AccueilAccueil  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Membre du mois

    ElvireChasseresse


    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    Andrew Turner

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor, Solan Hamilton
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 230
    Messages : 130

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie
    J'étouffais dans mon bungalow. L'air y était épais, je me tournais et me retournais dans mon lit sans parvenir à trouver le sommeil.  Les révélations lourdes de conséquences lors de ma séance d'entraînement avec Kida ne m'avaient laissé aucun répit, et à vrai dire, je ne savais pas vraiment si j'avais envie d'avoir l'esprit tranquille. Toute personne saine d'esprit voudrait que ce soit le cas, or il s'avérait que je n'étais pas une personne saine d'esprit.
    Les flash se succédaient, mêlant les baisers de Kida et la violence, et, lassé de cette bataille sans fin, je pris enfin la décision de sortir de mon lit, franchir le seuil du bungalow et me diriger vers le lac, équipé de mon attirail de fumeur de bas étage. Il devait être un peu plus de minuit, à en juger par la voûte céleste.
    Traînant le pas entre les bungalows, je me laissais guider instinctivement vers le lac, un des rares endroits où je n'avais pas peur de croiser du monde - surtout à cette heure-ci.

    Les naïades m'appréciaient, enfin du moins, elle me toléraient, ce qui était déjà franchement quelque chose de positif, voire même un exploit. Je m'installais donc sur un rocher, les pieds dans l'eau et déroulait ma blague à tabac avant de saisir mon sachet d'herbe dans ma poche pour me mettre à rouler. Une fois cette tâche accomplie, j'allumais cette substance parfaitement illicite et en savourait chaque bouffée. Comme si une taff avait le pouvoir de me libérer l'esprit de mes pensées maussades.  
    Ce qui n'était ni totalement vrai, ni totalement faux. Les souvenirs étaient toujours là, tournant en boucle dans mon esprit, mais à chaque inspiration les émotions que je ressentais s'apaisaient.
    La fumée âcre s'engouffrait dans mes poumons sans aucune difficulté et une fois le mégot emballé dans du cellophane au fond de ma poche, je décidais après de longues minutes de silence d'en rouler un autre avant de commencer ma séance de méditation quotidienne.

    Se concentrer sur les émotions positives, voilà ce qu'il fallait que je réussisse à faire. Comment diable étais-je supposé faire ça alors qu'il me manquait clairement une case ? Je veux dire être amnésique, ça, d'accord, je concède. Mais amnésique après tant d'années sur le meurtre de sa propre mère ? Franchement, mon inconscient avait fait du beau boulot. Souriant face à l'ironie de la situation, je me levais pour marcher le long de la berge du lac, inspirant une bouffée sur mon joint comme j'avais l'habitude de le faire.

    La lune se reflétait dans le lac, et la beauté du paysage pris enfin le pas sur mes pensées négatives. La clarté de l'eau, les vaguelettes légères, les pins hauts, même des foutus galets avaient une certaine beauté. Je me sentais soudain de bien meilleure humeur, lorsque derrière moi résonna un crissement de pas. Espérant de tout coeur que ce soit Alexis ou Kida, je me suis vivement retourné pour apercevoir un individu pas vraiment louche. Il faisait à peu près ma taille, mais en plus musclé et plus barbu. Je lui donnais la vingtaine. Très séduisant par ailleurs.

    Mal à l'aise, je l'ai dévisagé mon joint toujours allumé puis j'ai gauchement dit:

    "Salut Erwin."

    J'espérais de tout coeur que ce soit bien Erwin son prénom, parce que j'aurai l'air parfaitement ridicule si ce n'était pas le cas.

    "Qu'est-ce que tu fais dehors à cette heure là, tu te joins à moi ?", ai-je dit sur le ton de la plaisanterie.

    Je me mordais intérieurement la lèvre en espérant que mon malaise ne soit pas perceptible.




    Merci Alexiiiis  

    Erwin Stamber
    Pensionnaire

    Erwin Stamber

    Informations générales

    Présentation : clic
    Journal intime : clic
    Parent divin : Poseidon
    Points de puissance : 1071
    Messages : 375

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): une dague qui se transforme en crayon
    Défaut fatal: Insouciance
    Le vent frais de la nuit jouait avec les cheveux d'Erwin, les ébouriffant à son gré. Rien de plus agréable pour laisser de côté tous les tracas d'une journée et toutes les pensées négatives qui avaient pu s'agglutiner ces derniers temps. Le fils de Poseidon avait rejoint plusieurs demi-dieux lors d'un entraînement pas vraiment prévu. Il s'était assez bien débrouillé, contrairement à ce qu'il attendait depuis tout ce temps passé sans dégainer sa dague, mais ça n'avait pas suffi à mettre une raclée à un type ou deux. Il s'était fait lamentablement retourner par les pouvoirs et armes de ses concurrents. Avec quoi aurait-il pu riposter ? Sa lame ne mesurait pas plus d'une quinzaine de centimètre quand certains possèdent une épée et un trident, son pouvoir ne consistait qu'à attirer l'eau quand d'autres avaient la capacité de le paralyser...

    Songeant à ses performances du jour, pas mauvaises mais insuffisantes, Erwin se promenait le long du lac. La nuit était claire, le ciel sans nuage autorisait la lune à éclairer le décor de sa pâle lumière. Les reflets argentés que produisaient les petites vaguelettes du lac titillé par le vent évoquaient autant de petits poissons luisants à la surface de l'eau. Cependant, Erwin doutait grandement d'apercevoir un être vivant dans cette masse liquide à une telle heure, à l'exception peut-être de Naïades en manque de compagnie... C'est qu'elles ne se plaignaient pas toujours d'une certaine présence, ces créatures.

    Le demi-dieu s'assit au pied d'un arbre, à quelques mètres du lac. Le clapotis de l'eau semblait presque régulier, il berçait Erwin dans une tranquillité qui lui avait manqué durant la journée. Bien loin de l'agitation du terrain d'entraînement, il eut envie de dessiner, mais il n'avait pas de papier sur lui. Tel un enfant qui s'ennuie, Erwin gratta donc quelques traits dans le sol meuble de la rive à l'aide de la pointe de sa dague. Bien entendu, ça ne valait pas ce qu'il pouvait faire au crayon, sur une feuille, mais ça satisfaisait l'envie créatrice qui lui était venue. La qualité du dessin importait peu, en ce moment. C'était le simple fait de tracer quelques lignes qui comptait.

    Le temps passait doucement. Un dessin sommaire avait pris forme sur le sol. Appuyé contre son arbre, Erwin admirait l'eau. La surface du lac était teintée d'un éclat énigmatique en cette nuit claire. L'esprit du demi-dieu se perdit dans le doux chuchotement des vagues, son regard suivait chaque ride faite par le vent. L'envie d'aller nager lui vint subitement. Rejoindre cette eau qui caressait tendrement la terre sur la rive, plonger dans cette étendue magnifique sans plus faire attention au reste. Il avait eu l'occasion de se baigner dans son bungalow, mais c'était autre chose. Le lac était grand, sauvage, calme et il faisait nuit. Personne ne viendrait troubler cette tranquillité. Erwin se leva, se déshabilla et entra dans l'eau.

    La morsure glaciale de l'eau ne surprit pas Erwin, mais il ne put retenir un frisson. Le fils de Poseidon avança sur quelques mètres, jusqu'à avoir de l'eau jusqu'au bas du ventre. Le plus dur était fait, c'est donc avec une certaine aisance qu'il s'accroupit dans l'eau afin que ses épaules soient submergées. Tout son corps hurlait que la température du lac était bien trop basse, mais Erwin s'allongea dans l'eau. Il resta là sans bouger, se laissant flotter. Au loin, on distinguait quelques ondes anormales, des silhouettes semblaient se découper à la surface du lac. Les Naïades regardaient sans doute avec curiosité cet intrus se baigner dans leur eau, mais le fils de Poseidon n'avait pas pris le risque de pénétrer trop loin dans leur territoire. Elles resteraient éloignées, à le surveiller du coin de l'oeil.

    Un quart d'heure passa. C'était peu pour une séance de natation, mais amplement suffisant pour un bain glacé. Erwin sortit de l'eau et retourna au pied de l'arbre, où il avait laissé ses vêtements. Alors qu'il enfilait son pantalon, Erwin fut interrompu par quelqu'un qu'il n'avait pas vu passer :

    "Salut Erwin. Qu'est-ce que tu fais dehors à cette heure là, tu te joins à moi ?"

    Erwin distinguait vaguement celui qui l'avait interpellé. Néanmoins, l'heure tardive et l'odeur douteuse qui l'entourait ne laissaient pas de doute quant à son identité. Encore trempé de sa baignade, le fils de Poseidon s'approcha de l'autre demi-dieu afin de mieux le voir et de lui parler plus facilement.

    "Salut Andrew. J'avais besoin de me reposer après l'entraînement de la journée. Et le bassin du bungalow est trop petit pour nager... Quoi de neuf, toi ? Tu traînes souvent ici, non ?"




    Merci Alexis <3:

    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    Andrew Turner

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor, Solan Hamilton
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 230
    Messages : 130

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie
    Devoir enfiler son pantalon en étant encore trempé, voilà un challenge des plus inattendu. Erwin était plutôt relativement bien taillé, je dois le reconnaître. Ca m’a surpris sans que je sache réellement pourquoi.
    Puis il s’est rapproché de moi, chose qui, sans étonnement, m’a mis encore plus mal à l’aise que quelques secondes auparavant.

    "Salut Andrew. J'avais besoin de me reposer après l'entraînement de la journée. Et le bassin du bungalow est trop petit pour nager... Quoi de neuf, toi ? Tu traînes souvent ici, non ?"

    J’ai gardé le silence quelques instants, perdu dans mes songeries. L’herbe faisait son petit effet. J’étais ailleurs sans savoir réellement où.
    Le lac avait ses propriétés apaisantes sur moi, j’appréciais le son du clapotis de l’eau, les naïades observatrices aux apparitions fugaces, le reflet de la lune, bref tout en cet endroit m’évoquait le calme et la sérénité. Exactement ce qu'il me fallait.

    "Ben écoute, oui, quasiment tous les soirs. J’ai besoin de me détendre un peu après l’entraînement aussi… Chacun son truc. "

    Il faudra admettre que nager est probablement une manière beaucoup plus saine de gérer son stress que de fumer hein, faut pas se mentir. Mes poumons me renverraient l’ascenceur un jour ou l’autre. Cela dit, je n’étais pas pour autant prêt à abandonner mes bonnes vieilles habitudes, surtout vu la séance d’entraînement intensive à laquelle j’avais eu droit. Kida avait placé la barre très haut, je n’avais jamais été aussi éreinté de ma vie, et ce n’est pas peu dire. Pensif, je tâtais mes phalanges encore rouge et endolories.

    "Comment se passe ton entraînement d'ailleurs ? Ca fait un petit moment qu'on n'a pas croisé le fer tous les deux, je n'ai pas suivi tes progrès."

    J'ai failli lui proposer une petite séance d'escrime, avant de me rappeler que j'avais bien plus urgent à accomplir, comme par exemple acquérir une certaine maîtrise de soi. Plus je pensais à ce que j'étais capable de déclencher, plus je regrettais d'être en compagnie d’Erwin. Je commençais donc à chercher une excuse pour filer me coucher, j'étais de toute manière complètement éteint, à tous les niveaux.

    Aussi lorsque les images qui me hantaient revinrent à mon esprit, j'ai senti une bouffée de rage me monter au cerveau. Mes pensées commençaient à se perdre, se mélanger avec mes sentiments confus. Kida avait provoqué un raz-de-marée étonnamment puissant en moi, je ne savais plus qui j’étais, ce que je foutais là ni pourquoi j’y étais encore. Je devrais être dans mon lit, seul avec mes cauchemars, au lieu de quoi j’étais au bord d’un lac avec un fils de Poséidon que je ne connaissais que vaguement, à tenter de faire la conversation, bien qu’il fut tout à fait évident que j’en étais incapable. La colère gagnait du terrain petit à petit, j’étais frustré, et ça n’allait pas tarder à se faire ressentir.

    Je tournais les talons d’un coup sec et commençais à partir sans plus d’explications, quand j’ai senti une main agripper mon épaule. Erwin avait une poigne forte, tellement forte qu’il me faisait mal. Lâchant un grognement, je me suis dégagé de son emprise et retourné vers lui pour le regarder. Rendu ivre de rage par ce contact impromptu, je l’ai regardé avec toute la haine du monde dans les yeux. Mais Erwin n’était plus là. Psychiquement du moins.

    Il avait désormais le même regard que moi, rempli de colère, de rage, on sentait qu’il n’était plus habité que par la haine. Ma colère se dissipa aussitôt, laissant place à une peur soudaine. La dernière fois que j’avais utilisé mon pouvoir (involontairement s’entend) pour provoquer la haine, j’avais pris un poing en pleine tronche et j’avais fini au sol avec une côte cassée avant que Chiron n’intervienne. Inutile de vous préciser que j’étais loin de vouloir retenter l’expérience, surtout en étant aussi loin de tout et démuni.

    J’ai tenté de faire le vide dans mon esprit, de me concentrer sur ma respiration et retrouver un état psychologique dans les limites de la normale, mais plus j’essayais, plus je me frustrais, ce qui n'avait pour effet que de renforcer mon pouvoir. C'était un échec cuisant. Puis, tout s’est enchaîné très vite.




    Merci Alexiiiis  

    Erwin Stamber
    Pensionnaire

    Erwin Stamber

    Informations générales

    Présentation : clic
    Journal intime : clic
    Parent divin : Poseidon
    Points de puissance : 1071
    Messages : 375

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): une dague qui se transforme en crayon
    Défaut fatal: Insouciance
    Andrew semblait distant, comme s'il était loin de tout, comme s'il était isolé du monde, dans une bulle. L'expression de son visage était floue, Erwin ne savait pas exactement ce qui se tramait dans la tête du demi-dieu. Andrew répondit malgré tout sur un ton léger. Il sembla réfléchir quelques instants puis, sortant de ses pensées, il engagea le sujet de l'arène, un sujet qu'Erwin avait l'habitude d'oublier.

    "Comment se passe ton entraînement d'ailleurs ? Ça fait un petit moment qu'on n'a pas croisé le fer tous les deux, je n'ai pas suivi tes progrès."

    Un petit moment, c'était un euphémisme. Erwin ne se rendait sur le terrain d'entraînement que s'il n'avait absolument rien d'autre à faire ou qu'il n'avait pas le choix. Son dernier passage à l'arène datait déjà, et il fallait encore qu'il croise Andrew, ce qui n'était pas gagné. De plus, combattre à la dague contre des demi-dieux ayant tous une arme plus imposante était un art dans lequel le fils de Poseidon n'avait jamais excellé. Il n'en avait d'ailleurs pas l'envie. Il n'aimait pas manier des lames grandes et lourdes mais voyait son arme comme une injustice face aux autres combattants.

    Alors qu'il allait répondre à Andrew, ce dernier se retourna et fit mine de s'en aller. Drôles de manières ! A quoi servait une question si on n'en écoutait pas la réponse ? Erwin se sentit soudain très irrité par ce comportement sans queue ni tête. Il décida d'arrêter Andrew. Chaque pas le rapprochant de lui faisait monter dans ses veines une colère sourde qui ne demandait qu'à exploser. Il arriva derrière le fils d'Eros et lui agrippa fermement l'épaule. Le demi-dieu se tourna vers lui, visiblement énervé lui aussi.

    "Ah ça, tu voulais savoir comment va mon entraînement ? Laisse-moi te montrer, connard !"

    Le poing d'Erwin partit presque tout seul. Andrew chancela et trébucha au sol. Le fils de Poseidon le regardait de haut en jubilant. Pour une raison qu'il ignorait, voir ce type lamentablement jeté dans la boue lui procurait beaucoup de plaisir. Que lui avait-il fait ? Il ne se souvenait pas, mais il le détestait, ça il en était certain. Il ne retint d'ailleurs pas un coup de pied rageur au sol, projetant de la boue sur le visage d'Andrew.

    "Et toi, Andrew ? Comment ça se passe, ton entraînement ?"

    L'envie de cracher avec mépris sur ce demi-dieu était étrangement forte, mais Erwin n'en fit rien. Même ça, le fils d'Eros ne le méritait pas.



    Merci Alexis <3:

    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    Andrew Turner

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor, Solan Hamilton
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 230
    Messages : 130

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie
    Je n’avais pas vraiment programmé de me faire défoncer la gueule ce soir, surtout pas avec ce que j’avais consommé plus tôt.

    "Ah ça, tu voulais savoir comment va mon entraînement ? Laisse-moi te montrer, connard !"

    Puis mon souffle se coupa d’un coup, privant mon corps d’oxygène. Croyez moi, mélanger l’effet de l’herbe avec le manque d’oxygène, c’était la pire idée qui soit. J’étais plié en deux, à la recherche d’air, presque par terre. J’étais pitoyable. Cet enfoiré s’en donnait à cœur joie, et m’envoyait de la terre humide au visage d’un coup de pied. Il aurait facilement pu me mettre en coup dans la mâchoire, mais il ne l’a pas fait. Au lieu de quoi il m’a dit sur un ton faussement sympathique :

    "Et toi, Andrew ? Comment ça se passe, ton entraînement ?"

    Enflure. Je me suis redressé, haletant, mais je retrouvais peu à peu ma respiration. J’étais plus calme que quelques secondes auparavant, néanmoins je ne pouvais effacer la goût amer qui me restait dans la bouche, provoqué par une violence gratuite que j’avais moi-même déclenché. Son sourire mauvais me donnait l’envie incroyable de lui en foutre une.

    "Sache que mon entraînement est en cours, et qu’il m’apporte beaucoup, espèce d’enfoiré."

    Puis je me suis jeté sur lui, la tête sous son bras, l’entraînant à terre avec moi. Il était inutile de lutter contre sa haine, elle resterait probablement présente quelques minutes, voire quelques heures, ou quelques jours, sauf si je le réveillais avant. Et le meilleur moyen que je connaissais pour ça, c’était bien évidemment la seule chose qu’on nous demande de ne pas faire : se cogner dessus sans raison jusqu’à en retrouver le sens des réalités. Assis à califourchon sur Erwin, je laissais la rage de m’être fait humilier ainsi prendre le dessus, sans pour autant qu’elle ne l’atteigne. C’est bien, je progressais, j’arrivais à ne rien laisser filtrer de ma haine. C’était sûrement le joint qui avait précédé l’altercation qui aidait.

    Je lui ai balancé un coup de poing en pleine gueule, faisant éclater sa pommette gauche comme un fruit trop mûr. J’ai glissé un bras autour de son cou, coinçant son membre supérieur droit sous mon corps qui faisait un angle droit avec le sien, l’empêchant de m’atteindre avec ses jambes, et encore moins avec son bras gauche. Il était coincé, et il avait beau se débattre comme un diable, j’avais l’expérience du self defense pour moi, ce qu’il ne semblait pas maîtriser.

    "Je suis relativement sympa, je pourrai te faire bien pire mon grand. Maintenant tu respires un bon coup et t’essaye de te calmer. "

    Visiblement, ça n’avait l’air que de l’énerver un peu plus. Echec de la mission, je répète, échec de la mission. Blasé par tant de résistance de la part de ce grand dadet, j’ai resserré ma prise autour de son cou.

    "Je t’explique, mon pouvoir à moi, transmis par mon cher papa, c’est de déclencher les passions, que ce soit l’amour où la haine, y a les deux extrêmes. Vu comment tu as l’air de m’apprécier maintenant, je vais être sympa et te proposer un truc : t’es coincé, donc soit tu te calmes, soit je fais en sorte que tu tombes amoureux de moi pour un moment."

    Ma menace avait beau avoir l’air totalement ridicule, je peux vous assurer que tomber passionnément amoureux de quelqu’un que l’on haïssait de base est de très loin la plus mauvaise expérience amoureuse à faire. Si Erwin pouvait prendre la peine de réfléchir deux secondes au lieu de tressauter sous moi de manière incontrôlée comme l’aurait fait un rat prit au piège, ça aurait été plutôt cool.

    Encore fallait-il que je puisse mettre ma menace à exécution, ce qui était loin d’être gagné vu l’état d’énervement dans lequel j’étais plongé. Pendant qu’il tentait de se dégager, je me suis concentré le plus possible sur ma respiration ignorant ses grognements et insultes particulièrement, je dois l’admettre, bien trouvées.




    Merci Alexiiiis  

    Erwin Stamber
    Pensionnaire

    Erwin Stamber

    Informations générales

    Présentation : clic
    Journal intime : clic
    Parent divin : Poseidon
    Points de puissance : 1071
    Messages : 375

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): une dague qui se transforme en crayon
    Défaut fatal: Insouciance
    Voir Andrew au sol était plus que satisfaisant pour Erwin. Il n’avait aucun souvenir de ce que ce type avait bien pu lui faire pour qu’il le déteste autant, mais le fis de Poseidon savait très bien que ses jets de terre étaient mérités. Dans la clarté de la lune, on pouvait deviner les traces brunâtres sur le visage d’Andrew. La jubilation qu’Erwin gardait au fond de lui ne dura pas très longtemps.

    "Sache que mon entraînement est en cours, et qu’il m’apporte beaucoup, espèce d’enfoiré."

    La phrase à peine prononcée, le fils de la mer heurta violemment le sol. Il sentit soudain un poids sur son torse, une ombre se découpa sur le ciel nocturne et Erwin eut tout juste le temps de comprendre que cette silhouette levait le poing vers lui. Le choc fut puissant, le fils de Poseidon sentit la douleur le lancer juste sous son œil gauche. Il tenta d’y poser un doigt pour constater l’état de sa blessure, mais Andrew bloqua son bras avec force.

    Erwin avait beau se débattre, son adversaire le maintenait fermement cloué au sol humide. La technique semblait ne pas avoir de faille, ce qui allait être problématique. Le demi-dieu n’en fut que plus énervé. Il voulait bouger, il voulait casser un os ou deux à ce gars qui se permettait de le mettre à terre, il voulait le voir disparaître, peu importe comment. Tandis qu’il se démenait pour se dégager, Erwin percevait le regard brillant d’Andrew. Il allait lui faire la peau, à ce pauvre con !

    "Je suis relativement sympa, je pourrai te faire bien pire mon grand. Maintenant tu respires un bon coup et t’essaye de te calmer."

    Relativement sympa, bien sûr… Ce ton condescendant ne plaisait pas du tout à Erwin. Il se prenait pour qui, lui ? Personne n’avait à lui dire quoi faire, encore moins Andrew. S’agitant un peu plus, Erwin sentit l’étau se resserrer sur lui. Le soupir qui fusa n’arrangea rien.

    "Je t’explique, mon pouvoir à moi, transmis par mon cher papa, c’est de déclencher les passions, que ce soit l’amour où la haine, y a les deux extrêmes. Vu comment tu as l’air de m’apprécier maintenant, je vais être sympa et te proposer un truc : t’es coincé, donc soit tu te calmes, soit je fais en sorte que tu tombes amoureux de moi pour un moment."

    Cette réplique tira un rictus à Erwin. Comme s’il pouvait tomber amoureux de cet idiot. Même un pouvoir hérité de papounet chéri ne pouvait pas changer toute cette rage, tout cette haine qu’il éprouvait, c’était impossible. D’un mouvement brusque, il dégagea son bras droit et mit toute sa hargne dans sa concentration. Une vague déferla droit vers la main levée d’Erwin, emportant violemment Andrew qui se trouvait sur son passage. Ce dernier se retrouva à nouveau dans la boue, aussi trempé que le fils de Poseidon l’était en sortant de son bain nocturne. Erwin se releva, toisa ce type pitoyable étalé à ses pieds et fit mine de partir. La haine pouvait prendre la forme du dédain lorsque l’adversaire se montrait faible. Et c’était précisément la vision qu’Erwin avait d’Andrew en le voyant ainsi humilié.

    "Je t’en prie, joue donc les Apollons ! Quel pouvoir viril, rendre les gens amoureux… Et du coup quoi ? T’en profites pour taper des filles dans ton lit ? Ah, là-dessus, ça peut être pratique, c’est vrai. N’empêche que c’est pas avec ça que tu vas tuer des monstres. Je connais même une fille romaine bien plus flippante que toi ! Et tout aussi méprisante, d’ailleurs… Tu dis me défoncer, mais c’est toi qui finis dans la boue, bien joué."

    La haine bouillonnait dans le corps d'Erwin, mais l'envie de s'en aller pour ne plus jamais voir ce demi-dieu détestable était bien plus forte en cet instant précis.



    Merci Alexis <3:

    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    Andrew Turner

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor, Solan Hamilton
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 230
    Messages : 130

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie
    Andrew avait relâché la pression un instant après avoir menacé le fils de Poséidon, qui semblait ne pas vraiment apprécier la situation actuelle. Il avait sous-estimé l’adrénaline et sans qu’il eût le temps de comprendre quoique ce soit, il avait fini étalé dans la boue tandis qu’Erwin se dégageait pour se relever. Ce dernier regarda Andrew d’un air dédaigneux et tourna les talons avant de lui lancer une ultime provocation :

    "Je t’en prie, joue donc les Apollons ! Quel pouvoir viril, rendre les gens amoureux… Et du coup quoi ? T’en profites pour taper des filles dans ton lit ? Ah, là-dessus, ça peut être pratique, c’est vrai. N’empêche que c’est pas avec ça que tu vas tuer des monstres. Je connais même une fille romaine bien plus flippante que toi ! Et tout aussi méprisante, d’ailleurs… Tu dis me défoncer, mais c’est toi qui finis dans la boue, bien joué."

    Andrew éclata d’un rire nerveux et se releva sans effort. « Jouer les Apollons », qu’est-ce que ça voulait dire ça, qu’ils étaient méprisables ? C’était bas. Et lorsqu’il l’entendit parler de virilité, émettre des suppositions sur sa vie sexuelle pour finalement le rabaisser plus bas que terre, un rictus lui tordit les lèvres. Fallait-il être viril pour se défendre contre les Monstres ? Fallait-il qu’il le compare à une fille, comme si c’était insultant ? La fierté d’Erwin était à ce point fragile pour qu’il agisse comme un gamin de treize ans prépubère et sexiste ?

    Être aveuglé par la haine n’avait pas vraiment d’impact sur la personnalité profonde de la personne, il l’avait appris à force d’expériences, aussi Andrew comprit vite qu’Erwin était quelqu’un de parfaitement méprisable, animé par des préjugés sans fondements. La gentillesse ne faisait pas tout visiblement.

    Avec un sourire mauvais et d’un pas rapide, il rejoignit rapidement le demi dieu des poissons, se plaça devant lui avant de lui balancer un uppercut dans le menton. Andrew se laissait dominer par la colère et le mépris. La différence avec le lui d’il y a quelques semaines, c’est que cette fois il l’avait choisi. Non, cette fois il décidait de laisser la partie de lui qu’il refoulait depuis tant d’années prendre le contrôle. Cette fois, il ne se laisserait pas humilier de la sorte par un crétin qui n’avait visiblement pas grand-chose dans le cerveau.

    Sonné, Erwin gisait lamentablement dans la boue, toujours torse-nu. Ses beaux muscles n’auraient pas raison du fils d’Eros cette fois. Ce dernier s’agenouilla à ses côtés et lui caressa la joue d’un geste faussement tendre. Il mourait d’envie de lui cracher dessus, mais il ne s’en serait pas rendu compte. Non, Andrew voulait qu’il en chie. Lui saisissant le menton, il le força à tourner la tête vers lui. Il aurait pu être très beau, s’il n’avait pas été enlaidi par sa stupidité. Puis il se concentra, calma sa respiration avant d’insuffler le désir et la passion dans le cœur d’Erwin :

    "Oh crois-moi, tu ne sais pas dans quoi tu t'es embarqué."

    Après tout, ça faisait des années que cette partie de lui attendait de sortir de la misérable cage dans laquelle elle avait été enfermée. Des années qu’elle tambourinait contre la porte, des années qu’elle lui murmurait des mots scandaleux, qu'elle lui soufflait des atrocités, et des années qu’elle forçait pour s’immiscer en lui. Elle s’était échappée quelques fois bien sûr, Andrew n’en n'avait d’ailleurs pas gardé de souvenirs – ou les avait retrouvés seulement récemment. Mais il avait toujours fini par la remettre à sa place. Désormais, il lui cédait la sienne.




    Merci Alexiiiis  

    Erwin Stamber
    Pensionnaire

    Erwin Stamber

    Informations générales

    Présentation : clic
    Journal intime : clic
    Parent divin : Poseidon
    Points de puissance : 1071
    Messages : 375

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): une dague qui se transforme en crayon
    Défaut fatal: Insouciance

    Erwin avait à peine terminé sa phrase qu'Andrew se précipita vers lui. En moins de trois secondes, le fils de Poseidon sentit sa mâchoire exploser. Le sol se rapprocha comme par magie et son contact fut loin d'être agréable. La boue était froide et n'avait pas le moins du monde amorti la chute du demi-dieu. Alors qu'il se frottait le menton pour s'assurer qu'il n'avait pas réellement éclaté en morceaux, Andrew s'approcha d'Erwin. Lentement. Sensuellement ? Le fils de la mer eut envie de vomir lorsque la main de ce type frôla tendrement sa joue. Que faisait ce malade ? Hors de question qu'il le touche ! Erwin allait se détourner, mais Andrew lui saisit le menton, ce qui lui fit serrer les dents. La pression des doigts du fils d'Eros se répandait en un lancement parfaitement insupportable dans toute la mâchoire d'Erwin.

    "Oh crois-moi, tu ne sais pas dans quoi tu t'es embarqué."

    Erwin ne comprit pas. Il était tétanisé. Ce contact sous son menton ne lui faisait plus mal, ce corps proche du sien ne le répugnait plus. Il fixa Andrew dans les yeux. Il avait le souvenir d'avoir détesté cet homme... mais pourquoi ? Devant lui ne se trouvait qu'un être incroyablement attirant. Erwin se redressa, toujours quelque peu secoué par sa chute violente sur le sol boueux. D'ailleurs, de la boue, il y en avait aussi sur les habits d'Andrew. Sans réfléchir, le fils de Poseidon s'approcha jusqu'à n'être plus qu'à quelques centimètres du fils d'Eros.

    "Ton t-shirt est sale..."

    Le demi-dieu rougit de sa propre bêtise. Pourquoi semblait-il si mal à l'aise d'un seul coup ? Il baissa les yeux, Andrew l'intimidait. Il avait l'air si sûr de lui, si fort ! Erwin tendit le bras vers le lac, l'eau ne tarda pas à enlacer son avant-bras et la paume de sa main. Il posa les doigts sur le torse d'Andrew qui fit recula d'un pas. Il le retint par le bras et passa sa main toujours pleine d'eau sur le tissu crasseux. La boue s'estompait légèrement, mais dans l'obscurité de la nuit, ça ferait l'affaire. Le silence entre les deux hommes devenait un peu gênant. Erwin ne savait pas si Andrew lui en voulait d'avoir mouillé son t-shirt. Peut-être qu'il avait froid, maintenant ? Ou peut-être qu'il aimait avoir de la boue sur ses vêtements, après tout, qui sait ?

    "Hum, désolé. Tu veux que je sèche ton t-shirt ? Ou bien tu veux le mien ? Il devrait être plus ou moins à ta taille, il est là-bas, sur une branche... Oui, c'est ça. je vais te passer mon t-shirt, tu seras au sec."

    Erwin se tourna vers l'endroit où il avait laissé ses vêtements un peu plus tôt, avant de croiser le chemin d'Andrew. Il alla chercher son t-shirt, pendu à une branche. En voyant l'état du sol, le demi-dieu se dit qu'il avait bien fait de mettre ses habits en hauteur. Il revint vers Andrew, son t-shirt à la main. Il le tendit au fils d'Eros et ne put s'empêcher de profiter un court instant de la vue des muscles sous le tissu mouillé. La pâle clarté de la lune ne permettait pas de tout voir, mais les formes qu'on distinguait malgré tout étaient déjà fort satisfaisantes... Lorsque le t-shirt mouillé d'Andrew disparut, Erwin put mieux admirer ce corps bien sculpté mais sans excès. Le tissu lui vola des mains. Il regretta que cette vision se couvre de son propre t-shirt.



    Merci Alexis <3:

    Andrew Turner
    Conseiller de bungalow

    Andrew Turner

    Informations générales

    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Samael O'Connor, Solan Hamilton
    Parent divin : Eros
    Points de puissance : 230
    Messages : 130

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): Arc/épée et bouclier
    Défaut fatal: Empathie
    Andrew fulminait et jubilait en même temps. Voilà bien longtemps qu’il ne s’était laissé aller, si c’était pas la première fois. Il n’eu pas le temps de s’éloigner que déjà, Erwin le regardait avec des étoiles dans les yeux en s’approchant – beaucoup trop – près de lui.

    "Ton t-shirt est sale..."

    Bien évidemment qu’il était sale, ils s’étaient battus sur le sol boueux quelques minutes auparavant. Il ravala une réplique amère et son sourire mesquin pour ne rien laisser transparaître. Malgré l’obscurité, Andrew pu remarquer que le fils de Poséidon rougissait et baissait les yeux. Puis il étendit son bras en direction de l’eau, eau qui se baladait sur son bras, fluide et vive, jusqu’à ce que le demi dieu face à lui pose les doigts sur son torse. Surpris, il recula d’un pas, mais fut retenu par Erwin. Il avait plus de force que ce qu’Andrew pensait.

    Il frotta un peu le t-shirt sale du fils d’Eros, étalant plus la boue qui était présente dessus qu’autre chose. Il retira sa main et les deux garçons restèrent face à face quelques secondes, en silence. Andrew leva les yeux au ciel. Qu’est-ce qui lui avait pris, quelle mouche l’avait piqué, qu’est-ce qui lui était passé par la tête ? Séduire de manière aussi fourbe, déjà, n’était pas un bon point, et ensuite, par vengeance… Il fut tiré de ses pensées par la voix d’Erwin :

    "Hum, désolé. Tu veux que je sèche ton t-shirt ? Ou bien tu veux le mien ? Il devrait être plus ou moins à ta taille, il est là-bas, sur une branche... Oui, c'est ça. je vais te passer mon t-shirt, tu seras au sec."

    Il ne put retenir un petit sourire. Les gens sont cons quand ils sont « amoureux ». Mais s’il refusait son coup de main, il risquait d’empirer les choses. Alors quand Erwin revint vers lui avec un t-shirt sec, il retira assez vite le sien, trempé, laissant apparaître son torse finement musclé. Sa cicatrice gigantesque ne paraissait pas déranger Ewin plus que ça, qui le dévorait des yeux. Prenant le t-shirt sec que lui tendait le fils de Poséidon, il l’enfila sous ses yeux déçus.

    "Merci Erwin, c’est sympa. Allez viens, je te raccompagne à ton bungalow."

    Ne sachant pas vraiment comment stopper cet excès émotionnel, il se contenta de le prendre par le bras et de se diriger vers les bungalows. Les quelques minutes du trajet lui paraissaient infiniment longues, mais il prit son mal en patience et lorsqu’ils arrivèrent devant le bungalow des enfants de Poséidon, il ne savait plus quoi faire. Peut-être que la malédiction d’Andrew s’estomperai dans la nuit. Il le remercia encore une fois et lui promit de lui ramener son t-shirt le lendemain.

    Erwin ne bougeait plus, et il fallut qu'Andrew lui force la main, lui passant une main dans le dos et en lui promettant qu'ils se reverraient bientôt. A présent Andrew ne jubilait plus du tout. Il s’en voulait d’avoir provoqué la discorde une nouvelle fois. Serait-il donc un incapable toute sa vie ? Il secoua la tête pour chasser ses pensées pessimistes puis, après avoir regardé Erwin entrer dans son dortoir, il s’éloigna d’un pas rapide, se maudissant d’avoir manipulé le pauvre garçon, qui ne comprendrait probablement rien à son "réveil".




    Merci Alexiiiis  

    Erwin Stamber
    Pensionnaire

    Erwin Stamber

    Informations générales

    Présentation : clic
    Journal intime : clic
    Parent divin : Poseidon
    Points de puissance : 1071
    Messages : 375

    Plus en profondeur
    Pouvoirs:
    Arme(s): une dague qui se transforme en crayon
    Défaut fatal: Insouciance
    Andrew resta planté devant Erwin durant quelques secondes, le t-shirt sec sur les épaules, puis s'adressa finalement à lui.

    "Merci Erwin, c’est sympa. Allez viens, je te raccompagne à ton bungalow."

    Peu importe ce pour quoi il était venu, c'est-à-dire nager et prendre l'air au bord du lac, Erwin écouta Andrew. Il aurait d'ailleurs fait tout ce qu'il lui demandait si ça pouvait lui faire plaisir et éventuellement le rapprocher de lui... D'ailleurs, avant même qu'il ait pu répondre, le fils d'Eros lui saisit le bras et l'emmena avec lui. IL. LUI. TENAIT. LE. BRAS. Erwin profitait de la pression des doigts d'Andrew sur ses muscles, il ressentait chaque petit mouvement, chaque frissonnement qui parcourait la main du demi-dieu tout en espérant que lui ne ressente pas les pulsations du sang dans ses veines. C'est que son coeur cognait plus fort que d'habitude, l'afflux sanguin était certainement différent dans tout son corps. Etait-ce ce sang qui faisait rougir ses joues ?

    Le trajet jusqu'au bungalow fut silencieux. Alors qu'ils marchaient, Erwin se rapprocha à plusieurs reprises du fils d'Eros, s'appuyant contre lui de temps en temps. Il lui prit même l'idée de faire une tentative plus risquée : il avait passé sa main sous le t-shirt qu'Andrew portait, sentant la peau de son dos sous ses doigts. Il avait frissonné de plaisir durant environ deux secondes et demie, le temps que le demi-dieu lui attrape le poignet et l'écarte précipitamment de lui. Le fils de Poseidon avait préféré mettre ça sur le compte de ses mains froides plutôt que sur un rejet explicite. Aussi avait-il continué à se serrer contre le corps viril d'Andrew sans lui dire un mot.

    Lorsqu'ils arrivèrent devant le bungalow de Poseidon, Erwin voulut parler, dire quelque chose à Andrew, lui déballer tout ce qu'il avait dans le coeur et dans la tête. Mais rien ne vint. Il entendit vaguement le fils d'Eros lui parler de son t-shirt qu'il rapporterait. A vrai dire, Erwin s'en fichait, c'était un cadeau comme un autre. Tout ce qui retenait son attention, c'était ces bras aux muscles tendus, ce torse qu'on devinait sous le t-shirt selon les plis du tissu, ce visage aux traits bien dessinés, ces yeux sombres qui reflétaient la lueur de la lune... Le demi-dieu fut tiré de son admiration par une pression sur sa peau. Andrew appuyait sa paume au creux de son dos et le poussait doucement en avant, vers le bungalow. Erwin lança un regard vers lui, espérant trouver dans ses yeux quelque chose de nouveau. Rien. Juste la même lueur que celle qui brillait déjà au bord du lac. Alors le fils de Poseidon se résigna et avança de lui-même vers son dortoir.

    Du coin de l'oeil, il vit Andrew qui tournait le dos pour s'en aller. Il arriva à la porte de son bungalow. Il posa sa main sur la poignée mais n'ouvrit pas. Son geste était retenu par une petite voix dans sa tête. S'il ne le faisait pas maintenant, il le regretterait, c'était sûr ! Il fallait qu'il essaie au moins. Lâchant la poignée, Erwin fit demi-tour et courut pour rattraper Andrew qui avait déjà parcouru une bonne distance.

    "Andrew, attends !"

    Le demi-dieu se retourna. Voyant que c'était encore Erwin qui l'appelait, il s'arrêta. Peut-être attendait-il qu'on le retienne ? Le coeur du fils de Poseidon se gonfla en pensant à cette hypothèse. Il arriva près d'Andrew, haletant. Il le dévorait des yeux, promenait son regard sur chaque centimètre de peau découvert. Il aurait aimé qu'il y en ait plus. Il lui saisit une main, passa l'autre derrière là nuque du fils d'Eros. La pression de ses doigts était caressante mais ferme. Il savait ce qu'il voulait.
    Il approcha ses lèvres de celles d'Andrew.



    Merci Alexis <3:

    Contenu sponsorisé

    Informations générales

    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum