AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ElvireChasseresse


    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    Séraphina Gwynt

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 49
    Messages : 78

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Mer 12 Déc 2018 - 22:01
    Seraphina n’eut pas même le temps d’apprécier les résultats de sa pique, étant donné qu’il n’y en avait aucun, que le garçon lui riait déjà au nez. Son sourire qui suivait, empli de malice, laissait présager le pire, et le pire arriva. A la simple mention de la possibilité de revivre les évènements de ce rêve, dont les passages les plus marquants se dessinaient si clairement dans la tête de la Romaine, ses poings se serrèrent, tout comme ses dents. Le coup de grâce fut asséné lorsqu’il prononça sa dernière phrase; qu’il lui dit, avec le ton le plus mielleux qu’elle ait entendu, qu’elle était plus fragile que lui. En soit, cette simple phrase aurait pu passer inaperçue, mais tout ce que la romaine avait entendu, c’était qu’elle était pathétique, et il avait presque raison.

    Elle était pathétique, lorsqu’elle était mise à terre par une fille d’Arès, parce qu’elle ne comprenait pas la complexité des relations sociales. Elle était pathétique, lorsqu’elle se tournait vers le premier inconnu venu et son frère pour leur demander des conseils sur la vie. Elle était pathétique lorsqu’elle fuyait l’arène, qu’elle ne faisait qu’observer ce qu’il s’y passait, en haut dans son perchoir, plutôt que d’affronter les problèmes qu’elle avait, en partie, créés.  

    Mais elle ne l’était pas lorsqu’elle avait fait un marché avec Samael, leur permettant à tous deux de grandir, chacun de leur côté. Elle ne l’était pas non plus lorsqu’elle maîtrisait les vents à sa convenance, étant plus capable que la plupart des demi-dieux de cette colonie. Elle ne l’était pas non plus lorsque, ne pouvant se retenir, quelques secondes après que le fils d’Eros ait fait sa remarque, elle lui flanqua son poing dans la figure, brisant certainement son nez au passage.

    Tu feras gaffe, ton nez semble plus fragile encore.” lui cracha-t-elle. Puis, plus haut, elle reprit, s’adressant à Kidaria, “Désolée, désolée, ça arrivera plus, je maîtrise. Je crois.

    La Centurion avait visiblement déjà commencé à bouger lorsque Sera avait envoyé le grec en l’air, et semblait prête à intervenir après le coup qu’elle venait de lui mettre, mais visiblement, elle semblait avoir accepté de croire sa seconde, et de lui laisser le bénéfice du doute en restant perchée sur son rocher. Seraphina respira un grand coup, encore une fois, et comme elle en avait pris l’habitude ces derniers temps, tenta de visualiser l’un de ses entraînements avec Samael. Ce n’était pas en s’énervant, en s’offusquant, qu’on réglait les problèmes, mais en essayant de comprendre l’autre. Aussi dur que cela puisse paraître.  

    Dans le cas présent, c’était une tâche extrêmement difficile, elle ne ressentait que du mépris et du dégout pour le maître des sentiments, celui qui pouvait jouer avec les gens comme bon lui semblait, pour peu que cela l’amusait. Mais elle savait que ce n’était peut-être pas vraiment lui, tout comme elle n’était pas cette servante stupide qu’elle avait incarnée, une nuit, il y a un certain temps maintenant. Combien de temps cela faisait-il ? Des semaines ? Des mois ? Elle était incapable de s’en souvenir, et ne comprenait pas que son ressenti puisse encore en être affecté en ce jour.

    Seraphina tira un bout de tissu qu’elle gardait dans sa poche, essuya le sang qui se trouvait sur le visage du garçon qui était toujours maintenu en l’air par les courants aériens, bien qu’elle lui ait permis de se retourner depuis le temps, puis fit voler un cube d’ambroisie jusqu’à sa bouche.

    Qu’une chose soit claire, tu me dégoûtes. Mais je ne sais pas à quel point tu es ce romain qui dominait sur la ville, et qui jouait avec les émotions des gens comme bon lui semblait, étant donné que je ne me sens pas du tout représentée par la sotte avec laquelle tu as joué. Je pourrais pas enlever cette sensation que tu me donnes, cette envie de vomir.” Elle jeta un œil à sa Centurion. Elle savait à quelle point Kidaria prenait à cœur l’entraînement de ses poulains. “Mais Kidaria compte sur nous pour nous entraîner comme il faut. Surtout toi, d’ailleurs, et c’est pas en se faisant la guerre qu’on va y arriver. Alors frappe-moi si ça peut te faire du bien, puis remettons-nous à l’entraînement, si tu veux bien.

    Elle libéra les courants qu’elle contrôlait, les laissant vaquer à leurs occupations, laissant le grec poser pied à terre. Il y a quelques mois de cela, elle n’aurait jamais agi de la sorte, elle l’aurait tout simplement éviscéré. Mais elle avait appris qu’il était bon de considérer les gens qui l’entouraient, et si elle n’était pas capable de prendre en compte les envies et les besoins de Kidaria, qui était sans aucun doute actuellement la personne dont elle était la plus proche dans ce monde, alors à quoi bon s’entraîner à devenir une personne meilleure ? Ca n’effacerait pas ce qu’elle a fait, et elle sera toujours la même personne dans le fond. Elle avait d’ailleurs grandement apprécié de sentir le nez du grec craquer sous son poing. Mais il faut faire un pas vers les autres si l’on espère qu’ils en fassent un vers nous. Apparemment.


    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    Andrew Turner

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor, Solan Hamilton
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 222
    Messages : 129

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Mer 12 Déc 2018 - 23:29
    Andrew ne l’avait pas vu venir. Son poing. Dans sa figure. Son nez saignait abondamment tandis qu’elle lui crachait ouvertement une réplique cinglante sur la soi-disant fragilité excessive de son nez, et il n’eut aucune expression particulière lorsqu’elle s’excusa à Kida de manière lamentable. La seule chose excessivement fragile dans tout cela, ce n’était pas le nez d’Andrew, qui avait déjà pris quelques coups auparavant, mais plutôt l’ego de la jeune romaine.

    Il n’était pas surpris qu’elle n’ait su garder son calme. Il n’était pas surpris non plus par la force de l’impact. Il était surpris que Kida laisse passer ça.  Pire encore, il sentait la colère monter. Et cela s’aggrava lorsque Seraphina essuya le sang sur son visage avant de lui envoyer un cube d’ambroisie, qu’il avala d’un seul coup, ayant pour effet immédiat d’arrêter le saignement.

    Qu’une chose soit claire, tu me dégoûtes. Mais je ne sais pas à quel point tu es ce romain qui dominait sur la ville, et qui jouait avec les émotions des gens comme bon lui semblait, étant donné que je ne me sens pas du tout représentée par la sotte avec laquelle tu as joué. Je pourrais pas enlever cette sensation que tu me donnes, cette envie de vomir.

    Seraphina s’interrompit un instant, puis reprit :

    Mais Kidaria compte sur nous pour nous entraîner comme il faut. Surtout toi, d’ailleurs, et c’est pas en se faisant la guerre qu’on va y arriver. Alors frappe-moi si ça peut te faire du bien, puis remettons-nous à l’entraînement, si tu veux bien.

    Lorsqu’il fut enfin libéré de l’emprise des vents, Andrew fit craquer ses phalanges et sa nuque. La colère s’était installée pour de bon, et cette fois Andrew la maîtrisait. Ce fut avec une intense satisfaction qu’il regarda Kidaria, les bras ballants, une étincelle de rancœur dans les yeux, avant de se retourner vers Seraphina :

    "Sache que l’abruti que tu as connu en rêve n’était en rien représentatif de ma personne. Enfin, je ne peux pas mentir, un petit peu quand même. On a tous un côté que l’on garde compartimenté, scellé dans un caveau dans le fond de notre conscience. Le mien, c’est tout simplement ma noirceur. C’est ce qui me fait peur chez moi, la chose la plus affreuse qui puisse m’arriver, c’est de finir comme celui que tu as rencontré. Toi par contre…"

    Il laissa échapper un rire sinistre et afficha un sourire carnassier avant de se rapprocher de la romaine en lui saisissant le menton comme elle l’avait fait à son arrivée, la forçant à le regarder dans les yeux.

    "Toi, je le vois, je le sens, tu as de l’amour à donner, et tu manques cruellement d’attention. Tu crois que je ne le sais pas ? Je suis un détecteur d’émotions, l’amour, la haine, bla bla bla, Eros, fils d’Aphrodite et d’Arès, tu comprends le mélange un peu ? Mais ça ne se limite pas à ça. L’amitié, les plaisirs charnels, les querelles de famille, je détecte tout. Et je peux le maîtriser, grâce à cet entraînement. Sache que je te comprends, que je te connais, toi, tes faiblesses, tes peurs.", disait-il en caressant sa joue. "Alors je te préviens, fais attention à ce que tu fais en ma présence. Parce que je peux tout foutre en l’air si besoin est. Tu ne me fais pas peur, toi et tes courants d’air. J’ai traversé l’enfer avant d’arriver ici. Et j’ai rien à perdre."

    Il ôta sa main de son visage et s’éloigna de quelques mètres à peine, lançant un regard noir à Kidaria, puis se désaltéra avant de lancer l’autre gourde à Seraphina. Il avait une folle envie de la rendre ivre de rage, et aurait donné cher pour voir la Centurion devoir se défendre face à une tornade incontrôlable. Ce qu’il avait réussi à faire auparavant n’était que le début. Mais il se contenta de soupirer en fermant les yeux, se massant les tempes. Alors, se concentrant sur ce qu’il y avait de beau dans sa vie, il partagea une partie de ce ressenti avec Seraphina. Il était grand temps de calmer le jeu. S’il ne regrettait en rien ce qu’il avait dit à la romaine, parce que c’était une indubitable vérité, il avait en revanche quelques remords sur la façon dont il l’avait exprimé. Il se mordit la lèvre inférieure, et s’excusa tout simplement :

    "Désolé. Je ne voulais pas te menacer. Pas directement. Je t’avertissais simplement que ma patience a des limites, et que je peux m’avérer dangereux. J’ai la chance d’avoir une mentor très… efficace pour me canaliser. Alors je suis désolé si le simple fait de m’avoir en face de toi te donne la gerbe, mais j’en ai un peu rien à foutre. Je suis pas là pour te servir de défouloir, je suis là pour m’exercer, encore, encore et encore jusqu’à ce que j’arrive à me maîtriser parfaitement. Si elle t’a choisi pour l’assister, c’est qu’il y a une bonne raison et je veux bien faire avec, malgré ce que tu ressens à mon égard."

    Andrew reposa sa gourde et s’assit en tailleur, tâchant de calmer sa respiration, d’atténuer sa colère qui ne cessait de monter, et qu’il contenait depuis une bonne dizaine de minutes maintenant. Il bouillonnait intérieurement mais se refusait au laisser aller, d’abord parce que Kida avait l’œil, même si ça n’avait pas empêché Seraphina de lui éclater le nez, et ensuite tout simplement parce qu’il pourrait jouer plus tard.

    "Bon. On peut reprendre je crois. Kida ? Exercice suivant s’il-te-plaît."




    Merci Alexiiiis  

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    Kidaria-Scheddar Kiliala

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Alexis N. - Kieran B.
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 870
    Messages : 145

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Jeu 13 Déc 2018 - 19:08
    Elle l’avait vu venir. Kida avait vu le poing de Sera se serrer et s’écraser contre le visage d’Andrew avant même que cela se produise pour de vrai. Sa seconde fit, l’air de rien, remarquer que cela n’était qu’un accident maîtrisé. Kida n’avait quant à elle qu’une seule envie : hurler. Mais elle ne le fit point et garda un visage impassible. Sera se rattrapa rapidement et, tout en continuant d’échanger des mots que Kida n’entendait pas, relâcha Andrew, sembla lui donner de l’ambroisie et lui nettoya grossièrement le visage. Kida avait toujours envie de hurler. Sera s’était peut-être calmée et avait décidé de retrouver son sang-froid, mais Andrew avait aussi son dernier mot à dire. Hurler serait-ce réellement une bonne idée ?

    Les vents relâchés par Sera s’éparpillait partout autour de Kida, la rendant complètement sourde aux monologues d’Andrew qui semblait animé à la fois d’une rancœur nouvelle et d’une parfaite maîtrise de son pouvoir. Finalement, après une caresse sur la joue de Sera, Andrew lança un regard noir à la centurion et alla se désaltérer. Kida avait envie de hurler. Mais elle ne le fit pas. Doucement, Kida descendit de son perchoir, lentement. Plus les secondes passaient, plus elle se rendait compte qu’elle ne pourrait rien tirer d’eux. Ils étaient complètement aveuglés par leurs propres émotions, noyés dans leur égocentrisme, chacun voulant le dernier mot, voulant voir l’autre complètement anéanti. Ce qu’ils ne feraient pas maintenant, ils le feraient plus tard.

    Bon, on peut reprendre je crois. Kida ? Exercice suivant, s’il te plait. Cette fois, ce fut au tour de Kida de bouillir de rage, de colère, de rancœur. Elle qui voulait voir deux êtres matures progresser, elle s’était retrouvée à babysitter deux enfants meurtriers ! Et de son air suffisant, Andrew la toisait comme si elle n’était qu’un pion dans leur échiquier. Tout en essayant de contrôler les battements de son cœur, Kida s’approcha. Elle s’arrêta prêt du buisson où était caché l’arme d’Andrew et la récupéra. Puis, avec une lenteur déconcertante, elle s’approcha de ses deux comparses. D’un geste rapide mais calculé, elle leur balança leurs propres armes – qu’ils attrapèrent sans grande difficulté.

    « Il n’y aura pas de prochain exercice. Il n’y aura plus rien. Je suis ici pour entraîner des guerriers, des humains. Et je n’ai face à moi des enfants incapables de contrôler leurs propres émotions. Je vous félicite néanmoins, surtout toi Andrew : bravo, tu sembles parfaitement maîtriser ton pouvoir. Je pense que nos entraînements peuvent être terminés sans trop de regret. »

    Kida avait prononcé chaque syllabe distinctement, insistant bien sur chacun de ses mots. Oh oui, elle était énervée. Elle bouillonnait de rage. Elle n’avait rien entendu de ce qui disait entre les combattants, mais elle en était plus satisfaite. Si c’était pour entendre des jérémiades suffisantes, elle serait retournée à la garderie. Kida fronça les sourcils, et enchaina après avoir pris une longue respiration.

    « Vous n’avez pas besoin de moi pour vous cracher au visage et faire le concours de qui aura la plus grosse. Il était évident que je suis ici pour être un mentor, pour vous entraîner. Je ne suis pas ici pour supporter votre comportement immature. Je vous rends vos armes, vous en faites ce que vous voulez, mais faites-le discrètement car si j’entends une seule fois qu’il y a encore eu des débordements entre vous, vous risquez grandement de le regretter. »

    Termina-t-elle avec une froideur déconcertante. Puis, elle leur tourna le dos et commença à descendre du poing de Zeus. Sans un regard derrière, elle ajouta par télépathie à Sera : Avant, tu l’aurais tué. Je suppose que je devrais également te féliciter pour ça. Elle aurait aimé rajouter quelque chose de cinglant en direction d’Andrew, le félicitant pour sa capacité à énerver les gens sans utiliser son pouvoir, mais elle ne le fit pas. Elle se contenta de garder le silence et de s’enfoncer dans la forêt pour s’y perdre un moment.


    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    Séraphina Gwynt

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 49
    Messages : 78

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Jeu 13 Déc 2018 - 20:54
    Alors que Seraphina jugeait avoir réussi l’exercice avec brio en tentant par tous les moyens d’énerver Andrew – sauf si on considère le coup de poing, elle s’était peut-être emportée à ce moment –, celui-ci ne semblait pas du même avis. Évidemment qu’il serait en colère, c’était logique, justifié. C’était même le but, en grande partie. De fait, elle ne s’offusqua pas du ton brutal qu’il avait pris pour lui expliquer qu’il n’était pas cet énergumène qu’elle avait rencontré en rêve. Lorsqu’elle entendit son rire rauque, le même que “le Maître” aurait utilisé pour se moquer d’elle, il devint apparent qu’il ne disait pas la vérité.

    Le regard de la romaine commença à s’embraser lorsqu’il lui prit le menton pour lui baisser la tête et la forcer à le fixer dans les yeux. Pour qui se prenait-il exactement ? Et était-il conscient que, même de cette manière, il devait toujours lever la tête, même si seulement légèrement, pour lui parler ? Elle n’eut pas le temps de s’en amuser cela dit, avant qu’il parte dans un monologue sur les sentiments enfouis de Sera. Et qu’il la menaça à demi-mot de mettre en l’air chacune des relations qu’elle pourrait tenter d’établir. Chacune des choses pour lesquelles elle se battait de toutes ses forces pour gagner. Chacune des choses qui la motivaient ces derniers temps. La haine dans les propos du garçon se reflétait maintenant dans les yeux de la romaine, qui l’aurait déjà empalé plusieurs fois si elle n’avait pas eu sa lance, et si Kidaria n’était pas à seulement quelques mètres d’eux. Elle avait promis de bien se comporter, avait déjà rompu sa promesse une fois il y a quelques minutes, et ne le referait pas une nouvelle fois, tout ça parce qu’un enfoiré mégalomaniaque ne supportait pas d’avoir une opposition dans sa vie.

    Il avait tenté de l’apeurer, il n’avait réussi qu’à se faire une ennemie réelle. Elle qui pensait qu’avec un peu de diplomatie, ils auraient pu régler leurs problèmes illusoires, elle se trompait visiblement. Certaines personnes n’étaient pas capables de changer. Elle se demanda, dans un coin de sa tête, si ce qu’elle ressentait en ce moment pouvait s’apparenter à ce que certaines personnes avaient ressenti en la côtoyant elle, avant son arrivée à la colonie et sa rencontre avec Alexis. Puis elle décida que ça ne devait, ça ne pouvait pas être le cas. Elle était possiblement arrogante et égoïste, mais jamais elle n’aurait ouvertement menacé quelqu’un de briser tout ce pour quoi elle travaillait. Il y avait des limites à la mégalomanie, et Andrew les avait clairement toutes passées.

    Pour un peu, elle aurait presque eu de la peine pour ce grec, tout comme elle commençait à ressentir de la peine pour la Seraphina de quelques mois auparavant. Elle était tant absorbée dans ses pensées qu’elle n’avait pas entendu ce qu’il avait dit après, tout comme elle n’avait pas vu qu’il s’était éloigné et mis en tailleur un peu plus loin. Elle l’entendit simplement demander quel serait le prochain exercice à Kidaria. Sauf qu’il n’y aurait pas de prochain exercice, Seraphina refusait catégoriquement de travailler encore une seconde de plus avec cet être. Alors qu’elle allait partir, elle vit sa Centurion s’approcher d’un buisson, en sortir l’épée du Grec, et jeter leurs armes aux deux demi-dieux. Elle rattrapa sa boucle d’oreille au vol et la remis à sa place. Visiblement, elle avait aussi décidé que l’entraînement devait prendre fin. Et lorsqu’elle prit la parole, le cœur de Seraphina se mit à la lancer, comme percé par une flèche. Plus elle parlait, et plus cette douleur lui remontait à la gorge, et elle dut respirer profondément pour retenir ces émotions qui naissaient en elle, et surtout pour les cacher aux deux autres sang-mêlé. Ils l’avaient clairement déçue, ce qui n’était qu’à moitié étonnant. Entendre sa voix dans sa tête, la “féliciter”, eut cela dit un effet apaisant sur la jeune fille. C’était une sensation qu’elle connaissait, et qu’elle ressentait le plus souvent en combat, lorsque la Centurion lui donnait des directives, des conseils, des ordres. Ces moments faisaient généralement partis de ceux qui rendaient la romaine heureuse. Lorsque Kidaria fut partie, Seraphina s’adressa une dernière fois à Andrew.

    La plupart des gens, lorsqu’ils ont une once de décence et qu’ils se rendent compte d’un énorme défaut, tentent de le régler, ou au moins de le rendre aussi peu dérangeant que possible. Moi, on ne m’a réellement fait comprendre mon problème que récemment, et je travaille sur moi-même depuis. Toi, visiblement, tu sembles être au courant que tu es un grand malade depuis un bout de temps, et pourtant, c’est marrant, mais tu ne sembles rien faire de spécial pour y remédier. Pire, tu sembles prendre ton pied à me menacer. Alors soit, ne change rien, continue d’être pathétique, mais ne viens pas te plaindre le jour où ta mégalomanie viendra causer une guerre.

    Puis elle se retourna, amère, en colère, et déçue d’elle-même. Déçue d’avoir mis Kidaria dans cet état. Elle qui restait si souvent stoïque, ou tentait de l’être, avait eu du mal à se contenir cette fois ci, et ça faisait très longtemps que Seraphina n’avait pas vu ça. La différence, c’est que pour une fois, elle s’excuserait ce soir. Dès qu’elle la reverrait, à vrai dire. Il était temps qu’elle apprenne à présenter des excuses pour son comportement, puisque vraisemblablement, elle n’avait pas fini d’apprendre à devenir une bonne personne. En s’engageant dans cette voie, toutefois, elle devrait avoir de la patience, puisqu’il était certain qu’elle devait des excuses à bon nombre de gens dans sa vie, à commencer peut-être par ses grands-parents. Elle pensait à tout cela en se laissant guider par les vents, jusqu’à arriver à un endroit qu’elle n’avait jamais vu auparavant. Une crique. Elle s’y assit, se laissa bercer par le vent qui était très puissant en cet endroit, et, sentant sa caresse rassurante, se laissa aller. Pour la première fois depuis qu’elle avait rencontré ce chien des enfers dans son village natal, elle laissa libre cours à toutes ces émotions qu’elle avait enfouies aujourd’hui, et elle pleura. Elle pleura pour Kidaria, mais surtout pour elle-même, pour le chemin qu’elle avait parcouru et le chemin qu’il lui restait à parcourir.


    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum