AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    PeterFils de Zeus


    A. Samael O'Connor
    Légionnaire de la 2e cohorte

    A. Samael O'Connor

    Informations générales

    Présentation : Ici
    Journal intime : www
    D-C : Andrew Turner
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 577
    Messages : 71

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Gladius et/ou javelot en or impérial
    Défaut fatal: Persévérance
    Samael réfléchissait intensément à comment engager la conversation avec Seraphina.
    Il devait la retrouver à l'amphithéâtre à l'aube, chose qui ne fut pas un souci pour lui. Il appréciait regarder le levé du soleil.
    La jeune fille n'était pas du genre à faire la conversation, surtout qu'elle n'était pas adepte de la remise en question. Samael lui, était franc du collier. Les altercations entre eux risquaient d'être fréquentes, mais il se savait capable de l'aider tout en gardant son calme.

    Le jeune homme avait pris la décision de se rendre au point de rendez vous sans armes, montrant par ce biais qu'ils n'en étaient pas encore au point de se foutre sur la gueule pour améliorer ses techniques de combat.
    Non, le plus important était d'analyser son personnage, comprendre d'où lui venait son arrogance et son intolérence.
    Ce serait probablement la partie la plus difficile pour lui, Seraphina ne tolérant qu'a peine la moindre petite remarque.

    Seraphina était sanguine, désagréable, condescendante, sans filtre, parfois même menaçante. Il n'en avait pas peur, elle avait accepté le deal. A sa manière bien sur, mais elle avait accepté.

    Après sa douche, il se dirigea donc vers le point de rendez vous, réfléchissant encore à la première phrase qu'il allait prononcer. Il s'assit sur les gradins a l'entrée de l'amphithéâtre, attendant peut-être un quart d'heure. Elle était en retard. Soupirant d'exaspération, il se dit qu'il n'arriverait jamais a rien avec un tel comportement.

    Se tournant les pouces, il put admirer le lever du soleil avec émerveillement. Le chant des oiseaux était bien présent, les courants d'air se firent d'un coup, annonçant la présence de la jeune seconde.

    "Eh bien, tu es en retard... Ca m'étonne de toi. Assieds toi donc, on va commencer par le plus chiant : la discussion."

    Elle semblait deja exaspérée. Samael soupira une fois de plus. C'était pas gagné.

    "Il va falloir que tu m'expliques ton rapport aux autres. En gros, comment tu les perçois, pourquoi, et ce que tu penses faire pour améliorer ça. A partir de là je pourrais t'aider à trouver des moyens de gérer et améliorer tout ça."

    Il s'adossa sur le mur du gradin, sourcils froncés, ne sachant pas à quoi s'attendre avec elle. Imprévisible, violente psychologiquement, et arrogante... Non vraiment, sans analyse de sa personnalité, il ne pourrait pas l'aider. Ça s'annonçait fastidieux...


    Son of DeathBe careful who you mess with. ©Conspi pour Epicode

    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    Séraphina Gwynt

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 650
    Messages : 59

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance
    Seraphina se retourna une énième fois dans ce qui lui faisait office de lit lors de son séjour dans ce maudit Camp. Dans quelques heures, lorsque le soleil se lèverait, elle devra retrouver Samael à l’amphithéâtre, où ils commenceraient leur co-entraînement. Il l’aiderait à « améliorer » son caractère, et elle l’aiderait à perfectionner son style de combat. Le problème étant qu’elle s’attendait déjà à devoir s’ouvrir au garçon, peut-être même lui raconter des choses très personnelles, si elle voulait faire le moindre progrès. Elle savait cela grâce à son précédent entretient avec deux fils de Poséidon, qui n’avaient cessé d’insister pour qu’elle leur parle d’elle. Bien entendu, ce n’est pas une chose à laquelle la Légionnaire était particulièrement habituée, préférant user de sa lance que de sa voix. De ce fait, elle ne trouvait pas le sommeil, peinant à se faire à l’idée qu’elle devrait se surpasser pour son entraînement.

    Ainsi, il devait être 3h du matin lorsque la romaine finit par abandonner l’idée de dormir, et se dit qu’elle arriverait peut-être mieux à se confier à quelqu’un si son cerveau était trop fatigué pour réfléchir à ce qu’elle faisait. En règle générale, il aurait été hors de question pour elle de se trouver dans une telle position de faiblesse, mais elle ne voyait vraiment aucun autre moyen pour atteindre son but. Alors elle se leva, aussi discrètement que possible, enfila un débardeur violet, un leggins, et sorti du Bungalow de la deuxième cohorte.

    N’importe quel autre pensionnaire devrait craindre les harpies, en sortant au beau milieu de la nuit, mais celles-ci avaient reçu l’ordre de ne pas s’attaquer aux Romains, sans quoi une guerre pourrait éclater. De plus, la guerrière se jugeait assez responsable pour pouvoir juger elle-même de son couvre-feu. Ainsi, Seraphina commença à courir, et fit plusieurs tours de la Colonie, avant de rentrer dans la forêt. Là-bas, elle fit toutes sortes d’exercices, avec pour but final de vider son esprit et de se fatiguer autant que possible. Elle ne put s’empêcher de remarquer au passage que cela faisait bien trop longtemps qu’elle n’avait pas fait de tels exercices intensifs ; depuis sa rencontre avec Alexis, elle avait bien trop négligé son entraînement physique, et il lui était extrêmement agréable de se sentir physiquement fatiguée de la sorte.

    La jeune fille étant tant absorbée par ses exercices qu’elle ne vit pas le soleil se lever, l’horizon étant de toute façon caché par les arbres. Ainsi, lorsqu’elle s’en rendit compte, elle décida de finir son entraînement en courant jusqu’à l’amphithéâtre. Le bon côté était qu’elle avait réussi son objectif ; une fois arrivée, elle était totalement lessivée, mais aussi dégoulinante de sueur. Elle intima aux vents de la sécher un minimum, ce qui eut pour effet d’attirer l’attention de Samael, et ne prit pas la peine de lui répondre lorsqu’il lui annonça qu’elle était en retard, étant déjà largement au courant.

    Lorsqu’il lui demanda de s’asseoir, la jeune fille soupira, et s’allongea sur l’une des rangées en face de la scène. Peinant encore à reprendre son souffle, elle eut à peine à réfléchir avant de se rendre compte qu’elle était en effet trop fatiguée pour vraiment se retenir de parler, son cerveau marchant au ralenti, mais pas sa bouche.

    « Tu sais quoi, je crois que tu vas avoir l’honneur d’être le premier à entendre l’histoire de qui j’étais, avant d’être celle que tu vois devant toi. Tu devrais t’assoir, ça va prendre du temps. »

    Elle embraya en commençant par raconter son addiction pour les super-héros lorsqu’elle était encore une enfant, sa surprise lorsqu’elle découvrit son pouvoir, et son envie de l’utiliser à bon escient. Puis le moment où elle avait découvert que plus les gens étaient en grand danger, plus ils lui étaient reconnaissants lorsqu’elle les sauvait, et tout ce que cela avait engendré ; elle avait commencé à les mettre en danger d’elle-même, toujours en calculant parfaitement son coup de manière à ce que personne ne soit blessé, puis l’attaque par un chien des enfers qui faillit l’empêcher de sauver les gens, et enfin sa rencontre avec Lupa, puis avec Kidaria, qui l’avait invitée dans la deuxième cohorte, et son ascension fulgurante à partir de là.

    « T’as plutôt intérêt avoir tout bien compris, parce que si tu me demandes de répéter, tu risques de finir empalé. D’ailleurs, je te conseille fortement de parler de tout ça à personne. J’ai fait une exception aujourd’hui en acceptant d’en parler, me fait pas regretter mon élan de bonté. »

    Après avoir enfin fini de parler, elle détacha la gourde qu’elle avait à sa ceinture, et avala de nombreuses gorgées d’eau, assoiffée après avoir tant parlé et couru. Bon sang, si elle avait su qu’il lui suffisait d’une nuit blanche et de quatre heures d’exercices pour pouvoir s’ouvrir à des gens… Non, tout compte fait, ça n’aurait rien changé. Même maintenant, elle était loin d’être sûre d’avoir pris la bonne décision.


    A. Samael O'Connor
    Légionnaire de la 2e cohorte

    A. Samael O'Connor

    Informations générales

    Présentation : Ici
    Journal intime : www
    D-C : Andrew Turner
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 577
    Messages : 71

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Gladius et/ou javelot en or impérial
    Défaut fatal: Persévérance
    Seraphina s’était allongée dans les gradins. Elle avait l’air de quelqu’un qui venait de courir un marathon, ce qui, au vu de son souffle court et de la fine pellicule de sueur qui recouvrait son corps, était probablement le cas.

    « Tu sais quoi, je crois que tu vas avoir l’honneur d’être le premier à entendre l’histoire de qui j’étais, avant d’être celle que tu vois devant toi. Tu devrais t’assoir, ça va prendre du temps. »

    Samael était estomaqué par ce qu’il entendit par la suite. Être fan des super-héros, bien que ça n’ait jamais été vraiment son truc, il n’y voyait pas de soucis. L’envie de faire le bien en découvrant ses capacités divines était aussi assez normale. Puis lorsqu’elle commença à lui expliquer comment elle trouvait le moyen de se rendre « utile », il se couvrit la bouche dans une mimique outrée. Mettre les gens en danger volontairement pour pouvoir les sauver par la suite et obtenir plus de gratitude en retour… Non, Samael ne comprenait pas ça. Enfin, il comprenait le raisonnement, mais pas du tout le bon sens de cette logique. Enfin, elle avait été attaquée par un chien des enfers, qui avait faillit faire capoter l’un de ses nombreux plans tordus, puis elle avait récupérée par Lupa et y avait prouvé sa valeur avant de rencontrer Kida, qui l’avait fait rentrer dans la seconde cohorte dans laquelle elle avait gravit les échelons rapidement.

    « T’as plutôt intérêt avoir tout bien compris, parce que si tu me demandes de répéter, tu risques de finir empalé. D’ailleurs, je te conseille fortement de parler de tout ça à personne. J’ai fait une exception aujourd’hui en acceptant d’en parler, me fait pas regretter mon élan de bonté. »

    Seraphina décrocha la gourde qu’elle portait à la ceinture avant d’avaler la moitié de son contenu. Samael, lui, restait muet. Effaré par la logique incompréhensible de cette jeune fille, le silence seul pouvait traduire ce qu’il pensait. Au bout de quelques instants, il finit par réagir :

    « Ca ne sortira pas de cet amphithéâtre, je peux te l’assurer. Et j’ai bien intégré ce que tu as dis, donc pas besoin de m’empaler, merci bien.»

    Ce fut tout ce qu’il trouva à répondre. Il avait prit une voix étonnamment sèche, pour quelqu’un qui se devait d’être à l’écoute et ouvert. Cependant, il savait plus ou moins que cela ne gênerait nullement la romaine. Il se massa les tempes et soupira avant de rouvrir la bouche :

    « Bon. Je suppose que tu es consciente que tes petits manèges pour sauver des gens, c’était vraiment barré. Tu as l’excuse de la jeunesse, on va dire. Je sens bien que dans le fond c’est l’envie de bien faire qui prime chez toi, et c’est tout à ton honneur, seulement on ne peut juste pas jouer avec la vie des gens comme ça. Les gens sont comme toi. Autrement dit ils ne sont pas dans pantins. Sauf pour les dieux, et encore, c’est quand ils se soucient de nous. »

    Samael embraya sur autre chose, expliquant qu’il était hors de question de se prendre pour une divinité à manipuler leur destin comme s’ils n’étaient que de vulgaires jouets pour enfant.

    « Sera, je sais que c’est pas simple de changer. Je comprends, crois-moi, c’est dur, surtout quand les gens ont une vision de toi bien ancrée, mais elle n’est pas immuable. Tu as tout de ton côté pour réussir ça, il faut juste apprendre à être plus… Comment dire ? Je sais que tu as beaucoup d’estime pour Kida, on a au moins ça en commun. Je sais aussi que la plupart des gens présents au camp, tu les juges en fonction de leurs aptitudes de survie. C’est ça qu’il faut à tout prix éviter, tu es tellement sévère que tu perds de vue ton humanité. Je veux dire, les gens sont beaucoup plus que des soldats. Ce qui en fait des personnes bien, ce sont leurs qualités humaines, et il semblerait que tu ais beaucoup de mal à les reconnaître. »

    Ces qualités étant terriblement nombreuses, Samael ne s’attarda pas à toutes les énumérer, mais en cita quelques unes tout de même, avant de revenir sur un point en particulier qui semblait toucher la romaine. Il espérait en tirer quelque chose pour l'amener sur un chemin qu'elle n'avait encore jamais pris. De sa réponse dépendrait le reste de ses "cours particuliers".

    « Pourquoi apprécies-tu autant Kida ? Qu’est-ce que tu aimes chez elle, quels sont ses défauts ? »


    Son of DeathBe careful who you mess with. ©Conspi pour Epicode

    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    Séraphina Gwynt

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 650
    Messages : 59

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance
    Le cours de Samael était long. Il ne s’arrêtait pas de parler, comme l’avait fait Sera avant lui, mais elle ne s’en désintéressa pas pour autant. Quelques semaines auparavant, elle serait partie en roulant les yeux, mais quelques semaines auparavant, elle n’avait pas encore rencontré cette fille qui changerait sa vie, pour le meilleur, mais surtout pour le pire, pour ce qui était de l’instant présent. Sera ne savait absolument pas pourquoi est-ce que les mots de cette fille d’Arès étaient restés dans sa tête de la sorte; était-ce parce qu’elle l’avait surpris, en la mettant à terre par la simple force de son pouvoir ? Était-ce parce qu’en un sens, Sera l’admirait, pour sa force tant physique que spirituelle ? Ou bien lui avait-elle juste lancé un sort quelconque ?

    Tandis qu’elle se posait ces questions, elle ne loupait pas une seule parole du Légionnaire qui lui faisait la morale. Alors ainsi, elle se comportait comme les dieux, en “jouant” avec la vie des gens ? Cela n’était pas tellement étonnant, après tout, le statut de Héros pouvait se rapprocher, en un sens, de celui de dieu, pour ceux qui croyaient en eux. Elle savait, pourtant, que ce n’était pas ce qu’il voulait dire, et qu’il critiquait en fait ce comportement. Comme la plupart des gens, très certainement. Pourtant, n’était-il pas normal que les faibles servent de piédestal aux forts, pour montrer leur grandeur ? Étrangement, elle se doutait que si elle posait la question, elle ne recevrait que dédain de la part de Samael, elle se doutait que la réponse était non, mais elle ne comprenait pas pourquoi son point de vue serait moins valide que celui des autres.

    “Tu perds ton humanité”. Voilà ce qu’il aurait répondu à sa question, et ce qu’il avait dit sans même qu’elle ait besoin de la poser. Puis il cita un nombre indécent de “qualités humaines” que Seraphina devrait, selon lui, apprendre à valoriser, et à reconnaitre chez les gens. Pendant un instant, elle eut l’impression d’entendre un écho de ce qu’Erwin et Alexander lui avaient dit quelques jours plus tôt. Les gens ne sont pas là que pour être forts et se battre. Elle le comprenait bien, mais encore une fois, elle ne comprenait pas en quoi cela les rendait plus digne d’intérêt. S’ils ne peuvent pas survivre, à quoi bon ? Finalement, elle étouffa un rire lorsque Samael lui demanda de lister des qualités et défauts de Kidaria, avant de le regarder, et de voir à son expression qu’il était totalement sérieux.

    Tu sais, c’est marrant. Tu me demandes de t’appeler par ton nom complet, mais toi tu utilises des surnoms pour moi et Kidaria. Je comprends ton envie d’être appelé par le nom que tu as choisi, mais alors pourquoi est-ce que tu ne fais pas de même pour tous les autres ? C’est une vraie question, pas une pique,” dit-elle lorsqu’elle vit l’air énervé que semblait prendre son visage, “peut être que ça m’aiderait à mieux comprendre comment les gens fonctionnent, de savoir comment toi, tu fonctionnes.

    Puis elle lui sourit, presque sincèrement. Peut-être bien qu’il se cachait là-dessous une petit insulte finalement, mais ça n’était pas son but principal.

    Pour en revenir à ta question. Kidaria. Ce qui me fascine chez elle, c’est bien entendu sa puissance. Où qu’elle aille, elle sait se faire remarquer, subtilement, mais certainement. Elle a cette aura, cette prestance qui en fait une leader désignée, et elle a su utiliser ses pouvoirs, non offensifs à la base, pour devenir une meilleure guerrière. Mais ce qui me fascine le plus, c’est que même si elle n’avait pas ces pouvoirs, ça ne changerait rien. C’est une guerrière, une vraie. En comparaison, je ne suis qu’une showgirl. J’impressionne, je mets de la poudre aux yeux. Bien évidemment, je botte des culs aussi, mais c’est rien en comparaison.

    Seraphina se releva. La conversation tournait beaucoup trop en sa défaveur, et elle n’aimait pas ça, ainsi, elle se mit à monter et descendre les marches de l’amphithéâtre. Samael semblait vouloir reprendre la parole, mais elle le coupa.

    Et quant à ses défauts, très honnêtement, je n’en vois pas. C’est pas faute d’en avoir cherché pendant des années, d’avoir cherché une raison qui pourrait me rendre meilleure qu’elle. Même son foutu corps est parfait, t’y crois toi, à une personne sans défaut ? C’est à la fois terriblement fascinant, et terriblement flippant.


    A. Samael O'Connor
    Légionnaire de la 2e cohorte

    A. Samael O'Connor

    Informations générales

    Présentation : Ici
    Journal intime : www
    D-C : Andrew Turner
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 577
    Messages : 71

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Gladius et/ou javelot en or impérial
    Défaut fatal: Persévérance
    Tu sais, c’est marrant. Tu me demandes de t’appeler par ton nom complet, mais toi tu utilises des surnoms pour moi et Kidaria. Je comprends ton envie d’être appelé par le nom que tu as choisi, mais alors pourquoi est-ce que tu ne fais pas de même pour tous les autres ? C’est une vraie question, pas une pique, peut être que ça m’aiderait à mieux comprendre comment les gens fonctionnent, de savoir comment toi, tu fonctionnes.

    Samael fronça les sourcils à cette remarque. Il médita un instant sur la question de Seraphina, tandis que cette dernière souriait, et poursuivit :

    "Pour en revenir à ta question. Kidaria. Ce qui me fascine chez elle, c’est bien entendu sa puissance. Où qu’elle aille, elle sait se faire remarquer, subtilement, mais certainement. Elle a cette aura, cette prestance qui en fait une leader désignée, et elle a su utiliser ses pouvoirs, non offensifs à la base, pour devenir une meilleure guerrière. Mais ce qui me fascine le plus, c’est que même si elle n’avait pas ces pouvoirs, ça ne changerait rien. C’est une guerrière, une vraie. En comparaison, je ne suis qu’une showgirl. J’impressionne, je mets de la poudre aux yeux. Bien évidemment, je botte des culs aussi, mais c’est rien en comparaison. "

    Seraphina se mit à tourner en rond dans les escaliers, et alors que le Samael, un sourire aux lèvres, voulut répondre après avoir murement réfléchit à sa réponse, il ouvrit la bouche, mais la jeune fille le coupa dans son élan :

    "Et quant à ses défauts, très honnêtement, je n’en vois pas. C’est pas faute d’en avoir cherché pendant des années, d’avoir cherché une raison qui pourrait me rendre meilleure qu’elle. Même son foutu corps est parfait, t’y crois toi, à une personne sans défaut ? C’est à la fois terriblement fascinant, et terriblement flippant."

    Samael garda le silence. Un sourire amusa s’afficha sur son visage et il se leva pour tourner en rond à son tour, sans savoir par où commencer. Si Seraphina ne comprenait pas une histoire de surnom, il ne voyait pas comment faire pour lui ouvrir les yeux sur Kida. Bien entendu, Kida avait d’énormes qualités, elle était une guerrière accomplie, une leader sur qui l’on pouvait compter sans aucuns doutes, cela, il le reconnaissait bien. Mais comme chaque héros, ou chaque être humain, elle avait ses défauts. En outre, il lui paraissait bien compliqué de répondre à Seraphina sans s’éparpiller, aussi décida-t-il de s’expliquer par ordre chronologique de la discussion.

    "Mon prénom, je l'ai choisi et il a une signification bien particulière. Je n’ai pas eu l’occasion de me faire appeler par un prénom dans lequel je me reconnaissais pendant mes 15 premières années. J’aimerai autant qu’on lui épargne les diminutifs, parce que c’est important pour moi, pour me reconnaître, me sentir exister tout simplement. Quant à Kida, elle m’a dit elle-même que je pouvais l’appeler ainsi. D’ailleurs, je me vois mal l’appeler par son nom complet. Pour ce qui est de toi, il me semble que tu l’as demandé. Mais si ça te dérange, je peux toujours t’appeler Seraphina bien sur."

    Samael retourna s’asseoir un moment avant de se relever. L’hyperactivité se faisait sentir, il avait envie de bouger, de s’entraîner, mais il se devait de garder son calme, au moins par respect pour son interlocutrice. Kida était quelqu’un d’ambitieux. Elle refuse de passer quelque part et de rester inaperçue. Intransigeante, elle ne se laissait pas relayer en deuxième position lors d’une discussion.

    "Pour en revenir à Kida, eh bien… Oui, en effet, elle est magnifique et elle a d’énorme qualités que tu viens de citer, mais tu en as oublié quelques unes. C’est quelqu’un de loyal, sur qui on peut compter. Elle est à l’écoute de ses soldats, toujours, elle sait prendre le temps qu’il faut pour aider les gens dans le besoin. Elle a un sens de l’humanité très développé. Jamais elle ne laissera un guerrier derrière elle. C’est ça que je respecte le plus chez elle."

    Samael sourit puis se rassit encore une fois. Sa jambe tremblait et son pieds tapait sur le sol à rythme régulier et il décida de se relever pour continuer à déambuler. La partie la plus délicate se présentait. Trouver des défauts à Kida n’était pas chose aisée, et encore moins les exprimer. Néanmoins, il était parvenu à en trouver quelques uns.

    "Pour ce qui est de ses défauts… J’ai eu du mal à en trouver au début, mais j’ai fini par le faire. Elle est ambitieuse. Ce qui est une bonne chose en soi, parce que quand on a zéro ambition, on arrive à rien. Mais l’ambition de Kida…Elle dépasse le raisonnable. Elle peut en devenir insupportable parfois. Elle se fait remarquer, volontairement, elle refuse tout net que l’on ne constate pas sa présence, elle ne sait pas se faire petite, ce qui, dans certaines situations, peut être handicapant ou agaçant. Bref, c’est une grande gueule."

    Samael se tut, il savait pertinemment que sa réponse serait loin de convenir à Seraphina. Mais il poursuivit tout de même, empêchant la jeune femme de se rebiffer.

    "Je ne sais pas si tu as remarqué, mais elle n’est proche de personne. Je veux dire, elle aimé de tous, elle est respectée de tous, mais l’as-tu vu une seule fois se confier à quelqu’un sur ses sentiments les plus profonds ? Ses angoisses, ses peurs, ses désirs ? Jamais. Elle contrôle tout, elle ne laisse rien filtrer, c’est ce qui en fait sa force de leader, mais aussi certainement sa plus grande faiblesse humaine."

    Samael secoua la tête. Trouver des défauts à Kida, voilà qui était fait. Encore fallait-il que Seraphina accepte ce point de vue.


    Son of DeathBe careful who you mess with. ©Conspi pour Epicode

    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    Séraphina Gwynt

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 650
    Messages : 59

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance
    Sera haussa les épaules lorsque Samael proposa de l’appeler par son nom complet. Au fond, elle s’en fichait un peu, si ce n’est que Seraphina était plus long, et moins esthétique que le surnom qu’elle s’était elle-même donnée à son arrivée au Camp Jupiter, et qu’elle avait pris l’habitude d’entendre. De plus, en combat, il était plus facile de prévenir quelqu’un d’un danger lorsque son nom est plus court à prononcer. Pour ce qui en était de l’explication qu’il avait fournie par rapport à l’usage de son propre prénom, c’était acceptable. La romaine ne comprenait pas tout à fait ce qu’il ressentait, mais ça ne l’était que peu, ils n’avaient pas du tout vécu le même genre de vie.

    Elle le regarda bouger dans tous les sens comme elle l’avait fait quelques secondes plus tôt lorsqu’elle parlait, et elle hochait la tête tandis qu’il décrivait des qualités de Kidaria qu’elle-même avait oublié auparavant. Ce n’était pas les points qui fascinaient le plus la jeune fille, mais il était vrai que si elle était une bonne centurion, c’était avant tout parce qu’elle savait tirer le meilleur de ses guerriers, et qu’elle les aidait lorsqu’elle le pouvait. Et lorsque Samael commença à lister des défauts, elle leva un sourcil dubitatif. Il était possible que Kidaria ait encore plus d’ambition qu’elle, ou en tous cas, qu’elle ait un objectif différent, mais elle comprenait difficilement le problème que cela posait.

    Va falloir que tu m’explique en quoi tout ce que tu as cité est un problème. Parce qu’elle a une ambition démesurée, et qu’elle sait se mettre en avant, elle a pu atteindre son grade actuel, et il ne fait aucun doute qu’elle dirigera bientôt l’entièreté des cohortes, au rythme où elle va. Et en ne se confiant à personne, elle évite les risques de fuites. Moins il y a de gardiens, mieux un secret est gardé, et il en va de même pour les possibles angoisses ou peurs de notre chère dirigeante.

    Elle était toujours en train de monter et descendre les marches, tandis qu’elle se mit à réfléchir. N’était-il pas un peu hypocrite de sa part de dire que cacher ses sentiments était une force alors que c’était maintenant la deuxième fois qu’elle se confiait à des gens, dans le but de devenir plus forte, en quelques sortes ? Ses jambes commencèrent à fatiguer et brûler, elle s’arrêta dans son exercice sur une marche pour commencer à s’étirer, tout en continuant de s’expliquer.

    D’ailleurs, je ne sais toujours pas si je fais le bon choix en écoutant les conseils d’autres demi-dieux pour apprendre à devenir plus... “agréable”, ou si je ne fais que me ramollir. Des fois, je me demande si je ne suis pas juste en train de me faire laver le cerveau à cause de cette grecque aux explosions. Peut-être que passer un peu plus de temps avec Kidaria me ferait du bien. Histoire de remettre mes pendules à l’heure.

    Elle regarda Samael droit dans les yeux tandis qu’elle se tenait sur une seule jambe, l’autre passant dans son dos pour étirer ses muscles. Elle savait ce que le garçon en pensait. Évidemment, s’il trouvait que la “froideur” de la centurion était un défaut, il en penserait de même de l’idée de la fille de l’air.

    Bien sûr, tu vas me dire que c’est une mauvaise idée. Dis-moi, pourquoi est-ce que les gens placent tant d’importance dans ce côté “humain” des autres ? Pourquoi est-ce qu’ils trouvent que ceux qui se confient, qui sont souriants et avenants valent mieux que d’autres ? Que moi ? Pourquoi les gens ne peuvent juste pas m’accepter comme je suis ?

    Étrangement, plus elle parlait, et plus elle se calmait sur le plan physique. C’était la première fois qu’elle admettait à voix haute que les gens ne l’aimaient parfois pas, et qu’elle le voyait. Elle mit fin à ses étirements pour simplement s’asseoir sur la marche, et regarda le ciel. Le soleil était bien levé maintenant.


    A. Samael O'Connor
    Légionnaire de la 2e cohorte

    A. Samael O'Connor

    Informations générales

    Présentation : Ici
    Journal intime : www
    D-C : Andrew Turner
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 577
    Messages : 71

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Gladius et/ou javelot en or impérial
    Défaut fatal: Persévérance
    Va falloir que tu m’explique en quoi tout ce que tu as cité est un problème. Parce qu’elle a une ambition démesurée, et qu’elle sait se mettre en avant, elle a pu atteindre son grade actuel, et il ne fait aucun doute qu’elle dirigera bientôt l’entièreté des cohortes, au rythme où elle va. Et en ne se confiant à personne, elle évite les risques de fuites. Moins il y a de gardiens, mieux un secret est gardé, et il en va de même pour les possibles angoisses ou peurs de notre chère dirigeante.

    Ah. Ca, Samael ne l’avait pas prévu. Enfin, connaissant Seraphina, il aurait du. Il s’assit et but une gorgée d’eau de la gourde accrochée à sa ceinture. Comment expliquer ? L’ambition était une caractéristique tout à fait naturelle, du moins chez la plupart des héros.

    "Après il y a ambition et ambition. La vraie ambition, dans le sens non péjoratif du terme je veux dire, c’est pas la volonté de puissance mais de réalisation de soi. C’est un moteur d’action pour avancer en se dépassant dans un esprit de conquête qui permet de surmonter les obstacles. Ca aurait suffit à faire d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. Elle a beaucoup de mérite, je ne le nie pas du tout, et je suis plus que ravi qu’elle soit ma centurion, persuadé qu’elle ira encore plus loin que n’importe lequel d’entre nous."

    Samael s’arrêta de marcher un instant pour se retourner vers Seraphina puis poursuivit son monologue :

    "L’ambition comme toi tu, je suppose, l’entend, c’est plutôt mmh… L’avidité du titre, le toujours plus, le toujours plus loin et meilleur que les autres, c’est une soif de pouvoir, on a besoin de se prouver à soi et aux autres qu’on est capable de tout et invincible, au détriment des autres. Et ça, ce n’est pas vraiment saint. Kida se situe entre les deux, je ne dirai pas que ce soit vraiment un gros défaut, mais elle a parfois du mal à se canaliser malgré son obsession du contrôle de soi."

    Il se tut un moment, réfléchissant à ce qu’il pouvait répondre à Seraphina quant à la solitude de Kida. Elle n’avait logiquement pas tort, mais ce mode de pensée rebutait tout de même Samael.

    "Eviter les risques de fuite, je peux le comprendre. Mais avoir un ami sur qui on peut compter en toute circonstance, sur son silence et sa loyauté, c’est bien aussi. Ce que je veux te faire comprendre, c’est que parler à quelqu’un de ce qu’on ressent réellement, ça fait du bien. On se décharge de toute cette pression émotionnelle qui ne fera que s’accumuler pour finir par exploser. Personne ne souhaite ça, je t’assure. Garder les choses pour soi, il y a des fois il vaut mieux, je suis d’accord. Mais n’oublie pas que Kida est humaine, enfin demie humaine, elle n’est pas infaillible. Son rôle de dirigeante n’est pas sans pression, tu es sa seconde, tu dois donc être au courant que ce n’est pas toujours facile. Avoir quelqu’un à qui parler, ça peut soulager, être bénéfique pour le bien-être."

    Puis Seraphina interrompit son ascension des marches pour finir par s’étirer les muscles. Ses positions biscornues ne l’empêchait pas d’enchaîner :

    "D’ailleurs, je ne sais toujours pas si je fais le bon choix en écoutant les conseils d’autres demi-dieux pour apprendre à devenir plus... “agréable”, ou si je ne fais que me ramollir. Des fois, je me demande si je ne suis pas juste en train de me faire laver le cerveau à cause de cette grecque aux explosions. Peut-être que passer un peu plus de temps avec Kidaria me ferait du bien. Histoire de remettre mes pendules à l’heure.

    Regardant le jeune homme dans les yeux, elle se tenait en équilibre sur une seule jambe, étirant l’autre derrière son dos. Samael soupira discrètement. puis il éclata d’une grand rire entendant ce propos.

    "Tu te ne ramollis pas, tu évolues. Il y a une nette différence entre les deux, et c’est pas plus mal, ça prouve que tu as envie d’aller de l’avant, de te lier."

    Bien sûr, tu vas me dire que c’est une mauvaise idée. Dis-moi, pourquoi est-ce que les gens placent tant d’importance dans ce côté “humain” des autres ? Pourquoi est-ce qu’ils trouvent que ceux qui se confient, qui sont souriants et avenants valent mieux que d’autres ? Que moi ? Pourquoi les gens ne peuvent juste pas m’accepter comme je suis ?

    "C’est pas une question facile que tu me pose là. Je ne dis pas que tu vaux moins qu’un autre, chaque être humain a la même valeur qu’un autre. Toi comme les autres, d’ailleurs. Tu ne vaux pas moins que moi sous prétexte que tu n’as pas appris les codes sociaux dans tes jeunes années. Et je ne vaux pas plus que toi parce que je suis souriant et avenant avec les gens. On peut apprendre à t’accepter comme tu es, bien sur. Mais tu fais des efforts pour changer de comportement pour toi avant tout, parce que dans ton fort intérieur, tu savais que l’attitude que tu avais ne te correspondait pas. Pas vraiment en tout cas. Tu garderas toujours ta personnalité, c’est la façon dont tu l’exprimes qui change. Et ça change déjà.", dit-il avec un sourire amusé.


    Son of DeathBe careful who you mess with. ©Conspi pour Epicode

    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    Séraphina Gwynt

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 650
    Messages : 59

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance
    Si, comme le disait Samael, les gens ne la jugeaient pas comme valant moins qu’un autre du fait de son inaptitude à juger les gens autrement que sur leur force, comment se faisait-il que Sera non plus, à l’image de Kidaria, n’ait personne à qui se confier, personne qui s’intéresse vraiment à elle, mis à part sa Centurion, qui le faisait plus par nécessité que par plaisir, ou que deux-trois simplets comme les fils de Poséidon et son compagnon de cohorte en face d’elle. Surtout, pourquoi est-ce que l’une des quelques grecs avec qui elle avait fait l’effort de parler la fuyait dorénavant ? Si ce n’était pas une preuve de mépris de la part du monde, quoi d’autre ?

    Comme la fille de l’air aurait pu s’y attendre, Samael fit preuve d’autant d’optimiste qu’à son habitude, et lui dit que l’important, c’était de vouloir changer pour soi-même, bla bla bla. Changer pour soi-même, ou changer pour que les autres la reconnaissent enfin comme digne d’intérêt, n’était-ce pas au fond la même chose ? Le but était simplement le même ; se sentir enfin remarquée comme elle aurait dû l’être depuis le début, comme elle le serait si elle n’avait pas pris la mauvaise route quelques années plus tôt.

    Balayant d’un geste toutes ces questions, sentant qu’il ne serait bon pour personne de la laisser s’apitoyer sur son sort, et qu’elle s’éloignait beaucoup trop rapidement de ce qu’une vraie guerrière devrait être à son goût, elle se releva, et descendit les marches rapidement. Lorsqu’elle passa à côté de Samael, elle lui prit le poignet, et l’entraîna sur la scène de l’amphithéâtre.

    On en a fini avec la psychologie pour aujourd’hui. C’est l’heure de t’apprendre un truc ou deux à toi. Je vois que tu n’as pas pris ton arme. C’est parfait, on va pratiquer un peu le combat à main nu. Pas souvent utile contre les monstres, mais ça te sauvera la vie si tu perds ton arme contre un humanoïde.

    Elle souffla un grand coup, s’éloigna de quelques pas, et regarda le légionnaire en face d’elle qui ne semblait pas prêt à un entraînement physique pour le moment. L’absence d’arme à ses côtés semblait indiquer qu’il voulait se focaliser sur l’apprentissage des bonnes mœurs de Sera, mais ce n’était pas à lui de décider. Plus maintenant en tous cas, la jeune fille avait eu sa dose de discussion intime pour la journée. Voyant qu’il ne ferait pas le premier pas, elle soupira légèrement, et s’avança vers lui, balançant un coup de poing qu’il esquiva sans peine. Elle n’était pas particulièrement rapide, mais pour quelqu’un qui ne voulait pas se battre, son temps de réaction était quand même remarquable.  

    Il était temps de passer à la vitesse supérieure, et après avoir esquivé quelques coups de la jeune fille, Samael se décida finalement à passer à l’action, ayant certainement compris qu’il ne s’en tirerait pas en esquivant simplement. Il donna quelques coups à son tour, que Sera esquiva elle aussi sans effort.

    Bon, ce que je vais t’apprendre aujourd’hui, c’est un coup assez basique, que j’ai vu des grecs utiliser, et qui s’avère particulièrement fourbe et utile. Pas très romain, mais bon, on est bien là pour s’inspirer les uns des autres, non ?

    Elle lui fit signe de l’attaquer, et cette fois-ci, il semblait vraiment y mettre du sien. Cette fois-ci, au lieu d’esquiver comme ils l’avaient fait jusque-là, elle feinta en lui donnant un coup de sa main droite, ce qui eut le don de surprendre un peu le romain, qui ne vit pas la jambe de la fille lui balayer les siennes, le mettant à terre d’un seul coup. Il y eut un bruit sourd tandis que l’épaule du garçon heurta le plancher de la scène. Tendant une main, elle lui sourit.

    Le tout est d’avoir une bonne coordination, et de savoir quand l’utiliser. Comme je te l’avais dit, ce n’est rien de révolutionnaire, mais à force de se focaliser sur nos armes et nos pouvoirs, je pense qu’on en oublie trop facilement que tout notre corps peut nous servir d’arme, si on sait s’en servir. Prêt à essayer dans un vrai combat d’entraînement ?


    A. Samael O'Connor
    Légionnaire de la 2e cohorte

    A. Samael O'Connor

    Informations générales

    Présentation : Ici
    Journal intime : www
    D-C : Andrew Turner
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 577
    Messages : 71

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Gladius et/ou javelot en or impérial
    Défaut fatal: Persévérance

    Seraphina fit un signe de la main qui devait sûrement signifier « stop », se releva et dévala l’escalier, saisissant au passage le bras de Samael qui fut malgré lui tiré sur la scène de l’amphithéâtre. Il semblerait que la jeune fille en eut assez de ces petits bavardages :

    On en a fini avec la psychologie pour aujourd’hui. C’est l’heure de t’apprendre un truc ou deux à toi. Je vois que tu n’as pas pris ton arme. C’est parfait, on va pratiquer un peu le combat à main nu. Pas souvent utile contre les monstres, mais ça te sauvera la vie si tu perds ton arme contre un humanoïde.

    Le combat à mains nues. Samael n’était pas un expert, loin s’en faut, mais il maîtrisait tout de même quelques mouvements qui pouvaient lui permettre de s’en sortir avec un minimum d’aisance. Il n’avait pas prévu, bien évidemment, que Seraphina ait réellement voulu lui enseigner quelque chose. Erreur. Samael esquiva le poing qui se lançait vers lui avec aisance et soupira : la discussion était belle et bien terminée.

    Finalement, après avoir évité cinq ou six autres coups de Seraphina, Samael se décida enfin à attaquer à son tour. Il n’était pas assez vif à son goût, à vrai dire, il n’avait pas envie plus que ça de se battre aujourd’hui. Il ne l’avait pas prévu, mais devrait bien s’adapter aux règles de la romaine. Il tendit son bras vers l’épaule de son adversaire, qui s’écarta presque aussi immédiatement et lui lança :

    Bon, ce que je vais t’apprendre aujourd’hui, c’est un coup assez basique, que j’ai vu des grecs utiliser, et qui s’avère particulièrement fourbe et utile. Pas très romain, mais bon, on est bien là pour s’inspirer les uns des autres, non ?

    D’un signe du doigt, elle lui ordonna d’attaquer de nouveau. Samael, satisfait du marché, ne se fit pas prier. Il était venu chez les grecs pour apprendre, et même si ce n’était pas vraiment l’enseignante de ses rêves qui lui faisait la leçon, il y mettrait de la bonne volonté. Il tenta donc de saisir Seraphina par l’épaule gauche et grimaça lorsqu’elle lui frappa le bras de sa main droite. Cette tactique n’avait pas d’autre but que celui de déstabiliser, et ça avait marché. Samael n’avait pas vu venir la jambe de son adversaire qui venait lui faire perdre l’équilibre brutalement.

    Son épaule le lançait atrocement, mais il fut assez avisé pour ne pas s’en plaindre et attraper la main qu’elle lui tendait.

    Le tout est d’avoir une bonne coordination, et de savoir quand l’utiliser. Comme je te l’avais dit, ce n’est rien de révolutionnaire, mais à force de se focaliser sur nos armes et nos pouvoirs, je pense qu’on en oublie trop facilement que tout notre corps peut nous servir d’arme, si on sait s’en servir. Prêt à essayer dans un vrai combat d’entraînement ?

    Non, il n’était pas prêt à ça. Mais Seraphina n’en n’avait que faire, elle l’aida à se relever pour mieux l’enchaîner ensuite. Il aurait pu jurer à ses yeux pétillants qu’elle prenait un malin plaisir à ce petit jeu. Après tout ce n’était que justice, vu l’épreuve que Samael lui avait fait passer une dizaine de minutes auparavant.

    Solidement campé sur ses deux jambes, il fit signe à sa supérieure d’attaquer à son tour pour qu’il puisse répéter le même mouvement. Il échoua la première fois, oubliant de la distraire pour lancer sa jambe discrètement. La deuxième fois fut plus fructueuse que la première et eut un sourire à peine masqué en entendant le bruit sourd de chute. Devinant que la fierté de Seraphina était bien au-dessus de la moyenne, il ne lui tendit pas la main pour l’aider à se relever.

    Il était évident qu’au bout du deuxième essai seulement, il y avait des choses à corriger. En revanche, il vit correctement une main se diriger vers son visage qu’il esquiva de justesse avant d’envoyer son poing dans les côtes de la jeune fille et de lui balayer les jambes avec succès. Pour un premier combat, Samael ne s’en sortait pas si mal. Cependant, il n’était pas du genre à se reposer sur ses lauriers et se prépara à encaisser les coups qui suivraient.

    Répétant les mêmes mouvements encore et encore, Samael décida après quelques chutes de s’arrêter un instant et fit le signe d’un temps mort avant de demander :

    "Bon, ça fait vingt minutes. A peu près. Où est-ce que je pêche ? Qu'est-ce qu'il y a à amélio..."

    Il n'eut pas vraiment le temps de terminer sa phrase que déjà Seraphina attaquait. Visiblement, ce n'était vraiment pas le moment de poser des questions. Il plia les genoux et se baissa assez rapidement pour esquiver la main de Seraphina et effectua une rotation en tendant la jambe gauche, balayant son adversaire pour la projeter au sol. Ce n'était pas ce qui était demandé, mais il avait réagit par pur réflexe. Jugeant qu'il était inutile de s'excuser, il se redressa et lui tendit à son tour la main.


    Son of DeathBe careful who you mess with. ©Conspi pour Epicode

    Séraphina Gwynt
    Légionnaire de la 2e cohorte

    Séraphina Gwynt

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Elliot Wainford
    Parent divin : Eole
    Points de puissance : 650
    Messages : 59

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Une boucle d'oreille, qui fait accessoirement lance, entièrement en or impérial.
    Défaut fatal: Arrogance
    L’une des choses qui étaient très plaisantes chez Samael, c’était qu’une fois lancé dans un exercice, il se trouvait être une personne très disciplinée, qui savait porter son attention aux bons endroits, et qui relevait la plupart de ses erreurs de lui-même. Ainsi, Seraphina eut le plaisir de le voir faire évoluer subtilement sa technique au fur et à mesure que les essais s’enchaînaient. Certaines des erreurs qu’il avait commises les premières fois, il les avait corrigées en quelques essais, et même si sa technique n’était pas parfaite, il apparaissait clairement à la romaine qu’elle allait devoir penser plus longuement à un vrai entraînement pour la prochaine fois, parce qu’ils auront certainement fini cet exercice avant la fin de la demi-journée.

    Les coups s’enchaînaient, ils se retrouvaient régulièrement au sol chacun leur tour, exploitant les faiblesses de l’autre, profitant d’un moment d’inattention lorsqu’ils en voyaient un. A force de tomber dessus, Seraphina commençait à sentir poindre une certaine douleur dans ses épaules, mais surtout, une certaine fatigue. Chassant ces nuisances dans un coin reculé de sa conscience, elle ne comprit pas tout de suite que Samael souhaitait faire une pause, et ce malgré le fait qu’il parlait. Trop concentrée sur leur entraînement, elle revint à la charge. Soudainement, le romain se baissa pour esquiver son coup et d’un mouvement rotatif trop rapide pour que Seraphina puisse réagir à temps au vu de sa fatigue, il la mit à terre.

    Elle se retrouvait donc à terre, légèrement sonnée. Sa cage thoracique se soulevait et s’abaissait  dans des mouvements amples, tandis qu’elle respirait lourdement, à bout de souffle. Elle ne l’avait pas tout à fait réalisé jusque-là, mais sa courte nuit, couplée à ses nombreux exercices physiques de ce matin l’avaient déjà bien fatiguée, et enchaîner avec un combat consistant à faire tomber l’autre au sol de manière brutale n’aidait en rien à se reposer. Elle dégagea la main de Samael d’une tape légère, décidant qu’ils l’avaient bien mérité, finalement, ce temps mort. Tandis qu’elle peinait toujours à reprendre son souffle, et qu’elle restait affalée sur le sol de l’amphithéâtre, elle répondit finalement à la question que le romain n’avait pas eu le temps de finir.

    « Honnêtement ? Je savais que tu apprenais vite, mais je ne l’avais encore jamais expérimenté par moi-même. Pas étonnant que Kidaria t’ait, toi aussi, fait rentrer dans la seconde cohorte malgré le manque de lettre de recommandation. Je comprends ce qu’elle te trouve. Ton dernier coup, c’était vraiment bien. Les meilleurs guerriers se basent sur leur instinct pour se battre, et visiblement, tu pourrais en faire partie. C’est assez important de savoir réinterpréter une technique pour l’adapter à ses capacités, et ses besoins. Comme t’es pas bien grand, jouer là-dessus pour esquiver et me faire perdre mon équilibre était parfait. »

    Elle soupira un peu. Parler autant n’était pas une bonne manière de regagner son souffle, et rester allongée encore moins. Malgré les contre-indications que son corps lui donnait en lui hurlant de ne pas se relever, elle le fit, et se mit à marcher un peu, histoire de ne pas être immobile en reprenant son souffle. Comme à son habitude, elle faisait les cent pas.

    « J’avais pas franchement réalisé ça, mais le problème, c’est que je me bats principalement à l’aide de mes pouvoirs, c’est ce qui me donne un si grand avantage sur la plupart des gens en un contre un. Le problème, c’est que j’ai du mal à réfléchir de manière créative avec le tien, il est beaucoup moins polyvalent. Du coup, on risque de vite avoir fait le tour de ce que je peux t’apprendre si on continue à ce rythme. »

    Même si elle n’aimait pas l’admettre, il était tout à fait possible qu’elle n’ait bientôt plus grand-chose à lui montrer, alors qu’ils venaient seulement de débuter. Elle maniait la lance et le vent, lui l’épée et l’énergie vitale. Si elle voulait trouver des idées pour leurs prochains entraînements, il lui faudrait se mettre un peu plus à sa place, et s’entraîner à l’épée à l’arène. Peut-être qu’il était temps qu’elle arrête de jouer les spectatrices du haut de son perchoir, et qu’elle descende sur le terrain, pour pratiquer avec les autres.


    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum