AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    SamaelFils de Thanatos


    Ignatius Edgecombs
    Pensionnaire

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    Points de puissance : 126
    Messages : 11
    Ce matin, Ignatius s’était réveillé avec une seule idée en tête : aller dénicher une arme. Il ne savait pas d’où ça lui était venu, ça lui était venu comme ça. Il n’était d’ailleurs même pas particulièrement passionné par le combat, mais il savait juste qu’aujourd’hui était le jour idéal pour aller s’équiper. Et puis, tout bon demi-dieu qui se respecte se doit de posséder une arme qui impose le respect. Dans les légendes, ça fait quand même tout de suite plus classe que d’arriver comme un flan avec un pauvre couteau. Sans parler des risques de coupures…

    Seulement voilà, que choisir ? Quel type d’arme choisir ? Du genre suffisamment badass pour qu’on n’ait pas trop envie de l’emmerder, mais pas trop relou non plus, à demander beaucoup d’entretien ou à peser deux tonnes et demi. On a beau dire, les trébuchets c’est stylé, mais c’est pas hyper pratique à trimballer. C’est en proie à ses interrogations métaphysiques qu’Ignatius se dirigea vers l’armurerie. Décision somme toute logique pour quiconque souhaite s’équiper d’ustensile guerrier.

    Il n’y avait pas grand monde en ce milieu d’après-midi. A tel point qu’Ignatius se crut d’abord seul dans l'espèce d'entrepôt, déambulant parmi les rayons. Des haches à double tranchant, des masses d’armes cloutés, tout avait une sacrée allure et il s’imaginait sans peine brandissant de telles armes et terrassant les ennemis à la chaîne. Ce n’est que lorsqu’il arriva dans le fond de l’armurerie qu’il remarqua la jeune femme qui semblait elle aussi à la recherche d’un équipement qui complèterait sa panoplie.

    Légèrement surpris de n’être finalement pas seul, il la dévisagea un petit peu et aussitôt il sentit un trouble l’envahir, trouble dont il n’arrivait pas bien à saisir l’origine. Était-ce la touffeur de l’endroit (il faisait dans l’armurerie une chaleur à étuver un veau) ou bien la façon qu’elle avait de passer sa main le long d’un étrange gourdin, mais quelque chose l’intriguait chez cette inconnue.
    Pourtant, ça ne lui ressemblait pas de se mettre dans des états pareils. Et, en bon angoissé de la vie, il n’aimait pas trop ce qui ne lui ressemblait pas. Mais cette fois, la curiosité et le trouble furent les plus forts. Il s’approcha donc de la jeune femme.

    « Toi aussi t'as quelqu'un à tabasser ? Je suis à la recherche d’une arme, mais j’avoue que je ne sais vraiment pas quoi choisir…
    Qu’est-ce que vous me conseilleriez ?
    »

    Plus il se tenait près d’elle et plus son trouble grandissait. Une attirance bizarre, nouvelle. Un truc qu’il n’avait jamais ressenti jusqu’ici. Bordel, qu’était-il en train de lui arriver ?

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : W. Alexis Nyqvist
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 608
    Messages : 83

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition
    HRP:
    J'ai fait beaucoup plus long que prévu, ne te sens pas obligé de faire pareil ahaha.

    À peine l’aurore avait-elle caressé la colline du camp des sang-mêlés que Kida s’était levée pour son petit footing matinal. Elle avait croisé une ou deux des harpies de ménage qui se contentaient de la dévisager l’air mauvais. La romaine n’avait jamais bien compris ce système : pourquoi utiliser des monstres pour imposer un couvre-feu ? Quel étrange concept. Néanmoins, les harpies n’avaient pas le droit d’attaquer les romains, ce qui était une bonne chose.

    Après avoir parcouru de long en large le camp, Kida s’était en allée aux douches. Elle n’eut qu’à peine le temps de se demander pourquoi diantre semblait-elle être seule au monde avant de se délecter de la chaleur de l’eau qui venait caresser sa peau nue. Encore une chose étrange chez les grecs : pourquoi avoir aussi peu d’eau chaude ? C’était à la limite de l’indécence.

    Une fois cette petite routine atteinte, la romaine marcha d’un pas décidé vers l’armurerie. Dès qu’elle pénétra dans cet endroit confiné, elle fut fascinée par l’étalage des armes qu’il y avait face à elle. Les grecs ne manquaient pas d’imagination quand il leur fallait forger avec leur bronze céleste. Kida passa ses mains sur à peu près tout, avide d’en connaître les moindres détails.

    Finalement, alors qu’elle posait une main sur une étrange massue pendant que l’autre remettait ses cheveux en place, elle remarqua une seconde présence en ces-lieux. Au début plutôt surprise par cette apparition soudaine, elle le fut d’autant plus quand elle remarqua que c’était un jeune homme presque adulte. Il était si rare de croiser des grecs âgés de plus de 14 ans qu’elle fut à deux doigts de lui demander s’il était un membre du personnel.

    Toi aussi, t’as quelqu’un à tabasser ? demanda l’inconnu. Kida arqua un sourcil dubitatif face à cette demande et détourna définitivement son attention du drôle du gourdin. Elle détailla de haut en bas le grec pendant qu’il continuait de parler. Je suis à la recherche d’une arme, mais j’avoue que je ne sais pas vraiment quoi choisir… continua-t-il de raconter. Il était n’était pas excessivement musclé – si ce n’est pour dire qu’il était assez banal. Extraordinairement banal. Pas étonnant qu’elle ne l’ait pas remarqué plus tôt : il pouvait se fondre dans le décor et passer complètement inaperçu.

    Le grec termina de parler en demandant des conseils à la romaine. Cette dernière se mordit la lèvre et regarda en l’air, pensive. Une épée – non. Il lui fallait quelque chose à la hauteur de cette attitude discrète. Il lui fallait pouvoir attaquer de loin, sans que personne ne le remarque. Il fallait quelque chose qui lui permette de continuer à se dissimuler. Finalement, le regard de Kida s’émerveilla. Elle regarda autour d’elle et ses yeux se posèrent sur quelque chose qui se trouvait derrière l’inconnu, à quelques centimètres au-dessus de sa tête.

    La jeune femme se hissa sur la pointe de pied, réduisant considérablement la distance entre leurs deux corps. Kida n’en fut pas gênée pour deux sous, ignorant beaucoup trop souvent les « zones de confort » des autres. Une fois sa trouvaille attrapée, elle retrouva une distance plus ou moins raisonnable du jeune homme et lui fit un grand sourire.

    « Pourquoi pas ça ?, demanda-t-elle en lui tendant une arbalète. Tu m’as l’air d’être quelqu’un qui se bat à distance. L’arc est trop imposant. Avec ça, tu pourras continuer d’être aussi discret que tu sembles l’être ! »

    Elle attendit qu’il se saisisse de l’arme avant de mettre ses mains dans ses poches. Puis elle enchaîna, bien trop heureuse de faire une nouvelle connaissance.

    « Au fait, je suis Kida – centurion de la 2e cohorte du Camp Jupiter. Et toi ? »


    Ignatius Edgecombs
    Pensionnaire

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : [url=]www[/url]
    Points de puissance : 126
    Messages : 11
    En temps normal, Ignatius supportait difficilement d’être détaillé comme la jeune romaine venait de le faire. Cela lui donnait l’envie soudaine de disparaître sous terre, ou tout du moins d’investir dans l’achat d’une pelle au cas où ce genre de situations viendrait à se reproduire trop souvent. Mais aujourd’hui non. Il attendit patiemment qu’elle eut fini son inspection sans ressentir la moindre gêne. Mieux, il souriait d’un air confiant à l’inconnue. Décidément, quelque chose clochait sévère. Le changement de lune ? Une orgie divine qui aurait mal tourné ? Les possibilités étaient nombreuses.

    Une fois son diagnostic terminé, elle entreprit de répondre à sa requête : l’aider à se trouver une arme à sa mesure. Après avoir caressé du regard l’ensemble des étagères environnantes, elle sembla trouver son bonheur sur celle qui se trouvait juste derrière Ignatius. Pour s’en saisir, elle dût se pencher dangereusement vers lui, au point où sa poitrine venait frôler le torse du jeune grec. Aussitôt, il sentit le rouge lui monter aux joues. Hormis sa mère et Némo, jamais il n’avait été aussi proche d’une femme. Mais là il sentait que c’était différent.

    Malgré une gêne évidente, il avait envie que ce moment se prolonge encore un peu. Et puis, ce n’était sûrement pas par hasard qu’elle avait opté pour une arme rangée sur CETTE étagère. Il y avait forcément autre chose derrière. Son charisme avait-il enfin opéré sur quelqu’un ?
    A en juger par la brève description qu’elle fit de lui pour justifier son choix, il y avait quand même matière à douter. En lisant rapidement entre les lignes on y découvrait un gringalet, lâche et transparent, dont on n’avait a priori pas forcément envie de chercher la proximité physique. Manqué !

    Pourtant, son sourire ne cessait de le troubler. Même son pessimisme habituel semblait s’être mis en veille. Ce n’était pas un hasard si ils s’étaient retrouvés tous les deux dans l’armurerie. Et s’il fallait donner un petit coup de pouce au destin, et bien qu’il en soit ainsi.
    Il chassa alors d’étranges pensées de son esprit pour jeter un œil à l’arme que la romaine avait sélectionnée spécialement pour lui. Il s’agissait d’une arbalète de belle facture, assez stylisée, avec des ornements en bois et métal sculptés. Pas mal.

    « Merci, elle est parfaite. »

    Il visa des cibles imaginaires, admirant au passage la légèreté et la maniabilité de l’engin. Finalement, peut-être que c’était l’arme qu’il lui fallait, après tout.

    « Je m’appelle Ignatius, et… et je viens d’arriver sur le camp. » Il reporta son attention sur la romaine, la regardant d’un œil nouveau. « Centurion, hein ? Et ça consiste en quoi, exactement ? »

    Sa décision était prise, il allait utiliser son pouvoir. Clairement leur rencontre n’était pas le fruit du hasard, et s’il fallait un coup de pouce pour qu’elle le réalise également, alors qu’il en soit ainsi. Mais avant de se lancer, il lui fallait quelques informations sur elle. Implanter un faux souvenir, ça ne se fait pas comme ça. Il faut de la ruse, et beaucoup de fourberie. Heureusement pour lui, il ne manque ni de l’un, ni de l’autre. Généralement, il est juste trop réservé pour les utiliser.
    Mais aujourd’hui c’est différent.

    Kidaria-Scheddar Kiliala
    Centurion de la 2e cohorte

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : W. Alexis Nyqvist
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 608
    Messages : 83

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une épée
    Défaut fatal: Son ambition
    Merci, elle est parfaite, s’exclama le grec tout en simulant diverses positions d’attaque avec l’arbalète. Kida ne put cacher le sourire qui s’étirait sur ses lèvres. Elle avait toujours apprécié de pouvoir guider ses légionnaires dans leur recherche d’arme parfaite. Elle avait pris l’habitude de jauger le guerrier afin d’être sûre de lui trouver les ressources nécessaires pour se battre avec aisance et fluidité. Voir ce grec satisfait de ce qu’elle proposait ne pouvait que la réjouir ! Pour peu, elle aurait presque commencé à lui expliquer toutes les armes potentielles qui pourraient aller avec son caractère et son style de combat, mais elle n’était pas avec lui pour lui faire un cours sur la guerre.

    Je m’appelle Ignatius et je viens d’arriver au Camp, commença le jeune homme en guise de présentation. Sur le coup, Kida fut un peu déçue. Elle qui aurait tant aimé voir devant elle un vétéran pour lui apprendre tout sur la vie grecque mais elle se retrouvait face un bleu. Néanmoins, elle ne laissa rien apparaître sur son visage et continua de sourire poliment. Personne n’était inutile et tout le monde pouvait ajouter sa pierre à l’édifice.

    Centurion, hein ? Et ça consiste en quoi, exactement ?, demanda Ignatius. Le sourire de Kida s’agrandit davantage. Elle était comme une enfant qui allait raconter sa première journée d’école à ses parents. Plein de détails affluaient en même temps dans sa tête et elle prit une seconde pour réfléchir à la façon convenable d’aborder la question sans noyer son interlocuteur de détails trop compliqué à comprendre. S’il venait à peine d’arriver au camp grec, il avait déjà assez de choses à assimiler. Kida visa donc la simplicité :

    « Au Camp Jupiter, nous sommes répartis en cinq cohortes. Dans chacune d’entre elle, il y a une vingtaine de sang-mêlés de tous horizons – des demi-dieux ayant vécu avec des mortels avant ou des descendants ayant toujours vécu à la Nouvelle-Rome avec leurs parents demi-dieux. »

    Kida fit une pause, essayant de calmer son enthousiasme. Elle avait envie de parler de la Nouvelle-Rome, puis du camp Jupiter, de comment on pouvait grandir entourés de demi-dieux, de l’armée romaine, de tout. Mais elle se racla la gorge et continua son explication :

    « Chaque cohorte élit deux centurions qui seront les plus haut hiérarchiques de la cohorte. Comme des sortes de chef de bungalow ici, je suppose ? »

    Kida leva les yeux au ciel, tout en mordant la lèvre inférieure. Elle fronça les sourcils. Est-ce que les chefs de bungalow ici avait une autorité hiérarchique par-rapport aux autres et étaient élus en fonction de leur force, de leur leadership et de leur capacité à mener une armée ? Probablement pas. Kida recentra son attention sur Ignatius en souriant.

    « Plus ou moins. Avec le côté plus belliqueux des romains, comme tu t’en doutes. »

    Ajouta-t-elle. Puis elle se souvint que les grecs avaient une attache toute particulière à leurs origines divines, puisqu’ils étaient répartis en fonction de ça. Alors elle enchaîna :

    « Du coup, tu es de quelle ascendance ? »


    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum