AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    SamaelFils de Thanatos


    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : W. Alexis Nyqvist
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 608
    Messages : 83

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition

    Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Sam 8 Déc 2018 - 9:45
    Kida avait bien profité de son repos au Camp Jupiter était revenue plus que jamais avide de connaissance. Depuis sa découverte de la Colonie, sa vision du monde avait changé : elle regardait les faunes avec beaucoup plus de compassion, elle apportait plus d’importance à l’ascendance des autres. Elle avait même commencé des journaux où elle relatait toutes ses découvertes pour ensuite les donner à sa mère qui adorait les lire et demander toujours plus de précisions. La première fois que la romaine avait mis les pieds à la colonie, cela avait été dans un but pacifique, afin de maintenir des relations cordiales et de surveiller les grecs. La seconde fois, c’était dans un but beaucoup plus égoïste : elle voulait tout savoir, tout connaître, tout transmettre. Tout ce qu’elle pourrait extraire de cette aventure ne pourrait que la rendre plus forte.

    Durant son retour au Camp, Kida avait aussi pu parler à Sera. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas eu un tête-à-tête avec sa seconde, celle-ci préférant vagabonder là où la force brute se montrait pendant que la centurion explorait chaque recoin de la colonie. Néanmoins, Kida fut assez surprise de découvrir qu’elle n’était pas la seule à avoir été impacté par la colonie. Sera, qui d’habitude ne montrait que des visages angéliques tout en prônant des discours belliqueux, était à la fois plus calme et indécise. Elle alternait entre une impulsivité nouvelle et un recul étrange. Kida ne savait pas trop à quoi cela aller mener, mais il était toujours bon de voir les évolutions de ses légionnaires.

    Ce fut lors d’une conversation assez banale que Kida parla d’Andrew – ce fils d’Eros très renfermé, très introverti, effrayé par lui-même. Kida expliqua à sa seconde l’affection qu’elle avait développé pour le bougre : elle avait envie de lui faire prendre conscience de son potentiel, qu’il ait confiance en lui. Après quelques entraînements, Andrew avait appris à contrôler plus ou moins le côté destructeur de sa personne mais il était difficile de jauger quoique ce soit quand on est insensible à son pouvoir. À peine Kida eût-elle fini d’expliquer ça, que Sera avait déjà dit oui. Une flamme étrange brillait dans ses yeux, ce que la centurion prit pour une envie de d’apprendre aux autres. Ce fut donc avec un sourire satisfait – son poulain qui grandit – que Kida expliqua son plan.

    Une semaine après son retour à la Colonie, Kida alla à la rencontre d’Andrew pour lui indiquer un point de rendez-vous : dans cinq jours, toujours au même endroit, le fils d’Éros allait apprendre à canaliser son pouvoir sur une personne capable de ressentir ses effets et qui allait le pousser dans ses retranchements. Au moindre débordement, Kida reprendrait le dessus car son influence sur sa seconde était assez forte pour l’extraire des griffes d’Andrew si nécessaire. Malgré le regard paniqué du fils d’Éros, Kida lui assura que tout allait bien se passer. Seraphina sait parfaitement se contrôler, avait-elle dit devant le regard confus du jeune homme.

    ***


    Cinq jours plus tard, à l’aube, Kida était donc en tailleur sur le poing de Zeus à attendre ses deux comparses. Comme à son habitude, Sera fit part de sa présence en manipulant les courants aériens à sa convenance. Kida ne put s’empêcher d’afficher un sourire satisfait : cette petite avait une telle maîtrise de ses pouvoirs que c’en était fabuleux. Seul son comportement parfois trop arrogant lui empêchait d’obtenir le respect total de ses troupes. Mais Kida l’avait recrutée et élevée durant toutes ces années car elle savait que le potentiel de Sera allait bien plus loin que tout ce que les gens voyaient. Et elle prouverait.

    Et comme à son habitude, Andrew était en retard.


    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 600
    Messages : 52

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Sam 8 Déc 2018 - 10:40
    Avoir passé quelques temps au Camp Jupiter avait revigoré Seraphina. Participer aux jeux de guerre était définitivement une de ses activités favorites, et si les “capture l’étendard” qui existaient à la colonie grecque étaient appréciables, ils n’arrivaient pas à la cheville des activités typiquement romaines. Ils n’avaient pas passé beaucoup de temps au Camp, Kida voulant retourner en apprendre plus sur les grecs aussi vite que possible. Elle avait aussi pris un peu de temps pour parler avec Kidaria. Au début, un peu de tout et de rien, de la colonie, de leur ressenti. Puis parfois, leurs discussions prenaient une tournure un poil plus personnelle, sans entrer trop en profondeur. Après coup, cela fit réfléchir à ce qu’avait dit Samael lors de leur premier entraînement, au fait que Kidaria ne se confiait pas, et que ce n’était pas forcément une force. La fille de l’air sentait une certaine envie de demander plus de détails à sa Centurion sur son ressenti personnel, ses sentiments, mais se ravisait à chaque fois.  

    Une fois, au détour d’une conversation, Kidaria lui parla d’un grec, Andrew, qui avait des problèmes à maîtriser son pouvoir, mais avait beaucoup de potentiel. A la mention de son nom, Seraphina eut à la fois un pincement au cœur, et une terrible envie de le faire souffrir un petit peu. Ne sachant pas trop à quoi elle devait ce sentiment, elle le mit de côté, tout en acceptant cependant d’aider sa cheffe sans même avoir entendu les détails de l’entraînement qu’elle souhaitait mettre en place. Elle voulait rencontrer cet Andrew, et savoir pourquoi est-ce que la simple mention de son nom donnait envie à Sera de se battre.   

    Ainsi, une maigre semaine s’était passée avant qu’ils ne repartent. Seraphina aurait pu rester avec les siens cette fois-ci, et ne repartir que plus tard, mais pour une raison qui lui échappait encore, elle se sentait comme attirée par cet univers qui lui devenait de plus en plus familier.

    Presque deux semaines passèrent, durant lesquelles Sera avait repris ses entraînement bi-hebdomadaire avec Samael, tout en retournant avec plaisir à l'arène, dans laquelle elle prenait maintenant part aux combats, plutôt que de les regarder du haut de son perchoir, jusqu'à ce que le jour fatidique arrive. Elle prit donc la direction du Poing de Zeus, qui n’était autre qu’un tas de rochers à peine imposant. Rien de très glorieux, mais si le dieu du tonnerre était flatté de savoir que son nom avait été donné à cette chose, grand bien lui fasse. Le soleil s’était tout juste levé quand elle sortit du bungalow dans lequel elle dormait. Kidaria devait déjà être partie, puisque son lit était vide. Afin de se réveiller, Seraphina parcouru la distance qui la séparait du point de rendez-vous en courant. Elle vit au loin sa Centurion, assise en tailleur sur le haut du rocher, et eut une brillante idée. Elle sauta aussi haut que possible, poussée par le vent, et se maintint à peu près à la même hauteur que la sang-mêlée qui était maintenant en face d’elle, tout en ajustant sa position en plein air pour se mettre elle aussi en tailleur. Elle ne tint pas longtemps dans cette position, et le simple fait qu’elle soit parvenu à faire ce qu’elle imaginait tenait de l’exploit, mais le simple fait de voir le visage presque amusé de Kidaria lorsqu’elle ouvrit les yeux fut suffisant pour lui faire plaisir.  

    Consciente qu’elle allait bien vite retomber, elle se glissa sur le rocher à ses côtés, debout. C’est alors qu’elle comprit l’attrait qu’avait cet endroit. De là, elle pouvait voir presque toute la colonie, et malgré sa taille assez petite en comparaison au Camp Jupiter, être ici s’avérait assez satisfaisant. Les points en hauteur l’avaient toujours attirée, et celui-ci ne faisait pas exception. Peu de temps après son arrivée, elle pouvait déceler du mouvement en provenance de la forêt, et se dit qu’à cette heure-là, il ne pouvait s’agir que du fameux Andrew. Lorsqu’il arriva finalement à une portée suffisante pour que Seraphina puisse le voir, un sourire carnassier se mélangea à une moue de dégoût sur son visage. Elle ne savait toujours pas tout à fait pourquoi, mais il était certain qu’elle avait des sentiments puissants à son égard, comme si elle le connaissait depuis toujours, et pas forcément dans le bon sens.

    Elle sauta de son perchoir, demandant aux vents de ralentir sa chute autant que possible, tout en fixant le nouveau venu droit dans les yeux. Sa descente lui prit plusieurs dizaines de secondes, durant lesquelles elle bouillait d’impatience. Quand elle atteint finalement le sol, elle s’approcha en quelques pas du grec, pris son menton dans sa main et relevant très légèrement son visage pour le forcer à la regarder dans les yeux, elle lui murmura avec un mélange de dégoût et de satisfaction :

    Dis-moi, beau blond, pourquoi exactement est-ce que j’ai une telle envie de vomir en te voyant ?

    Kidaria voulait tester la capacité de cet homme à rester calme en toutes situations ? Elle allait être servie. Parce que Seraphina, à ce moment précis, ne voyait aucun problème à faire passer un sale quart d’heure à ce type.


    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 659
    Messages : 88

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Sam 8 Déc 2018 - 18:25

    Kida était revenue du camps Jupiter. Andrew avait entretemps, fait quelques progrès au niveau de la maîtrise des ses émotions. Elle était venue le trouver quelques jours après son retour pour fixer un point de rencontre. Sa seconde avec elle. Le moment était venu, le jeune grec allait affronter une guerrière romaine à l’aide de ses pouvoirs. Il n’était définitivement pas prêt à ça. D’autant plus que dès que Kida avait prononcé son nom, Andrew avait eu un frisson d’excitation mêlé à du dégoût. C’était mauvais signe. Kida avait vainement tenté de le rassurer, que ladite Seraphina connaissait ses limites, mais il n’y croyait pas vraiment sans trop savoir pourquoi.

    Cinq jours plus tard, à l'aubre, Andrew sortait en trombe de son lit et se mettait en route vers le poing de Zeus, bataillant avec ses cheveux encore ébourrifés. Il avait dormis trop longtemps, encore une fois, mais savait que Kida ne lien en tiendrait pas rigueur. Du moins, probablement. Mais c'était sans compter sa seconde.

    Traversant l’arène à toute jambe, Andrew s'était mit à courir pour se réveiller, puis s'est faufilé entre l'armurerie et l'écurie des pégases pour rejoindre la lisière de la forêt et trouver le chemin qui menait au poing de Zeus. S'étant remis au pas, il restait cependant nerveux. Un mauvais pressentiment l'habitait. Traversant le bois, il finit enfin par arriver à destination. Le jeune homme adressa un coup d'oeil à Kida, affichant à léger sourire, puis son sang s'est glacé dans ses veines lorsqu'il aperçut sa seconde. Seraphina.

    Un mélange d’émotions l'envahissait soudainement, lui donnant à la fois la nausée, et l'envie de tuer. Lorsqu'il la vit descendre élégamment vers lui comme si elle était portée par les vents, elle le fixait droit dans les yeux, tandis que lui serrait les poing. La distance entre eux diminua tandis qu’elle saisissait son menton pour le forcer à la regarder. Cette arrogance dans ses yeux, il l’avait déjà vu quelque part, c’était sur et certain.

    Dis-moi, beau blond, pourquoi exactement est-ce que j’ai une telle envie de vomir en te voyant ?

    Andrex s'était redressé d'un coup et d'un mouvement vif, avait saisi le poignet de Seraphina pour l'éloigner de son visage et sifflant entre ses dents en se rapprochant d'elle:

    "Et je peux savoir pourquoi tu me donnes exactement la même impression ?"

    Il a relâché sa main avec dégoût, et a tourné la tête vers Kida en contractant les  mâchoires, qui observait la scène avec curiosité.

    "C’est donc elle qui va m’aider, hein ? "

    Furieux sans savoir pourquoi, Andrew prit une grande inspiration et s'efforça de rester calme. Puis, se retournant vers Seraphina, sa vison s'est brouillée, laissant place à une scène bien plus... intéressante. Une violente douleur au ventre, du sang qui se répandait tout autour de lui, il sentait encore ses lèvres sur les siennes. Il la revoyait s'ouvrir la gorge. Il se revoyait mourir, un rictus aux lèvres.

    Reculant d'un pas en rouvrant les yeux, la rage qu'il ressentait il y a encore quelques instants s'était estompée, laissant place à la stupeur. Ce n'était pas juste un cauchemar. Instinctivement, Andrew avait penché sa tête sur le côté pour essayer d'entrevoir l'angle de sa mâchoire. Intacte. La scannant de haut en bas, il restait immobile, le regard froid et les sourcils froncés. Il paraissait évident que cette histoire ne pouvait que mal tourner. Ils se connaissaient, et le jeune grec était certain qu'ils ne s'appréciaient pas vraiment.

    Mais il fallait qu'il reste concentré. Il n'avait aucune idée du type d'exercice que Kida allait leur imposer, et il ne fallait pas qu'il flanche. Surtout pas devant avec Seraphina. Il la haïssait, la méprisait, c'était indéniable, mais il était également indéniable qu'il ressentait une sorte de pincement au coeur en la regardant. Cet état émotionnel contradictoire ne lui convenait pas du tout. Secouant la tête et tâchant de chasser toutes ses pensées parasites, il demanda à Kida:

    "Bon, quels sont tes instructions, Centurion ?"

    Andrew commençait à s'impatienter, il y avait un tel flux d'énergie dans son corps, il avait cette désagréable impression qu'il allait imploser à tout moment. Il aurait volontiers rendu folle sur le champs la seconde de Kida, mais il paraissait clair que cette dernière n'apprécierait pas le cadeau.





    Merci Alexiiiis  




    Andrew Turner
    And I won't let the heat that we are missing, play it off like I'm someone who's never been here before. I play it off like I'm a winner, I-I-I'm living inside of an apartment that is darkest at noon, I'm turning bottles into oceans, I-I'Il tell you whatever I want and let you think it's the truth.
    ©️ Yamashita d'épicode

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : W. Alexis Nyqvist
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 608
    Messages : 83

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Dim 9 Déc 2018 - 16:52
    En ouvrant les yeux, Kida apprécia de voir sa seconde juste en face d’elle, surélevée dans les airs. La centurion ne put cacher l’amusement qui s’empara d’elle, laissant échapper un sourire sincère qui illumina son visage. Ayant jugée que son spectacle eût l’effet escompté, Sera se laissa glisser sur le côté afin d’alléger le poids de la gravité sur son pouvoir. Kida ne pouvait détacher ses yeux de la jeune fille qui avait une grâce presque féline, hypnotisante. Tout ce que Sera faisait donnait toujours l’impression d’être naturel, sous contrôle, sans excès. Kida avait toujours été admirative face cette attitude, ce qui avait été une des raisons pour lesquelles Sera avait été choisie dans la seconde cohorte.

    Alors que Kida allait de nouveau fermer les yeux pour se complaire dans sa méditation matinale, elle entendit les bruissements des feuilles indiquant l’arrivée d’Andrew. Finalement, il était quasiment à l’heure. Alors que la jeune femme allait se redresser pour accueillir son poulain, Sera se jeta sur lui. Kida fronça les sourcils, surprise de cette attitude. À l’instar d’Andrew, sa seconde avait eu une réaction bien étrange en attendant le nom de l’autre, comme si elle le connaissait sans réellement le connaître. Depuis son perchoir, la romaine ne pouvait pas entendre les mots échangés entre ses deux comparses, mais la réaction d’Andrew parlait pour deux : il semblait dégoûté, énervé. Ses mâchoires étaient serrées, son regard était noir.

    C’est donc elle qui va m’aider, hein ?, avait-il lâché avec une hargne que Kida ne lui connaissait pas. La jeune femme se releva, jaugeant d’un œil sévère les deux personnes devant elle. S’ils se connaissaient et se détestaient tant que ça, pourquoi diantre avaient-ils accepté la compagnie de l’autre quand Kida leur avait demandé ? L’air pourtant si doux du matin s’était transformé : il était maintenant électrique, chargé d’une tension palpable. Bon, quelles sont tes instructions, Centurion ?, cracha Andrew après avoir secoué la tête. Il essayait de faire bonne impression, mais il était aussi bon acteur que Sera était humble.

    Kida leur fit signe de grimper jusqu’à elle et les jaugea de la tête aux pieds. Pendant un court instant, la romaine fut tentée d’ignorer tous les signes qui se dressaient devant elle et de continuer sur le plan qu’elle l’avait imaginé. Mais tout ce qui venait de se passer chamboulait complètement ce qu’elle avait prévu. Elle s’était attendue à faire se rencontrer deux personnalités différentes, prête à utiliser l’autre dans leur propre intérêt tout en se faisant progresser mutuellement, mais elle se retrouvait face à deux enfants qui se regardaient en chien de faïence, prêt à sauter à la gorge de l’autre.

    « Pour l’instant, avant de commencer quoique ce soit, quelqu’un pourrait me dire ce qu’il se passe entre vous deux ? »

    Demanda Kida, en levant un sourcil dubitatif. Sa voix était lente mais sèche, comme un parent qui aurait pris sur le fait deux enfants en train de se battre pour rien. Voyant que le silence fut le seul à lui répondre, Kida enchaîna, avec toujours plus de fermeté :

    « Bien, je vois que ce qu’il s’est passé entre vous ne me regarde pas. Ça ne regarde donc pas non plus cet entraînement. »

    La romaine avait dit avec une insistance toute particulièrement, sous-entendant clairement que ce qui s’était déroulé dans une chambre n’avait pas à avoir des répercussions un champ de bataille. D’un signe de main, elle fit taire toutes les protestations qu’elle sentait venir.

    « Les explications ne sont plus demandées. »

    Kida se tut quelques instants, décidant d’ignorer les regards qu’elle sentait brûler sur elle. Elle commença à faire les cent pas devant eux, expliquant ainsi les règles du jeu qui allait suivre :

    « Maintenant que tout est clair, voici ce que nous allons faire. Vous allez me donner vos armes létales et vous mettre face à face. Andrew ici présent, désigna Kida d’un geste las de la main, peut insuffler des émotions fortes oscillant entre la haine, l’amour et le désir à qui est dans son périmètre. Seraphina ici présente, désigna Kida de la même façon, a une maîtrise parfaite des courants aériens. Ce que nous allons faire : Andrew, ton but sera d’insuffler de la colère à Seraphina. De la colère qui sera entièrement dirigée sur moi. Seraphina, ton objectif sera d’empêcher Andrew de faire cela, le tout sans mettre sa vie en danger, sans le blesser. »

    Kida appuya un regard sévère à tour de rôle sur Sera et sur Andrew. Elle ne tolèrerait aucun autre sentiment, elle ne tolèrerait aucun combat à mort et elle ne tolèrerait aucun règlement de compte. Elle pouvait tout à fait gérer la colère de Seraphina, l’ayant déjà fait auparavant. Le but de cet entraînement était la maîtrise. Pour les deux sang-mêlés.


    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 600
    Messages : 52

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Dim 9 Déc 2018 - 18:10
    Andrew sentait visiblement aussi à l’aise que Sera l’était en le voyant. Quoi qu’il se passe, il était clair que les deux ne pourraient pas s’entendre, et cela énerve d’autant plus Seraphina, qui faisait autant d’efforts que possible pour paraître agréable aux yeux des autres. S’il fallait maintenant qu’elle ait une aversion naturelle pour certains, et vice-versa, ça n’allait pas l’aider. Elle fut toutefois satisfaite de la manière dont il lui avait répondu. Elle le pensait faible, peureux, timide, mais il semblait bien assuré lorsqu’il s’agissait d’exprimer son dégout, ce qui était déjà un point positif pour le jeune homme.

    Alors qu’un frisson de rage commençait à émerger en Seraphina, il s’arrêta soudain, en même temps qu’Andrew recula d’un pas. Elle put le voir la détailler assez clairement, il ne s’en cachait pas, et en profita pour le jauger elle aussi. Si sa posture n’était pas tout à fait aussi assurée que son regard et ses paroles, témoignant d’un léger manque de confiance en soit, sa carrure était, elle, tout à fait acceptable. Ce n’était peut-être pas un grand guerrier, mais il avait un certain potentiel, et devait s’entraîner au combat depuis suffisamment longtemps pour ne plus avoir à revoir les bases.

    Puis il coupa court à cet échange silencieux en demandant à Kidaria ses directives. A ses ordres, ils grimpèrent tous les deux en haut du tas de rochers, chacun à sa façon. Évidemment, ce fut un jeu d’enfant pour Sera qui atteint le haut en quelques sauts. Si Andrew se débrouillait en escalade, il n’avait pour autant pas autant de facilité, ce qui était compréhensible, étant donné que la romaine trichait presque, en s’aidant de son pouvoir. Lorsqu’ils furent tous deux en haut, et que Kida leur demanda ce qu’il se passait entre eux deux, elle fut incapable de répondre. Ce n’était pas par refus à proprement parler, elle était tout simplement elle-même incapable de comprendre ce qu’il se passait. Peut-être cela avait-il un lien avec le pouvoir du garçon ? C’était difficile à définir.

    Elle leva les yeux aux ciels lorsque la Centurion se comporta comme si elle était leur mère, sans pour autant chercher à en savoir plus et réduisant l’animosité ambiante à une simple première rencontre infortunée. Lorsque les consignes de l’exercice furent énoncées, exercice qui semblait visiblement en être un autant pour la romaine que pour le grec, contrairement à ce qu’elle imagina au début, la fille de l’air ferma les yeux. Elle essaya tant bien que mal de visualiser un de ses entraînements avec Samael, durant lequel ils avaient cherché un moyen de lui permettre de calmer sa colère, de se concentrer sur sa tâche sans se reposer sur ses sentiments.

    Elle souffla, se visualisa perchée dans la cabane qu’elle avait quand elle était petite, chez ses grands-parents, qu’elle venait de découvrir ses pouvoirs, et qu’elle n’était animée que par son envie d’aider les autres, et se focalisa sur ce sentiment. Au bout de plusieurs dizaines de secondes, lorsqu’elle se sentit aussi apaisée qu’elle pouvait l’être en présence de ce type, elle rouvrit les yeux, détacha sa boucle d’oreille qu’elle fit voler jusqu’à la main de Kidaria, et fit signe à Andrew qu’ils pouvaient débuter.

    Alors qu’elle le sentait commencer à focaliser sa colère sur elle, qu’elle se sentait commencer à haïr sa Centurion petit à petit, elle décida de ne pas le laisser faire, et sourit tout en intimant aux vents de se blottir au creux des oreilles du blondinet, et de tournoyer aussi vite que possible. La romaine n’osait pas imaginer le raffut que cela devait produire, mais elle comprit bien vite que ça fonctionnait lorsque son esprit apaisa et qu’elle put de nouveau se concentrer sur ses émotions positives. Afin de ne pas le laisser trop s’habituer à ce bruit, elle alternait, une oreille, puis l’autre, à différentes intensités, arrêtait tout parfois avant de recommencer quelques secondes plus tard. Elle ne savait pas trop combien de temps ce petit manège allait durer, mais elle le sentait bouillir de colère en face d’elle. Une chance qu’il n’ait plus son épée, il l’aurait possiblement sortie dans le cas contraire. C’est en tous cas ce qu’aurait fait la jeune fille si leurs rôles avaient été inversés.


    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 659
    Messages : 88

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Dim 9 Déc 2018 - 22:31
    Il avait fallut qu’Andrew et Seraphina escaladent le tas de rocher jusqu’à atteindre Kidaria. Il avait été facile pour sa seconde d’y arriver, soulevée par les courants d’air, mais Andrew lui, n’avait que ses mains et ses pieds pour tenter de l'atteindre rapidement et indemne.

    Kida les avait rappelés à l’ordre, exigeant dans un premier temps des explications. Andrew se retrouva incapable de répondre quoi que ce soit. Il avait ces flashs qui lui traversaient le crâne, comme s’il se réveillait d’un sommeil agité, cauchemardesque. Il ne pouvant décemment pas répondre ça à Kida, qui leur énonça après un silence gênant les consignes de l’exercices. Pas d’armes, bien entendu.  Andrew donna à contrecœur son épée à Kida, puis descendit du tas de roche et alla se placer un peu plus loin de Seraphina, qui fermait les yeux, concentrée, avant de rouvrir les paupières et d’envoyer sa boucle d’oreille vers sa Centurion grâce aux courants d’air.

    Puis Seraphina lui fit signe de commencer. Au début, Andrew trouva ça presque trop facile. Il lui était aisé de transférer sa haine, sa frustration et sa colère, du moins jusqu’à ce qu'elle lui envoie le vent dans les oreilles. Les courants tournoyaient près de ses tympans, créant un brouhaha insupportable. La colère ne fit que s’accentuer mais sa concentration était amoindrie. Parfois ils s’adoucissaient, et quelques instants plus tard, ils étaient violents comme s’ils étaient au-dessus de l’océan. Andrew secoua la tête, en vain. Seraphina se jouait de lui comme d’un pantin.

    Serrant les poings à s’en entailler les paumes, il contracta les mâchoires en fixant Seraphina dans les yeux. Ce raffut était anxiogène au possible, et Andrew sentait la panique monter. Puis il se souvint de comment, petit, il luttait contre ses angoisses. Ainsi, il s’agenouilla, ferma les yeux et porta les mains à ses oreilles afin de les boucher. Il ne savait pas dans quelle mesure Seraphina pouvait l’insupporter, mais il était entendu qu’il ne fallait pas s’en prendre à son intégrité physique, sans quoi il l’aurait probablement chargée pour l’embrocher.

    Seraphina arborait une expression triomphante mais le jeune homme n’y prêta pas attention et ferma les yeux avant de se rappeler pourquoi il la haïssait autant. Partout dans le camp, elle était réputée pour être arrogante, imbue de sa personne, mais également une guerrière impressionnante. Andrew aurait donné cher pour voir ça de lui-même. Il bouillonnait intérieurement, il voulait la voir s’égorger une seconde fois, cette vision ne le quittait à aucun moment depuis qu’elle lui était revenue. Alors le garçon se concentra le plus possible sur cette rancœur et fit l’effort d’effleurer la conscience de Seraphina. Sa haine guettait la moindre faille et se faufila sournoisement dans l’esprit de la jeune romaine.

    Tandis que Seraphina luttait contre lui, il laissa échapper un sourire suffisant, mais conscient que son boulot n’était pas achevé, il l’effaça et y mit encore plus de force. Son déferlement de haine perçait chaque faille, envahissant sa conscience, ses sentiments, ses émotions. Elle voyait rouge, ça, il pouvait en être certain rien qu’en observant son visage ou son corps. Elle était tendue. Prête à craquer comme un arc bandé, elle devait avoir des pulsions meurtrières qui fusaient dans tous les sens.

    Andrew se releva lentement et continua d’infiltrer sa colère en elle, plus intensément à chaque instant. Le paroxysme n’était plus loin, il revoyait toujours Seraphina s’ouvrir la gorge et en éprouvait une joie malsaine. La sensation de ses lèvres sur les siennes le décontenança un instant, mais il se reprit tellement vite qu’il doutait que qui que ce soit en fut conscient. Il éprouvait un sentiment de malaise vis-à-vis de Kida, qui prenait beaucoup trop de risques. Un demi dieu ravagé par la haine et aveuglé était sans merci. C’est à ce moment que Seraphina s'éleva au dessus du sol et se dirigea vers Kida. Désormais certain qu'elle ne serait plus un problème pour lui, il retira ses mains de ses oreilles et croisa ses bras sur sa poitrine, mal à l'aise, avant de lancer à la Centurion :

    "Si tu veux que je la calme, c'est possible aussi. Je pense."




    Merci Alexiiiis  




    Andrew Turner
    And I won't let the heat that we are missing, play it off like I'm someone who's never been here before. I play it off like I'm a winner, I-I-I'm living inside of an apartment that is darkest at noon, I'm turning bottles into oceans, I-I'Il tell you whatever I want and let you think it's the truth.
    ©️ Yamashita d'épicode

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : W. Alexis Nyqvist
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 608
    Messages : 83

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Lun 10 Déc 2018 - 18:30
    Kida sentait bien que ni Sera, ni Andrew n’en avait fini avec l’autre. Leur animosité n’était que grandissante, chacun essayant à sa façon de surpasser l’autre dans un domaine donné. Kida avait l’impression d’être de nouveau dans ces jeunes années, quand elle était avec plusieurs probatio qui essayaient à tout prix de monter leur valeur en ayant des comportements plus immatures que réellement parlant. Néanmoins, la centurion fit le choix de pas continuer la remontrance et récupéra les armes qu’on lui tendait. La boucle d’oreille de Sera était assez facile à dissimuler, alors elle la glissa tout simplement dans l’une de ses poches qu’elle ferma. Quant à l’épée d’Andrew, elle décida de la dissimuler derrière un buisson dès qu’il eût le dos tourné.

    Kida se mis en tailleur, relativement en hauteur et regarda avec beaucoup d’attention la scène qui se déroulait sous ses yeux. Andrew, bien que prévisible, n’était pas un livre ouvert pour Kida. Elle ne le connaissait pas encore assez bien pour prédire ses réactions ou pour comprendre ses actions. Cependant, elle avait appris à connaître Sera mieux qu’elle-même. Kida pouvait prédire les moindres mouvements de sa seconde juste en suivant le sens du vent. De ce fait, même si rien de transcendant ne traversait le visage de grec, elle pouvait sentir que Sera était en train de manipuler les vents à sa guise. Pour une fois, rien n’était extravagant, tout était discret. Kida ne pouvait même pas dire avec précision ce qu’il se passait, si ce n’est que les sourcils froncés d’Andrew indiquaient que la légionnaire effectuait sa partie de la mission avec brio.

    Finalement, le sens du vent tourna. Sera ne semblait plus si assurée dans sa maîtrise. Son corps changeait lentement d’état : d’abord l’agacement, puis la frustration. Petit à petit, une tension nouvelle enveloppa Sera qui ne semblait plus du tout concentrée sur Andrew. Légèrement, son regard dévia du grec pour se poser sur sa centurion qui ne détachait plus ses yeux d’elle. Kida pouvait deviner le corps d’Andrew qui se relevait au fur et à mesure de sa maîtrise, de sa force. Kida n’était à pas grand-chose de se relever pour l’applaudir, pour le féliciter de tout ce travail. Et dire que quand elle l’avait connu, il avait peur de la regarder dans les yeux. Alors que maintenant, devant elle se dressait un guerrier qui comblait son manque d’entraînement par une assurance nouvelle. Andrew était un homme nouveau et Kida était à deux doigts d’afficher un sourire ravi.

    Néanmoins, malgré les progrès époustouflants d’Andrew, Kida ne détachait pas son regard de Sera. Elle la voyait s’avancer doucement vers elle, le regard fou, le regard rempli de haine, de colère, de hargne. Si tu veux que je la calme, c’est possible aussi. Je pense, s’exprima Andrew. Kida lui fit un bref signe de main pour lui demander de se taire, le temps de quelques secondes. Lentement, la centurion se releva et s’avança d’un pas. Cela sembla être la sonnette d’alarme pour Sera qui s’élança sur Kida. Tous les mouvements de Sera était bourrus, disgracieux et belliqueux. La hargne avait complètement transformé la jeune fille pour la changer en une bête assoiffée de haine.

    D’un mouvement rapide et précis, Kida attrapa Sera par le bras afin de lui bloquer. Le dos de Sera était plaqué contre le corps de Kida qui lui maintenait le bras dans un angle certes douloureux mais qui la rendait inapte à bouger. Alors les vents commencèrent à se déchaîner, mais ils ne pouvaient pas faire grand-chose contre Kida dont le corps avait presque fusionné avec celui de leur maîtresse. Kida les fit glisser lentement toutes les deux par terre afin de bloquer les jambes de Sera de toute possible rébellion. Puis, Kida colla sa bouche contre l’oreille de Sera et murmura :

    « Ce n’est pas toi. Tu n’es pas une tempête ravageant tout sur son passage. Tu vaux mieux que ça. Tu ne te laisses pas maîtriser par quelqu’un. Tu es la seule à avoir le contrôle sur ce que tu es, sur ce que tu ressens. Le vent n’est à la merci des autres. Les autres en sont à sa merci. »

    Tout en disant cela, Kida utilisa son pouvoir de télépathie, non pas pour parler mais pour partager. Elle partagea avec Sera des souvenirs en commun mais également l’image qu’elle avait de Sera : quelqu’un de gracieux, quelqu’un d’élégant. Quelqu’un qui était toujours en contrôle. Quelqu’un qui se faisait aimer, apprécier malgré l’arrogance qui émanait d’elle. Kida lui montra leur rencontre : fugace mais marquante. Elle lui montra les paysages apaisants du camp Jupiter, de montagnes si hautes qu’on pouvait caresser les nuages. Petit à petit, le corps de Sera lâcha prise. Son regard devint de plus en plus adouci jusqu’à finalement retrouvé son aspect naturel. Kida, avant de se relâcher le corps de Sera, ajouta toujours dans un murmure :

    « Je t’ai choisie pour ta force, et je te garderai pour tout le reste. »

    Kida relâcha sa prise sur Sera puis se redressa. Elle lança un dernier regard à Sera qui hocha la tête pour lui indiquer sa condition. Kida se tourna vers Andrew avec un sourire satisfait.

    « Bravo. Je vois que tu as appris à contrôler et à rester sous contrôle. Nous ne testerons pas l’amour ou le désir aujourd’hui pour des raisons évidentes. Néanmoins, je te félicite : tu as réussi à gérer un flux, le maintenir sous ton contrôle et résister à une déconcentration extérieure. »

    Kida s’exprimait avec une voix forte et beaucoup de fierté. Elle lança de nouveau un regard en coin à Sera qui s’était relevée. Elle semblait prête à continuer, alors Kida enchaîna :

    « Maintenant, si vous êtes tous les deux opérationnels, nous pouvons enchaîner avec le second exercice. Celui-là testera un nouvel aspect de ton contrôle Andrew : Seraphina fera ce qu’elle veut de toi – en ne mettant en aucun cas ta vie en danger –, mais tu auras interdiction d’utiliser ton pouvoir en réponse. Toutes tes émotions devront être contenues en toi et ne pas déborder sur les autres. Je connais ma seconde par cœur, je saurai parfaitement distinguer une émotion insufflée par ton pouvoir d’une émotion qu’elle ressent d’elle-même. Vous pouvez commencer quand vous le désirez. Si vous avez soif, j’ai mis des gourdes à disposition sur le rocher derrière toi, Andrew. »


    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 600
    Messages : 52

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Lun 10 Déc 2018 - 22:14
    Petit à petit, les rôles commencèrent à s’inverser, mais Seraphina ne s’en rendit pas compte tout de suite. Ça venait par étape. D’abord, elle questionna intérieurement la décision de Kida d’entraîner ce grec. N’avait-elle pas assez de subordonnés à surveiller, à faire devenir meilleurs ? Ce type avait-il plus de potentiel ? Ou bien était-il plus intéressant ? Elle pesta entre ses dents quand elle sentit que ses courants d’airs faiblissaient, qu’elle en perdait le contrôle. Mais en le réalisant, elle commença à comprendre qu’il était en train de jouer avec ses sentiments, ce qui l’énerva encore plus, et facilita l’accès à son esprit. Quelques secondes suffirent pour qu’elle arrête de le regarder, concentrant son regard sur Kida. Elle qui avait eu la chance de naître à la Nouvelle-Rome, de grandir dans cet univers, de devenir Centurion, et qui allait lui prendre sa place de Préteur si elle continuait. Sauf qu’elle ne continuerait pas, parce que Seraphina avait en ce moment une occasion parfaite de la mettre hors compétition.

    Oubliant finalement le grec qui se redressait, triomphant, devant elle, elle montra les dents en commençant à s’élever. L’air ne l’entourait pas de manière gracieuse comme à son habitude. Il tourbillonnait autour d’elle, il fouettait chaque parcelle de son corps, il emmêlait ses cheveux, mais ce qui importait, c’était qu’il l’emmenait à Kidaria. Alors qu’elle aurait pu la faire voler au loin, tomber au sol, l’écraser contre des arbres, et jouer avec son corps, elle préféra une approche plus personnelle, et lança un coup de poing alors qu’elle arrivait à portée. Sans qu’elle eut le temps de comprendre, son bras se retrouva dans son dos, et alors qu’elle allait donner un coup de pied derrière elle pour dégager la romaine qui osait la toucher, mais elles étaient trop proches et elle ne pouvait pas prendre l’élan voulu. Alors les vents continuèrent de s’acharner autour d’eux, créant une tempête qui les entourait, mais ne semblait pas parvenir à déstabiliser la Centurion. Lorsque la fille de l’air fut mise à terre, son corps entier bloqué par celui de la fille derrière elle, la puissance du vent redoubla de puissance, et englobait leur petit monde dans un brouhaha infini.  

    Pourtant, la romaine entendit ce que sa supérieure lui murmura à l’oreille. Les branches des arbres commencèrent à se briser sous sa colère et la puissance qu’elle donnait au vent, tandis qu’elle refusait d’entendre ce que Kidaria lui disait. Je suis une tempête, et tu es sur mon passage, pensa-t-elle, alors que dans son esprit se formaient des images d’elle. D’elle, d’un point de vue extérieur. D’elle, gracieuse, en harmonie avec son pouvoir. D’elle, aimée. C’était tout ce dont elle avait besoin, au final. Les paysages qui suivaient, les courbes du panorama visible depuis le Camp, les mots que Kida disait, tout n’était qu’un bonus. Les vents se calmèrent aussi vite qu’ils étaient arrivés, les branches brisées et la colère retombèrent. Alors que tous ses muscles se détendirent, la Centurion l’acheva en prononçant une dernière phrase. Lorsqu’une fois relevée, elle la regarda, elle qui était toujours à genoux, et qui lui fit un signe de tête pour lui signifier que tout allait bien, qu’elle pouvait s’occuper de féliciter son nouveau poulain.

    Tout n’allait pas bien, évidemment. Mais elle avait la tendance d’attendre que Kidaria pose son regard loin d’elle avant d’enfoncer ses ongles dans ses paumes, de se mordre la lèvre inférieure, de se retenir de pleurer évidemment. Elle était forte, elle ne pleurait pas, elle ne pouvait pas admettre que cet entraînement l’affectait plus qu’elle ne l’aurait aimé. Alors elle se redressa, passa une main et quelques courants d’air dans ses cheveux emmêlés, se donna l’allure de celle qu’elle devait être, de celle qui savait ce qu’elle faisait, et toisa Andrew qui se trouvait toujours en contre-bas.

    Si tu voulais vraiment me laisser faire ce que je veux avec le grec, tu me laisserais ma lance.

    Elle avait dit cela volontairement juste assez fort pour qu’il puisse aussi l’entendre, de manière à établir, autant que possible, sa dominance mentale. Puis elle sauta à terre une nouvelle fois. Et elle commença à réfléchir à ce qu’elle pourrait lui faire subir pour se venger de l’humiliation subie. En se concentrant et en le regardant, elle eut soudainement comme un flash, dans lequel elle le vit lui, l’humilier, la traiter comme son esclave, ce qui finit d’enlever toute notion de pitié qu’elle aurait pu avoir en pensant aux difficultés qu’avait eu le garçon jusque-là. Elle ne pouvait pas le blesser physiquement, soit. Elle trouverait un autre moyen.

    Une brise se leva, et se blottit contre le grec, qui ne cilla presque pas. Elle se déplaça vers ses jambes, et devint plus qu’une brise, soulevant le corps presque paniqué du bonhomme. Puis Séraphina se rapprocha de lui alors qu’il ne pouvait pas se déplacer. Tout au plus, il pouvait bouger ses bras et ses jambes, mais ça ne lui ferait pas grand bien. Les courants d’air tourbillonnèrent autour de lui pour lui mettre la tête en bas, et Séraphina lui fit un petit signe de la main, comme pour lui dire au revoir, alors qu’il commençait à monter, encore et encore, la tête toujours dirigée vers le sol, sans qu’il ne puisse rien y faire. Il ne mit que quelques secondes à atteindre le haut des arbres, mais la romaine décida de ne pas s’arrêter en si bon chemin. Elle voulait qu’il ait la meilleure vue possible de toute la colonie, avant de le lâcher subitement. Il devait avoir parcouru une vingtaine de mètres de hauteur lorsque Sera atteint la limite de distance à laquelle elle pouvait encore contrôler l’air, et le lâcha en chute libre.  

    Il gagna très vite de la vitesse, et Seraphina dut, en prévision, commencer à rassemble des courants d’airs qui repousseraient le garçon lorsqu’il arriverait à quelques mètres du sol. Le choc n’allait pas être des plus agréables, mais il n’aurait aucune séquelle physique. Pour la suite, elle comptait le faire slalomer entre les arbres à grande vitesse, mais ce serait trop facile. Non, il fallait du plus concret. Un flash apparut à nouveau dans sa tête, et elle sourit.

    Pauvre garçon, tu penses pouvoir maîtriser quoi que ce soit dans ta vie ? Même si tu étais le maître incontesté de Rome, tu finirais mis à terre, puis sûrement éventré par une simple servante.

    Un sourire franc se dessina sur son regard. Elle espérait qu’en appuyant particulièrement sur ces mots, elle pourrait faire resurgir les images qu’elle avait vu elle aussi. Il se comportait au moins aussi étrangement qu’elle depuis le début, et elle avait finalement mis les choses bout à bout, afin de se rappeler de cette fameuse nuit où tout le monde avait fait un cauchemar. Elle ne se souvenait plus des détails, et avait vite oublié ce dont elle avait rêvé, mais à cet instant précis, avec les flashs qui lui revenaient, elle se souvenait clairement de leur relation dans ce rêve, et elle savait qu’il avait vécu la même chose. Alors, il devrait se souvenir, lui aussi, de sa mort si jouissive. Et si ça ne le déstabilisait pas, Sera ne savait quoi faire de plus ; il aurait gagné.


    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 659
    Messages : 88

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Mar 11 Déc 2018 - 20:04
    Andrew se sentait déjà las. Lorsque Seraphina s’était transformée en une boule de haine et s’était jetée sur Kida, il avait croisé les bras et s’était contenté d’attendre, comme elle le lui avait implicitement demandé. Il n’aurait pas souhaité la mort de Seraphina, pour autant, ça ne l’aurait pas dérangé que la Centurion lui casse le bras accidentellement. Tout s’est enchaîné très vite, et l’esprit ailleurs, il ne put constater par lui-même l’efficacité des pouvoirs de la romaine sur sa seconde.

    Leur lien était puissant, Andrew le sentait. Il n’avait jamais eu de problèmes de jalousie ou d’exclusivité dans ses relations, néanmoins la simple idée que Seraphina soit si chère au cœur de Kida le rebutait. Il ne concevait pas qu’on puisse apprécier autant une personne aussi arrogante. Comprenant soudain que Kida venait de le féliciter pour sa performance, il inclina la tête silencieusement pendant que Seraphina récupérait le peu de dignité qui lui restait.

    L’exercice suivant consistait à se laisser faire, s’abandonner totalement à la merci de la romaine et cette fois le jeune homme eut un frisson de dégoût, une impression de déjà-vu. Il contourna le rocher pour trouver une gourde et avala deux lampées d’eau, puis il se remit en position.

    Si tu voulais vraiment me laisser faire ce que je veux avec le grec, tu me laisserais ma lance.

    Andrew eut un sourire à peine effacé. Elle avait retrouvé sa prestance et son insupportable arrogance. Le silence se fit pendant quelques instants, durant lesquels elle devait probablement trouver toutes les possibilités imaginables de torture plus terribles les unes que les autres. Il sentait le vent courir sur sa peau, se faufilant entre ses jambes et le jeune grec se retrouva en l’air, incapable de bouger.

    Seraphina se rapprocha de lui tandis qu’elle le pendait la tête vers le sol avant de lui faire un signe de la main en guise d’adieu, et elle le propulsa en l’air. Dépassant la cime des arbres, il hurla à s’en déchirer les cordes vocales.

    Son cœur battait à tout rompre, il avait ce besoin primitif de continuer de crier, mais s’en trouvait incapable, cherchant de l’air pour retrouver son souffle. A peine avala-t-il une goulée d’oxygène qu’il plongeait vers le sol, tête en avant. L'arrêt fut brutal, presque douloureux. La terreur surmontait la colère. Jusqu’à ce qu’elle prononce les mots suivants :

    Pauvre garçon, tu penses pouvoir maîtriser quoi que ce soit dans ta vie ? Même si tu étais le maître incontesté de Rome, tu finirais mis à terre, puis sûrement éventré par une simple servante.

    Au début, il ne comprit pas. Puis les souvenirs refirent surface, et il laissa échapper un rire rauque. Certes, la version esclave de Seraphina l’avait achevé, mais elle s’était donné la mort en le tenant par la main après l’avoir embrassé. Il afficha un sourire triomphant lorsqu’il percuta qu’il avait l’avantage. Seraphina ne pouvait pas le toucher. Seraphina avait perdu sa dignité. Andrew lui, dénué d’une quelconque fierté, n’avait absolument rien à perdre. Alors il lâcha enfin, assez bas pour que Kida ne l’entende pas :

    Mesure tes propos, romaine. Je te rappelle que tu es devenue folle de désir pour moi, au point que tu as voulu en mourir. Et je pourrai recommencer. Alors, dis-moi, je me suis toujours demandé : ça fait quel effet ?

    Bien entendu, il ne pensait pas réellement une seule seconde à lui faire subir ça une seconde fois, par respect pour Kida, et simplement par respect pour ses principes de vie, mais voir son teint parfait virer au blanc maladif restait tout de même jouissif. Andrew n’était pas belliqueux, mais Seraphina avait le don de faire ressortir les pires aspects de sa personnalité. S’il n’appréciait pas l’effet donné, il devait au moins reconnaître que ça lui donnait une certaine consistance.

    Ce rêve avait fait d’Andrew un monstre machiavélique sans pitié. Il en avait conscience, c’était une partie de lui, de ce qu’il était capable de faire. Mais ce n’était pas représentatif de sa personne. A vrai dire, c’était comme si on ne prenait que la partie cachée de son âme, présente mais invisible, imperceptible. Et soudain il comprit qu’il avait trouvé la faille. Si elle avait vraiment vécu la même chose que lui, cela signifiait forcément que les règles étaient les mêmes pour eux deux. Les parties les plus obscures de leur personnalité, les plus refoulées. Elle vendrait son âme pour se faire aimer. C’était là toute sa faiblesse. Un sourire doux se dessina sur le visage du jeune homme :

    Pauvre de toi... Tu es encore plus fragile que moi.




    Merci Alexiiiis  




    Andrew Turner
    And I won't let the heat that we are missing, play it off like I'm someone who's never been here before. I play it off like I'm a winner, I-I-I'm living inside of an apartment that is darkest at noon, I'm turning bottles into oceans, I-I'Il tell you whatever I want and let you think it's the truth.
    ©️ Yamashita d'épicode

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : W. Alexis Nyqvist
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 608
    Messages : 83

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Mer 12 Déc 2018 - 21:21
    Kida était à deux doigts de se féliciter. Le premier exercice s’était plus ou moins déroulé comme prévu. Sera s’était très bien remise du choc émotionnel et semblait plus solaire que d’habitude. Andrew avait montré une parfaite maîtrise de lui-même. Tout allait pour le mieux ! Alors la centurion leur tourna le dos quelques instants, juste assez pour retourner à sa place, sur un caillou légèrement en hauteur, en tailleur, afin de reposer son esprit épuisé par l’utilisation récente de son pouvoir. Avec une lenteur déconcertante au vu de ce qui se passait derrière elle, Kida se retourna pour s’assoir paisiblement. Puis le hurlement d’Andrew la stoppa au milieu de son geste.

    Au-début, naïve qu’elle fut, Kida cru que c’était le hurlement d’un guerrier prêt à en découdre. Quelle ne fut pas sa surprise de ne plus voir Andrew sur la terre ferme, là où devrait se trouver n’importe quel être humain dénué de toute excroissance lui permettant de voler, mais dans les airs. Kida ferma les yeux, se massa les tempes et rouvrit les yeux. Puis elle secoua la tête. Cette scène lui paraissait parfaitement surréaliste. Sera n’avait jamais fait ça. Sera n’avait jamais décidé de balancer quelqu’un dans les airs aussi haut, sans raison apparente. Si Kida ne s’inquiétait pas autant pour la vie d’Andrew, elle aurait probablement félicité sa seconde pour cette force incroyable.

    Néanmoins, Kida n’eut pas le temps de piper mot. Tout se déroulait si vite sous yeux qu’elle avait du mal à comprendre. Elle avait retrouvé une position debout adéquat mais tous ses muscles étaient crispés, tendus, prêts à bondir au moindre mouvement. Les poings serrés, Kida ne respirait plus. Elle ne pouvait pas parler, elle ne pouvait pas dire un seul mot sous peine de déconcentrer Sera. Toute son attention, tous ses pouvoirs étaient sur Andrew. Tout était millimétré comme sur du papier à musique et si Kida intervenait, la dissonance pourrait apparaître. Alors, serrant les poings, Kida ne bougea point.

    Pourtant, le hurlement de terreur d’Andrew lui arrachait le cœur. Elle avait envie de voler à rescousse pendant que Sera le faisait tomber dans le vide. Le silence enveloppa complètement les trois sang-mêlés, alors qu’Andrew venait de stopper sa course folle à quelques centimètres du sol. Le temps s’était comme arrêté. Aucun des deux ne semblait plus faire attention à Kida. Ils étaient dans leur bulle, une bulle dans laquelle la centurion n’était pas invitée. Malgré tout, Andrew maîtrisait toujours son pouvoir, ce qui était un point positif !

    Kida était si loin, si loin sur son piédestal qu’elle n’entendait même pas les mots qu’ils s’échangeaient. Cependant, elle pouvait sentir la haine, la rage, la colère qui les ravageait. Kida se mordait les doigts à chaque seconde qui passait. Elle se sentait ravagée par les remords et les regrets. S’il arrivait quoique ce soit à l’un des deux, elle s’en voudrait pour tout le reste de son existence. Ils étaient sous sa protection, et elle venait de les jeter au milieu d’une arène pour mise à mort.

    Le paroxysme approcha alors qu’Andrew afficha un sourire doux sur son visage. Sans tout le contexte autour, cela aurait pu ressembler à une situation des plus banales : une conversation entre deux vieilles connaissances. Mais Kida sentait bien que cela signait le début de la fin. Elle vit les poings de Sera se serrer. La centurion voulait faire quelque chose, elle voulait les séparer, elle voulait comprendre ce qu’il se passait, pourquoi ils se haïssaient tant alors qu’ils ne semblaient pas se connaître à la base. Pourquoi toute cette rancœur et ce dégoût pour l’autre ? Mais Kida savait une autre chose : elle ne pouvait pas les séparer maintenant. Ils avaient besoin d’exprimer tout ce qu’ils avaient sur le cœur pendant qu’elle était là, pendant qu’elle supervisait, pendant qu’elle avait leurs armes. Si jamais elle osait les séparer maintenant, qu’adviendrait-il à la prochaine rencontre ? Avec un peu de chance, en restant en recul, Kida leur permettrait de s’épancher de leur soif de sang pendant un certain temps. Une fois qu’ils auront vidé leur sac, ils n’auront plus qu’à s’éviter pour le reste de l’éternité.


    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 600
    Messages : 52

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Mer 12 Déc 2018 - 22:01
    Seraphina n’eut pas même le temps d’apprécier les résultats de sa pique, étant donné qu’il n’y en avait aucun, que le garçon lui riait déjà au nez. Son sourire qui suivait, empli de malice, laissait présager le pire, et le pire arriva. A la simple mention de la possibilité de revivre les évènements de ce rêve, dont les passages les plus marquants se dessinaient si clairement dans la tête de la Romaine, ses poings se serrèrent, tout comme ses dents. Le coup de grâce fut asséné lorsqu’il prononça sa dernière phrase; qu’il lui dit, avec le ton le plus mielleux qu’elle ait entendu, qu’elle était plus fragile que lui. En soit, cette simple phrase aurait pu passer inaperçue, mais tout ce que la romaine avait entendu, c’était qu’elle était pathétique, et il avait presque raison.

    Elle était pathétique, lorsqu’elle était mise à terre par une fille d’Arès, parce qu’elle ne comprenait pas la complexité des relations sociales. Elle était pathétique, lorsqu’elle se tournait vers le premier inconnu venu et son frère pour leur demander des conseils sur la vie. Elle était pathétique lorsqu’elle fuyait l’arène, qu’elle ne faisait qu’observer ce qu’il s’y passait, en haut dans son perchoir, plutôt que d’affronter les problèmes qu’elle avait, en partie, créés.  

    Mais elle ne l’était pas lorsqu’elle avait fait un marché avec Samael, leur permettant à tous deux de grandir, chacun de leur côté. Elle ne l’était pas non plus lorsqu’elle maîtrisait les vents à sa convenance, étant plus capable que la plupart des demi-dieux de cette colonie. Elle ne l’était pas non plus lorsque, ne pouvant se retenir, quelques secondes après que le fils d’Eros ait fait sa remarque, elle lui flanqua son poing dans la figure, brisant certainement son nez au passage.

    Tu feras gaffe, ton nez semble plus fragile encore.” lui cracha-t-elle. Puis, plus haut, elle reprit, s’adressant à Kidaria, “Désolée, désolée, ça arrivera plus, je maîtrise. Je crois.

    La Centurion avait visiblement déjà commencé à bouger lorsque Sera avait envoyé le grec en l’air, et semblait prête à intervenir après le coup qu’elle venait de lui mettre, mais visiblement, elle semblait avoir accepté de croire sa seconde, et de lui laisser le bénéfice du doute en restant perchée sur son rocher. Seraphina respira un grand coup, encore une fois, et comme elle en avait pris l’habitude ces derniers temps, tenta de visualiser l’un de ses entraînements avec Samael. Ce n’était pas en s’énervant, en s’offusquant, qu’on réglait les problèmes, mais en essayant de comprendre l’autre. Aussi dur que cela puisse paraître.  

    Dans le cas présent, c’était une tâche extrêmement difficile, elle ne ressentait que du mépris et du dégout pour le maître des sentiments, celui qui pouvait jouer avec les gens comme bon lui semblait, pour peu que cela l’amusait. Mais elle savait que ce n’était peut-être pas vraiment lui, tout comme elle n’était pas cette servante stupide qu’elle avait incarnée, une nuit, il y a un certain temps maintenant. Combien de temps cela faisait-il ? Des semaines ? Des mois ? Elle était incapable de s’en souvenir, et ne comprenait pas que son ressenti puisse encore en être affecté en ce jour.

    Seraphina tira un bout de tissu qu’elle gardait dans sa poche, essuya le sang qui se trouvait sur le visage du garçon qui était toujours maintenu en l’air par les courants aériens, bien qu’elle lui ait permis de se retourner depuis le temps, puis fit voler un cube d’ambroisie jusqu’à sa bouche.

    Qu’une chose soit claire, tu me dégoûtes. Mais je ne sais pas à quel point tu es ce romain qui dominait sur la ville, et qui jouait avec les émotions des gens comme bon lui semblait, étant donné que je ne me sens pas du tout représentée par la sotte avec laquelle tu as joué. Je pourrais pas enlever cette sensation que tu me donnes, cette envie de vomir.” Elle jeta un œil à sa Centurion. Elle savait à quelle point Kidaria prenait à cœur l’entraînement de ses poulains. “Mais Kidaria compte sur nous pour nous entraîner comme il faut. Surtout toi, d’ailleurs, et c’est pas en se faisant la guerre qu’on va y arriver. Alors frappe-moi si ça peut te faire du bien, puis remettons-nous à l’entraînement, si tu veux bien.

    Elle libéra les courants qu’elle contrôlait, les laissant vaquer à leurs occupations, laissant le grec poser pied à terre. Il y a quelques mois de cela, elle n’aurait jamais agi de la sorte, elle l’aurait tout simplement éviscéré. Mais elle avait appris qu’il était bon de considérer les gens qui l’entouraient, et si elle n’était pas capable de prendre en compte les envies et les besoins de Kidaria, qui était sans aucun doute actuellement la personne dont elle était la plus proche dans ce monde, alors à quoi bon s’entraîner à devenir une personne meilleure ? Ca n’effacerait pas ce qu’elle a fait, et elle sera toujours la même personne dans le fond. Elle avait d’ailleurs grandement apprécié de sentir le nez du grec craquer sous son poing. Mais il faut faire un pas vers les autres si l’on espère qu’ils en fassent un vers nous. Apparemment.


    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 659
    Messages : 88

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Mer 12 Déc 2018 - 23:29
    Andrew ne l’avait pas vu venir. Son poing. Dans sa figure. Son nez saignait abondamment tandis qu’elle lui crachait ouvertement une réplique cinglante sur la soi-disant fragilité excessive de son nez, et il n’eut aucune expression particulière lorsqu’elle s’excusa à Kida de manière lamentable. La seule chose excessivement fragile dans tout cela, ce n’était pas le nez d’Andrew, qui avait déjà pris quelques coups auparavant, mais plutôt l’ego de la jeune romaine.

    Il n’était pas surpris qu’elle n’ait su garder son calme. Il n’était pas surpris non plus par la force de l’impact. Il était surpris que Kida laisse passer ça.  Pire encore, il sentait la colère monter. Et cela s’aggrava lorsque Seraphina essuya le sang sur son visage avant de lui envoyer un cube d’ambroisie, qu’il avala d’un seul coup, ayant pour effet immédiat d’arrêter le saignement.

    Qu’une chose soit claire, tu me dégoûtes. Mais je ne sais pas à quel point tu es ce romain qui dominait sur la ville, et qui jouait avec les émotions des gens comme bon lui semblait, étant donné que je ne me sens pas du tout représentée par la sotte avec laquelle tu as joué. Je pourrais pas enlever cette sensation que tu me donnes, cette envie de vomir.

    Seraphina s’interrompit un instant, puis reprit :

    Mais Kidaria compte sur nous pour nous entraîner comme il faut. Surtout toi, d’ailleurs, et c’est pas en se faisant la guerre qu’on va y arriver. Alors frappe-moi si ça peut te faire du bien, puis remettons-nous à l’entraînement, si tu veux bien.

    Lorsqu’il fut enfin libéré de l’emprise des vents, Andrew fit craquer ses phalanges et sa nuque. La colère s’était installée pour de bon, et cette fois Andrew la maîtrisait. Ce fut avec une intense satisfaction qu’il regarda Kidaria, les bras ballants, une étincelle de rancœur dans les yeux, avant de se retourner vers Seraphina :

    "Sache que l’abruti que tu as connu en rêve n’était en rien représentatif de ma personne. Enfin, je ne peux pas mentir, un petit peu quand même. On a tous un côté que l’on garde compartimenté, scellé dans un caveau dans le fond de notre conscience. Le mien, c’est tout simplement ma noirceur. C’est ce qui me fait peur chez moi, la chose la plus affreuse qui puisse m’arriver, c’est de finir comme celui que tu as rencontré. Toi par contre…"

    Il laissa échapper un rire sinistre et afficha un sourire carnassier avant de se rapprocher de la romaine en lui saisissant le menton comme elle l’avait fait à son arrivée, la forçant à le regarder dans les yeux.

    "Toi, je le vois, je le sens, tu as de l’amour à donner, et tu manques cruellement d’attention. Tu crois que je ne le sais pas ? Je suis un détecteur d’émotions, l’amour, la haine, bla bla bla, Eros, fils d’Aphrodite et d’Arès, tu comprends le mélange un peu ? Mais ça ne se limite pas à ça. L’amitié, les plaisirs charnels, les querelles de famille, je détecte tout. Et je peux le maîtriser, grâce à cet entraînement. Sache que je te comprends, que je te connais, toi, tes faiblesses, tes peurs.", disait-il en caressant sa joue. "Alors je te préviens, fais attention à ce que tu fais en ma présence. Parce que je peux tout foutre en l’air si besoin est. Tu ne me fais pas peur, toi et tes courants d’air. J’ai traversé l’enfer avant d’arriver ici. Et j’ai rien à perdre."

    Il ôta sa main de son visage et s’éloigna de quelques mètres à peine, lançant un regard noir à Kidaria, puis se désaltéra avant de lancer l’autre gourde à Seraphina. Il avait une folle envie de la rendre ivre de rage, et aurait donné cher pour voir la Centurion devoir se défendre face à une tornade incontrôlable. Ce qu’il avait réussi à faire auparavant n’était que le début. Mais il se contenta de soupirer en fermant les yeux, se massant les tempes. Alors, se concentrant sur ce qu’il y avait de beau dans sa vie, il partagea une partie de ce ressenti avec Seraphina. Il était grand temps de calmer le jeu. S’il ne regrettait en rien ce qu’il avait dit à la romaine, parce que c’était une indubitable vérité, il avait en revanche quelques remords sur la façon dont il l’avait exprimé. Il se mordit la lèvre inférieure, et s’excusa tout simplement :

    "Désolé. Je ne voulais pas te menacer. Pas directement. Je t’avertissais simplement que ma patience a des limites, et que je peux m’avérer dangereux. J’ai la chance d’avoir une mentor très… efficace pour me canaliser. Alors je suis désolé si le simple fait de m’avoir en face de toi te donne la gerbe, mais j’en ai un peu rien à foutre. Je suis pas là pour te servir de défouloir, je suis là pour m’exercer, encore, encore et encore jusqu’à ce que j’arrive à me maîtriser parfaitement. Si elle t’a choisi pour l’assister, c’est qu’il y a une bonne raison et je veux bien faire avec, malgré ce que tu ressens à mon égard."

    Andrew reposa sa gourde et s’assit en tailleur, tâchant de calmer sa respiration, d’atténuer sa colère qui ne cessait de monter, et qu’il contenait depuis une bonne dizaine de minutes maintenant. Il bouillonnait intérieurement mais se refusait au laisser aller, d’abord parce que Kida avait l’œil, même si ça n’avait pas empêché Seraphina de lui éclater le nez, et ensuite tout simplement parce qu’il pourrait jouer plus tard.

    "Bon. On peut reprendre je crois. Kida ? Exercice suivant s’il-te-plaît."




    Merci Alexiiiis  




    Andrew Turner
    And I won't let the heat that we are missing, play it off like I'm someone who's never been here before. I play it off like I'm a winner, I-I-I'm living inside of an apartment that is darkest at noon, I'm turning bottles into oceans, I-I'Il tell you whatever I want and let you think it's the truth.
    ©️ Yamashita d'épicode

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : W. Alexis Nyqvist
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 608
    Messages : 83

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Jeu 13 Déc 2018 - 19:08
    Elle l’avait vu venir. Kida avait vu le poing de Sera se serrer et s’écraser contre le visage d’Andrew avant même que cela se produise pour de vrai. Sa seconde fit, l’air de rien, remarquer que cela n’était qu’un accident maîtrisé. Kida n’avait quant à elle qu’une seule envie : hurler. Mais elle ne le fit point et garda un visage impassible. Sera se rattrapa rapidement et, tout en continuant d’échanger des mots que Kida n’entendait pas, relâcha Andrew, sembla lui donner de l’ambroisie et lui nettoya grossièrement le visage. Kida avait toujours envie de hurler. Sera s’était peut-être calmée et avait décidé de retrouver son sang-froid, mais Andrew avait aussi son dernier mot à dire. Hurler serait-ce réellement une bonne idée ?

    Les vents relâchés par Sera s’éparpillait partout autour de Kida, la rendant complètement sourde aux monologues d’Andrew qui semblait animé à la fois d’une rancœur nouvelle et d’une parfaite maîtrise de son pouvoir. Finalement, après une caresse sur la joue de Sera, Andrew lança un regard noir à la centurion et alla se désaltérer. Kida avait envie de hurler. Mais elle ne le fit pas. Doucement, Kida descendit de son perchoir, lentement. Plus les secondes passaient, plus elle se rendait compte qu’elle ne pourrait rien tirer d’eux. Ils étaient complètement aveuglés par leurs propres émotions, noyés dans leur égocentrisme, chacun voulant le dernier mot, voulant voir l’autre complètement anéanti. Ce qu’ils ne feraient pas maintenant, ils le feraient plus tard.

    Bon, on peut reprendre je crois. Kida ? Exercice suivant, s’il te plait. Cette fois, ce fut au tour de Kida de bouillir de rage, de colère, de rancœur. Elle qui voulait voir deux êtres matures progresser, elle s’était retrouvée à babysitter deux enfants meurtriers ! Et de son air suffisant, Andrew la toisait comme si elle n’était qu’un pion dans leur échiquier. Tout en essayant de contrôler les battements de son cœur, Kida s’approcha. Elle s’arrêta prêt du buisson où était caché l’arme d’Andrew et la récupéra. Puis, avec une lenteur déconcertante, elle s’approcha de ses deux comparses. D’un geste rapide mais calculé, elle leur balança leurs propres armes – qu’ils attrapèrent sans grande difficulté.

    « Il n’y aura pas de prochain exercice. Il n’y aura plus rien. Je suis ici pour entraîner des guerriers, des humains. Et je n’ai face à moi des enfants incapables de contrôler leurs propres émotions. Je vous félicite néanmoins, surtout toi Andrew : bravo, tu sembles parfaitement maîtriser ton pouvoir. Je pense que nos entraînements peuvent être terminés sans trop de regret. »

    Kida avait prononcé chaque syllabe distinctement, insistant bien sur chacun de ses mots. Oh oui, elle était énervée. Elle bouillonnait de rage. Elle n’avait rien entendu de ce qui disait entre les combattants, mais elle en était plus satisfaite. Si c’était pour entendre des jérémiades suffisantes, elle serait retournée à la garderie. Kida fronça les sourcils, et enchaina après avoir pris une longue respiration.

    « Vous n’avez pas besoin de moi pour vous cracher au visage et faire le concours de qui aura la plus grosse. Il était évident que je suis ici pour être un mentor, pour vous entraîner. Je ne suis pas ici pour supporter votre comportement immature. Je vous rends vos armes, vous en faites ce que vous voulez, mais faites-le discrètement car si j’entends une seule fois qu’il y a encore eu des débordements entre vous, vous risquez grandement de le regretter. »

    Termina-t-elle avec une froideur déconcertante. Puis, elle leur tourna le dos et commença à descendre du poing de Zeus. Sans un regard derrière, elle ajouta par télépathie à Sera : Avant, tu l’aurais tué. Je suppose que je devrais également te féliciter pour ça. Elle aurait aimé rajouter quelque chose de cinglant en direction d’Andrew, le félicitant pour sa capacité à énerver les gens sans utiliser son pouvoir, mais elle ne le fit pas. Elle se contenta de garder le silence et de s’enfoncer dans la forêt pour s’y perdre un moment.


    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 600
    Messages : 52

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance

    Re: Beautiful trauma ♦ Andrew+Sera

    le Jeu 13 Déc 2018 - 20:54
    Alors que Seraphina jugeait avoir réussi l’exercice avec brio en tentant par tous les moyens d’énerver Andrew – sauf si on considère le coup de poing, elle s’était peut-être emportée à ce moment –, celui-ci ne semblait pas du même avis. Évidemment qu’il serait en colère, c’était logique, justifié. C’était même le but, en grande partie. De fait, elle ne s’offusqua pas du ton brutal qu’il avait pris pour lui expliquer qu’il n’était pas cet énergumène qu’elle avait rencontré en rêve. Lorsqu’elle entendit son rire rauque, le même que “le Maître” aurait utilisé pour se moquer d’elle, il devint apparent qu’il ne disait pas la vérité.

    Le regard de la romaine commença à s’embraser lorsqu’il lui prit le menton pour lui baisser la tête et la forcer à le fixer dans les yeux. Pour qui se prenait-il exactement ? Et était-il conscient que, même de cette manière, il devait toujours lever la tête, même si seulement légèrement, pour lui parler ? Elle n’eut pas le temps de s’en amuser cela dit, avant qu’il parte dans un monologue sur les sentiments enfouis de Sera. Et qu’il la menaça à demi-mot de mettre en l’air chacune des relations qu’elle pourrait tenter d’établir. Chacune des choses pour lesquelles elle se battait de toutes ses forces pour gagner. Chacune des choses qui la motivaient ces derniers temps. La haine dans les propos du garçon se reflétait maintenant dans les yeux de la romaine, qui l’aurait déjà empalé plusieurs fois si elle n’avait pas eu sa lance, et si Kidaria n’était pas à seulement quelques mètres d’eux. Elle avait promis de bien se comporter, avait déjà rompu sa promesse une fois il y a quelques minutes, et ne le referait pas une nouvelle fois, tout ça parce qu’un enfoiré mégalomaniaque ne supportait pas d’avoir une opposition dans sa vie.

    Il avait tenté de l’apeurer, il n’avait réussi qu’à se faire une ennemie réelle. Elle qui pensait qu’avec un peu de diplomatie, ils auraient pu régler leurs problèmes illusoires, elle se trompait visiblement. Certaines personnes n’étaient pas capables de changer. Elle se demanda, dans un coin de sa tête, si ce qu’elle ressentait en ce moment pouvait s’apparenter à ce que certaines personnes avaient ressenti en la côtoyant elle, avant son arrivée à la colonie et sa rencontre avec Alexis. Puis elle décida que ça ne devait, ça ne pouvait pas être le cas. Elle était possiblement arrogante et égoïste, mais jamais elle n’aurait ouvertement menacé quelqu’un de briser tout ce pour quoi elle travaillait. Il y avait des limites à la mégalomanie, et Andrew les avait clairement toutes passées.

    Pour un peu, elle aurait presque eu de la peine pour ce grec, tout comme elle commençait à ressentir de la peine pour la Seraphina de quelques mois auparavant. Elle était tant absorbée dans ses pensées qu’elle n’avait pas entendu ce qu’il avait dit après, tout comme elle n’avait pas vu qu’il s’était éloigné et mis en tailleur un peu plus loin. Elle l’entendit simplement demander quel serait le prochain exercice à Kidaria. Sauf qu’il n’y aurait pas de prochain exercice, Seraphina refusait catégoriquement de travailler encore une seconde de plus avec cet être. Alors qu’elle allait partir, elle vit sa Centurion s’approcher d’un buisson, en sortir l’épée du Grec, et jeter leurs armes aux deux demi-dieux. Elle rattrapa sa boucle d’oreille au vol et la remis à sa place. Visiblement, elle avait aussi décidé que l’entraînement devait prendre fin. Et lorsqu’elle prit la parole, le cœur de Seraphina se mit à la lancer, comme percé par une flèche. Plus elle parlait, et plus cette douleur lui remontait à la gorge, et elle dut respirer profondément pour retenir ces émotions qui naissaient en elle, et surtout pour les cacher aux deux autres sang-mêlé. Ils l’avaient clairement déçue, ce qui n’était qu’à moitié étonnant. Entendre sa voix dans sa tête, la “féliciter”, eut cela dit un effet apaisant sur la jeune fille. C’était une sensation qu’elle connaissait, et qu’elle ressentait le plus souvent en combat, lorsque la Centurion lui donnait des directives, des conseils, des ordres. Ces moments faisaient généralement partis de ceux qui rendaient la romaine heureuse. Lorsque Kidaria fut partie, Seraphina s’adressa une dernière fois à Andrew.

    La plupart des gens, lorsqu’ils ont une once de décence et qu’ils se rendent compte d’un énorme défaut, tentent de le régler, ou au moins de le rendre aussi peu dérangeant que possible. Moi, on ne m’a réellement fait comprendre mon problème que récemment, et je travaille sur moi-même depuis. Toi, visiblement, tu sembles être au courant que tu es un grand malade depuis un bout de temps, et pourtant, c’est marrant, mais tu ne sembles rien faire de spécial pour y remédier. Pire, tu sembles prendre ton pied à me menacer. Alors soit, ne change rien, continue d’être pathétique, mais ne viens pas te plaindre le jour où ta mégalomanie viendra causer une guerre.

    Puis elle se retourna, amère, en colère, et déçue d’elle-même. Déçue d’avoir mis Kidaria dans cet état. Elle qui restait si souvent stoïque, ou tentait de l’être, avait eu du mal à se contenir cette fois ci, et ça faisait très longtemps que Seraphina n’avait pas vu ça. La différence, c’est que pour une fois, elle s’excuserait ce soir. Dès qu’elle la reverrait, à vrai dire. Il était temps qu’elle apprenne à présenter des excuses pour son comportement, puisque vraisemblablement, elle n’avait pas fini d’apprendre à devenir une bonne personne. En s’engageant dans cette voie, toutefois, elle devrait avoir de la patience, puisqu’il était certain qu’elle devait des excuses à bon nombre de gens dans sa vie, à commencer peut-être par ses grands-parents. Elle pensait à tout cela en se laissant guider par les vents, jusqu’à arriver à un endroit qu’elle n’avait jamais vu auparavant. Une crique. Elle s’y assit, se laissa bercer par le vent qui était très puissant en cet endroit, et, sentant sa caresse rassurante, se laissa aller. Pour la première fois depuis qu’elle avait rencontré ce chien des enfers dans son village natal, elle laissa libre cours à toutes ces émotions qu’elle avait enfouies aujourd’hui, et elle pleura. Elle pleura pour Kidaria, mais surtout pour elle-même, pour le chemin qu’elle avait parcouru et le chemin qu’il lui restait à parcourir.


    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum