• AccueilAccueil  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • ConnexionConnexion  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • 150 PP pour : les prédéfinis, les Centurions, les légionnaires de moins de 17 ans, les descendants d'Olympiens
    Nous n'acceptons plus : les demi-dieux grecs âgés de + de 16 ans ; les enfants de Nyx/Nox, Hadès/Pluton
    Le Deal du moment : -27%
    XIAOMI POCO X3 64Go – Gris
    Voir le deal
    176 €

    Callum I. Goodrem
    Centurion de la 1re cohorte
    Callum I. Goodrem
    Informations Générales
    Présentation : Racine
    Journal intime : Branches

    Parent divin : Victoire - mère
    Points de puissance : 309
    Messages : 21
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Fierté et tempérament colérique

    Par trois fois [Anahera Wall] Empty Par trois fois [Anahera Wall]

    Sam 3 Avr 2021 - 21:45
    Les choses ne fonctionnaient pas toujours bien. Souvent même, elles avaient tendance à mal fonctionner. Dès qu’un élément permettait à sa vie de prendre une sale tournure, il ne s’en privait pas ; si le jeune homme n’avait pas lui-même été un produit du divin, il aurait mis cela sur le dos d’une quelconque malédiction, d’un mauvais sort jeté par il ne savait quel thaumaturge de mauvais augure. Mais ce n’était pas le cas, et il savait que temps qu’il n’offensait pas les mauvais dieux (ce qui n’avait jusqu’à présent jamais été le cas), le problème ne se posait pas. Toujours était-il qu’il se retrouvait, quelque puisse être la raison, à claudiquer péniblement en direction de l’infirmerie, repoussant à grand renforts de gestes secs les quelques personnes inquiétées par son état. Il ne voulait pas qu’on s’apitoie sur son sort, et plus important encore, sa détresse actuelle était le fruit de sa propre faiblesse, de ses propres manquements. Recevoir une aide des légionnaires aurait été aussi déshonorant qu’inconvenant. Une main pressée sur le flanc, il poussa de l’épaule la porte de l’infirmerie, pesant de tout son poids jusqu’à ce que cette dernière consente à pivoter sur son axe, révélant aux locaux le triste spectacle de sa silhouette. Tout son côté droit, qu’il tentait maladroitement de maintenir en place, était parcouru de zébrures vicieuses qui jalonnaient sa chair comme autant de sillons. De ces derniers coulaient en flots boueux et paresseux son sang épais, qui malgré le temps refusait de totalement se coaguler autour de ses plaies. De ses jambes, il n’était plus vraiment sûr : ces dernières semblaient mal assurées, et prêtes à se dérober sous lui, sans qu’il ne sache si c’était là le résultat de sa fatigue générale ou d’une blessure plus particulière. Il voulut ouvrir la bouche pour se plaindre et réclamer des soins, mais rien n’en sortit d’autre qu’un râle rocailleux et poussif. Il doutait de toute façon que les médecins aient réellement besoin qu’il leur dresse un état des lieux détaillés pour comprendre que sa situation requérait une attention immédiate.

    Trois pas de plus, et il s’effondrait sur lui-même, avec avant de sombrer dans les bras indifférents de Morphée la sensation rare qu’on le soutenait, que quelqu’un l’empêchait de choir totalement. Ses rêves, comme à leur habitude, ne furent qu’un amalgame brouillon et grossier d’images de son passée et de son futur fantasmé, avec comme seul trait d’union cette violence qui toujours les sous-tendait. Il vit sa mère, et ce qu’il comptait lui dire. Il se vit lui, et ce qu’il était. Il vit son père, et il n’eut rien besoin de voir d’autre. Et quand il ouvrit péniblement les yeux, ses sourcils pris dans une gangue qu’il dut balayer de ses doigts maladroits, il vit le plafond de l’infirmerie, cette étendue monochrome et lisse. Il voulut se redresser, mais ne parvint qu’à provoquer dans son corps une puissante sensation de douleur. Il siffla entre ses lèvres, et baissa les yeux en direction de son tronc. Ce dernier était bandé et lavé, et une vague odeur d’herbe s’élevait lentement du cataplasme que les bandelettes de tissu comprimaient contre son épiderme. On avait pris soin de lui, donc. C’était attendu, mais cela ne l’empêchait pas de se sentir blessé dans sa fierté. Il savait que le sentiment était idiot, que cela ne changerait pas grand-chose, mais c’était plus fort que lui. Lui, lui qui tenait par-dessus tout à préserver son indépendance, à se prouver chaque jour qu’il était capable de survivre, et plus encore de prospérer, seul, envers et contre tous, lui se retrouvait redevable d’infirmiers et de leurs méthodes triviales. De l’eau, du sucre et du tissu. Voilà ce qui venait de le remettre sur pied. Un rictus moqueur vint déformer le masque de sa face, rapidement effacé.

    Il considéra l’état de son corps, et hésita un instant. Il doutait qu’il soit pertitent de tenter en ce moment de se relever. Au mieux, il ne ferait que rouvrir ses plaies. Au pire, il provoquerait l’ire des soignants, le contraignant à subir une nouvelle batterie d’examens. Ce n’était pas ce qu’il voulait.

    « Pardon, tenta-t-il de dire aussi fort que possible, sa voix s’échappant péniblement de sa gorge en un grognement rauque. Pardon, mais j’ai soif et j’ai des questions ! »

    C’était un bon début. Poser des questions. Cela lui permettrait de comprendre ce qui s’était passé, et combien de temps il était resté endormi. Sans doute quelques heures, et pas plus. Toute forme de paresse ou d’indolence était à proscrire, et il était certain qu’abuser de l’hospitalité des infirmiers en faisait partie. Alors il se mit à attendre, immobile, les yeux scrutant les rideaux blancs qui servaient de frontières à son univers actuel, espérant que quelqu’un l’avait entendu, et surtout que cette personne serait disponible. Il avait encore beaucoup à faire, et rester alité n’était pas une option.
    Anahera Wall
    Étudiant•e à l'Université romaine
    Anahera Wall
    Informations Générales
    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Esculape
    Points de puissance : 453
    Messages : 60
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Solitaire

    Par trois fois [Anahera Wall] Empty Re: Par trois fois [Anahera Wall]

    Dim 4 Avr 2021 - 10:28
    Je retiens un soupir quand les autres se mirent à me poser des questions médicales. Mais c’était pas vrai ! Je savais que j’étais une encyclopédie à pattes, et visiblement ça les amusait ! Mais moi ça m’agaçait qu’ils tentent de trouver quelque chose que je ne savais pas en essayant avec des maladies rares. Mais même là je savais ! Ou presque, une ou deux fois je haussais les épaules. Mon don était largement assez pour ce qu’il se passait à la Nouvelle-Rome, entre ça et mon pouvoir actif… J’étais bonne pour être médecin. Je serais une menteuse en disant que je n’aimais pas ça. Soigner et guérir les gens… c’était quelque chose que j’aimais ça ! Bien plus encore que m’entraîner ou ce genre de chose. Je ne dirais pas connerie, parce que vu notre monde, savoir se défendre et se battre, quand bien même je n’aimais pas ça, c’était important. Enfin bon, heureusement qu’on pouvait aussi éviter de passer des heures à me challenger et aussi s’occuper des baumes, des réserves et de soigner les deux trois petits bobos qui passaient par-ci par-là. En vrai, j’aimais vraiment mes gardes ! C’était là où je me sentais le plus utile.

    Petit moment de calme… Jusqu’à ce que la porte s’ouvre lentement et que l’odeur du sang ne me chatouille le nez. Je bondis vers le centurion qui venait d’entrer, couvert de sang. Je le rattrapais de justesse au vol pour qu’il ne tombe pas par terre. La vache ! Il pesait son poids l’animal. Callum. Je le reconnus brusquement. Callum Goodrem centurion de la première cohorte. Aka, comme moi je les appelais, les « Je te pète la gueule toujours plus fort pour te rappeler que moi je suis au-dessus de toi. » Tu le sais que c’est pas le moment Ana ? Je criais pour qu’on m’aide à le traîner sur un brancard. On découpa rapidement sa tenue, ôtant arme et armure avant que je n’examine sommairement les blessures. Je finis par inspirer profondément et poser mes mains sur son torse.

    J’activais mon pouvoir de soin et le déversais dans son corps. Il fallait refermer les plaies, soigner potentiellement les os cassaient… Je n’avais pas un pouvoir du type rayon X, moi je ne faisais que soigner ! Et au vu de l’état, merci l’hémorragie !, je pourrais parier que je me taperais la migraine… Je continuais de le maintenir en vie, refermant encore et encore ses plaies, pour moi c’était très long. De l’extérieur cela prenait une minute. Je finis par ôter mes mains, titubant en arrière, ma tête beaucoup trop douloureuse, les plaies étaient refermées en grosse partie, mais bon, je ne pourrais pas tenir pour tout refermer. Enfin, si. Mais je préférais aussi laisser le corps se remettre un peu seul des traumatismes. J’aidais les autres à étaler les onguents et bander le torse. Il aurait une belle cicatrice.

    Je me laissais tomber sur une chaise en inspirant profondément. Je fermais les yeux pour essayer de me sentir mieux, l’obscurité tout ça ! Aucun médicament me soulageait ! Alors j’attendis au calme deux bonnes heures, le temps que ça passe. Je réussis à me lever lentement et reprendre mon travail aussi calmement que possible. Je me fis une tisane en passant quand même avant qu’on me dise de faire attention au centurion qu’on allait devoir lui poser de sacrées questions ! Pourquoi c’était toujours sur ma gueule que ça tombait ? Et tiens, il était réveillé ! Je pris un verre, le remplissant d’un fond de nectar que je diluais avec un peu d’eau,ne jamais trop en donner,, avant de le fermer et glisser une paille dedans.

    J’écartais doucement le rideau, je devais avoir une sale tête mais… m’en foutais ! Je lui tendis le verre.

    « Reste couché Centurion Callum, tu as interdiction de t’agiter. Tiens bois un peu et je t’écoute pour tes questions. »

    En tout cas, c’était pas aujourd’hui que j’allais finir de le guérir entièrement. C’était moi qui payait le prix après ! Et j’allais devoir lui tirer les vers du nez… Chouette !
    Callum I. Goodrem
    Centurion de la 1re cohorte
    Callum I. Goodrem
    Informations Générales
    Présentation : Racine
    Journal intime : Branches

    Parent divin : Victoire - mère
    Points de puissance : 309
    Messages : 21
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Fierté et tempérament colérique

    Par trois fois [Anahera Wall] Empty Re: Par trois fois [Anahera Wall]

    Dim 4 Avr 2021 - 14:23
    Il regarda le verre qu’on lui apporta. Plein d’ambroisie, évidemment. Il n’appréciait pas spécialement cette drogue, qui comme tout produit divin éveillait chez lui des sentiments contradictoires, dominés tout de même par une certaine méfiance de bon aloi. Il se saisit tout de même de l’objet tendu, et le porta à ses lèvres, absorbant d’une traite le liquide. Il n’avait pas le loisir de faire la fine bouche, et devait de toute façon bien s’avouer quelque chose : même s’il crevait d’envie de découvrir que les dons de leurs parents divins étaient en réalité des cadeaux empoisonnés, les chances pour que ce soit réellement le cas étaient proche du néant. Ce n’était tout simplement pas leur manière d’agir, et il n’aurait de toute façon pas eu besoin de recourir à ce stratagème. Pire encore, tout le camp Jupiter était placé sous la protection des dieux. Non. Malgré toutes ses réticences, l’ambroisie n’était probablement rien d’autre qu’une panacée miracle, sans réel effet secondaire. Il reposa le verre, digérant les paroles de la jeune femme qui s’était visiblement occupé de lui et laissant l’influence surnaturelle du médicament corriger lentement son état. Wall. Wall quelque chose, il n’était plus trop sûr. Elle ne faisait pas partie de sa cohorte, et malgré ses visites somme toute relativement fréquentes à l’infirmerie (il était la plupart du temps de ceux qui escortaient ses infortunés compagnons et partenaires d’entrainement ici), il n’avait pas jugé pertinent de rester parler aux personnes qui y travaillaient. Pour ne pas les déranger, se l’était-il justifié. La vérité était plus simple : il n’avait pas trouvé quoi leur dire.

    Il fronça les sourcils, et dévisagea brièvement l’infirmière, tentant de se rappeler de son prénom. Quelque chose en rapport avec les dieux, et pas les bons, puisqu’il comportait une partie qui faisait référence aux divinités grecques. Il avait une bonne mémoire, pourtant, et malgré son esprit encore ensuqué par le sommeil et la blessure, il aurait dû s’en rappeler.

    « Merci, légionnaire Anahera, fit-il finalement après quelques secondes supplémentaires. »

    Il espérait ne pas s’être trompé. Il en doutait, ceci dit. Il n’était pas dans sa nature de se tromper. Il baissa le regard, regardant son propre corps et les bandages qui enserraient son tronc. Le travail semblait avoir été fait de manière convenable, et si la douleur qui s’échappait de son flanc en vagues régulières était inconvenante, ce n’était rien qu’il ne puisse supporter. L’idée en revanche de devoir rester alité ne l’enchantait que partiellement. Il avait beaucoup à faire, et prendre du retard dans ses tâches administratives aurait été une entorse intolérable à son rythme habituel, et à l’exemple qu’il souhaitait donner à ses légionnaires. Il grogna doucement, et reprit, fustigeant sa blessure du regard comme pour l’encourager à se résorber plus rapidement :

    « Et merci pour vos soins. Combien de temps suis-je resté inconscient ? Et combien de temps pensez-vous que je doive encore rester couché ? »

    Le simple fait de prononcer ses mots suffisait à noircir un peu plus son humeur déjà maussade, et il finit enfin par regarder de nouveau la légionnaire Wall, attendant son diagnostic. S’il avait eu du mal à retenir son prénom, considérant l’information comme très secondaire, il était en revanche parfaitement informé quant à ses états de service. C’était une médecin particulièrement apte malgré son jeune âge dans une profession qui nécessitait normalement de longues années d’apprentissage, et c’était bien là ce qui l’inquiétait. Si elle semblait pour l’instant encore bien disposée à le laisser récupérer, le centurion craignait fortement qu’il ne soit impossible de balayer d’un revers de la main la question de sa blessure, et surtout de son origine. Tout cela était embarrassant, et particulièrement honteux, et il ne pouvait pour l’heure que faire bonne figure, en espérant pour une fois que son air grognon fonctionnerait comme à son habitude. Il ne souhaitait en ce moment rien d’autre que de pouvoir retourner s’enterrer dans les formulaires administratifs de la légion, et oubliait pour quelques heures que le monde extérieur existait. Ce dernier saurait de toute façon se rappeler à son bon souvenir, il en était certain.

    Il retint péniblement un râle las, et tenta de se rappeler ce qu'il avait lu à propos des moyens conventionnels et efficaces de faire bonne impression.
    Anahera Wall
    Étudiant•e à l'Université romaine
    Anahera Wall
    Informations Générales
    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Esculape
    Points de puissance : 453
    Messages : 60
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Solitaire

    Par trois fois [Anahera Wall] Empty Re: Par trois fois [Anahera Wall]

    Dim 4 Avr 2021 - 16:11
    Légionnaire ? Je haussais un sourcil. Je n’étais plus, enfin !, légionnaire depuis un an. C’était déjà ça après tout. Mais bon, il n’était peut-être pas très au courant ! Mais au moins il disait merci. C’était déjà ça ! Je vérifiais les bandages d’un coup d’œil, pas de sang. Ce n’était pas étonnant ! Mes pouvoirs étaient assez puissants pour que maintenant il soit totalement hors de danger. Et puis quoi encore ? J’étais la fille d’Esculape ! Ce n’était pas n’importe quoi. Bon… c’était sûr qu’à côté des fils de Phébus… Bon bah chacun faisait ce qu’il pouvait ! Je me mordis un peu les joues en continuant de l’observer avec attention avant de soupirer :

    « Je ne suis plus légionnaire. J’ai fini mes dix ans. »

    Dix ans ça avait été super long après tout. Mais ce n’était pas la peine d’en remettre une couche. J’étais en étude après tout, médecine. Même si bon… Je savais soigner tranquillement, mais je ne dis rien. Des questions, des tas de questions. Ouh… je sentais qu’il allait vite me gonfler ! Les gens qui ne voulaient pas rester coucher pour se reposer… Alors que c’était ce qu’ils devaient faire…

    « Je n’ai fait que mon devoir. Deux heures et douze minutes. J’ai bien avancé votre guérison, techniquement il n’y a plus grand-chose, cependant, le corps à subit un traumatisme il y a bien une journée entière de repos avant que le médecin en chef ne vous laisse sortir. Surtout que nous avons dû utiliser une fiche « urgence » pour votre état. »

    Sous entendu : on a noté toutes tes blessures dans nos carnets de gardes donc… si tu pouvais nous expliquer tout ça… Je haussais les épaules.

    « Je vais devoir changer les cataplasmes, je vous préviens centurion, vous allez avoir une belle cicatrice. »

    Que j’aurais peut-être pu éviter, mais je ne pouvais pas non plus m’infliger des douleurs qui m’auraient handicapé des heures, s’il y avait d’autres urgences je devais pouvoir intervenir. Je m’éloignai un instant pour aller chercher les cataplasmes que j’allais devoir changer et de quoi lui le nettoyer, je tirais un plateau avant de m’approcher de lui et de commencer à défaire les bandages en veillant à ne pas lui faire mal. Et cela lui permettrait de voir sa cicatrice. Quoi qu’entre mes soin et le nectar… devait plus rester trop de chose. Mais il fallait faire attention.
    Callum I. Goodrem
    Centurion de la 1re cohorte
    Callum I. Goodrem
    Informations Générales
    Présentation : Racine
    Journal intime : Branches

    Parent divin : Victoire - mère
    Points de puissance : 309
    Messages : 21
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Fierté et tempérament colérique

    Par trois fois [Anahera Wall] Empty Re: Par trois fois [Anahera Wall]

    Lun 5 Avr 2021 - 8:22
    Il laissa partir et revenir retenant difficilement une expression gênée, après s’être rendu compte de la grossièreté son erreur. Visiblement, il était plus affecté que ce qu’il ne pensait, et maintenir le visage indifférent qui était normalement le sien ne fut pas aisé. Il aurait à vrai dire souhaité qu’elle fut légionnaire : cela lui aurait permis de ne pas avoir à répondre à sa question, ou au moins d’avoir une chance de l’esquiver. Mais ce n’était pas ici le cas, et elle l’informa en plus que son entrée s’était accompagnée d’une procédure d’urgence, et demandait donc des explications poussées. A ces mots, n’en pouvant plus, il se laissa (plus ou moins) doucement retomber dans son lit, le contact mou du matelas et de l’oreiller l’irritant. Ils étaient toujours trop mous, et il n’aimait pas ça. Il avait deux mauvaises nouvelles à gérer donc, si tant est qu’on ne lui en annonce pas de troisième. Si prendre un jour de retard sur ses activités diverses ne serait pas dramatique, et surtout excusable au vu de son état, ce n’était tout de même pas appréciable. Il aurait souhaité pouvoir invoquer un légionnaire, un vrai cette fois, et lui demander de lui ramener les pochettes de documents qu’il avait encore à traiter, mais un rapide regard dans la direction de la médecin le découragea de poursuivre dans cette direction ; il doutait franchement que cette dernière accepte de le laisser faire, et si le centurion pouvait déjà sentir les affres de l’inactivité le gagner, il craignait de devoir se résoudre à son sort.

    « La cicatrisation est un processus naturel. Ce ne sera ma première, fit-il d’un ton neutre. »

    A cela au moins il pouvait répondre tranquillement, et peut-être même commencer à détourner la conversation. Il ouvrit la bouche pour continuer à parler, mais aucun mot n’en sortit, et il s’arrêta, considérant la situation. Il lui avait suffit de se retrouver incapacité, d’avoir une histoire peu glorieuse à raconter pour commencer à louvoyer, pour se comporter comme un de ces serpents lisses et glissants qu’il avait honni étant plus jeune. Et malgré cela, il préférait ne pas raconter son aventure. C’était quelque chose de hautement personnel, et particulièrement gênant. Il savait pertinemment que Wall ne devait en être à son coup d’essai, et que malgré son manque relatif d’expérience, elle avait déjà du voir bien des accidents idiots, et n’en était pas un près. Cela ne changeait simplement rien à sa situation, et ne lui rendait pas la tâche plus aisée.

    « Mon état a été causé par un accident stupide mais sans conséquence aucune. J’ai par contre besoin de sortir plus tôt. Vos soins ont été efficaces, le nectar fera le reste, et nous avons tout deux mieux à faire que de me regarder prendre la poussière. »

    Il resta tout de même immobile, attendant qu’elle finisse de s’occuper de lui, jetant un coup d’œil sur la nouvelle venue de sa collection de cicatrices. Elle lui avait parlé de changer les cataplasmes, et s’il restait pressé de quitter les lieux, il préférait tout de même ne pas se la mettre trop à dos. C’était d’elle que dépendait sa liberté, et s’il déplorait cet état de fait, il n’y pouvait pas grand-chose. Callum la regarda, se demandant ce qui pouvait se passer dans son crâne. Malgré toutes ses lectures sur le sujet, malgré la somme considérable de livres qu’il avait dévoré et sa propre expérience du monde, tout aussi importante pour quelqu’un de son âge, il ne parvenait toujours pas à comprendre la plupart de ses pairs, et Wall, avec son air détaché et distant, n’était pas particulièrement facile à décrypter. Il tenta de rester aussi immobile que possible, ne voulant pas l’irriter plus qu’il n’avait déjà dû le faire. Il aurait aimé savoir parler aux gens, ou plus simplement être avec eux. Cela semblait toujours si facile, jusqu’à ce qu’il doive passer de la théorie aux travaux pratiques. Il regarda autour de lui, cherchant une fenêtre par laquelle laisser s’échapper son regard, attendant que l’on ait fini de s’occuper de lui. Il n’aimait pas cela.
    Anahera Wall
    Étudiant•e à l'Université romaine
    Anahera Wall
    Informations Générales
    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Esculape
    Points de puissance : 453
    Messages : 60
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Solitaire

    Par trois fois [Anahera Wall] Empty Re: Par trois fois [Anahera Wall]

    Lun 5 Avr 2021 - 11:39
    Tu parlais qu’il allait rester tranquille. Je défis rapidement ses bandages avant de nettoyer la blessure soigneusement, et de m’occuper de remettre un peu d’onguent avec soin pour essayer de ne pas trop lui faire mal, j’avais mis par terre les bandages que je laverais après. Pour l’instant j’entrepris de vérifier la blessure qui se soignait extrêmement bien. Il fallait avouer que j’étais quand même sacrément utile. Enfin, surtout les pouvoirs que mon père m’avait transmis. Merci Papa ! Quand bien même je ne t’ai jamais vu ! Faudrait peut-être que tu viennes faire un anniversaire avec moi ? Ouais, non… On allait éviter. J’étalais avec douceur le nouvel onguent…

    Mon regard se posa sur le centurion. Sérieusement ? Il me prenait pour qui ? J’étais médecin… Et lui un centurion, peut-être de la première cohorte, mais de une, je n’étais plus légionnaire et de deux il était sûrement bien plus jeune que moi. Et de trois. Sérieusement ? Un accident stupide ? Il me prenait pour la première idiote venue ? Je plissais les lèvres sans répondre. Ce n’était pas en m’agitant ton titre sous le nez ou d’essayer de me convaincre que tout irait bien que j’allais te laisser tranquille et surtout te laisser partir aussi vite. Je soutiens donc son regard une bonne vingtaine de secondes sans ciller avant de finir d’appliquer le baume et de bander son torse.

    « J’ai connu des accidents stupides et sans conséquences… Disons que si vous vous étiez pendu… on aurait récupéré votre cadavre. Soyez aussi content que mon pouvoir permette de soigner les blessures rapidement. Sinon vous auriez pu avoir des séquelles. Alors ça devait être un accident sacrément stupide. »

    Je m’éloignai un peu pour mettre au sale les bandages avant d’attraper une tablette pour inscrire ce que j’avais fait. Je regardais à nouveau le centurion.

    « Vous resterez ici la nuit. Vous avait peut-être beaucoup de chose à faire, mais rouvrir vos blessures est stupide. Vous n’êtes pas stupide, non ? »

    S’il fallait taper là où ça faisait mal… J’allais le faire, ce n’était pas du tout un problème. Surtout qu’il devait dire ce qui lui était arrivé. Je n’allais pas lâcher le morceau. On me l’avait mit dans les pattes, c’était à moi de savoir ce qu’il s’était passé. Je me tournai vers lui en reposant soigneusement la plaquette sur un bureau. Je lui offris un sourire :

    « J’ai ma garde tout ce soir. Et vous êtes le seul patient. Vous avez faim ? »

    Et moi il faudrait probablement que je dorme n peu. Avec la migraine de deux heures que j’avais besoin aussi de me reposer et de boire une petite tisane.
    Callum I. Goodrem
    Centurion de la 1re cohorte
    Callum I. Goodrem
    Informations Générales
    Présentation : Racine
    Journal intime : Branches

    Parent divin : Victoire - mère
    Points de puissance : 309
    Messages : 21
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Fierté et tempérament colérique

    Par trois fois [Anahera Wall] Empty Re: Par trois fois [Anahera Wall]

    Mar 6 Avr 2021 - 10:28
    Sitôt la procédure terminée et la sentence prononcée, Callum retomba totalement dans son lit avec un grognement de protestation sourd. Il leva le bras qui ne surplombait pas son côté blessé, et le drapa contre son visage, cherchant à protéger un instant sa face du monde extérieur, à enfouir ses yeux sous un linceul complice d’obscurité. L’idée de rester enfermé seul toute une nuit avec quelqu’un d’autre, occupée à veiller sur lui et à l’interroger ne lui plaisait que très peu, et le fait de ne pas avoir le moindre encore moins. Parfois, il se demandait pourquoi au juste il avait rejoint le camp Jupiter. Pourquoi il avait écouté la louve qui lui avait parlé dans ses rêves, pourquoi il n’avait simplement tiré la conclusion logique que c’était là une hallucination due au stress d’avoir perdu ses parents, pourquoi il avait traversé la moitié du monde pour aller s’enterrer dans un coin perdu d’un pays qu’il ne connaissait pas, pourquoi il acceptait de jouer au petit soldat avec des gens qui se déguisaient en guerriers d’une civilisation depuis longtemps enterrée.

    Pourquoi il n’avait pas encore pris les mesures qui s’imposaient à lui, et pourquoi il n’avait pas fait ce qu’il savait qu’il aurait forcément à faire.

    Et l’autre qui le traitait d’idiot. Elle avait raison. Peut-être pas pour les raisons qu’elle imaginait, ou peut-être que si, finalement. Mais l’important était qu’elle avait totalement raison. A cela elle aurait pu ajouter d’autres épithètes soigneusement choisies, si elle avait accepté de sortir de son rôle comme il refusait de rentrer dans le sien. Il enleva son bras de sa face après l’avoir frotté dans le creux de celui-ci, et desserra les lèvres. Cinq secondes à peine venait de s’écouler, et il se sentait soudainement très las.

    « S’il-vous-plait, oui, répondit-il à sa dernière question. Quelque chose de simple, si vous avez. »

    De la viande, n’ajouta-t-il pas. Il doutait que la médecin ait à sa disposition un morceau consistant et dégoulinant de barbaque, et encore moins qu’elle soit disposée à le lui faire cuire. Selon toute probabilité, il devrait se contenter d’une ration standardisée vaguement réchauffée au micro-onde, ce qui n’était pas mal non plus. La nourriture américaine avait trop de gout, à l’instar du reste de l’univers coloré et peinturluré que cette société s’attachait à lui présenter, avait trop de saveurs pour lui. Il n’aimait pas ça : c’était comme si la nourriture même voulait lui mentir sur ce qu’elle était, comme s’il ne pouvait pas faire confiance au repas dans son assiette. Au moins l’ordinaire de l’infirmerie échappait-il à cette règle.

    S’éloignant de ces considérations culinaires, il se concentra de nouveau sur la question qui l’occupait présentement. Il allait falloir fournir une réponse à Wall, et si possible rapidement. S’il ne souhaitait pas franchement faire l’étal de son humiliation précédente, il savait pertinemment que lui mentir aurait été un risque idiot. Pour préserver les lambeaux de sa fierté écorchée, il risquerait une salissure bien plus profonde encore, et totalement indélébile. Sa seule chance était de la dissuader, et il ne voyait pas réellement comment. Elle semblait d’une humeur particulièrement massacrante, et Callum lui-même n’était généralement pas particulièrement doué lorsqu’il s’agissait de faire les yeux doux et de tenter d’évoquer la pitié. Il avait tenté de le faire, une fois, lorsque sa famille venait de mourir et qu’il cherchait à prendre un avion. Le résultat n’avait pas été probant, et il avait été contraint d’agir en conséquence. Ce n’était pas là une expérience qu’il tenait à réitérer. Il leva son visage inexpressif vers sa geôlière, et reprit soudainement :

    « Pouvez-vous m’accorder un peu de temps avant de reprendre l’interrogatoire ? fit-il avec un sourire peiné. Peut-être le temps que je mange. Et vous, avez-vous faim ? »

    Il était faible, et pitoyable. Il haïssait cela, et il se haïssait plus encore d’avoir cédé si facilement.
    Anahera Wall
    Étudiant•e à l'Université romaine
    Anahera Wall
    Informations Générales
    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Esculape
    Points de puissance : 453
    Messages : 60
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Solitaire

    Par trois fois [Anahera Wall] Empty Re: Par trois fois [Anahera Wall]

    Mar 6 Avr 2021 - 19:50
    Bien, visiblement je l’avais plus ou moins calmé ! Bien ! Il était calmé j’allais pouvoir ranger l’infirmerie, me préparer peut-être un repas, me reposer dix minutes… Non, prendre un médicament n’était pas la solution. Et lui je l’avais calmé. J’avais visiblement trouvé la faille pour le faire tenir tranquille ! Parfait, il ne rouvrirait pas stupidement, quoi que j’eusse un doute, peut-être qu’il aurait un acte stupide quand je me reposerais un peu ? Étudier Ana, étudier… Tu dois étudier malgré ton cerveau capable de te fournir beaucoup trop d’informations pour ta propre mémoire. Heureusement que ça n’apparaissait pas pour rien. Mais visiblement il voulait manger. Bien !

    « Mmh… »

    Simple ? On allait surtout se contenter de vérifier ce qu’il y avait. J’ouvris le frigo en regardant avec attention les plateaux. J’espérais qu’il n’était pas végétarien ! Purée de brocolis, haricot, patate douce et du steak. On était pas mal. Il fallait juste réchauffer. Je le mis au micro-onde, en vérifiant le temps avant de retourner chercher mes affaires. Je n’avais pas très faim, je mangerais plus tard. Ou au pire je grignoterais des chips au vinaigre. Mon péché mignon. Et il me vouvoyait. S’il m’appelait madame mes cheveux blancs allaient apparaître tout de suite. Faim ? Je sortis du micro-onde le plat avant de vérifier. C’était bien chaud. Je le posais sur une tablette avec de l’eau sans nectar ainsi que des couverts. Je poussais le tout vers lui avant de l’aider à se redresser un peu.

    « Mangez, vous avez tout le temps. Et non, pas spécialement. Je mangerais sûrement plus tard. »

    Et encore… Si vraiment j’avais très faim ! Je m’éloignais un peu pour lui laisser un peu d’intimité qu’il puisse manger. J’attrapais par contre une bouteille d’eau pour aller me refaire une tisane. Fallait bien boire après et même pendant une migraine. Et rester dans le noir. Je tirais les rideaux de l’infirmerie en jouant avec mes tiki distraitement. S’il voulait se mettre à table, mort de rire Ana, dans tous les sens du termes, c’était quand il voulait.
    Contenu sponsorisé
    Informations Générales
    Feuille de Personnage

    Par trois fois [Anahera Wall] Empty Re: Par trois fois [Anahera Wall]

    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


    Sortie du Satyre Déchaîné, édition n° 24 ! Pour la lire, c'est ici ! Le Satyre recherche des rédacteurs ! Viens postuler ! Lancement des inscriptions pour l'event n° 8 ! Les Award 2021 sont ouverts. Venez voter ! Connaissez-vous les zone RP du moment ? L'endroit idéal pour gagner des PP ! Envie de RP ? Viens voir les dernières demandes de rp ! Pour les plus audacieux, venez participer à une micro-quête ! Envie d’un petit truc en plus qui vous rend unique ? Allez à la boutique d’objets magiques ! Les top sites sont un moyen facile de nous faire connaître, et de gagner des PP en prime !