AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ElvireChasseresse


    Elliot Wainford
    Tu vas être malade de moi

    Elliot Wainford

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Seraphina Gwynt - Rae Adamson
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 2005
    Messages : 439

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): lance-pierre et une bague-bouclier
    Défaut fatal: La Compassion

    Cal - Give me my Baby back

    le Jeu 3 Jan - 16:00
    Elliot attendait devant l’arène depuis quelques minutes déjà. Une semaine auparavant, Cal était venu le voir, des étoiles dans les yeux. Il avait visiblement eu une illumination et voulait tester quelque chose sur son bouclier, sans nul doute pour l’améliorer. D’après lui, ça rendrait l’outil plus facile encore à utiliser. Alors, après avoir pris grand soin de désinfecter correctement la bague, afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de restes de maladies coincées dessus, il la lui avait tendue, et avait passé la semaine à s’entraîner avec un vieux bouclier de l'armurerie. Il était bien moins léger, bien moins pratique à utiliser, et Elliot n’osait pas utiliser son pouvoir dessus. Il n’était pas conçu spécialement pour ça, contrairement à celui qu’il avait reçu de Cal quelques années auparavant, qui pouvait supporter tout un tas de maladies, et paraître aussi propre qu’avant.

    Il avait promis d’avoir fini pour ce jour, et qu’ils se retrouveraient à l’arène pour tester ensemble les fonctionnalités qu’il aurait réussi à ajouter, et vérifier que la durabilité de l’objet n’ait pas été affectée. Le fils d’Apollon n’y connaissait pas grand-chose, mais il voulait bien croire Cal sur parole lorsqu’il parlait de tout ce qui avait trait à la création de gadgets ou d’armes.  

    Finalement, après avoir attendu une quinzaine de minutes, il put voir se dessiner au loin la silhouette de son jeune ami qui semblait se dépêcher de venir dans sa direction. Il fut vite à ses côtés, et ils se saluèrent brièvement avant de rentrer ensemble dans l’arène. Elliot lui laissa le temps de se reposer un instant avant de commencer l’entraînement qu’il avait prévu. Il y avait du monde à l’arène, pour une journée d’hiver, et il en connaissait la plupart. Il se tourna alors en direction de Cal.

    Alors, t’as réussi à faire tout ce que tu voulais ? Tu l’as avec toi ? J’ai hâte de voir les changements que tu lui as apporté.

    Elliot avait du mal à contenir l’excitation dans sa voix. Il avait hâte de pouvoir reprendre en main cette bague tant il avait l’habitude de la porter. En règle générale, il ne l’enlevait jamais, les seules exceptions étant lorsque Cal désirait y faire des ajustements, et la sensation d’avoir son doigt nu le dérangeait légèrement.


    Your body looks so sick, I think I got the flu ♫

    Merci Sung t'es un bro


    Toi aussi Alexis t'es un bro

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 487
    Messages : 96

    Re: Cal - Give me my Baby back

    le Dim 13 Jan - 19:22
    Tu considères toujours que c’est un peu ta mission de prendre soin à vie de tes créations, peu importe ce qu’elles deviennent. Tes créations peuvent toujours être améliorées, car tu apprends toujours de nouvelles choses, et ce serait stupide de ne pas faire en sorte que chacune de tes créations soient au top de leur forme. À chaque fois tu expérimentes avec tes propres armes, pour être certain que tout fonctionne. Ensuite, tu peux t’atteler à la mise à jour de toutes tes créations. Généralement, c’est la bague-bouclier que tu as fait à Elliot qui passe en premier -et ça n’a absolument aucun lien avec le fait qu’il provoque des papillons dans ton ventre et que son sourire te donne la chair de poule, dans un sens très positif. Elliot est le premier à qui tu as offert une création, et c’est presque devenu un rituel de le mettre avant les autres. Elliot est spécial. C’est le premier. Le premier qui t’a fait visiter le camp, le premier à t’avoir rassuré quand tu en avais besoin, le premier à qui tu as offert quelque chose que tu as fait, le premier à avoir fait battre ton cœur un peu plus vi- euh. Le premier avec qui tu t’es entraîné, et donc comme c’est un effort physique ton cœur a battu plus vite, c’est totalement normal.
    Tu as passé un peu trop de temps à améliorer sa bague-bouclier ; à vrai dire, tu voulais que tout soit parfait -comme toujours avec toi. Tu t’es vraiment amélioré depuis le premier cadeau, et tu as toujours un peu honte de lui avoir offert quelque chose comme ça. Maintenant que tu y repenses, tu étais vraiment fier. Mais objectivement, le cadeau était grossier, et loin d’être parfait. Mais peut-être que dans quelques années, tu penseras la même chose de ce que tu fais maintenant.
    Tu jettes un coup d’œil à l’horloge. Tu es en retard. Tu as presque terminé ! Tes lunettes sur le nez, tu règles les derniers détails. Une dernière vérification du mécanisme, puis tu passes un produit pour polir le bouclier. Tu appuies sur le bouton, et il retrouve sa forme de bague initiale. Tout est parfait, te semble-t-il. Alors tu prends tes affaires avec précipitation, et t’apprêtes à courir vers l’Arène, quand le monde autour de toi est tout déformé -ah, les lunettes, tu as oublié de les retirer. Une fois celles-ci enlevées, tu t’apprêtes à courir vers l’Arène une nouvelle fois. Ah, ta bague à toi, tu as oublié de la mettre. Tu l’enfiles et enfin tu es prêt. Tu te précipites vers l’Arène. Un quart d’heure de retard, tu vois sur ta montre. Tu espères qu’Elliot n’est pas trop impatient.
    Finalement tu arrives, essoufflé. Tu as piqué le sprint de ta vie, et malgré tes entraînements quasi-quotidiens, l’endurance n’est pas ton point fort.
    « Désolé du retard… quelques retouches de dernières minutes à faire… », tu expliques, en tentant de reprendre ton souffle.
    Tu constates avec joie qu’Elliot a l’air excité et pressé. Tu hoches la tête.
    « Oui, elle est là… », tu dis en tapotant ta poche droite. Elle n’est pas dans la poche droite. Tu lèves un doigt. « Attends, elle est bien quelque part… » Tu tapotes la poche gauche. « Pas là… » Où as-tu bien pu la mettre. Un éclair de génie te traverse. Ah oui ! Ta poche arrière. « Tiens, la voilà. », dis-tu en la tendant à ton ami. « Mécanisme plus rapide, bouclier plus léger mais plus résistant, et anti-rayures... Ton bouclier sera toujours nickel ! » Une de tes précédentes mises à jour en avait fait un miroir, mais les rayures provoquées par les épées gâchaient un peu l’effet. Tu avais été inspiré par l’histoire de la Gorgone pour cet effet miroir. Et par tes cousins Aphrodite.
    « Tu veux l’essayer ? », tu demandes.

    Elliot Wainford
    Tu vas être malade de moi

    Elliot Wainford

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Seraphina Gwynt - Rae Adamson
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 2005
    Messages : 439

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): lance-pierre et une bague-bouclier
    Défaut fatal: La Compassion

    Re: Cal - Give me my Baby back

    le Mar 15 Jan - 18:26
    Cal arriva dans un tel état qu’Elliot s’en voulait presque de lui imposer un entraînement par la suite. Le pauvre garçon était déjà en sueur, son visage rivalisant avec les tomates les plus mûres, et sa respiration saccadée. Le voir chercher dans toutes ses poches fut un spectacle amusant, mais Elliot contint son sourire. Il ne désirait pas laisser penser à son ami qu’il pouvait être en train de se moquer de lui, alors il le regardait juste avec un air amusé, qui devait être caché sous l’excitation qu’il éprouvait à l’idée de retrouver son bouclier encore meilleur qu’avant.

    Tandis que Cal lui listait les modifications apportées, Elliot avait déployé son bouclier pour l’admirer un peu plus. C’était décidément toujours aussi impressionnant de voir avec quelle aisance ce garçon pouvait manier les matériaux. Il ne s’attarda pas trop sur la fonction miroir cependant, le soleil tapant dessus l’aveuglant légèrement. Cette particularité pouvait s’avérer utile en combat, mais Elliot en doutait toujours légèrement, même s’il n’en disait rien pour ne pas blesser Cal. Il ne pouvait pas se permettre de le brider dans sa créativité alors qu’il avait besoin de tout son potentiel pour réussir dans sa mission suicide. Tuer un dieu, ce n’était pas à la portée de tout le monde.

    Allez, on va voir ce que vaut ton petit bijou !

    Ensemble, ils pénétrèrent l’arène, mais ne s’entraînèrent pas directement ; Elliot laissait Cal reprendre sa respiration avant de l’entraîner dans un combat. Pendant cette attente, il déploya à nouveau son bouclier, et le soupesa, s’entraînant à faire différents mouvements. Comment Cal parvenait-il à ajouter toujours plus de fonctionnalités sans que le poids ou la taille de l’invention ne change ? Les occupants de la forge d’Héphaïstos étaient décidément différents du commun des mortels. Et même du commun des demi-dieux.  

    Je suis toujours étonné par la qualité de ton travail, qui ne fait que s’améliorer. Tu pourrais presque devenir un forgeron officiel de la Colonie un de ces jours.

    Il lança un regard à l’intéressé, qui commençait à se sentir mieux ; ça se voyait tant à sa respiration qu’à son visage qui devenait sensiblement moins rouge. Il lui laisserait encore une minute ou deux avant de débuter leur entraînement. Ça faisait longtemps qu’ils n’avaient pas croisé le fer tous les deux, et il avait hâte de voir les progrès que le jeune garçon avait fait.


    Your body looks so sick, I think I got the flu ♫

    Merci Sung t'es un bro


    Toi aussi Alexis t'es un bro

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 487
    Messages : 96

    Re: Cal - Give me my Baby back

    le Mer 23 Jan - 9:19
    Elliot a l’air d’aimer tes modifications. Il est content ; il sourit. Tu aimes bien quand il sourit, alors tu souris aussi. En fait, tu aimes toujours voir cette joie sur le visage des gens, quand tu leur donnes tes créations : un mélange d’excitation et d’impatience, avec une légère pointe de gratitude. Tu te sens utile ; tu te sens aimé. Finalement, tes créations permettent de combler ton manque de confiance en toi. C’est un des seuls domaines dans lesquels tu te sais bon. Dans la forge, tu es comme un poisson dans l’eau -une eau brûlante dans laquelle on étouffe, mais une eau quand même.
    Tu hoches la tête, et vous entrez dans l’arène. Tu constates avec soulagement que vous ne commencez pas à vous entraîner tout de suite. Tu es encore rouge d’avoir couru, et ta respiration commence à peine à revenir à la normale. Etrangement tu es plus endurant en combat qu’en course ; tu ne t’es entraîné qu’à ça. Mais en même temps, si tu dois être bien honnête, tu n’es pas dans ton élément dans les efforts physiques, pas comme dans la forge -quoique, certains pourraient arguer que forger est un effort physique. Bien sûr, au fil des années, tu t’es bien amélioré, et on pourrait même dire que tu es bon. Bon, pas excellent. Tu n’aimes pas vraiment le sport, ni les combats ; seule ta rage contre ton père te motive assez pour continuer. Il est la seule raison pour laquelle tu pénètres dans cette arène -ah oui, et les monstres aussi, tu les avais oubliés.
    Elliot te fait un compliment -un compliment immense, que tu n’es pas entièrement sûr de mériter. Il te flatte ! Bien sûr, tu n’es pas mauvais, tu es même très bon, Mais le forgeron officiel de la colonie ! Il y a tant d’autres enfants d’Héphaïstos qui sont si bons ! Ton visage, qui avait pourtant commencé à reprendre une teinte normale, rougit de plus belle. Mais non pas d’effort cette fois.
    « Je- que- tu- n’importes quoi… Bon, allons combattre ! », bredouilles-tu, n’osant pas le regarder. Tu es devenu meilleur avec les compliments avec le temps, mais là c’était trop pour toi.
    Tu pousses ton ami vers la zone de combat, des combattants étant sortis durant votre moment de repos et de conversation. Tu tournes ta propre bague et ton sabre apparaît. Tu le saisis avec fermeté, tentant de te reprendre. Tu avais amélioré ton sabre il y a peu, augmentant sa résistance, mais surtout modifiant son apparence. C’était surtout ton perfectionnisme en action, car les modifications portaient sur des minuscules gravures, plus esthétiques qu’utiles. Fils d’Aphrodite, va.

    Elliot Wainford
    Tu vas être malade de moi

    Elliot Wainford

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Seraphina Gwynt - Rae Adamson
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 2005
    Messages : 439

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): lance-pierre et une bague-bouclier
    Défaut fatal: La Compassion

    Re: Cal - Give me my Baby back

    le Jeu 24 Jan - 22:41
    Après avoir nié les compliments légitimes faits par le fils d’Apollon, Cal le poussa plus vers le centre de l’arène, l’empêchant de lui lancer un sourire amusé. Puis Elliot comprit vite que l’heure des plaisanteries était achevée, lorsque le jeune enfant d’Héphaïstos déploya son sabre, dans un mécanisme aussi complexe que celui renfermé dans la bague de l’aîné, qui la tourna aussi et fut tout à fait satisfait de voir son bouclier se déployer à nouveau sous ses doigts. La transformation était à la fois rapide, et très satisfaisante à regarder. Ce n’était pas magique comme certaines armes créées par le dieu des forgerons en personne, mais la transition était si fluide et rapide que ça n’avait pas besoin d’être magique ; c’était quelque chose de bien plus puissant, c’était l’intelligence d’un jeune garçon capable de prouesses incroyables.

    Après s’être mis en position, d’un hochement de tête, Elliot fit signe à son adversaire de passer à l’attaque, tandis que lui se contenterait de se défendre. Ou pas, tout dépendrait de la tournure du combat. Cal était un très bon combattant. Bien au-dessus de ceux dont Elliot avait l’habitude de s’occuper à l’arène, sans pour autant pouvoir prétendre entrer dans le domaine des plus puissants, qu’Elliot prenait soin d’éviter. Ça, c’était le domaine d’Alexis, et il le lui laissait très volontiers. A elle, et aux autres qui avaient son niveau, bien entendu, s’il y en avait réellement.

    Les rêvasseries d’Elliot lui valurent de faire un faux mouvement, et il faillit manquer sa parade. Il aurait pu y perdre un membre s’il n’avait pas rectifié la trajectoire de son mouvement de bouclier au dernier moment. Chose qu’il n’aurait peut-être pas pu faire s’il n’avait pas été aussi adapté à son style de combat. Cal était un foutu génie. Un sourire satisfait vint prendre la plus grande partie du visage d’Elliot.

    Très bon bouclier. Très réactif.

    Puis il passa à l’offensive, pour la première fois du combat. Il avait fini de fuir, et d’un grand coup de bouclier, tapa dans la lame de son ami alors que celui-ci tentait d’asséner un nouveau coup. D’un autre mouvement, il l’écarta encore, et ne voulant pas aller trop loin, il se contenta de déposer la tranche du bouclier sur la gorge de son adversaire.

    Tu penses que ça se fait, un bouclier avec des bords tranchants ? Un jour, faudra que j’apprenne à passer à l’offensive. On sait jamais, imagine qu’une quête me désigne moi comme participant ?

    Ca n’était jamais arrivé, et ça n’arriverait peut-être jamais, mais voir tout le monde, même les nouveaux, se démener pour apprendre à se battre, et repenser à cette fois où lui et Alexis avaient failli mourir parce qu’il n’avait comme capacité offensive que son pouvoir, lui faisaient prendre conscience qu’il ne pourrait pas être à l’abri du danger toute sa vie. Et qu’il devrait réellement prendre les choses en main et apprendre à attaquer, ne serait-ce que pour se défendre contre les monstres. Son pouvoir n’était pas assez fiable à lui tout seul, et son lance-pierre était certes plutôt unique, il n’en restait pas moins ridiculement faible face à une armée de monstres.


    Your body looks so sick, I think I got the flu ♫

    Merci Sung t'es un bro


    Toi aussi Alexis t'es un bro

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 487
    Messages : 96

    Re: Cal - Give me my Baby back

    le Jeu 7 Fév - 14:43
    Tu prends une inspiration, pour te préparer au combat. Il y a toujours une partie de toi qui se refuse au combat ; ce n’est pas naturel dans ton sang. Alors, ta première bataille, c’est toujours une bataille avec toi-même. L’air frais dans tes poumons calme la partie peu assurée de toi-même. Tu retrouves, petit à petit, ton sang-froid. Ton visage se vide de toute émotion et devient impassible. Tu fais tourner ta bague. Elle se transforme en sabre, en un mécanisme harmonieux que tu connais jusqu’au bout des doigts. Cette arma finit de te rendre ton calme. Ton cœur bat plus lent quand tu l’as dans tes mains ; elle te garde en sécurité.

    Tu échanges un hochement de tête avec Elliot. Tu attaques. Une sorte de chorégraphie destructrice, un peu guerrière, un peu sanglante -normalement-, mais pas barbare, non. C’est une chorégraphie élégante. Tu attaques. Elliot est bon ; meilleur que toi. Il l’a toujours été, et le sera toujours. Mais ça ne veut pas dire que tu ne l’as jamais battu, et que tu ne dois pas donner tout ce que tu as pour le battre. Alors tu enchaînes les attaques, de toutes tes forces, de toute ton adresse. Tu es plus rapide et habile que tu n’es fort et puissant. Tu tentes d’en tirer profit.

    Tu commences à croire que tu peux prendre l’avantage ; il recule petit à petit sous tes coups, et ah ! Ah non. Il utilise son bouclier -ton bouclier, tu penses avec satisfaction- pour bloquer ton sabre. Tu le vois qui sourit ; il est satisfait. Toi aussi.

    « C’est uniquement parce que tu l’es toi-même. », tu souris.

    À partir de là, tu sais ce qui va se passer. Les combats se déroulent presque toujours comme ça, peu importe ce que tu peux tenter. Tu n’es pas le plus endurant, Elliot le sait. Les coups de ton ennemi sont puissants, redoutables ; il sait où les asséner. À chaque combat, tu tentes de trouver une parade, une façon de les contrer. Mais tu sens que tu te fatigues, et ta danse ne peut pas durer éternellement.
    Et enfin, il te domine. La tranche de son bouclier est sur ta gorge, aussi menaçante qu’une lame d’épée. Avec un sourire contrit, tu lèves les mains et laisse tomber ton sabre sur le sol. Ton ami retire le bouclier, et tu ramasses ton sabre, qui reprend la forme d’une bague. Tu essuies la sueur qui perle de ton front tout en réfléchissant.  

    « Un défensif offensif hm ? C’est possible ! Mais ça risque de poser des problèmes d’équilibre… et tu risques de te couper toi-même… », dis-tu. « Mais je suis sûr de pouvoir trouver un mécanisme qui… ». La fin de ta phrase est intelligible, tu grommelles pour toi-même dans ta barbe. Tu prends ton menton dans ta main, réfléchissant. Tu as quitté le mode combat pour rentrer dans le mode forgeron. Non ! Tu es ici pour combattre, pas pour créer !  Tu relèves la tête en faisant un sourire (à moitié d’excuse) : « Pardon, j’ai commencé à trop réfléchir ! On reprend ? J’ai toujours l’espoir de te battre ! »

    Enfin, l’espoir, c’est un bien grand mot. Entre nous, tu sais que tu ne vas pas le battre -d’autant que tu as un peu perdu de ta concentration. Mais il faut que tu t’y remettes.

    Et puis au loin, tu vois une silhouette en plein combat. Tu la reconnais ; Alexis. Elle est majestueuse, et tellement dans son élément. Tu détournes le regard, perdant soudainement le moral et toute envie de combattre. Tu perds ton sourire, aussi. Ta silhouette se courbe un peu à mesure que les souvenirs de ta dernière discussion avec elle t’assaillent. Tu te mets à te gratter les avant-bras, comme à chaque fois que tu deviens anxieux. Tu fais demi-tour.

    « Euh, je… je viens de me souvenir que j’avais quelque chose à faire, on remet ça à plus tard ! »

    Allez, fuis maintenant.

    Elliot Wainford
    Tu vas être malade de moi

    Elliot Wainford

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Seraphina Gwynt - Rae Adamson
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 2005
    Messages : 439

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): lance-pierre et une bague-bouclier
    Défaut fatal: La Compassion

    Re: Cal - Give me my Baby back

    le Jeu 7 Fév - 19:24
    Elliot fut ravi de voir Cal déjà réfléchir à un moyen de rendre le bouclier plus offensif. Il ne savait toujours pas si c’était vraiment ce qu’il voulait, ni s’il en aurait un jour besoin, mais savoir que son étrange idée n’était pas complètement hors de portée lui donnait un peu d’espoir pour le futur. Pourrait-il devenir quelqu’un d’utile un jour ? De vraiment utile ? Il savait que tout ce qu’il faisait pour la colonie était déjà plus que suffisant aux yeux d’une personne lambda, mais il avait ce désir, ce besoin d’aider les pensionnaires. Il souhaitait plus que tout donner aux nouveaux venus la chaleur et l’amour dont ils avaient besoin. C’était ce qui l’avait sauvé lorsqu’il n’était qu’un enfant, et il comptait bien sauver les autres.

    Cal sourit en s’excusant de trop réfléchir, ce qui était ridicule. Il ne serait pas Cal s’il ne réfléchissait pas à de nouvelles inventions, et il n’avait pas à en avoir honte. Les deux garçons commencèrent à se replacer afin de pouvoir reprendre leur entraînement lorsque quelque chose sembla attirer le regard de Cal, qui perdit très vite toute joie de vivre. En quelques instants, il était devenu celui qu’il était en arrivant à la colonie : malheureux, renfermé, en manque d’amour aussi.

    Il avait commencé à se retourner et à partir lorsqu’il annonça qu’il avait d’autres choses à faire. Et Elliot aurait presque pu le croire, s’il ne l’avait pas vu fondre sous ses yeux. Il ne pouvait pas le laisser partir comme ça, pas dans un tel état. D’un geste doux, il lui attrapa le bras, et le guida vers un coin de l’arène, à l’abri des regards. Il ne rompit pas le contact, gardant sa main posée sur son bras, dans un geste qui se voulait réconfortant.

    Tu sais que tu peux me parler, Cal. Qu’est-ce qu’il se passe, est-ce que quelqu’un t’a fait du mal récemment ? J’ai envie de t’aider, mais si tu ne me dis rien, je suis inutile...

    Elliot balaya l’arène du regard, à la recherche de ce qui aurait pu causer la peine de Cal. Quel genre de personne pourrait oser faire du mal à un être qui ne vit que pour l’amour de son prochain ? L’arène était trop pleine pour en établir un clair portait, et Elliot dût reconcentrer son attention sur Cal. Le pauvre semblait être vraiment mal, et il ne serait pas étonnant de voir quelques larmes couler sur son visage dans quelques instants. Elliot hésitait à le prendre dans ses bras, lui montrer qu’il était aimé, qu’il n’était pas seul, mais ne savait pas si ce serait la bonne solution. Malgré son envie d’aider les gens, il n’était parfois vraiment pas doué pour le faire.


    Your body looks so sick, I think I got the flu ♫

    Merci Sung t'es un bro


    Toi aussi Alexis t'es un bro

    Caligula J. Williams
    Pensionnaire { 10 000

    Caligula J. Williams

    Informations générales

    Présentation : cela passera toujours
    Journal intime : factory
    Parent divin : mamie: aphrodite ; papa: hephaistos
    Points de puissance : 487
    Messages : 96

    Re: Cal - Give me my Baby back

    le Lun 4 Mar - 19:15
    Le contact de sa main sur ta peau est réconfortant et chaleureux, même s’il n’arrête pas tes tremblements. Il t’emmène à l’écart, loin des regards -ce qui n’est pas plus mal, tu n’aurais pas envie qu’Alexis te voie comme ça. Tu mords ta lèvre inférieure. Tu ne veux pas lui dire, non. Tu te sens fragile, et stupide pour réagir comme ça.

    Tu secoues la tête.

    « Non, personne ne m’a fait du mal. », tu murmures. Non, c’est vrai, elle ne t’a pas fait de mal, comment aurait-elle pu ? « C’est moi qui lui aie fait du mal, oui c’est moi… », tu ajoutes. C’est moi, c’est moi, je lui ai fais du mal, tu continues dans ta tête -ou à voix haute ? Tu n’en es pas certain, tu es entré dans une lente et sombre torpeur, alors que les souvenirs de la conversation que vous avez eue te revient. Du mal, du mal, c’est moi, je l’ai fait souffrir, ma faute, la mienne, la pauvre, la pauvre…. Tes avant-bras sont rouges à force de les gratter.

    Tu lèves la tête vers lui, et tu vois l’inquiétude dans ses yeux. Non, non, tu ne dois pas l’inquiéter. Non, non, sinon lui aussi va s’éloigner. Alors tu forces ta main à lâcher ton avant-bras, et tu prends une profonde inspiration pour calmer tes tremblements. Et puis une autre. Et une autre. Au bout de quelques secondes, tu as regagné un semblant de sang-froid, de calme. De l’extérieur du moins, et pour quelqu’un qui n’est pas très observant. Car tes mains continuent très légèrement de trembler, mais tu les caches derrière ton dos. Et tes yeux sont toujours un peu brillants, et tes joues encore un peu pâles, et ta voix encore un peu tremblotante. Mais tu réussis à sourire -c’est un peu forcé, peut-être. Tu n’as rien d’un excellent comédien Cal, mais tu espères que ça marchera quand même.

    « Je… t’en fais pas ! J’ai juste un peu blessé mon partenaire de combat de l’autre jour, et je culpabilise encore un peu… je crois qu’avec la fatigue, tout ça, ça m’est revenu un peu violemment… c’est tout ! Je vais bien ! Ne t’en fais pas. »

    Pour étayer tes dires, tu tapotes la main qu’il avait posé sur son bras.

    « Je pense qu’il faut surtout que j’aille me prendre une bonne douche fraiche et que j’aille me reposer un peu. »

    Elliot Wainford
    Tu vas être malade de moi

    Elliot Wainford

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Seraphina Gwynt - Rae Adamson
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 2005
    Messages : 439

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): lance-pierre et une bague-bouclier
    Défaut fatal: La Compassion

    Re: Cal - Give me my Baby back

    le Mar 12 Mar - 11:11
    Elliot se sentait démuni face à un Cal visiblement rongé par les sentiments négatifs qu'il portait contre lui-même. Le fils d’Apollon voyait bien que son ami était submergé par ses émotions, persuadé d’avoir fait du mal à quelqu’un. A qui ? Ce n’était pas important, Elliot savait que Cal n’aurait jamais fait de mal à qui que ce soit, son état actuel en était la preuve. Cal ne pourrait pas vivre avec un tel poids sur la conscience.

    Voir son ami se gratter frénétiquement les bras, murmurer un flot de paroles incompréhensible, était insoutenable pour Elliot. S’il n’était pas convaincu que ça ferait plus de mal que de bien, il aurait presque pu l’attraper par les épaules et le secouer dans tous les sens pour faire comprendre à cet idiot qu’il ne ferait pas de mal à une mouche, qu’il y avait forcément méprise, qu’il était une personne adorable qui ne méritait pas de penser de telles choses. Mais il ne fit rien. Il se contenta de le fixer, et Cal dut lire toute la détresse d’Elliot dans ses yeux, parce qu’il tenta de se calmer par ses propres moyens, lâchant son bras et respirant lentement.

    Cal n’était pas vraiment plus calme, il en donnait juste l’illusion. Elliot connaissait bien son ami, et savait qu’il faudrait beaucoup, beaucoup plus de temps au jeune garçon pour se sentir mieux. Elliot ne pouvait être qu’attendri par la tentative de Cal de lui faire croire que tout allait bien de son côté, qu’il avait juste un peu exagéré dans sa réaction. Mais il était aussi frustré et énervé que son ami ne puisse pas se confier à lui. Il ne pouvait pour autant pas le forcer à lui dire la vérité. Ça ne ferait qu’aggraver les choses, et lui rappeler ces mauvais souvenirs qu’il essayait d’enfouir sous une couche de faux-semblant et de faux sourire.

    Pourtant, lorsque Cal fit mine de commencer à partir, Elliot ne tint plus et le prit dans ses bras, avant de commencer à parler, doucement, pour que personne d'autre que Cal n'entende.

    Écoute moi bien, Cal. Je vais te laisser partir faire ce que tu as à faire. Je ne vais pas te forcer à me parler, à me dire ce qui te rend réellement triste, mais avant, je vais te dire quelque chose. Je sais que quoi qu’il se soit réellement passé, tu n’es en rien à blâmer. Tu es un descendant d’Aphrodite, tu es né pour aimer et pour être aimé. Et tu es en effet aimé, Cal. Quoi que tu dises, quoi que tu penses, moi je serai toujours là pour toi. Si jamais un jour, tu te sens prêt à me parler, à me dire ce qui te tracasse, je serai là pour t’écouter. Et si jamais tu ne te sens pas à l’aise en me parlant, alors les autres descendants d’Aphrodite seront là pour toi. Tu es bien plus entouré que tu ne le penses, et tu le seras toujours, parce que tu es quelqu’un d’adorable, qui pense toujours aux autres avant tout, et qui déborde d’amour. J’attends avec impatience de voir le jour où tu prendras enfin conscience de ta réelle valeur. Parce que ce jour-là, le monde entier sera ébloui par ta beauté.

    Elliot ne parlait pas souvent à cœur ouvert de cette manière. Il était généralement plutôt réservé, et était plus doué pour engueuler les gens que pour leur dire à quel point ils étaient merveilleux. Mais cette fois-ci, il avait jugé nécessaire de laisser parler son cœur, de dire à Cal à quel point il était aimé et important. Parce qu’il en avait besoin, et que les besoins de ses amis passaient avant tout.


    Your body looks so sick, I think I got the flu ♫

    Merci Sung t'es un bro


    Toi aussi Alexis t'es un bro

    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum