AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ElvireChasseresse


    Typhon Farasha
    Légionnaire de la 4e cohorte

    Typhon Farasha

    Informations générales

    Présentation : Who am I?
    Journal intime : Journal
    Parent divin : Nox
    Points de puissance : 377
    Messages : 55

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une dague
    Défaut fatal: Émotivité

    Commencer une conversation

    Fermant les yeux pour calmer sa respiration, Typhon rejette la tête en arrière, qui vient percuter quelque chose. Le mur, sans doute. Il se concentre sur sa respiration, repense à… Il lui faut un souvenir joyeux. Il n’y a rien qui vient. C’est dans ce genre de moments qu’il n’y a jamais rien qui vient. Juste le néant. Le noir total. Oh, le noir, c’est une pensée rassurante. Se sentir enveloppé par les ténèbres, voilà qui détend Typhon.
    Mais peut-être que toutes ces voix, qui lui disent qu’il n’aurait pas dû naître, tous ces murmures qui lui répètent qu’il n’est pas à sa place ici, ni nulle part ailleurs, peut-être qu’elles ont raison. Peut-être qu’il n’aurait pas dû naître.
    Ou mourir.

    Mais Typhon ne veut pas mourir, pas vrai ? Il est venu ici, il y a déjà plusieurs années, pour apprendre à maîtriser ses pouvoirs. Pour apprendre à se connaître lui-même et pour enfin, peut-être, s’accepter. Est-ce que quelque chose a changé, depuis cette époque ? Il ne sait pas. Il ne sait plus. Non, sans doute pas. Il stagne, voilà. Il est resté le même, toujours dans son coin, à obéir comme une vulgaire chaussette.
    Entre nous, une chaussette n’obéit pas, mais c’est la seule chose à laquelle Typhon parvient actuellement à se comparer. Une chaussette, salie par le temps, trouée. Juste bonne pour la poubelle, en fin de compte. Il ne sait même pas pourquoi il pense à ça, soudainement. Ça n’a aucun sens.

    Qu’est-ce qui a du sens, alors ? Être le fils d’un dieu romain, ou de je-ne-sais quelle entité, et se retrouver en Amérique, après avoir vécu douze ans en Égypte ? S’entraîner à se battre avec une dague, apprendre à créer des ombres ? C’est ridicule. Si on lui avait dit ça un jour, il n’y aurait pas cru. Mais puisqu’il est là, c’est qu’il a bien dû y croire, à un certain moment. Typhon ne sait même plus comment tout ça est arrivé.
    Aujourd’hui, il a envie de changer. Il a envie d’aller de l’avant, de trouver un sens à cette putain de vie. Parce que se coller contre un mur et attendre, ça, il sait le faire mieux que quiconque. Mais pour ce qui est de parler aux autres, c’est une autre histoire. Une histoire longue et tortueuse. Une histoire impossible.

    Il a une peur maladive d’aller vers les autres. C’est un blocage, ce n’est juste pas possible. Et une fois de plus, comme tous les ans, au premier janvier, il s’est retrouvé à faire des bonnes résolutions. Résolutions mon cul, oui. C’est bien un truc pour faire joli, ça aussi. Qui les tient réellement, en fait ? Et donc, cette année encore, Typhon s’est juré d’aller vers les autres, et de s’ouvrir au monde.
    C’est quand même une belle connerie, tout ça. Aujourd’hui donc, il a envie de tenir cette résolution et d’aller s’ouvrir et tout ce blabla. Alors, il se redresse et se décolle du mur - son seul pote ici - pour s’avancer un peu.

    S’avancer où ? Ça aussi, c’est une bonne question. Vers Rae. Parce qu’elle est la première personne qu’il croise sur son chemin, en fait. Et d’un seul coup, son visage s’empourpre, il tente de balbutier quelque chose, ses pensées s’emmêlent et finalement, il reste là. Il se tait, les yeux exorbités et les mains crispées, ne pouvant détacher son regard de la jeune fille. Il parvient à se reprendre, trois secondes et demi, pour lâcher un seul mot.

    « Salut. »

    Comme si c’était la première chose à dire. Euh… Peut-être que si, c’est bien de commencer une conversation en saluant quelqu’un, non ? À vrai dire, Typhon n’a aucune idée de comment commencer une discussion. Mais bon, faut bien se lancer, à un moment. Donc c’est tout, salut, et le silence le reprend. Il doit être aussi rouge qu’une tomate, et il semble même avoir arrêté de respirer, mais sinon tout va bien. Premier mot qu’il sort depuis… On ne compte plus. Premier mot à l’intention de quelqu’un d’autre que son chat. Au moins, ça prouve qu’il n’est pas complètement taré. Encore que.

    (c) Kayl

    Rae Adamson
    Centurion de la 5e cohorte

    Rae Adamson

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    D-C : Elliot - Seraphina
    Parent divin : Pluton
    Points de puissance : 406
    Messages : 68

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux gants en acier stygien ornés de pointes aux jointures
    Défaut fatal:
    Rae avait encore quelques préparations à faire avant de se considérer prête à partir à la Colonie grecque pour quelques temps. Si elle devait quitter les lieux, il fallait qu’une chimère soit là pour garder un semblant d’ordre pendant son absence. Elle ne pouvait pas faire confiance à ce tas de dégénérés dont elle faisait partie pour se gérer seuls sans un leader. Et donc, elle cherchait Solan pour lui donner ses instructions, mais celui-ci n’était pas dans leur caserne à ce moment-là. Un lourd soupir lui échappa, et c’est ainsi qu’elle partit en expédition dans les casernes pour aller chercher son bras droit.  

    Elle devait être en colère, puisque certaines personnes se retournaient sur son passage. Elle avait cette tendance à montrer un peu trop ses émotions négatives. Sûrement une caractéristique qui allait avec son titre de princesse des enfers. Toujours est-il qu’elle s’efforça de calmer ses ardeurs, et de reprendre une attitude plus calme. Ça, elle savait le faire sans problème. Détendre ses muscles, relever légèrement ses sourcils, fermer de quelques millimètres ses paupières, et rendre son pas plus souple. Quelques secondes furent suffisantes pour que cette aura de mort disparaisse, et les gens continuaient de se retourner sur son passage, mais plus pour les mêmes raisons. La plupart détournèrent vite le regard, reconnaissant la Centurion de la cinquième cohorte, tandis que les plus nouveaux ne savaient pas encore à qui ils avaient affaire.

    Après qu’elle ait fouillé plusieurs couloirs à la recherche de Solan, quelqu’un se dressa sur son chemin au beau milieu d’un couloir autrement désert. A peine arriva-t-il devant elle qu’il s’empourpra. Oh, c’était donc ça, tout simplement. D’un coup d’œil rapide, elle analysa sa position, son visage, la manière dont bougeaient ses mains, et en déduit assez vite qu’il était un simple garçon timide. Un garçon qu’elle reconnaissait d’ailleurs. Elle l’avait déjà vu, et avait même failli l’enrôler dans les Chimères, avant de se rendre compte qu’il était bien trop faible mentalement pour supporter la charge de faire partie d’un groupuscule secret. Elle trouvait cela dommage ; il pouvait se rendre invisible, et un tel pouvoir aurait été très utile au groupe.  

    Alors que le garçon avait peiné à balbutier un simple mot, Rae prit les devants. Elle savait qu’il était une cible appréciée de certains de ses comparses, mais elle ne pouvait s’empêcher de se dire que l’avoir dans ses filets pouvait avoir certains avantages. Alors, d’un mouvement à la fois lent et fluide, aussi doucement que possible, elle fit mine d’enlever une poussière des cheveux du garçon, initiant un contact infime.

    Salut, Légionnaire. Dis-moi, que fait un brave enfant de Nox tel que toi dans un couloir, seul ?

    Elle avait susurré ses mots, modulé son intonation, insistant sur les mots “légionnaire” “brave” et “Nox” de manière subtile. Il fallait que le garçon se sente reconnu, se sente puissant, face à elle. Il était timide, et avait visiblement du mal à s'ouvrir aux gens. C’était tout à fait le genre de personne qui étaient les plus faciles à mener à la baguette en règle générale. Elle aurait pu utiliser son nom, pour le faire se sentir encore plus reconnu par la jeune fille, mais pour tout dire, elle ne s'en souvenait plus, simplement. C'était la raison pour laquelle elle avait fait appel à son affiliation divine, Nox, alors qu'il s'agissait d'un sujet généralement peu important pour les habitants du Camp Jupiter. Elle ne se souvenait que du pouvoir du jeune homme, alors elle brodait avec les cartes qu'elle avait en main. Tout en espérant qu'il ne s'en offusquerait pas trop.

    Elle pencha la tête sur le côté, de manière infime, presqu’imperceptible, et fit apparaître un sourire bienveillant sur ses lèvres. Ses sourcils se baissaient, doucement, adoucissant son regard autant que possible. Avec un peu de chance, il ne connaissait pas ses techniques, sa réputation, et tomberait facilement dans le panneau.

    Typhon Farasha
    Légionnaire de la 4e cohorte

    Typhon Farasha

    Informations générales

    Présentation : Who am I?
    Journal intime : Journal
    Parent divin : Nox
    Points de puissance : 377
    Messages : 55

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une dague
    Défaut fatal: Émotivité

    Commencer une conversation

    Quelqu’un comme Rae n’a rien à faire avec lui. Typhon était… Enfin, il est différent. Différent de tous les jeunes de ce camp, du monde des mortels, différent de tout. Peut-être qu’il n’a sa place nulle part, après tout. Peut-être qu’il ne devrait pas approcher des autres, parce que personne n’a besoin de lui. Quoique, besoin peut-être. Après tout, lui sait se rendre invisible, il sait manipuler les ombres et les ténèbres et ça, ce n’est pas donné à tout le monde. Certains savent aussi se servir des ombres, différemment. Mais Typhon ne les connaît pas, les autres. Il les croise sans cesse, s’entraîne et parfois lâche un mot ou deux, mais jamais il n’ira vers les autres.
    Et surtout pas vers Rae.
    Il s’imagine qu’elle va s’en aller, parce qu’ils n’ont rien en commun, rien à se dire, parce que Rae est le genre de femme que tout le monde aimerait être, quoique Typhon préférerait autant ne pas être une femme.

    Et pourtant il la jalouse, quelque part, cette belle Chimère. Elle est puissante, tous se retournent vers elle, tous la connaissent. Est-ce réellement ce que veut Typhon, être connu, reconnu ? Il ne sait pas lui-même. Un peu plus sociable, ce serait déjà bien. Il a besoin d’aide, sans doute, mais il est fier. Trop fier pour supporter un échec, trop fier pour s’abaisser à ramper sous un obstacle. Typhon préfère rester en retrait, faire fuir les autres, et ne pas s’attacher. C’est plus simple, ça fait moins mal.
    Encore qu’il a mal, Typhon, parfois. Il a mal de voir les autres qui rient, qui s’amusent, qui s’aiment même. Typhon les envie, mais il se tait.
    Et maintenant il se retrouve face à Rae, sans savoir quoi lui dire. Heureusement, elle prend les devants. Le jeune homme est partagé entre le désir de rester seul, qu’elle se barre, comme tous les autres, et son envie de combattre ses peurs.

    « Salut, Légionnaire. Dis-moi, que fait un brave enfant de Nox tel que toi dans un couloir, seul ? »

    Typhon a l’impression de s’embourber. Il ne peut pas devenir plus rouge, à moins peut-être s’il explose - ce qui, à première vue, ne semble pas impossible. Rae le connaît, du moins elle sait plus ou moins qui il est ; le fils de Nox. La demi-déesse est la fille de Pluton, et ça lui colle bien. Lui, il se terre dans l’obscurité. Sa mère n’en serait pas fière.
    Le garçon aux yeux verts soupire, essaie de se reprendre en main, calmant sa respiration et les battements de son coeur qui s’affolent sans raison. Ce n’est que Rae, elle est comme lui, à peu de choses près. Il est comme les autres, il n’a aucune raison d’avoir peur d’eux. Non, ce n’est pas de la peur. C’est simplement qu’il ne sait pas comment faire, pour parler, aller vers eux, il s’emmêle vite et finit par rester seul.

    « Je… Je cherchais Oswvald. Mon chat. Et… Et toi ? »

    Sa gorge semble brûler rien que de poser une simple question. Mais c’est bien comme ça qu’on engage une conversation, non ? Répondre aux questions de l’autre, en poser à son tour, débattre ou juste… Sortir des phrases, quoi. C’est pas censé être bien compliqué, alors pourquoi lui, il n’y arrive pas ? Quel est son problème ?
    D’ailleurs, où est passé son maudit chat noir ? S’il a vu un insecte, on n’est pas près de le revoir, c’est certain. Ce chat débile passe son temps à courir après tout ce qu’il trouve, y compris les objets inanimés. Lui au moins, il est sociable, bien plus que Typhon.
    Peut-être que le demi-dieu devrait prendre un peu plus exemple sur son chat.

    Typhon ne connaît pas vraiment Rae, hormis de qui elle est la fille. Il relève les yeux, croise son regard sombre et s’y perd un instant, avant de se détourner. Mal à l’aise puissance mille, et ça se voit à des kilomètres. Les autres vont se demander ce que fout Rae à lui parler.

    (c) Kayl

    Rae Adamson
    Centurion de la 5e cohorte

    Rae Adamson

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    D-C : Elliot - Seraphina
    Parent divin : Pluton
    Points de puissance : 406
    Messages : 68

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux gants en acier stygien ornés de pointes aux jointures
    Défaut fatal:
    Rae aurait pu trouver la vitesse à laquelle le romain avait rougi mignonne. Elle aurait aussi pu trouver sa manière de tenter de se ressaisir touchante ou attachante. Elle trouvait tout simplement cela très pratique. Il n’était sûrement pas insensible à son charme, et elle pourrait l’utiliser contre lui à la moindre occasion. Elle ne savait pas encore tout à fait ce qu’elle allait faire de ce garçon. Son pouvoir pouvait être très utile, bien entendu, mais son comportement ? Vomitif, au mieux. Cette pauvre âme ne pourrait rien faire de sa vie, c’était visiblement inscrit dans ses gènes. Elle décida toutefois de garder son opinion pour elle-même, et de ne pas laisser son sourire s’évanouir. Tout n’était pas perdu, et il vaut mieux assurer ses arrières qu’abandonner un potentiel allié.

    Naïvement, le garçon avait répondu à sa question, disant qu’il cherchait son chat, tout en lui renvoyant la question. En un sens, on pourrait dire qu’elle cherchait elle aussi son chat. Un être presque attachant, malicieux, toujours prêt à semer le bordel là où il le peut, mais adorable avec les humains qu’il juge acceptable. Oui, Solan était sûrement un chat, ou s’en rapprochait en tous cas. Surtout si l’on considérait aussi sa capacité à s’éclipser au moment où on le cherchait, comme en l’instant présent. Rae troqua son sourire doux pour un sourire plus espiègle, signe de la complicité qu’elle s’apprêtait à avoir avec l’autre romain.

    Je cherche un de mes amis, mais on peut presque dire que c’est un chat lui aussi. Viens, on va chercher le tien ensemble, on verra si on trouve le mien sur le passage.

    En parlant, elle déposa sa main doucement sur le torse du demi-dieu, tout en fixant ses lèvres d’un regard presque insistant, avant de passer à côté de lui, et de commencer à marcher dans le couloir, toujours vide.

    Tu as une idée d’où il pourrait bien se cacher, ton mystérieux chat ? Il ressemble à quoi, déjà ?

    Où qu’il soit, ce n’était certainement pas en restant dans un couloir désert qu’ils trouveraient ledit félin, il leur faudrait sortir. Sans indications de la part de l’autre muet, pourtant, ils ne pourraient pas avancer, alors elle attendait sagement qu’il daigne répondre. Il avait déjà beaucoup de chance qu’elle accepte de lui accorder un peu de son temps, il avait tout intérêt à ne pas le gâcher.

    Typhon Farasha
    Légionnaire de la 4e cohorte

    Typhon Farasha

    Informations générales

    Présentation : Who am I?
    Journal intime : Journal
    Parent divin : Nox
    Points de puissance : 377
    Messages : 55

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une dague
    Défaut fatal: Émotivité

    Commencer une conversation

    Hypnotisé. C’est ce que certains appellent “le pouvoir des femmes”. Typhon est hypnotisé par Rae. Non. Il ne pouvait pas, il n’avait pas le droit d’être attiré par elle. Elle est très belle - bonne, surtout - mais Typhon s’est fait une promesse. Il ne laissera personne entrer dans sa vie. Et pour l’instant, les choses n’ont pas évolué ; il ne veut pas laisser la jeune femme le toucher. Alors lorsqu’elle se met à lui répondre, il n’écoute plus, il sent seulement sa main sur son torse et une envie violente de la rejeter, de devenir presque violent le submerge.
    Il résiste, elle est gentille avec lui, amicale - un peu trop, même - et c’est la seule dans ce camp à être ainsi avec lui. Depuis des années, passant son temps à rejeter tous les autres, à écourter les conversations, à se débrouiller pour rester dans sa solitude, il y en a encore qui essaient de l’approcher.

    Pourquoi elle ?
    Son regard sombre le transperce. Il n’écoute pas, tout ce qu’elle dit, ce n’est que du vent. Des paroles inutiles, et peut-être que le simple fait de parler est inutile. Peut-être que c’est juste Typhon qui est inutile, à rester planté là comme un arbre. Ou un poteau. Un arbre, c’est utile, ça produit de l’oxygène. Typhon, lui, il ne produit pas grand chose.
    Pourquoi elle ? Qu’est-ce qu’elle a vu chez lui qui l’a poussée à lui parler ? Il ne comprend pas. Il réfléchit trop, et pourtant il ne parvient pas à comprendre.

    « Tu as une idée d’où il pourrait bien se cacher, ton mystérieux chat ? Il ressemble à quoi, déjà ? »

    Typhon n’a pas bien capté qui Rae cherchait, mais au pire, ce n’est pas son problème. Elle a parlé d’un chat mais Typhon est quasi sûr que ce n’est pas un vrai chat. Et maintenant c’est elle qui lui pose encore des questions, qui lui demande pour pouvoir l’aider. En fait, il hésite à répondre. Au moins, il s’est enfin repris, peut-être parce que la rousse a enfin décollé sa main et son regard de lui.

    « Oh, c’est juste un chaton tout noir, yeux couleur or. »

    Le jeune homme s’étant totalement repris en main, il prend les devants et avance dans le couloir, direction la sortie. Il n’est toujours pas à l’aise, pas tout à fait, mais il essaie de le cacher - bien qu’on le remarque encore dans sa démarche. Au moins, il n’est plus complètement bloqué devant Rae. Ce qui constitue un bon premier pas. Il se retourne vers elle et lui demande :

    « Et toi, ton chat ressemble à quoi ? »

    Il lui lance un sourire, se détourne et se mordille la lèvre inférieure. Ses oreilles ont chaud, mais il se maîtrise de mieux en mieux. Première étape vers la sociabilisation réussie. Après, tout n’est qu’une question d’entraînement, non ? Enfin, pour aujourd’hui, ce sera suffisant. Il doit juste retrouver Oswvald, le chat noir, en espérant qu’il n’ait pas encore fait de conneries.

    (c) Kayl

    Rae Adamson
    Centurion de la 5e cohorte

    Rae Adamson

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    D-C : Elliot - Seraphina
    Parent divin : Pluton
    Points de puissance : 406
    Messages : 68

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux gants en acier stygien ornés de pointes aux jointures
    Défaut fatal:
    Après avoir donné une description très sommaire du chat recherché, Typhon sembla prit d’un regain de confiance, et prit la tête dans le couloir, dirigeant presque Rae. C’était à la fois contrariant, et satisfaisant. Contrariant, parce que ça voulait dire que Rae ne pourrait pas tout à fait faire comme bon lui semble avec son nouveau jouet. Satisfaisant, parce que s’il se montrait plus souvent déterminé de la sorte, peut-être bien qu’un jour il deviendra effectivement utile, et pourrait faire une recrue de choix, dans quelques années peut-être.

    Puis ce fut lui qui se retourna à son tour pour parler à Rae. Encore une fois, satisfaisant et contrariant. Mais cette fois, c’était surtout amusant. Il avait tenté un trait d’humour, qui se vit très clairement dans le sourire qui éclaire son visage. Rae ne pouvait pas laisser un gamin plein de potentiel comme ça être gâché. Peut-être que si elle l’avait abordé plus tôt, il serait déjà une personne acceptable. Elle n’avait pas le temps de ressasser le passé, et se contenta de lui renvoyer son sourire, et de faire chanter très légèrement sa voix, comme quelqu’un d’amusé le ferait naturellement. Tout demandait tellement plus d’efforts lorsque l’on perdait toute notion de spontanéité.

    "Il est grand et ressemble globalement à un squelette sur lequel on aurait jeté un manteau de peau. Le tien a l’air carrément plus mignon, si tu veux mon avis."

    Rae suivit Typhon qui s’enfonça dans le couloir, et ils débarquèrent dans une salle avec quelques personnes à l’intérieur. Personne de particulièrement intéressant ne s’y trouvait cela dit, alors elle les ignora. Elle aurait pu leur demander s’ils avaient trouvé un chat noir aux yeux dorés, mais elle ne voulait pas encore donner l’impression à Typhon qu’il n’était pas unique à ses yeux – il ne l’était pas, mais c’était important qu’il pense le contraire s’il devait prendre un peu confiance en lui.

    Quelques meubles se dressaient pourtant çà et là, ainsi elle regarda brièvement en dessous, des fois qu’une boule de poils noire se cachât en dessous.

    "Il a un nom, ton chat ? Ce serait peut-être plus pratique de juste l’appeler, des fois qu’il se reconnaisse. D’ailleurs, tu l’as trouvé où ? Ca court pas les rues dans ce Camp. Même à la Nouvelle-Rome d’ailleurs, c’est assez peu commun."

    Il n’y avait rien sous les meubles, si ce n’est un peu de déception. Elle le fit savoir par un regard entendu à Typhon, de l’autre côté de la pièce, tout en continuant volontairement d’ignorer les trois légionnaires qui se trouvaient là. L’un d’eux semblait la regarder avec un peu trop d’insistance, ce qu’elle régla bien vite en lui lançant un regard suffisamment noir pour le faire changer de pièce, de peur de se retrouver carbonisé quelques secondes plus tard. C’était ridicule, tout le monde savait que le feu de Rae ne carbonisait pas ; il faisait simplement fondre les gens qui osaient s’en approcher trop.

    Typhon Farasha
    Légionnaire de la 4e cohorte

    Typhon Farasha

    Informations générales

    Présentation : Who am I?
    Journal intime : Journal
    Parent divin : Nox
    Points de puissance : 377
    Messages : 55

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une dague
    Défaut fatal: Émotivité

    Commencer une conversation

    Typhon ne peut s’empêcher de sourire lorsque Rae décrit son chat. Typhon ne sait pas de qui il s’agit, mais ça n’a pas d’importance. Il semble plus à l’aise à présent, même si en réalité il craint que chaque geste qu’il fait est une erreur. Il ne sait pas comment réagir, peut-être qu’en entrant ici, on aurait mieux fait de lui donner un manuel de sociabilité. Enfin peut-être qu’il faudrait se sortir les doigts du cul surtout. C’est ce qu’il essaie de faire, et avec un peu d’expérience, ça devrait aller. Peut-être.
    Pour l’instant, Typhon se sent étrange. C’est le meilleur mot pour caractériser ce qu’il ressent. Il est heureux qu’on lui accorde autant d’importance, et surtout elle, Rae, mais il a peur qu’elle s’éloigne et ne le trouve pas assez intéressant, et il a également peur qu’elle s’attache à lui. Esprit de contradiction bonjour.

    Rae lui demande s’il a un nom, et d’où il sort, ce chat. Comme pour briser ce silence qui terrorise Typhon. Il en est soulagé, parce que lui, il ne sait pas trop quoi dire. Il ne sait jamais quoi dire. Il réfléchit trop, c’est ça son problème. Il se dit que c’est ridicule, peu importe ce qu’il dira. Parler, peut-être que c’est inutile.
    Mais ils le font tous, parler pour dire des trucs inutiles. Alors… Il va seulement suivre ce qu’ils font et parler.

    « Il s’appelle Oswvald. Mais il est con, il reconnaît pas son nom. Je l’ai emmené depuis l’Égypte. En fait, il reconnaît que le bruit de croquettes. »

    Au moins, avec l’ami de Rae, c’est un problème qu’ils n’auront pas. Enfin, il reconnaît probablement son nom, lui. Il faudrait surtout trouver un sachet de croquettes pour le secouer, et Oswvald allait bien vite apparaître. Ce qui ne serait pas le cas de Solan, mais c’est un détail. Solan doit bien être dans le coin, non ? Typhon ne sait même pas qui sa nouvelle camarade est en train de chercher, donc pour l’aider, ça risque d’être compliqué.
    Sinon, il suffit de demander. Comme ça, il saura qui elle cherche, et il pourra l’aider aussi. Il est ici depuis un moment, et même s’il ne connaît personne réellement, il sait mettre un nom sur un visage.

    « En fait, tu cherches qui ? »

    Parce qu’un squelette avec un manteau de peau, ça n’allait pas aider. C’est à ce moment précis que le chaton noir décide de débouler, passant entre les jambes des légionnaires, se précipitant après un caillou rond. Au moins, Oswvald est là. Enfin, plus ou moins, parce qu’il semble très occupé dans sa chasse au caillou.
    Typhon se redresse pour croiser le regard de Rae, mais elle l’intimide bien trop, alors son regard glisse et suit le chaton noir qui court comme un débile, se cognant contre les murs et les meubles.

    (c) Kayl

    Rae Adamson
    Centurion de la 5e cohorte

    Rae Adamson

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    D-C : Elliot - Seraphina
    Parent divin : Pluton
    Points de puissance : 406
    Messages : 68

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux gants en acier stygien ornés de pointes aux jointures
    Défaut fatal:
    Oswvald était décidément un nom trop compliqué à prononcer pour un simple chat. Il aurait pu s’appeler Spot ou Boule de Neige, comme tous les autres chats, mais visiblement, Typhon n’avait pas été prévenu que donner un nom compliqué à un chat était une perte de temps. Plus encore si celui-ci ne reconnait pas son nom lorsqu’on l’appelle ; à quoi bon s’embêter à prononcer trois consonnes qui n’avaient rien à faire les unes à côté des autres, si le principal intéressé ne se reconnaissait même pas dans ce prénom ?

    Un fait bien plus intéressant que Rae releva était l’origine du chat, mais surtout de son propriétaire. Des égyptiens, rien que ça. Nox n’avait trouvé rien de mieux à faire que d’aller batifoller à l’autre bout du monde. La Centurion rangea toutefois cette information dans son cerveau, ne sachant pas exactement encore à quoi elle allait lui servir. Elle ne négligeait généralement pas une information potentiellement utile.

    En fait, tu cherches qui ? Rae n’eut pas le temps de répondre avant qu’un félin noir et visiblement idiot lui passa devant les yeux. Son regard suivait le drôle d’animal, qui était très clairement fidèle à sa réputation. La pauvre bête se cognait contre murs et meubles sans distinction, à la poursuite d’une petite pierre ronde. Rae leva les yeux au ciel, et finit par répondre à Typhon.

    Solan Hamilton, mon second. T’as sûrement dû le voir au moins une fois, il se bat avec un fouet, tout ça.

    Rae s’abaissa au niveau du chat, et tendit une main en sa direction, comme pour l’amadouer. Mais visiblement, il ne fut pas dupé par son sourire et son visage d’ange, et se mit à feuler en sa direction avant de partir se réfugier entre les jambes de son maître. Stupides animaux. Rae avait beau avoir un attrait certain pour la flore, la faune l’irritait souvent plus qu’autre chose. Elle ne savait pas trop s’ils étaient effrayés par l’aura de fille de Pluton qui émanait d’elle, ou s’ils savaient juste que ses sourires et petites attentions n’étaient qu’une façade, mais le simple fait qu’ils lui résistent montrait bien leur inutilité.

    On dirait que ton chat ne m’aime pas.

    Elle afficha une mine presque déçue. Ce n’était pas parce qu’elle n’aimait pas les animaux que Typhon devait le savoir. S’il la pensait attristée par ce rejet, peut-être bien que ça ne la rendrait que plus appréciable à ses yeux.

    Typhon Farasha
    Légionnaire de la 4e cohorte

    Typhon Farasha

    Informations générales

    Présentation : Who am I?
    Journal intime : Journal
    Parent divin : Nox
    Points de puissance : 377
    Messages : 55

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une dague
    Défaut fatal: Émotivité

    Commencer une conversation

    Oswvald se redresse, secoue la tête, un peu hébété. Ce qui fait sourire légèrement Typhon, qui a pourtant l’habitude de ce chaton un peu simplet. Disons qu’à force de se prendre des meubles, ça ne devait pas arranger l’état des neurones du félin. Certains légionnaires doivent même avoir l’habitude que le machin noir traîne dans leurs jambes. Oswvald a cette faculté de faire chier ceux qui étaient occupés, et de les empêcher de réaliser leur travail. Enfin, ce n’est pas vraiment un don, il faut faire avec. S’il ne s’assagissait pas, Oswvald pourrait être renvoyé sur Terre, dans la maison égyptienne où habitait auparavant Typhon. Celui-ci n’avait aucune envie de se retrouver seul, sans son chat.

    Rae reprend la parole, répondant à la question de Typhon. Elle évoque Solan Hamilton, et Typhon voit vaguement de qui il s’agit. Un grand mec, cheveux noirs, yeux tout aussi sombres, teint pâle. Typhon n’a jamais fait très attention à lui, et l’inverse est réciproque. Une fois ou deux, ils se sont entraînés ensemble, sans s’accorder plus de deux mots. Bref, Typhon hoche la tête, mais il ne lui semble pas avoir vu Solan récemment.

    « On dirait que ton chat ne m’aime pas. »

    En effet, le chat noir feule sur Rae, avant de venir se cacher derrière les jambes de son propriétaire. La langue à demi sortie, il repasse pourtant la tête entre les jambes de Typhon et lève son regard d’or sur la jeune femme. Typhon se dit qu’elle doit le trouver bien débile. Et elle aurait raison, en fait. Il manque sérieusement une case à ce chat qui tire la langue et se prend des meubles en pleine tête, mais que ferait Typhon sans lui ? Malgré toutes ses conneries, le petit félin restait un chaton câlin. Parfois. La nuit, surtout, lorsque tout le monde dort, sauf Typhon.
    Est-ce que Rae est contrariée que le chat ne lui témoigne pas d’affection ? Typhon ne saurait pas dire. Peut-être.

    Il lui sourit, encore un peu timidement - il ne sait pas quoi faire d’autre, et il n’ose même pas croiser son regard. Mais il a un beau sourire, Typhon. Avec ses yeux verts, presque comme ceux d’un félin, et ses dents blanches qui contrastent avec le teint mat de sa peau, c’est sûr que Typhon n’est pas le plus moche des résidents du Camp Jupiter.

    « Solan… Le beau gosse aux cheveux noirs ? Je vois. »

    Aussitôt la phrase prononcée, il sent le rouge lui monter aux joues et se détourne un instant. Qu’est-ce qui lui prend de dire des trucs pareils ? Lui, son style, c’est plutôt Rae. Mais ça aussi, il ne vaudrait mieux pas l’avouer. En fait, Typhon aurait très envie de coucher avec elle. Mais ça, c’est une autre histoire.
    Typhon se reprend, attrape son chat dans ses bras.

    « Si tu lui donnes n’importe quoi à manger, il va t’aimer. »

    Bon. On essaie de se rattraper comme on peut. Typhon aimerait dire à la brune qu’il n’est pas pédé, mais ça ne ferait que l’enfoncer. Alors la stratégie “changement de sujet total”, peut-être que ça passera.

    (c) Kayl

    Rae Adamson
    Centurion de la 5e cohorte

    Rae Adamson

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    D-C : Elliot - Seraphina
    Parent divin : Pluton
    Points de puissance : 406
    Messages : 68

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux gants en acier stygien ornés de pointes aux jointures
    Défaut fatal:
    Typhon avait l’air gêné d’avoir admis la beauté de Solan. Ça paraissait étrange aux yeux de Rae ; pourquoi avoir honte d’admettre la beauté de quelqu’un ? S’il n’était pas exactement l’idéal masculin de la Centurion, Solan était loin d’être laid. En vérité, si on faisait omission de sa maigreur presque maladive par moments, il avait effectivement un physique avantageux. Il ne restait plus qu’à passer outre son comportement presque psychotique par moments, mais qui était Rae pour juger ce trait-là ? Finalement, elle mit le rougissement de Typhon après ces paroles sur le coup de la timidité extrême qu’il n’avait de cesse de démontrer.

    Tout timide fut-il, Typhon semblait être parfaitement à l’aise avec son chat, et Rae notait une réelle complicité entre les deux. Un parfait moyen de pression si Typhon venait à devenir problématique, donc. Elle rangea cette idée dans un coin de sa tête, jugeant qu’elle n’aurait pas à s’en servir avant un certain temps de toutes façons. Le garçon lui avait même donné une technique pour amadouer le chat. Cette technique risquait grandement d’échouer de toutes façons, mais Rae ne s’en offusquerait pas.

    Ravie de voir que tu as pu retrouver ton chat, en tous cas. Vous êtes vraiment mignons ensembles, il fait ressortir le vert de tes yeux.

    C’était faux, le chat ne faisait rien ressortir du tout dans le visage de Typhon, si ce n’était son sourire qui se faisait un peu plus chaleureux, mais il fallait bien qu’elle le complimente sur une chose pour qu’il arrête d’avoir cet air idiot sur son visage. A vrai dire, elle commençait déjà à regretter d’avoir choisi de s’approcher de ce garçon alors qu’il n’était pas encore prêt à être cueilli. Si voir son visage rougissant et frustré était au premier abord divertissant, ça en devenait à présent ridiculement prévisible.

    Bon, il ne me reste plus qu’à trouver le mien. Je pars bientôt pour la Colonie, et j’ai besoin de lui toucher deux mots avant ça. Tu veux toujours m’accompagner ?

    Pitié, dit non. Dit que tu préférerais passer du temps avec ton chat plutôt que de parcourir les baraquements pour chercher un squelette. Rae ne pouvait décemment pas le lui dire, et si elle partait maintenant comme une voleuse, cela laisserait une mauvaise impression d’elle, et ces dernières minutes auraient été complètement inutiles. Non, il fallait qu’il fasse le choix de partir de lui-même. Et à voir son regard, la journée promettait d’être longue.

    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum