AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ErwinFils de Poséidon


    Sasha E. Mikkelsen
    Pensionnaire

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : //
    Parent divin : Hébé
    Points de puissance : 233
    Messages : 72

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Poignard en bronze céleste
    Défaut fatal: Sa tendance à donner trop de secondes chances

    Sasha E. Mikkelsen

    le Mer 24 Oct 2018 - 15:40

    Sasha Elizabeth Mikkelsen

    Célébrité : Gina Stiebitz
    Âge : 16 ans
    Groupe : Sang-mêlée grecque, fille d'Hébé
    Armes : Elle possède un bouclier qui, lorsqu’elle ne l’utilise pas ressemble à un bracelet simpliste, ainsi qu’un poignard camouflé en une boucle d’oreille en bronze céleste.
    Pouvoir passif : Son apparence physique n’évolue que très peu au fil des ans, lui donnant toujours un air jeune et rayonnant même si, bien évidemment, elle ne ressemblera pas à une adolescente de quinze ans si elle atteint un jour les soixante-quinze ans.
    Pouvoir actif : Sasha est capable de rajeunir la nature qui l’entoure pour empêcher qu’elle ne meure trop vite. Bien évidemment, elle ne peut rajeunir une plante indéfiniment, cela serait contraire aux lois de la nature.

    Votre histoire

    C’est un seize juillet que Sasha est venue au monde. Un seize juillet que Fredrik Mikkelsen est devenu père. La première fois qu’il a tenu le nourrisson dans ses bras, il n’y croyait pas. Comment un si petit être tenant dans sa main pouvait être de lui ? Oh ce n’était pas du rejet non, loin de là. Fredrik avait toujours été un homme bienveillant et patient. Et de la patience, il en avait toujours eu besoin. Voilà à peine une dizaine d’années qu’il habitait le sol américain après avoir quitté sa terre natale, la Norvège, coupant les ponts avec une famille avec laquelle il ne parvenait plus à s’entendre depuis quelques années. Et il y a quelques mois, il l’avait rencontrée elle. Une femme, tout ce qu’il y a de plus normal. Seulement cette femme-là, elle n’avait rien de normal à ses yeux, elle était même extraordinaire. Et voilà qu’aujourd’hui, il tenait un bébé dans ses bras, son bébé. Leur enfant.
    Sasha Elizabeth Mikkelsen.
    C’est ainsi qu’une certaine rouquine a commencé à vivre dans un petit appartement de Wesport dans le Connecticut. Tout de suite, Fredrik a su que sa fille ne serait pas une enfant comme les autres. Elle était plus agitée, plus vive, plus curieuse, toujours à l’affût de tout et n’importe quoi, s’alarmant pour chaque bruit l’entourant, distraite un peu trop facilement. Il la surprenait parfois dans sa chambre à s’imaginer des histoires avec ses jouets pour finir par tout balancer dans un coin pour s’intéresser à autre chose. Il avait essayé plusieurs choses pour la calmer, la faire lire, écrire, dessiner, rien n’y avait jamais fait. Pas qu’elle ne s’implique pas, au contraire. Si Sasha n’aimait pas particulièrement inventer des histoires par elle-même, elle adorait en lire. À l’âge de huit ans déjà, elle s’était découvert une passion pour les romans policiers, ceux avec des criminels torturés qui semblaient toujours avoir une bonne raison de faire ce qu’il faisait. Quelque part, la psychologie la fascinait. Pourtant, elle n’a jamais pu finir un livre, feuilletant le début puis la fin en lisant quelques passages du milieu de l’ouvrage, sans plus. Impossible de rester plus d’une demi-heure sans rien faire d’autre que de lire. Alors il avait fallu, au fil des ans, lui trouver d’autres occupations. Elle en avait fait du sport, cela expliquait sans doute sa silhouette toujours fine, peut-être un peu trop pour une enfant. Elle avait commencé par la danse, un sport qu’elle avait apprécié mais sans plus, pas assez mobile, trop de discipline, pas assez d’improvisation. Elle avait tenté la boxe qu’elle avait bien aimée même si faire du mal aux autres n’était pas son activité favorite. Elle s’était essayée au tir à l’arc mais avait arrêté au bout de deux mois, aussi douée qu’une autruche en cours de vol, puis ça avait été la natation mais elle n’était jamais parvenue à faire mieux qu’une pauvre brasse en buvant la moitié de la piscine dans le processus. Et puis il y avait eu la course. Elle devait avoir neuf ans quand son père a décidé qu’ils iraient courir les dimanches matins pour se dégourdir un peu les jambes et il ne lui avait fallu que quelques semaines pour y trouver une sorte de passion, comme une sorte de rituel pour le moins apaisant.
    À part ces quelques désagréments provoqués par son trouble de l’attention couplé à son hyperactivité, l’enfance de Sasha fut relativement simple et sans grands événements. Bien évidemment, un jour, la rouquine a fini par poser la question que Fredrik s’attendait à entendre depuis un certain temps. Elle est où Maman ? Parce que sa mère elle n’avait jamais été là. Invisible, comme si elle n’avait jamais vécu, comme si son existence même n’était qu’un mythe. Douce ironie. Sasha ignorait qu’elle lui ressemblait à sa mère. Peut-être pas physiquement parlant, elle tenait sa rousseur et sa pâleur de son père, mais caractériellement parlant, elle lui ressemblait. Gentille, généreuse. Toujours conciliante, toujours souriante même lorsqu’elle essayait vainement de bouder parce qu’elle n’avait pas le droit à une énième barre de chocolat. Alors Fredrik était franc avec sa fille. Je ne sais pas Sasha. Et non, elle ne reviendrait sans doute pas. Mais cela ne semblait pas l’affecter plus que cela, le norvégien. Peut-être parce que dans le fond, il l’avait toujours su. Parce qu’il avait compris qu’elle n’était pas comme les autres, atypique. Alors certes, il était loin de se douter de la nature divine de la femme qu’il avait aimée, mais il avait eu conscience de cette aura étrange, cette aura réconfortante mais éphémère telle le printemps qui ne dure qu’un temps. Il se contentait de chérir son souvenir là où Sasha n’avait rien à se rappeler sinon une douce chaleur, peut-être l’esquisse d’un sourire mais rien de plus.

    Cependant, tout ne fut pas beau, pas sur le long terme. Oh il n’y eut pas de grand drame dans lequel son père serait mort d’un accident de voiture étrange ou des griffes d’un monstre alors inconnu, non. C’était une journée simple, une journée comme les autres pour la gamine de onze ans, presque douze, qui s’apprêtait à rentrer chez elle, le casque de son vieux baladeur sur les oreilles. Elle y tenait à son baladeur, son père le lui avait offert pour Noël avec une boîte de cassettes avec des morceaux des années 80, tout ce qu’elle aimait. Alors elle rentrait avec un ami ce jour-là, elle le connaissait depuis quelques mois cet ami, c’était la première fois qu’elle en avait un qui restait aussi longtemps avec elle. Les autres n’étaient pas méchants mais la trouvaient parfois un peu étrange, un peu trop en activité pour eux. Ce que les deux enfants n’avaient pas prévu, c’était la chose qui s’est dressée à l’autre bout de la rue et que personne ne semblait ne serait-ce qu’apercevoir. Forcément, il avait fallu s’en débarrasser, parce que c’est bien beau de savoir courir loin et vite mais en règle général, un monstre, ça traque ses proies. Aussi, Sasha fut des plus étonnée - voyez cela comme un euphémisme - lorsque son ami se chargea, elle ne comprit jamais comment, de les débarrasser de ce… de ce truc.
    Néanmoins, tout fut plus clair lorsqu’elle fut amenée à la Colonie des Sang-Mêlés par son ami - qui était en fait une chèvre - après avoir dit, très vite, au revoir à son père. Clairement, ce fut un choc pour Sasha. Il a fallu tout encaisser, d’un coup. Attendez, ma mère est une déesse grecque ? Mon ami est un satyre ? New York est le siège des Dieux ? Je vais devoir apprendre à me battre ? Je ne peux pas simplement rentrer chez moi ? La rouquine avait visiblement été plus désireuse de négocier pour rentrer chez elle qu’ébahie devant le directeur de la Colonie qui n’était autre qu’Apollon. Parce qu’Apollon il est bien gentil mais il ne valait clairement pas son père à la petite. Et puis il allait se sentir seul, l’appartement serait bien trop calme ! Le premier soir fut le plus dur. Parce qu’il avait fallu tout encaisser, rencontrer tous ces adolescents aux mines enjoués, passer par le bungalow 11 pour déposer ses quelques affaires avant de faire le tour de la Colonie histoire qu’elle ne se perde pas à l’avenir. Puis il y avait eu le dîner, tous ensemble, le dîner durant lequel elle a été reconnue par sa mère, Hébé. Sasha avait à peine eu le temps de finir son assiette qu’une coupe s’était comme matérialisée au-dessus de sa tête avant de disparaître aussitôt. Elle avait donc dû reprendre ses affaires et migrer pour le bungalow 18 avec ses vrais frères et soeurs. Ce premier été fut difficile à vivre pour Sasha. Toute sa vie, ça n’avait été que son père et elle contre le monde et à présent, voilà qu’elle devait apprendre à se battre pour être une héroïne. Sauf qu’elle n’en avait que faire d’être une héroïne, elle qui détestait la violence n’aimait pas se battre et préférait mille fois essayer de finir un livre dans son coin ou écouter sa musique.
    Jusqu'à ses quatorze ans, Sasha ne restait à la Colonie que pour le strict minimum : les vacances d’été. Il était hors de question qu’elle laisse son père tout seul pendant des années entières surtout qu’elle était issue d’une divinité mineure et donc qu’elle ne sentait pas aussi fort que les rejetons de divinités majeures. Forcément, ça n’a pas été simple, elle changeait d’école presque tous les ans parce qu’elle finissait toujours par causer de légers problèmes qui, à force de s’accumuler, provoquaient son renvoi. L’été, comme d’habitude cette année-là, elle le passait à la Colonie. Mais elle n’y allait plus en étant résignée, elle s’y était fait sa place et même si elle n’aimait toujours pas se battre ou quoi que ce soit d’autre en rapport avec le combat, elle avait appris à apprécier ses jours passés là-bas et tant mieux pour elle. Parce que cet été-là, de son côté, Fredrik Mikkelsen s’est trouvé une femme. Oh, ce n’est pas une femme méchante ni rien, elle est plutôt gentille, attentionnée et souriante, tout ce dont Fredrik a besoin selon sa fille de quatorze ans. Sasha a passé un an en compagnie de son père et de cette femme qui, quelque part, prenait la place d’une mère qui n’avait jamais été là. Seulement cette femme n’était pas venue seule, elle aussi avait eu un enfant, plus jeune mais un enfant quand même, de cinq ans soit presque dix ans de moins que Sasha. Celle-ci n’y voyait toujours aucun inconvénient et puis, de toute façon, qui était-elle pour trouver des choses à redire sur la vie que choisissait de mener son père ? Personne. Néanmoins, la jeune fille était consciente du danger qu’elle pouvait représenter alors après une année dans une énième école, elle a demandé à parler avec son père. Sa belle-mère n’avait jamais été mise au courant de rien quant à l’ascendance particulière de Sasha aussi, il avait fallu trouver une excuse. La colonie de vacances s’est transformée en une école pour enfants à problèmes et c’est ainsi que la rouquine a choisi de passer l’année entière là-bas.
    La première année aura été compliquée, le temps de s’habituer à passer tout son temps à la colonie mais ça n’a pas non plus été bien difficile. À présent, l’été de ses seize ans est derrière elle et une nouvelle année démarre à la suite des vacances même si les choses ont changé avec l’échange entre les deux camps, le grec et le romain ainsi que l’arrivée des chasseresses à la Colonie. Beaucoup de changements pour l’année à venir, des changements quelque peu déstabilisants à première vue mais Sasha ne s’inquiète pas, elle a décidé de prendre les choses comme elle vient, elle fera de son mieux pour faire avec, comme toujours.

    Physique

    Sasha est une fille comme les autres, il ne devrait pas y avoir grand chose à dire en particulier sur son physique. Peut-être mentionner le fait qu’elle est grande ? Non. Elle ne l’est pas particulièrement, elle est de taille moyenne pour une adolescente de son âge, avoisinant le mètre soixante-cinq, allez soixante-huit avec ses chaussures. Dans la forme, Sasha est plutôt mince, le genre de personne qui, peu importe ce qu’elle mange, ne grossira jamais vraiment même si l’entraînement dispensé à la Colonie doit bien y être pour quelque chose, il ne faut pas se leurrer.
    Ce qu’il faut savoir, c’est qu’elle est une enfant de Satan. Non, c’est faux, c’est juste qu’elle a tendance à user de l’autodérision pour se désigner comme telle à cause de ses longs cheveux roux - qui peuvent parfois paraître blonds ou châtains selon la lumière - qui atteignent presque sa taille. Et puis faut bien avouer qu’”enfant de satan” c’est tout de suite plus classe que “poil de carotte”. Parce que c’est souvent à ce surnom qu’elle a pu être réduite lorsqu’elle était encore une petite fille. C’était ça ou se faire traiter de vampire. Ah oui parce que Sasha, si elle prend pas de coup de soleil et ne ressemble donc pas à un homard - étant donné qu’elle est incapable de bronzer - faut dire qu’elle est blanche comme un c… comme un cachet d’aspirine. Remarque, le teint blafard s’accorde bien à ses yeux, faut se consoler avec ça. Ses grands yeux bleus qui, selon la lumière, peuvent paraître gris comme les rejetons d’Athéna bien qu’elle ne soit pas issue d’une telle divinité.
    Sasha, c’est le genre de fille complètement clichée au niveau du style vestimentaire. Si elle ne devait choisir qu’une seule paire de chaussures avec lesquelles finir sa vie, ce seraient bien ses fidèles Dr Martens noires qu’elle a dû faire réparer un nombre incalculable de fois déjà. Ensuite c’est simple : un jean pas trop serré pour être à l’aise dedans, notamment en combat et, lorsqu’elle n’a rien à faire et que tout est calme, un sarouel ça fait l’affaire. Et puis c’est pas inconfortable ces choses-là. Sa règle d’or ? Toujours avoir une veste sur les épaules, en jean ou en cuir peu importe. Les vestes c’est très utile, ça a des poches partout pour dissimuler tout plein de trucs utiles et inutiles et en plus, on peut y accrocher des babioles ! Quoi de mieux, franchement ? J’imagine qu’il est à présent simple de comprendre quel genre de musique la branche. Si vous venez de penser au rock eh bien bingo, vous avez tapé dans le mille. Il fallait bien pousser le cliché jusqu’au bout et puis ce n’est pas Sasha qui n’assumerait pas cela.

    Caractère

    Sasha est… comment on dit déjà ? Ah oui. Chill. Pas pressée pour un sou, elle est même tout le contraire. Calme, posée, patiente, tout ce que vous voulez. Bon après, comme tout le monde, ça dépend évidemment des circonstances et de son entourage. Si elle est en présence d’une personne qu’elle n’apprécie pas, sa patience deviendra une espèce en voie d’extinction, ça c’est sûr. En tout cas, elle n’est pas le genre de personne à être une pile électrique qui saute partout. Bien évidemment, elle souffre d’hyperactivité, une chose qui est censée l’aider un tant soit peu à survivre en condition de combat mais à part ça, elle est plutôt du genre à prendre ce qui vient avec une patience infinie, contrairement à d’autre qui sont excités comme des puces vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sur lesquels on aimerait bien trouver le bouton off juste histoire de souffler quelques heures. Petite, elle aimait lire mais ne parvenait jamais à finir un livre, toujours trop occupée à diriger son attention sur tout et n’importe quoi. Peut-être n’est-ce là qu’une autre expression de son hyperactivité mais il faut bien reconnaître que la rouquine n’a jamais vraiment été des plus concentrées, distraite par un rien, rêveuse qu’elle est. À l’école, elle n’a jamais eu pour habitude d’être très studieuse, se contentant d’écouter autant que possible en cours en essayant de ne pas s’endormir ou de ne pas sortir de cours pour aller s’occuper ailleurs avec des choses bien plus intéressantes. Faut dire qu’elle était assez inventive comme fille et puis il fallait bien, elle n’était pas le genre à se faire beaucoup d’amis, au contraire. Comme elle le dit souvent, Sasha n’aime pas les gens. Elle ne les déteste pas non, en fait elle est plutôt neutre, c’est juste le temps de s’attacher, de découvrir. Mais, de base, elle n’aime pas les gens et ne cherche donc pas forcément la compagnie de ses semblables. Même si elle doit bien avouer qu’elle est heureuse à la Colonie qu’elle considère comme sa deuxième famille. Elle ne fait pas non plus beaucoup d’efforts de ce côté-là. Sa passion ? La musique, ou du moins en écouter. Et pas de la musique douce même si elle écoute tout même un peu de tout. Son style préféré c’est le rock des décennies passées. Comme on dit, trop de concerts, mauvaise décennie. Toujours est-il qu’il n’est absolument pas rare de la trouver dans son coin en train de secouer la tête sur un bon vieux morceau qu’elle affectionne tout particulièrement.
    La jeune fille a hérité de quelques traits de caractère que l’on attribue à sa mère, Hébé : la gentillesse et la générosité. Cependant, peut-être est-elle un peu trop généreuse. Lorsqu’elle finit par s’attacher aux autres, Sasha devient loyale. Sans doute un peu trop. Elle est le genre de fille à donner des secondes chances. Des troisièmes chances. Des qua… Bref, vous aurez compris le topo. Est-ce là donc une naïveté la poussant à croire que l’être humain ne peut que s’améliorer ? Elle détesterait se l’avouer mais oui, c’est clairement ça. Voyez-vous, elle est un peu dans le déni. Le déni d’elle-même. Oh pas qu’elle se déteste ou quoi que ce soit dans ce genre-là, non. Elle s’accepte et c’est très bien comme ça même s’il lui a fallu un temps d’adaptation lorsqu’on lui a annoncé qu’elle descendait d’une déesse. Pour une fille appréciant la musique du diable, c’était un peu décevant. Bref, le déni de soi. Oui. Elle se la joue costaude, dure, comme si rien ne pouvait l’atteindre, comme si elle était toujours quelque peu déconnectée du monde qui l’entoure, comme si tout n’était que futilité. Pourtant, tout l’atteint, parfois peut-être un peu trop même. Sauf qu’elle ne parvient pas à s’avouer être sensible. Il faut dire que son modèle à la maison a toujours été son père, l’homme fort qui gérait tout, les factures, la maison, l’école, ramener à manger, sa fille tout. Alors forcément, même s’il était souriant et savait rire, Sasha a toujours voulu prendre ce côté de lui en exemple, ce côté rude, ce côté qui prend soin des autres en ne montrant pas grand chose de soi-même. Tout se joue sur les apparences. Bien évidemment, la rouquine a conscience d’être un cliché sur pattes rien qu’avec son style vestimentaire et la musique qu’elle écoute, elle assume ce côté-là. Néanmoins, il y aura toujours ce besoin en elle de ne jamais véritablement montrer le fond de sa pensée, la profondeur de ce qu’elle ressent. Peut-être que cela s’explique avec une certaine méfiance. À force d’évoluer dans un monde rempli de danger où votre espérance de vie ne s’estime qu’en une poignée d’années, vous êtes forcément amenés à vous méfier d’à peu près tout. C’en est devenu un vrai mécanisme de défense qui, parfois, a tendance à repousser les autres. Mais tant mieux, tant mieux, qu’ils ne s’approchent pas. Ça lui fera moins de monde à supporter.
    Que dire d’autre ? Peut-être faut-il évoquer son entêtement légendaire ? Vous savez, les enfants hyperactifs ont dû mal, voire même sont incapables, de se concentrer sur une seule et même chose sur une longue durée. Sasha, elle, n’a jamais aimé être hyperactive. Elle adorait lire mais n’est même pas sûre d’avoir fini un seul livre dans sa vie, seulement lu les résumés détaillés sur internet. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé de les lire, tous ces livres. Pendant des années, elle s’acharnait sur ces pauvres bouquins, essayant de comprendre l’histoire, de savoir qui était le coupable d’une enquête dont elle ne parvenait jamais à retenir qui était la victime. Ah oui, parce que sa mémoire n’est pas non plus très au point. Sasha peut retenir une quantité de trucs, comme tout le monde. Mais alors des trucs utiles ? Pas souvent et jamais très longtemps. Demandez-lui d’arroser les fleurs, dans les cinq minutes elle oubliera. Par contre, dites-lui quel jour vous avez rendez-vous pour visiter votre grand-mère et elle pourra retenir la date pendant de longs mois. Un emploi du temps à retenir ? Demandez à Sasha, elle le saura sans doute sans même connaître le sien. C’en deviendrait limite désespérant. Elle ne peut même pas écrire toutes ces choses sur des post-it ou sur de simples feuilles, elle serait capable de les perdre. Parce que c’est une bordélique de haut niveau. Autant le bungalow dédié aux enfants d’Hébé est plutôt propre, autant elle se force à ne pas s’étaler sur deux lits tant elle déteste ranger ses affaires. Demandez-lui de ranger elle vous dira que c’est déjà fait, qu’elle vie dans un “bordel organisé” comme elle le dit si bien. Alors forcément, quand il est temps de rentrer chez soi, elle retrouve toujours des trucs qu’elle avait perdus quelques mois plus tôt.
    Voilà, c’est ça Sasha. Une rouquine tête en l’air, un peu naïve, trop sensible, solitaire, loyale et avec un bon gros paquet de défauts. Son pire défaut, celui qui pourrait lui être fatal ? Sa manie de croire que l’être humain ne peut que s’améliorer et de donner chance après chance à ceux qui, dans le fond, ne le méritent pas forcément.

    Derrière l'écran

    Pseudo : Biket (comme une chèvre, oui)
    Âge : 17 ans
    Plat préféré : ... c'est dur ça e.e Tartiflette **
    Comment trouves-tu le forum ? Il est bien beau !  
    Comment as-tu découvert le forum ? Moony (Isis) m'a tirée ici par la peau des fesses D:
    Autre : Pastèque  

    (c) Sun sur Epicode

    W. Alexis Nyqvist
    Un meurtre est si vite arrivé

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Kidaria-Scheddar Kiliala
    Parent divin : Arès
    Points de puissance : 4677
    Messages : 525

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux dagues
    Défaut fatal: Colère

    Re: Sasha E. Mikkelsen

    le Mer 24 Oct 2018 - 17:13
    TARTIFLETTE. je viens de Haute-Savoie, alors je ne peux que valider !!!


    Bienvenue, je n'ai rien à redire sur le début de ta présentation, hâte de voir la suite


    Elliot Wainford
    Tu vas être malade de moi

    avatar

    Informations générales

    Présentation : Ici
    D-C : Seraphina Gwynt
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 3566
    Messages : 276

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): lance-pierre et une bague-bouclier
    Défaut fatal: La Compassion

    Re: Sasha E. Mikkelsen

    le Mer 24 Oct 2018 - 18:41
    Bieeeenvenuuuuuuuue (j'ai l'impression de dire que ça depuis quelques temps, c'est pas si mal)
    Bonne continuation pour ta fiche


    Your body looks so sick, I think I got the flu ♫

    Sasha E. Mikkelsen
    Pensionnaire

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : //
    Parent divin : Hébé
    Points de puissance : 233
    Messages : 72

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Poignard en bronze céleste
    Défaut fatal: Sa tendance à donner trop de secondes chances

    Re: Sasha E. Mikkelsen

    le Sam 27 Oct 2018 - 14:54
    Merci pour l'accueil ! (même si je dis ça trois jours plus tard )
    Prez terminée, j'espère que tout est en ordre :D

    W. Alexis Nyqvist
    Un meurtre est si vite arrivé

    avatar

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Kidaria-Scheddar Kiliala
    Parent divin : Arès
    Points de puissance : 4677
    Messages : 525

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Deux dagues
    Défaut fatal: Colère

    Re: Sasha E. Mikkelsen

    le Sam 27 Oct 2018 - 15:11
    Bravo à toi !


    Félicitations, tu es validée ! Le forum t'est donc ouvert pour que tu puisses vagabonder librement où tu veux. N'hésite pas à MP Elliot ou moi-même si tu as le moindre soucis  

    N'oublie pas notre event dont les inscriptions ferment bientôt ! En attendant, amuse-toi bien parmi nous !

    Pour ne pas te perdre dans le forum, voici une liste des endroits importants


    Les annexes, pour pouvoir vérifier que tu es toujours raccord aux petits détails du forum.
    Les journaux intimes, pour aller voir les relations des autres, ou gérer les tiennes.
    Les demandes de RP, si jamais tu ne sais pas par où, ou bien avec qui commencer.  
    Le Casino Lotus, afin de pouvoir te détendre autour d'un bon jeu, afin de se libérer de la pression sociale que sont les RP

    Tu as maintenant toutes les clefs en main pour pouvoir passer un excellent moment sur notre forum ! Nous te souhaitons un très agréable séjour parmi nous, et te disons à une prochaine fois en RP !


    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum