends toujours pas ce qui lui a pris. Tu espères que quand il reprendra conscience, il pourra t’expliquer. Peut-être que tu n’as pas qu’imaginé cette lueur surprise dans ses yeux.

    Samael commence à nettoyer le sang sur ton visage -ton nez semble avoir enfin décidé d’arrêter d’être l’équivalent sanglant des chutes du Niagara-, mais tu prends la serviette de ses mains et tu le fais toi-même.

    « Je peux le faire, merci… », tu dis dans un souffle. Ce n’est pas sec ou froid, mais tu as envie de mettre de la distance entre ces mains qui ont enlevé toutes les forces de ton ami, et qui désormais prenaient soin de toi. Des mains oxymores.

    Finalement, tu acceptes de prendre une de ces mains pour te relever (as-tu vraiment le choix ? tu ne peux pas vraiment refuser) et tu le regardes mettre le fils d’Apollon sur son dos. Tu aurais envie de lui dire que non, c’est bon, tu peux le faire, c’est ton ami, mais tu sais que Samael est probablement mieux bâti que toi pour ce faire. Et puis, tu n’oses pas trop lever la voix. À l’inverse, tu baisses la tête durant toute la procession vers l’infirmerie. Quelque part, au fond de toi, quelqu’un te chuchote que c’est de ta faute si ça s’est passé comme ça, s’il y a eu un problème. Ta raison te dit que cette voix a tort, que tu n’as rien fait de mal, mais cette raison est faible. Et cette voix est familière, même si cela faisait un moment que tu ne l’avais pas entendue. Tu serres ton poing -celui de ta main libre-, à te faire blanchir les jointures, et marquant ta peau de la trace de tes ongles. Tu ne dis pas un mot de tout le trajet, en pleine discussion -dispute ?- avec toi-même.

    Vous arrivez finalement à l’infirmerie. Tu remarques que déjà quelques lits sont pris. Samael dépose Elliot dans l’un de ceux qui sont libres, et tu t’assois à ses côtés, sans même être examiné. Tu te sens déjà mieux, de toute façon. Tu veux être à ses côtés quand il se réveille ; tu veux des réponses.

    A. Samael O'Connor
    Légionnaire de la 2e cohorte

    A. Samael O'Connor

    Informations générales

    Présentation : Ici
    Journal intime : www
    D-C : Andrew Turner
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 637
    Messages : 84

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Gladius et/ou javelot en or impérial
    Défaut fatal: Persévérance
    Sur le chemin de l’infirmerie, Samael qui portait Elliot sur son dos s’essoufflait, en proie à la colère et l’indignation, mais surtout, il était enragé par lui-même. Il avait assommé Elliot dans une réaction d’auto-défense, pas pour le plaisir, mais il pouvait pas s’empêcher de s’en vouloir d’avoir eu recourt à un moyen aussi extrême. Pourtant, le fils d’Appolon avait balancé son bouclier dans son visage en sang, et avait failli casser le nez de Cal. S’il pouvait se défendre face à quelqu’un qui lui en voulait à mort, il ne supportait pas pour autant qu’on s’attaque aux gens qu’il aimait.

    La lueur dans les yeux de Cal avait disparu d’un coup, et ce dernier avait prit la serviette des mains de Samael pour s’occuper lui-même de son visage. Ca, ça l’avait heurté bien plus qu’un simple coup de bouclier dans le crâne. Cal semblait être effrayé, dégoûté par le romain. Il n’avait rien dit, s’était contenté de l’aider à se relever avant de hisser le poids mort qu’était Elliot sur son dos, et de marcher en direction de l’infirmerie.

    En arrivant sur place, Samael déposa délicatement Elliot sur un des lits qui n’était pas occupé avant de se détourner sans un regard pour aller se faire examiner. Son crâne continuait de saigner abondamment et il avait la tête qui tournait. Il ferma les yeux un instant, porta sa main à sa tête pour sentir le liquide chaud et poisseux coaguler sous ses doigts. Même après avoir aspiré toutes les forces d’Elliot, il se sentait faible.

    Une fois qu’on se fut occupé de son cas et qu’il se sentait mieux, il observa de loin ses deux amis. Cal attendait, assis à côté d’Elliot. Bien sûr, il aurait dû s’en douter, le fils de Vénus était bien plus attaché à Elliot qu’à lui, après tout ils ne se connaissaient que depuis quelques mois. Il soupira et baissa les yeux pour regarder le sol, qui semblait tout d’un coup beaucoup plus intéressant que ses camarades. Il fut tenté à l’idée de sortir, d’aller se doucher pour ôter tout ce sang de sa peau et de ses vêtements, mais il se devait d’être présent, au moins pour présenter des excuses.

    Samael attrapa une chaise et la plaça de l’autre côté du lit d’Elliot, faisant face à Cal. Il n’osait même pas le regarder. Il avait vu le dégoût et la peur trop de fois dans les yeux des gens pour avoir le courage de soutenir le regard de Cal. Il se concentra alors sur Elliot en se mordillant l’intérieur de la lèvre et attendit. Lorsqu’il se réveillerai, Samael espérait qu’il aurait une bonne explication à fournir. Et miracle, après ce qui lui semblait être une éternité, le romain remarqua qu’Elliot avait bougé. Son réveil ne saurait tarder.

    Alors il leva les yeux vers Cal et lui demanda simplement :

    "Tu veux que je vous laisse ?"


    Son of DeathBe careful who you mess with. ©Conspi pour Epicode

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 487
    Messages : 96
    Tu fixes Elliot, la main posée sur la sienne. Son teint est pâle, mais il respire paisiblement, profondément. Tu lèves la tête rapidement, et constates que Samael est en train de se faire soigner. Tu te mords la lèvre inférieure. Tu avais presque oublié que lui aussi s’était fait frapper. Et pourtant, il avait transporté Elliot jusqu’ici. Ton petit saignement de nez, à côté, ce n’est rien. T’es qu’une chochotte Caligula. Une vague de culpabilité t’envahit, mais tu fais mine de l’ignorer. Tu te concentres sur celui de tes amis qui s’est fait aspirer toutes les forces vitales.

    Samael s’assit en face de toi, sur une chaise. Tu ne peux pas le voir -tout ton être est tourné vers le fils d’Apollon-, mais tu devines qu’il n’ose pas te regarder. Tu ne sens pas ce regard lourd, sur toi. À la place, c’est l’ambiance qui est lourde et pesante. Alors vous voilà, tous les deux, en silence, à regarder le corps paisible d’Elliot en train de dormir, de reprendre des forces.

    Et le voilà qui se met à remuer. Tu le sens, sous ta main, une activité qui revient. Ton cœur se met à battre un peu plus rapidement ; et s’il ne s’est pas calmé ? Et si son explication n’est pas satisfaisante ? Tu inspires profondément. Non, il faut que tu sois calme.

    Tu lèves la tête vers Samael, après sa proposition. Tu lui fais un sourire -ta peur s’est calmée, et il est là, misérable, devant toi : comment as-tu pu penser qu’il était méchant, ou dangereux ? Il a l’air si triste.

    « Non. Il t’a agressé, tu as le droit de savoir pourquoi. », tu dis avec fermeté.

    Vous aurez tous les deux droit à une explication. Les yeux d'Elliot frémissent.


    Elliot Wainford
    Tu vas être malade de moi

    Elliot Wainford

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Seraphina Gwynt - Rae Adamson
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 1993
    Messages : 438

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): lance-pierre et une bague-bouclier
    Défaut fatal: La Compassion
    Le rêve dans lequel Elliot était plongé déformait, amplifiait et aggravait chacun des mots qu’il avait prononcé sous l’emprise de cette colère inouïe, chacun des gestes qu’il avait faits. Sa conscience flottait quelque part au-dessus de cette scène dans laquelle un Elliot fou de rage martelait le visage de Samael à grand coup de boucliers, tandis qu’un Cal apeuré et impuissant regardait la scène avec horreur.

    Un coup. Un autre coup. Encore un coup. Chaque fois, le visage de Samael devenait un peu moins reconnaissable, et Elliot se maudissait un peu plus. Il ne comprenait pas pourquoi son propre corps, son propre esprit aussi, avait été pris d’une telle colère. Il était incapable de penser à une seule chose qui aurait pu le mettre réellement dans cet état, si ce n’était la mort de ses amis les plus proches. D’Alexis. De Cal. Peut-être que d’autres auraient pu le rendre aussi hargneux, mais il n’en était pas sûr.

    ... avoir pourquoi. Tandis que son rêve s’évapore petit à petit, et qu’il se sent reprendre conscience lentement, ce sont les paroles de Cal qui l’accueillent. Une main sur la sienne. Deux présences à ses côtés. Elliot ouvrit les yeux timidement, et après s’être assuré que ses deux amis allaient presque bien, mis à part une blessure au visage chacun, il les referma aussi vite. Il avait peur de les garder ouverts. Des larmes en sortiraient sans nul doute, et il ne voulait pas pleurer devant eux alors qu’il est le seul fautif. Il tourna sa main sur laquelle était posée celle de Cal, et ses doigts se refermèrent, agrippant doucement la main de son ami à qui il avait fait tant de mal. Comme dans un murmure, sa voix s’écoulait péniblement de sa gorge.

    Je suis vraiment une merde.

    Puis le silence. Pendant une, deux, dix secondes. Plus, peut-être. Visiblement, aucun des trois ne savait réellement quoi dire. Samael et Cal devaient pourtant avoir tant de questions. Tant de rancœur, aussi. Et Elliot avait si peu de réponses. Pourtant, il ouvrit les yeux, pour s’adresser sincèrement aux concernés. Et tant pis si quelques larmes coulaient le long de ses joues.

    J’ai aucune explication valable qui pourrait vous satisfaire. J’ai aucune idée de pourquoi j’ai voulu te péter la gueule, Samael. Enfin, si, pour une raison ou pour une autre, j’étais convaincu que t’allais faire du mal à Cal. Alors que je sais très bien que tu lui ferais jamais rien. Vous êtes tous les deux des anges, et vous méritez pas tout ce qu’il s’est passé, et vous méritez encore moins de pas avoir de réponse. Mais je ne peux pas vous en donner. Faut croire que je suis juste un grand malade qui pète des câbles pour rien.

    Ce serait pas la première fois. Dit une petite voix dans sa tête. Petite voix qui venait de très loin dans ses souvenirs. De son père, accusateur.


    Your body looks so sick, I think I got the flu ♫

    Merci Sung t'es un bro


    Toi aussi Alexis t'es un bro

    Chiron
    Directeur de la colonie

    Chiron

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Cronos
    Points de puissance : 3419
    Messages : 1827

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Un arc et des flèches.
    Défaut fatal: Son amour pour les pensionnaires
    Chiron venait de finir de s'entretenir avec Kidaria et Andrew dans son bureau, dans la grande maison. Il craignait le pire après avoir entendu le récit complet des événements qu'ils avaient vécu, et se devait de prévenir les demi-dieux de garde à l'infirmerie qu'ils risqueraient de recevoir un grand nombre de blessé, si les choses avaient tourné de la même manière un peu partout dans la Colonie. Déjà, il pouvait entendre des cris en provenance de l’extérieur.

    Il s'était alors rendu aussi vite que possible à l'infirmerie. À peine avait-il poussé la porte qu'il pouvait dors et déjà s’apercevoir du nombre conséquent de blessé. Et ce n'était que le début. Cachant l’énervement qu'il ressentait envers lui-même, qui n'avait pas été là pour prévenir le danger qui menaçait sa Colonie, il fit tonner sa voix dans toute l'infirmerie.

    "Infirmiers, il y a eu un problème dans la Colonie. Pour des raisons qui ne me sont pas encore tout à fait claires, de nombreuses personnes se sont vues prises de rage ou de passion, à des niveaux extrêmement anormaux. Attendez vous à recevoir de nombreuses personnes dans la journée. Je ne pourrai malheureusement pas vous aider, je dois aller empêcher d'autres tragédies de survenir, et enquêter plus profondément sur le problème. Si tout se passe bien, j'expliquerai tout au feu de camp de ce soir. Je compte sur vous pour faire passer le mot à toutes les victimes. Personne n'est à blâmer. Bon courage à tous."

    Sans plus de cérémonie, Chiron passa à nouveau les portes de l’infirmerie pour en sortir. Il avait du pain sur la planche, et avoir quatre pattes ne serait pas de trop s'il voulait atteindre les zones de conflit avant qu'un réel drame ne se produise.


    Compte fondateur. Si vous avez une question, suggestion ou quoique ce soit, préférez vous adresser aux comptes admins : Alexis, Elliot ou Harmonie, qui seront connectés plus souvent que ce compte.

    A. Samael O'Connor
    Légionnaire de la 2e cohorte

    A. Samael O'Connor

    Informations générales

    Présentation : Ici
    Journal intime : www
    D-C : Andrew Turner
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 637
    Messages : 84

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Gladius et/ou javelot en or impérial
    Défaut fatal: Persévérance
    Cal releva la tête pour croiser le regard de Samael. Non, il n’était pas nécessaire qu’il s’en aille, au contraire. Si Cal avait le droit à une explication, il en était de même pour lui qui n’avait rien demandé. Elliot ouvrit les yeux, l’espace de quelques secondes, puis glissa sa main contre celle de Cal pendant que Samael, le regard ailleurs, croisait les bras sur sa poitrine et attendait patiemment que le concerné ouvre la bouche pour s’expliquer.

    Je suis vraiment une merde.

    Silencieusement, Samael laissa son regard parcourir les murs de l’infirmerie avant de le reposer sur Elliot. Il attendait toujours l’ombre d’une explication. Les instants suivants lui paraissaient être une éternité. Si Elliot se contentait de ça pour s’excuser, ça ne valait même pas la peine de rester. Il allait se lever pour partir lorsque le fils Apollon se décida enfin à parler.

    J’ai aucune explication valable qui pourrait vous satisfaire. J’ai aucune idée de pourquoi j’ai voulu te péter la gueule, Samael. Enfin, si, pour une raison ou pour une autre, j’étais convaincu que t’allais faire du mal à Cal. Alors que je sais très bien que tu lui ferais jamais rien. Vous êtes tous les deux des anges, et vous méritez pas tout ce qu’il s’est passé, et vous méritez encore moins de pas avoir de réponse. Mais je ne peux pas vous en donner. Faut croire que je suis juste un grand malade qui pète des câbles pour rien.

    Samael retint à grande peine un long soupir qui aurait pu traduire son exaspération – ou son soulagement. Il ne savait pas très bien quoi ressentir à vrai dire, il avait presque envie de lui répondre qu’en effet, il était une merde, la partie de lui furieuse qu’il s’en soit prit à Cal, même involontairement, était visiblement toujours en activité. Il détestait être comme ça, amer et rancunier. Cal allait bien, c’était l’essentiel, se disait-il en tentant de se calmer. Puis la voix de Chiron le tira de ses pensées :

    "Infirmiers, il y a eu un problème dans la Colonie. Pour des raisons qui ne me sont pas encore tout à fait claires, de nombreuses personnes se sont vues prises de rage ou de passion, à des niveaux extrêmement anormaux. Attendez-vous à recevoir de nombreuses personnes dans la journée. Je ne pourrai malheureusement pas vous aider, je dois aller empêcher d'autres tragédies de survenir, et enquêter plus profondément sur le problème. Si tout se passe bien, j'expliquerai tout au feu de camp de ce soir. Je compte sur vous pour faire passer le mot à toutes les victimes. Personne n'est à blâmer. Bon courage à tous."

    Personne n’est à blâmer. Cette phrase résonnait dans sa tête comme un écho. Chassant toute notion de colère de son esprit, Samael attrapa à son tour la main d’Elliot, comme pour le rassurer. Selon toute probabilité, Elliot n'était pas responsable de ses actes ce qui avait été un immense soulagement pour Samael.

    "Visiblement, tu n'es pas le seul à être entré dans un état second. C’est pas la peine de chercher plus loin, rien de tout ça n’était ta faute, on en saura plus ce soir. Je t’en veux pas, rassure toi. "

    Puis il se leva et s’adressa à Cal :

    "Je vais aller ranger tout ce qu’on a laissé sous le pin, je passerai te voir à l’atelier. Si ça te va, bien sur."

    Il lui sourit avec douceur, l’embrassa sur la joue et se dirigea vers la sortie de l’infirmerie. Il n’était pas jaloux, mais une certaine amertume résistait en lui. Il avait cette sale impression que quoi qu’il fasse, il ne serait jamais à la hauteur. A la hauteur d’Elliot.


    Son of DeathBe careful who you mess with. ©Conspi pour Epicode

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 487
    Messages : 96
    Il ouvre les yeux, enfin. Puis il les referme, trop tôt. Tu sens une anxiété émaner de lui, une douleur. Ses doigts s’agrippent aux tiens, et tu réponds à cette empoigne en posant ton autre main dessus, en espérant le calmer un petit peu.

    Ses mots te font du mal. Non, non, pas une merde. Certes, son comportement était inexplicable, et tu es un peu sur ta faim en termes d’explications, mais jamais il ne serait une merde à tes yeux. Il est ton ami. Ta gorge se serre ; tu détestes l’entendre parler comme ça. Tu voudrais lui dire que ce n’est pas le cas, que c’est un type génial, que c’est ton ami, mais tu restes silencieux ; tu as encore en mémoire le bouclier arrivant à toute vitesse contre ton nez. À vrai dire, tu veux une explication. Le pardon oui ; mais pas sans le pourquoi.

    Des larmes silencieuses ; ça te serre le cœur de le voir comme ça. Elliot ne pleure pas si souvent que ça. Il regrette, il regrette, tu le sais. C’est assez, c’est assez, tu voudrais apaiser la douleur dans son cœur, tu voudrais lui assurer que tout va bien, que c’est du passé, que ce n’est pas sa faute. Mais peut-être que ça l’est, finalement. Et son explication, son explication qui n’en est pas une ; elle ne fait que te confirmer qu’il est un gars bien, un gentil gars, un être incroyable. Tu caresses sa main, et tu l’as déjà pardonné.

    Peut-être que tu pardonnes trop facilement Cal.

    Mais Chiron arrive ensuite, et lui donne l’absolution la plus totale. Ce n’est pas sa faute non, pas sa faute. Tu savais qu’il était un bon garçon, que ce n’était pas comme lui d’agir ainsi. Malgré toi, des larmes de soulagement s’échappent de tes yeux. C’est au tour de Samael d’absoudre Elliot ; puis il s’adresse à toi. Tu te lèves, comme pour l’accompagner, mais ta main reste dans celle du fils d’Apollon, t’empêchant d’aller trop loin. Tu hoches la tête, et d’une voix un peu faible, tu prononces :

    « D’accord… merci beaucoup… Et euh… désolé que ça se soit passé ainsi. Un sacré bazar, pas vrai ? », tu dis avec un sourire désolé.

    Une fois Samael parti, tu te rassois aux côtés d’Elliot.

    « Hé… content de pas avoir rajouté ces bords tranchants à ton bouclier, pas vrai ? », tu rigoles un peu nerveusement, espérant alléger l’atmosphère. Après un silence qui s’éternise un peu trop (tu n’es pas le meilleure à alléger les atmosphères), tu ajoutes : « Ce n’est pas ta faute… alors ne te prends pas la tête d’accord ? ».

    Tu sais qu’il va se prendre la tête.


    Elliot Wainford
    Tu vas être malade de moi

    Elliot Wainford

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Seraphina Gwynt - Rae Adamson
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 1993
    Messages : 438

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): lance-pierre et une bague-bouclier
    Défaut fatal: La Compassion
    Chiron se trompait. Samael se trompait. Cal se trompait. Ils pensaient tellement savoir, ils voulaient tellement que leur vision des choses soient vraies. Que rien ne soit de la faute d’Elliot, que tous ces sentiments soient apparus de nulle part, pour une raison ou pour une autre. Elliot aussi aurait aimé que ce soit vrai. Mais il les avait ressentis, ces sentiments. Pas eux. Il savait qu’au fond, il était dangereux. Qu’il avait déjà tué, et qu’il en faudrait peu pour qu’il tue encore, même s’il ne le souhaitait pas.

    Samael s’en allait, et Elliot le remarquait à peine partir. Il nota juste qu’il déposa un baiser sur la joue de Cal, et que ce dernier ne semblait pas être contre. Tant mieux. Ces deux-là méritaient d’être heureux. Ils méritaient de vivre leur vie sans qu’un psychopathe vienne les déranger. L’attention d’Elliot se reporta sur Cal, seul à son chevet. Ils ne s’étaient pas lâchés, et quelque part, ça soulageait Elliot. Cal ne devait pas avoir si peur que ça. Et pourtant, peut-être qu’il devrait.

    Cal tenta une petite blague, et Elliot sourit plus par politesse que par réel amusement. En vérité, ce constat l’effrayait. Oui, heureusement que Cal avait été sensé et n’avait pas écouté les folies d’Elliot. Il serait peut-être mort sinon, à l’heure qu’il est. Ou au moins gravement blessé. Lorsque Cal lui dit de ne pas se prendre la tête, Elliot se dit qu’il devait jouer le jeu. Si ce n’est pour lui-même, au moins le faire pour ses amis. Pour son bungalow. Pour tous ceux qui comptent sur lui. Ils étaient beaucoup trop nombreux à ses yeux, mais il ferait de son mieux. Il refoulerait toutes ces émotions négatives, comme il le faisait lorsqu’il repensait à ses parents. Elliot sourit, mais son sourire était fatigué, las. Cal mettrait peut-être cela sur le fait qu’il n’avait plus beaucoup de forces.

    Merci Cal.

    Merci de quoi ? Merci d’être là pour lui. Merci de le pardonner même lorsqu’il n’est pas à la hauteur. Merci de ne pas le haïr, de ne pas lui reprendre cette bague qui avait causait tant de mal. Merci, tout simplement. Elliot ne voulait pas, et ne pouvait pas en dire beaucoup plus. Petit à petit, il sentait sa prise sur les doigts de Cal lâcher. Il avait encore besoin de sommeil. Samael n’avait pas déconné en lui aspirant ses forces. Les yeux d’Elliot se fermèrent, lentement, et il se rendormit pour quelques heures.


    Your body looks so sick, I think I got the flu ♫

    Merci Sung t'es un bro


    Toi aussi Alexis t'es un bro

    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum