• AccueilAccueil  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • ConnexionConnexion  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • Nous n'acceptons plus : les demi-dieux grecs âgés de + de 16 ans ; les enfants de Nyx/Nox, Hadès/Pluton
    Le Deal du moment : -53%
    Balance connectée Xiaomi Mi Body à ...
    Voir le deal
    18.99 €

    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
    Abigail Danvers
    Informations Générales
    Présentation : xxx
    Journal intime : xxx
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 967
    Messages : 352
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Répond à la provocation

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Lun 14 Sep 2020 - 18:03
    L’attente était sans doute le plus long, elle était angoissante, pesante, comme si tout à coup, le poids d’Atlas venait de lui tomber dessus, ou peut-être ce poids ne l’avait-il jamais vraiment quitté depuis qu’Austin lui avait annoncer les dernières nouvelles provenant de la Nouvelle Rome quelques jours plus tôt.
    Devant le portail d’Ian, elle hésitait, elle n’était pas réellement effrayée, elle avait vécu plus effrayant que le fait de traverser un portail qui la conduirait chez les romains ; s’il fallait être honnête, elle appréhendait. Comment ne pouvait-elle pas appréhender cette rencontre ? Ces retrouvailles ? Comment pouvait-elle être sûre qu’elle ne s’effondrerait pas dès qu’elle verrait son visage ? Dès qu'elle entendrait le son de sa voix. Lui qui avait tant compté sans même s'en rendre compte.

    Parfois il suffit d’un acte de foi. Mais était-ce vraiment que de la foi de traverser ce portail ? Une des mains serrant la lanière de son sac tandis que l’autre pendait sa vie le long de son corps.
    L’amazone ne savait pas, la fille d'Athéna ne savait pas et n’arrivait même pas à savoir si c’était une bénédiction ou une malédiction. Mais toujours est-il qu’elle avança dans le tunnel le pas lourd, même s’ils étaient plusieurs à la passer, l’amazone avait l’impression que seul le sien résonnait lourd, tel le glas signant sa fin. Le pas résonnant, l’air lourd, elle dût prendre une inspiration à la sortie du tunnel, poser ses mains et serrer la rambarde du pont surplombant le petit Tibre pour remettre de l’ordre dans sa tête.
    Tout semblait tourner, tout semblait se mélanger, le haut et le bas, la gauche et la droite; et elle, elle ne faisait que s'énerver contre elle-même, contre ses pensées qui ne cessaient de la torturer. Pourquoi ? Pourquoi tout devait être si compliqué, pourquoi devait-elle se torturer ?
    Parce qu'elle pensait qu'il était mort, parce qu'elle avait fait appris à vivre avec et que maintenant elle ne savait plus comment elle devait le prendre, elle ne savait plus comment vivre avec le fait que le romain était vivant. Vivant mais amnésique, et elle n'avait pas oser en parler. L'amazone pensait être assez forte pour affronter cela seule. Mais était-ce le cas ?
    Abigail ferma les yeux, se concentrant sur se respiration afin de la réguler ; elle avait réellement l’impression de manquer d’air et il lui fallut bien deux minutes avant de retrouver une respiration un tant soit peu régulière quoique rapide, et lorsque ce fut fait, lorsqu'enfin elle réussit à retrouver une respiration "normal"; elle se concentra sur le clapotis de l’eau, la douce mélodie du Petit Tibre et les bruits des forêts environnantes qui lui permirent de se recentrer sur elle-même et sur ce qu'elle venait faire ici.

    Ce n’est que plusieurs minutes plus tard qu’elle lâcha enfin la rambarde du pont avant de s’avancer jusque dans la Nouvelle-Rome.

    De là, elle cherchait, cherchait sans vraiment savoir, elle ne savait même pas à quoi il ressemblait maintenant. Est-ce qu’elle le reconnaîtrait à défaut qu’il la reconnaisse ?
    Combien de temps le chercha-t-elle dans la nouvelle ville, assez longtemps pour commencer à demander à des romains au hasard s’ils avaient vu le fils de Thanatos, certains oui mais il y a longtemps, d’autres non et finalement l’un d’eux la dirigea vers les vestales et de là, l’une d’entre elle lui indiqua l’aqueduc. « Il s’y est diriger il y a moins de dix minutes »
    Peut-être était-ce là le regain dont elle avait besoin, celui qui poussa son corps à agir, ses jambes à marcher un peu plus rapidement à chaque seconde jusqu’à courir vers l’aqueduc, son sac se balançant dans son dos en un bruissement de tissus pourtant audible mais silencieux aux oreilles de l’amazone. Courir comme une dératée, attirant les regards des curieux, faisant même s'écarter quelques romains qui ne voulaient pas se prendre une folle furieuse. Et lorsqu’elle atteint l’aqueduc, elle l’atteint lui.

    Même de loin elle l’avait reconnu, comment ne le pouvait-elle pas ? Ses cheveux bruns bouclés, ses tatouages, ses vêtements, lui. Malgré ce qui était arriver, certaines choses ne changeait pas, cette simple constatation lui donna envie de pleurer. Il était à la fois lui-même et quelqu’un de complètement différent.
    Plantée là, sur cette colline, elle ne savait même pas quoi faire. Son pas auparavant rapide s’était stopper net à la vue de demi-dieu, et désormais elle peinait à ne serait-ce qu’avancer un seul pied. C’était comme si son corps refusait de bouger. La fille d’Athéna se retrouvait paralyser.

    Abigail avait passé tellement de temps à le chercher qu'elle en avait oubliée tout ce qu'elle voulait dire, tout ce qu'elle voulait lui demander.
    Son corps décida peut-être pour elle lorsque son regard croisa celui noisette du romain, même s'ils étaient loin, elle savait qu'il la regardait. Son pas fût lent, et elle crût même voir le fils de Thanatos s'approchait également avec la même lenteur. D'un pas mal assuré, comme celui d'un enfant cherchant à marcher.
    Eon avait peut-être ralenti le temps, peut-être l'avait -il accélérer, tellement de peut-être qui ne changeait rien à la situation actuel, ils étaient désormais face à face et Abigail ne savait pas quoi dire. Incapable de prononcer le moindre son alors qu'elle le regardait dans les yeux.


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael 63155_s

    Merci Solan & Hozber  :<3:
    A. Samael O'Connor
    Ex-Légionnaire
    A. Samael O'Connor
    Informations Générales
    Présentation : Ici
    Journal intime : Et là
    D-C : Andrew, Solan, Atem, Cole, Orion
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 1494
    Messages : 232
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Instabilité

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Jeu 17 Sep 2020 - 17:14
    Cela faisait maintenant deux semaines qu'il était rentré. Samael n'avait pas trouvé là le confort d'un chez-soi. Il n'avait pas retrouvé d'amis, du moins il se plaisait à le croire. Il n'avait rien retrouvé de son ancienne vie, si ce n'est une routine. Courir. Courir pour s'échapper, courir pour respirer, courir pour imaginer. Alors c'était devenu son rituel du matin. L'après-midi, il s'entraînait seul à l'épée. Ce n'était pas pareil que lorsqu'il avait combattu ces monstres, et il se surprenait à le regretter parfois. Samael aurait apprécié avoir quelqu'un avec qui s'exercer, mais il se voyait mal rejoindre un entraînement de la légion alors qu'il n'était qu'un déserteur.

    Samael courait. Il courait comme si sa vie en dépendait, il courait jusqu'à ne plus avoir de souffle. L'envie d'en savoir plus sur son propre passé l'avait rongé. Il avait regardé cette foutue photographie. Il l'avait gravée dans sa mémoire, et il l'avait rangée pour ne plus la regarder. Enfin… Tard, la nuit, lorsque le sommeil peinait à venir, il lui arrivant parfois d'effleurer les bouts cornés de la photo, d'hésiter à la déplier pour regarder ce visage qui s'était reconstitué dans ses cauchemars. Pourquoi fallait-il que ce soit la personne qu'il ait aimée qui le hante à ce point là ? Pourquoi n'avait-il pas, par exemple, le son angoissant de la solitude, les cris, les larmes, la voix de ce fameux tortionnaire ? Il n'avait rien du tout, si ce n'est ce visage angélique apeuré et souffrant, ces deux yeux bleus pleins emplis d'une terreur brute.

    Le souffle court, le fils de la Mort s'arrêta enfin. Transpirant et poisseux, il se décida à aller prendre une douche. Une fois propre, il s'affala sur son lit, il hésita à aller manger. Il le faisait plus par automatisme que par envie, mais il fallait bien se nourrir à un moment donné, alors il se redressa et descendit. Quelques dollars en poche, il finit par s'accorder le droit de prendre un petit déjeuner dans un café. Pas n'importe lequel. Celui dont le nom lui avait été donné par Elliot. Bien évidemment, le fils d'Apollon n'était pas là, il était trop tard, probablement qu'il était déjà en cours d'ailleurs. Samael venait là de temps en temps, assez tard pour ne pas le croiser, assez tôt pour le regretter. Il mangea sans réelle faim, sans réelle soif, puis il s'en alla.

    Sur le terrain vague, Samael avait explosé les mannequins de paille comme pour extérioriser sa rage et sa rancœur. Loin des yeux des autres légionnaires, il virevoltait, javelot en main l'espace de quelques secondes, puis le gladius reprenait sa place. Il ne savait pas avec quelle arme il était meilleur, mais il lui semblait que sa maîtrise de ces deux objets était correcte. Alors, une fois que les mannequins n'eurent plus de paille à vider, il rangea tout le bordel qu'il avait foutu sur le terrain vague, et comme d'habitude, il s'en alla. Il flânait dans le Camp, sachant pertinemment qu'il n'y avait pas sa place, puis enfin, se décida à retourner voir Prima.

    Ils discutèrent un peu, sans pour autant pousser la conversation trop loin. C'était comme ça avec Prima, elle savait respecter les limites des gens. Elle n'était ni trop intrusive, ni ne donnait trop de mou. Elle était le parfait équilibre, ce qu'on pouvait attendre d'une amie. Quant à savoir si Samael la considérait réellement comme telle… Il pourrait lui accorder son entière confiance le jour ou elle ne ferait plus de rapport sur lui au Sénat. Il lui était déjà arrivé d'exploser de la vaisselle par terre par frustration à la suite d'une de leur conversation. Alors elle avait prévenu le Sénat qu'il était toujours un peu instable, mais pas pour autant trop dangereux. Elle avait omis quelques détails aggravants, et pour ça, Samael lui en était reconnaissant.

    Lorsqu'ils n'eurent plus rien à se dire, le fils de Thanatos décida d'aller se balader un peu. Peut-être qu'il pourrait réfléchir à ce qu'il pourrait faire plus tard. On lui avait parlé d'un refuge pour animaux, et il fallait le dire, Samael était bien plus doué avec les animaux qu'avec les humains. L'avait-il toujours été ? Il avait croisé ce légionnaire et son chien, Almus, un jour qu'il se baladait des le quartier des habitations. Il était un peu vieux, ce chien, mais il lui avait léché le visage avec un entrain débordant dès que le jeune homme s'était accroupi pour le caresser. Son maître avait ris de bon cœur, et s'il l'avait connu avant, n'en fit rien savoir.

    Ses pas l'avaient machinalement guidé vers l'aqueduc. C'était un endroit ou peu de personnes allaient, Samael ne comprendrait jamais pourquoi. La hauteur, le vent, la paisibilité des lieux. Bon, peut-être qu'il comprenait en fait. Mais il appréciait que cet endroit soit sous-estimé. Appuyé face à la rambarde, il crut apercevoir au loin une silhouette courir dans sa direction. Encore une fois, il ne reconnu ni l'aura, ni la personne. Il était cependant persuadé qu'elle le regardait. Alors il s'avança lentement dans sa direction. Qui était cette fille ? Est-ce qu'elle venait pour lui ? Est-ce qu'elle venait chercher la paix ? Est-ce qu'elle le connaissait ? Tout un tas de questions se bousculèrent dans l'esprit de Samael, mais lorsqu'il croisa enfin son regard, il sut.

    Elle le connaissait. Le fils de la Mort s'approcha, lentement, hésitant. Qui était-elle ? Comment l'avait-elle trouvé ? Qu'est-ce qu'elle lui voulait ? Tout un tas de question que Samael ne pouvait pas poser d'un coup, juste une histoire de politiquement correct. Lorsque la fille fut enfin à sa hauteur, elle semblait incapable de parler. Alors il le fit pour elle, d'une voix peut-être plus raide et plus sèche qu'il ne l'aurait voulu :

    "Qui t'es ?"

    Il la scrutait de ses yeux sombres, les bras croisés sur le torse, dans une position d'animal méfiant. Il pouvait lire dans son regard que sa réaction l'avait un peu blessé. Tant mieux. Les gens parlaient, paraissait-il, plus facilement lorsqu'ils se sentaient acculés.


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Mety
    Abigail Danvers
    Informations Générales
    Présentation : xxx
    Journal intime : xxx
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 967
    Messages : 352
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Répond à la provocation

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Jeu 17 Sep 2020 - 19:00
    Qu’importe le fait que l’amazone se soit préparer à cette éventualité, l’entendre n’avait pas le même effet que l’imaginer et malgré elle, elle ne pu cacher la réaction que cela provoquait. Mais en soit, elle ne pouvait pas lui en vouloir, ce n’était pas sa faute s’il ne la reconnaissait pas. C’était la faute du Tortionnaire, c’est pour cela qu’elle se devait de participer à la grande quête. Pour lui et pour tout ceux que ce malade avait blesser.
    Pourtant, elle se reprit vite, secouant légèrement la tête, elle finit par offrir un sourire qui se voulait légèrement rassurant malgré tout. Même si ses yeux montraient une certaine tristesse, elle voulait être là pour lui quoi qu’il arrive. Et si cela signifiait tout recommencer du début alors soit. L’amazone ne se laisserait pas décourager pour si peu.

    « Je me doutais que tu ne te souviendrais pas de moi…porteur de lumière… » En signe de bonne foi, et parce qu’elle savait qu’il était trop tôt pour les accolades, Abigail préféra rester neutre pour se présenter « Je m’appelle Abigail et je suis une amazone. On s’est connu avant mais ce n’est pas grave si tu ne te souviens pas. »

    Dans ses yeux, elle crut voir comme un soulagement mais après tout, elle n’était pas lui. Abigail n’était pas Samael, elle n’était qu’elle et cela aurait été bien présomptueux de se mettre à sa place.

    « Je, j’aurais bien aimé que l’on réapprenne à se connaître ; ton nouveau toi et mon ancien moi. Si tu le veux bien sûr tu n’es pas obligé mais…j’aimerais bien »

    Tout en disant cela, l’amazone avait arborer un sourire qu’elle espérait doux, une première pour elle qui avait parfois le visage si dur.
    Bien entendu, l’adolescente ne le forçait à rien, et elle ne savait pas si elle garderait ce sourire très longtemps ; elle avait l’impression de faire comme-ci et que tout allait bien. Même si, en un sens, tout allait bien, Samael était en vie. C’était le principal non ? Quelque part, elle se forçait à le croire, peut-être.
    Repérant un tronc étendu plus loin, elle le désigna du regard avant de s’y diriger laissant son sac à ses pieds tant qu’elle s’asseyait sur le tronc attendant de voir ce que le jeune homme ferait. La guerrière dût retenir un soupir de soulagement lorsque ce fut le cas, certes il n’avait toujours donner aucune réponse quant à se demande mais le fait qu’il ne l’ait pas fui était plutôt encouragent.

    Abigail sentait sa méfiance, comme ne l’aurait-elle pas senti lorsqu’il ressemblait aux proies qu’elle chassait lors du festival dédié à Artémis ?
    Cependant, qui ne le serait pas avoir été aux mains du tortionnaire ? Après avoir été torturer, avoir subi nul ne savait quelles atrocités entre ses mains…et après avoir perdu Cal. Ce dernier n’étant pas revenu, il n’était pas difficile de faire le rapprochement. Et si ce n’était pas le cas, il n’était tout de même plus de ce monde… Son regard se voila alors, quoi qu’elle fasse, la guerrière n’arrivait pas à réprimer la colère et le dégout que lui inspirait ce monstre. Elle ignorait seulement qu’après Samael, elle serait la prochaine à passer entre les mains du tortionnaire.


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael 63155_s

    Merci Solan & Hozber  :<3:
    A. Samael O'Connor
    Ex-Légionnaire
    A. Samael O'Connor
    Informations Générales
    Présentation : Ici
    Journal intime : Et là
    D-C : Andrew, Solan, Atem, Cole, Orion
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 1494
    Messages : 232
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Instabilité

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Ven 18 Sep 2020 - 11:11
    "Je me doutais que tu ne te souviendrais pas de moi… porteur de lumière…"

    Porteur de lumière ? Qu'est-ce que c'était que ça ? Malgré lui, un sourcil s'arqua d'un air dubitatif. Samael était tout, sauf un porteur de lumière, même si son nom laissait entrevoir autre chose.

    "Je m'appelle Abigail, et je suis une amazone. On s'est connu avant, mais ce n'est pas grave si tu ne te souviens pas."

    Lassé d'avance par cette conversation, Samael soupira. D'un côté, il était soulagé qu'elle ne trouve pas ça grave, de l'autre, il aurait préférée que cette Abigail demeure sur la liste que lui avait donné Prima plutôt qu'elle ne vienne jusqu'à lui.

    "Je, j'aurai bien aimé que l'on réapprenne à se connaître ; ton nouveau toi et mon ancien moi. Si tu le veux bien sûr, tu n'es pas obligé, mais… j'aimerai bien."

    Un léger sourire sur les lèvres, Abigail semblait sûre d'elle. Samael, de son côté, se sentait un peu plus perdu à chaque seconde qui passait. L'amazone désigna un tronc d'arbre non loin de l'aqueduc, et elle alla s'y installer. Le fils de la Mort n'en fit rien. Il se contenta de pester intérieurement. Il ne voulait pas, il ne voulait pas, il ne voulait pas avoir la moindre conversation avec qui que ce soit pour l'instant, il n'était pas prêt. Ce n'était pas pour rien qu'il attendait de voir Elliot sortir de son café avant qu'il n'aille s'y installer.

    Mais il fut bien obligé de la rejoindre lorsqu'il comprit qu'elle avait fait le trajet juste pour lui. Soupirant à nouveau, il la rejoignit et se laissa tomber sur le tronc d'arbre à côté d'elle. Samael ne dit rien. Il se contenta de regarder l'horizon, laissa son regard se perdre dans le paysage, jouant nerveusement avec son pendentif. Il ne savait pas quoi dire à cette fille. Il n'avait aucun souvenir d'elle, ni de ce qu'elle avait représenté un jour. Peut-être que lui décrire sa triste réalité la ferait fuir. Peut-être pas. Samael n'était pas certain de ce qu'il voulait, mais il se décida quand même à parler avec un rire sans joie :

    "Je ne dors plus. Tout ce que je vois dans mon sommeil maintenant, c'est un visage. Le dernier visage que j'ai vu avant que ce type me relâche. Un visage dont j'ai tout oublié. Je ne veux rien savoir de mon ancienne vie, et en même temps je donnerai ma vie pour récupérer ma mémoire. Mais je ne le veux quand même pas. Je ne veux rien avoir à faire avec les gens que j'ai connu, parce que j'ai peur de les décevoir, et je n'ai pas envie de les voir parce que ça me rappelle à quel point je ne suis rien. Je mange par automatisme, je pleure beaucoup, je pète des câbles régulièrement jusqu'à devenir violent. Je suis juste une coquille vide de toute substance. Le Samael que tu as connu a disparu, avec lui tous mes souvenirs, toute ma mémoire, tout ce qui faisait que j'étais moi. Je suis une nouvelle personne, un individu sans personnalité distincte, instable, contradictoire. J'me supporte pas moi-même, alors je vois mal comment quelqu'un d'autre le pourrait."

    Libéré d'un poids, il poussa un soupir de soulagement. Mais la culpabilité lui serra la gorge. Elle était venue, elle et ses bonnes intentions, elle et son sentimentalisme débordant, elle et ses espoirs. Samael ne pouvait pas se permettre de lui faire croire qu'en parlant, il acceptait de faire connaissance avec elle.

    "J'ai pas envie, Abigail. De te connaître. J'en suis désolé, mais je préfère rester honnête. Je… c'est trop tôt ? Je crois pas que je sois prêt."

    Il n'était définitivement pas prêt. Le serait-il un jour ?


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Mety
    Abigail Danvers
    Informations Générales
    Présentation : xxx
    Journal intime : xxx
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 967
    Messages : 352
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Répond à la provocation

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Dim 20 Sep 2020 - 22:45
    Le voir, l'entendre et le comprendre n'atténuait pas la douleur. Samael incarnait une nouvelle dualité que beaucoup d'amnésiques avaient, il voulait savoir sans savoir, connaître sans connaître, par peur, par crainte. L'amazone aussi avait connu cela, quand il avait fallu revoir Caly, elle aussi avait peur et même si la situation n'était pas la même, Abigail ne comprenait que trop bien ses sentiments.Cependant, les situations étaient différentes, Samael agissait comme un automate, allant jusqu'à se qualifier de coquille vide de toute substance; malgré elle, la guerrière ne pu s'empêcher de serrer les poings. Ce n'était pas tant le fait qu'il se rabaisse qui la dérangeait, bien que cela y jouait beaucoup, en faite si, c'était ça. Parce qu'il y avait bien une substance dans cette coquille, un peu brouillon, perdue, mais il y en avait bien une. Si seulement, si seulement il pouvait le voir lui aussi.

    Abigail ferma les yeux lorsqu'il prononça les mots qu'elle avait eu tant eu peur d'entendre, il n'avait pas l'envie. Cela faisait mal. Mais l'amazone n'était pas du genre à forcer, pas avec ses amis. Elle les respectait trop pour ça, sachant ô combien ils étaient précieux.

    "Ce n'est pas grave Samael... Je, je m'y attendais un peu à vrai dire mais, j'espérais pouvoir aider un peu. J'espérais...je ne sais même pas ce que j'espérais d'ailleurs" dit-elle en lâchant un petit rire sans joie tout en ouvrant les yeux

    "Mais saches que tu n'es pas vide, et que tu n'as pas à avoir peur de décevoir; je n'attend rien de toi et je n'ai rien à attendre de toi; j'espère que tu le comprendras" dit-elle en se levant. C'était plus facile de cacher son visage s'ils n'étaient pas à la même hauteur. Abigail ne voulait pas prendre le risque que ses yeux trahissent sa tristesse et que le romain le voit. "Si tu n'étais rien, alors tu ne te poserais pas toute ces questions, tu n'aurais pas peur de décevoir ceux qui te connaissait par ton attitude ou tes actions. Si tu n'étais rien alors tu ne vaudrais pas mieux que le responsable de tout ceci. Et je pense que tu sais que tu vaux mieux que ce salop."

    Malgré elle, le mot était sorti, elle avait mis le doigt sur l'origine du problème, le monstre en personne. Et rien qu'à cette idée, elle croisa les bras, le regard au loin, comme une protection précaire au monde extérieur.

    "Et...s'il y avait quelqu'un à supporter, je pense que c'est toi qui aurait du mal à me supporter. Moi j'ai eu un bon entraînement, j'ai grandi dans un village composer à 90 % de femmes. Je te laisse imaginer les dégâts que ça cause." dit-elle avec un semblant d'humour. Mais sa voix semblait légèrement brisée, comme trop triste pour être apte à faire une réelle blague avec le ton appropriée.


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael 63155_s

    Merci Solan & Hozber  :<3:
    A. Samael O'Connor
    Ex-Légionnaire
    A. Samael O'Connor
    Informations Générales
    Présentation : Ici
    Journal intime : Et là
    D-C : Andrew, Solan, Atem, Cole, Orion
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 1494
    Messages : 232
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Instabilité

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Mar 29 Sep 2020 - 5:29
    "Ce n'est pas grave Samael… Je, je m'y attendais un peu à vrai dire mais, j'espérais pouvoir aider un peu. J'espérais… je ne sais même pas ce que j'espérais d'ailleurs."

    Un rire sans joie accompagne la fin de sa phrase. Samael l'avait blessée, il en avait conscience. Mais il n'éprouvait aucun remord. L'amazone rouvrit les yeux. Perdu entre deux envie totalement contradictoires, il ne dit rien, et la laissa continuer son monologue :

    "Mais saches que tu n'es pas vide, et que tu n'as pas à avoir peur de décevoir, je n'attend rien de toi, et je n'ai rien à attendre de toi, j'espère que tu le comprendras."

    Abigail se leva, probablement pour masquer sa tristesse, éloigner ses sentiments si pénibles à subir loin du romain.  Samael avait appris que les gens se conduisaient comme ça, quand ils ne voulaient pas que leur peine se voit. Pourtant, elle était perceptible, de par la tension qui l'habitait. Pendant un court instant, le fils de la Mort se sentit triste pour elle. Elle avait eu un ami, qui n'en n'était plus un.

    "Si tu n'étais rien, alors tu ne te poserais pas toutes ces questions, tu n'aurais pas peur de décevoir ceux qui te connaissaient par ton attitude ou tes actions. Si tu n'étais rien, alors tu ne vaudrais pas mieux que le responsable de tout ceci. Et je pense que tu sais que tu vaux mieux que ce salaud."

    Samael resta sans voix. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien en savoir, de ce qu'il était ? Il n'avait aucun souvenir, aucune famille à laquelle se rattacher, il n'avait rien d'autre qu'une photo usée par le temps d'un visage qu'il lui était insupportable de revoir. La colère montait, doucement, mais sûrement. Elle ne savait rien de ce qu'il était. Elle, et ses bonnes intentions, elle et son optimisme, elle et sa confiance aveugle en lui. Elle était trop attachée au Samael du passé pour se défaire de l'idée qu'il était quelqu'un de bien.

    "Et… s'il y avait quelqu'un à supporter, je pense que c'est toi qui aurait du mal à me supporter. Moi j'ai eu un bon entraînement, j'ai grandi dans un village composé à quatre vingt dix pourcents de femmes. Je te laisse imaginer les dégâts que ça cause."

    Sa tentative d'humour était vaine. Samael avait entendu sa voix se briser légèrement, il avait senti sa tristesse, et l'espace d'un instant, il avait eu envie de la consoler. Mais la colère, cette colère sourde et aveugle aux bons sentiments qui le gagnaient de temps à autres, remontaient petit à petit. C'est d'une voix froide et détachée qu'il lui répondit :

    "Comment peux-tu savoir ce que c'est que de se réveiller sans aucun souvenir de son ancienne vie ? Je ne sais même pas comment je fonctionnais à l'époque, je ne me souviens pas des gens qui comptaient pour moi, je ne me souviens pas des gens que j'ai aimé, je sais juste que celui que j'aimais est mort sous mes yeux. Comment tu peux vivre la conscience tranquille après ça ? Comment tu peux avoir envie de connaître les gens qui t'ont apprécié ? Comment tu peux avoir envie de vivre, tout simplement, une fois que tu n'as plus aucune attache ?"

    Ce fut au tour de Samael d'avoir un rire sans joie. Il était furieux, contre Abigail et ses bonnes intentions, mais surtout contre lui-même et son incapacité à être bon, comme il semblait l'avoir été autrefois.

    "Dis-moi, l'amazone, comment je suis supposé vivre avec le poids de la culpabilité de la mort d'un camarade aimé de tous, sans souvenirs, sans mémoire, sans ancre à laquelle je peux m'accrocher ? Tu ne me connais pas. Du moins, tu ne me connais plus. Je suis ne plus la même personne, alors certes, peut-être que je suis ne pas si vide que je ne le pense, tu marques un point, j'ai des questions pleins la tête, mais aucune réponse dont je veux actuellement. Je ne suis pas prêt à vivre avec encore plus de culpabilité que je n'en n'ai déjà. Je ne veux rien de tout ça. Merde. Si mon père avait pu venir me chercher, lui aussi, peut-être que ça aurait mieux valut pour tout le monde, mais non. Je suis là. Je suis là, sans rien, divisé entre mon besoin de connaître qui j'étais autrefois et mon besoin de recommencer tout depuis le début sans porter le poids de mon passé."

    Samael croisa les bras sur son torse, les sourcils froncés par la colère amère et une once de culpabilité de balancer tout ça à la gueule d'une fille qui n'avait rien demandé d'autre qu'à l'aider. Samael ne voulait pas de son aide. Mais par-dessus-tout, peut-être qu'au final, il avait besoin qu'elle insiste, qu'elle le fasse sortir de sa coquille, sans vouloir le reconnaître.


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Mety
    Abigail Danvers
    Informations Générales
    Présentation : xxx
    Journal intime : xxx
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 967
    Messages : 352
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Répond à la provocation

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Ven 2 Oct 2020 - 17:46
    Abigail aurait du se taire. Elle aurait du mais elle ne savait, elle ne savait pas se taire avec Samael, elle parlait parfois sans réfléchir. Parce qu'elle avait confiance, parce qu'ils étaient bien à traîner et à discuter de leurs vies, de leurs sentiments. Mais c'était avant... Sans même le vouloir, l'amazone avait fait l'erreur de les ancrer dans le passé; exactement ce qu'elle avait voulu éviter en premier lieu. Alors elle acceptait; elle acceptait la colère du romain, parfaitement légitime.

    "Comment peux-tu savoir ce que c'est que de se réveiller sans aucun souvenir de son ancienne vie ? Je ne sais même pas comment je fonctionnais à l'époque, je ne me souviens pas des gens qui comptaient pour moi, je ne me souviens pas des gens que j'ai aimé, je sais juste que celui que j'aimais est mort sous mes yeux. Comment tu peux vivre la conscience tranquille après ça ? Comment tu peux avoir envie de connaître les gens qui t'ont apprécié ? Comment tu peux avoir envie de vivre, tout simplement, une fois que tu n'as plus aucune attache ?"


    Elle ne savait pas, ce n'était pas quelque chose que l'on pouvait apprendre dans les livres. L'amazone n'avait même jamais aimer d'amour, pas cet amour là du moins. Cependant, elle savait ce que c'était de ne plus avoir d'attache, de ne plus avoir envie de vivre. Ca, elle l'avait vécu, à un âge plus jeune que celui de Samael alors elle pouvait dire que c'était compliqué, qu'elle n'avait pu survivre que parce que quelqu'un lui avait tendu la main et parce qu'elle s'était conforter dans l'idée que la mémoire de son père vivrait à travers-elle. Là était cependant toute la différente entre l'amazone et le romain : la mémoire. Abigail avait la sienne, Samael, non. Tout ce qu'il savait lui avait sans doute été raconter pour la plupart, mais savoir et le croire sont deux choses différentes. Quand bien même il le croirait, il n'avait que des paroles sans images sur lequel il ne pouvait même pas coller des flashs ou des brides de souvenirs.
    Rien, pas un son ne franchit les lèvres de l'amazone qui se tenait comme un roseau au milieu d'une tempête.

    "Dis-moi, l'amazone, comment je suis supposé vivre avec le poids de la culpabilité de la mort d'un camarade aimé de tous, sans souvenirs, sans mémoire, sans ancre à laquelle je peux m'accrocher ? Tu ne me connais pas. Du moins, tu ne me connais plus. Je suis ne plus la même personne, alors certes, peut-être que je suis ne pas si vide que je ne le pense, tu marques un point, j'ai des questions pleins la tête, mais aucune réponse dont je veux actuellement. Je ne suis pas prêt à vivre avec encore plus de culpabilité que je n'en n'ai déjà. Je ne veux rien de tout ça. Merde. Si mon père avait pu venir me chercher, lui aussi, peut-être que ça aurait mieux valut pour tout le monde, mais non. Je suis là. Je suis là, sans rien, divisé entre mon besoin de connaître qui j'étais autrefois et mon besoin de recommencer tout depuis le début sans porter le poids de mon passé."

    Il avait raison, elle ne le connaissait plus. Et Abigail avait du se faire violence pour ne pas lui en coller une lorsqu'il avait évoquer sa propre mort. Détournant le regard vers le sol. Parce qu'elle n'avait pas le droit de lui interdire ces paroles, Samael était libre de ses faits et gestes, de ses paroles. Mais ces dernières faisaient plus mal que n'importe quel des blessures reçus jusqu'à présent, plus mal encore que la mort de Sybille. Ces paroles étaient comme un poignard de glace enfoncer dans son cœur.
    Mais l'amazone bravait parfois les interdits, l'amazone avait parfois besoin de craquer, d'arrêter de se montrer forte, parce qu'elle n'était qu'une humaine en fin de compte; même si le sang d'une déesse coulait dans ses veines elle n'était qu'humaine.

    "Comment peux-tu dire ça..." dit-elle doucement, dans un murmure presqu'inaudible avant de reporter son regard sur lui "Comment peux-tu dire ça !" rajouta-elle en le poussant un peu "Comment tu peux même souhaiter ta propre mort en pensant que cela aurait mieux valu pour tout le monde ! Tu sais ce qu'ils ont ressenti quand tu étais supposément mort !? Tu sais ce que j'ai ressenti moi !?"

    La demi-déesse ferma les yeux, tenta de réfréner ses larmes et de retrouver son calme. Malgré tout, son corps tremblait presque de colère, d'imperceptibles mouvements pourtant bien là. De colère, de tristesse. L'amazone ne savait pas trop, elle allait faire remonter une autre page de l'histoire de l'enfant de Thanatos : son nom.

    "Etre divisé ne t'empêche pas de vivre. Au contraire, tu peux choisir qui tu veux devenir, c'est comme être à la croisée d'un chemin, il n'y a que toi qui puisse décider. Si tu décides de devenir quelqu'un de nouveau alors soit, deviens cette nouvelle personne et si cela te rend heureux tant mieux parce que je le serais aussi. Si tu décides de savoir qui tu étais autrement alors je serais là si tu veux une épaule pour pleurer, rire ou même discuter." Plantant son regard dans le sien elle rajouta "Mais ne t'avises plus jamais de souhaiter ta propre mort Aaron Samael Connor."


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael 63155_s

    Merci Solan & Hozber  :<3:
    A. Samael O'Connor
    Ex-Légionnaire
    A. Samael O'Connor
    Informations Générales
    Présentation : Ici
    Journal intime : Et là
    D-C : Andrew, Solan, Atem, Cole, Orion
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 1494
    Messages : 232
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Instabilité

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Sam 3 Oct 2020 - 22:02
    Abigail baissa les yeux. Samael ne ressentait plus rien d'autre qu'une froide colère, qui tambourinait à ses tempes, qui faisait battre son cœur, et lui tordait violemment l'estomac. L'amazone n'était qu'une victime collatérale. Il voyait bien qu'il lui avait fait du mal, et pourtant, aucune émotion ne se frayait de chemin dans son cerveau, comme s'il avait été fait en marbre trop lisse, impossible à briser. Les bras croisés sur sa poitrine, le jeune homme la défiait du regard. Mais elle ne le regardait plus. Elle fixait le sol obstinément, jusqu'à ce qu'enfin, elle ne se décide à répliquer à voix basse :

    "Comment peux-tu dire ça…"

    Ses yeux remontèrent pour se figer dans les siens. C'était à son tour d'être en colère visiblement :

    "Comment peux-tu dire ça !"

    Elle le repoussa, ce qui était probablement le symbole ultime d'une colère sourde, la colère d'une âme blessée.

    "Comment tu peux même souhaiter ta propre ort en pensant que cela aurait mieux valu pour tout le monde ! Tu sais ce qu'ils ont ressenti quand tu étais supposément mort ?! Tu sais ce que j'ai ressenti, moi ?!"

    Non. Samael ne le savait pas. Et Samael aurait donné cher pour ne pas le savoir. Malgré tout, dans les yeux de l'amazone brillaient des émotions qu'il ne pouvait pas nier, qu'il ne pouvait pas éluder. Pendant une fraction de seconde, la culpabilité se fraya un chemin depuis l'extérieur jusqu'au creux de son ventre. Abigail ferma les yeux, mais il était évident qu'elle était dans un état pitoyable, elle tremblait presque de rage.

    "Être divisé ne t'empêche pas de vivre. Au contraire, tu peux choisir qui tu veux devenir, c'est comme être à la croisée d'un chemin, il n'y a que toi qui puisse décider. Si tu décides de devenir quelqu'un de nouveau alors soit, deviens cette nouvelle personne et si cela te rend heureux tant mieux parce que je le serais aussi. Si tu décides de savoir qui tu étais autrement alors je serais là si tu veux une épaule pour pleurer, rire ou même discuter."

    Samael soupira de dépit. Elle ne comprenait vraiment pas. Elle ne voulait pas le comprendre. Elle planta à nouveau ses yeux sombres dans les siens, et rajouta dans un souffle :

    "Mais ne t'avises plus jamais de souhaiter ta propre mort, Aaron Samael O'Connor."

    Les sourcils froncés, les bras croisés, les yeux qui lançaient des éclairs, le romain brûlait d'envie de lui coller son poing dans la figure. Mais… Comment l'avait-elle appelé ? Quelques instants de silence planèrent au-dessus d'eux comme des vautours. Et le doute s'insinua en lui. Aaron. Mais ce n'était pas son nom. Où alors peut-être l'était-ce autrefois ? Personne ne l'avait jamais appelé comme ça, pas même à l'hôpital. Non, ça devait être juste… une erreur. Peut-être ? Peut-être pas. Il n'y avait qu'un moyen de le savoir :

    "Comment tu m'as appelé ? Aaron ? D'où ça vient, ça ?"

    Il leva la main, comme pour lui faire signe de ne pas parler. Soupirant de lassitude, Samael se rassit sur le tronc d'arbre, et invita distraitement l'amazone à en faire de même.

    "J'imagine que c'est le moment ou tu me dévoiles un pan de mon passé qui m'était inconnu. Où alors tu t'es juste trompée de nom. Ça arrive."

    Toujours en colère, le fils de Thanatos laissa ses yeux retomber au sol, fixant un point invisible. Mais désormais, il y avait un brin de curiosité qui luisait dans l'obscurité dans laquelle il avait choisi d'aller. Peut-être serait-ce là un détail qu'il enfouirait plus tard dans un des nombreux tiroirs de sa conscience pour ne plus jamais l'en ressortir. Où peut-être que ça l'aiderait un peu. Peut-être que ce serait le contraire. Mais elle en avait soit trop dit, soit pas assez. Il fallait qu'elle parle, maintenant. Et il fallait qu'il l'écoute.


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Mety
    Abigail Danvers
    Informations Générales
    Présentation : xxx
    Journal intime : xxx
    Parent divin : Athéna
    Points de puissance : 967
    Messages : 352
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Répond à la provocation

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Dim 4 Oct 2020 - 14:30
    A peine les mots étaient-ils sortis qu'Abigail avait voulu les reprendre. Cependant cela n'était pas aussi simple; elle ne pouvait pas reprendre des paroles tout comme elle ne pouvait pas reprendre ses gestes. Elle n'était pas fille d'Eon pour avoir la capacité de voyager à travers le flux du temps comme elle en avait envie.
    Sa bouche s'ouvrit légèrement d'elle-même, choquée par les propres mots qu'elle avait laisser échapper quelques secondes auparavant. Tandis que quelques instants de silence planèrent entre-eux. Comme autant de silence à une question muette, incapable d'être prononcer mais pourtant bien présente, pourtant bien réelle. Que devait-elle faire à cet instant ? Prendre la fuite ? Le laisser assailli par ses questions ? Le corps de l'amazone en mourrait d'envie, prêt à se retourner, à attraper ses affaires et rentrer à la Colonie par le prochain portail. Mais son cœur lui criait de rester, de tenir son serment et d'être là pour lui. Ainsi était-elle dans une position à demi-tourner alors que le silence était brisé par la voix du jeune homme.

    "Comment tu m'as appelé ? Aaron ? D'où ça vient, ça ?"

    De ta mère pensait-elle. Mais aucun son ne sorti, de toute façon le romain lui faisait signe de se taire. Ce qu'Abigail allait faire avec plaisir, elle en avait déjà trop dit et se maudissait intérieurement tandis qu'il se rasseyait sur le tronc d'arbre. Et même s'il l'invitait à faire de même, la guerrière préférait rester debout au cas où son corps prendrait le dessus sur son esprit et l'inciterait à la fuite. La fuite était le meilleur moyen d'éviter les problèmes après tout, incapable de fuir devant un monstre si elle n'y était pas contrainte mais prête à fuir à la moindre parole face à son ami amnésique, quel piètre guerrière et amie faisait-elle.

    "J'imagine que c'est le moment ou tu me dévoiles un pan de mon passé qui m'était inconnu. Où alors tu t'es juste trompée de nom. Ça arrive."

    Elle aurait voulu lui faire comprendre, lui apprendre. Mais il avait clairement exprimé son mécontentement à ce sujet. Regardant partout sauf le romain, elle émit un son, semblable au rire sans joie que le vent avait emporter tout à l'heure avant que les mots ne sortent plus dur que prévu.

    "A quoi bon te dévoiler un passé dont tu ne veux qu'à moitié, que tu ne veux pas ou que tu ne veux plus. Mais je ne me tromperais jamais de nom, jamais avec toi quoi que tu en penses"

    Abigail Danvers, perdue et brisée par un romain qui ne se souvenait plus d'elle. Fatiguée dans une relation sur laquelle elle ne pouvait plus poser de mots, sur laquelle elle ne pouvait plus trouver de comparaison dans les maigres connaissances qu'elle avait.
    Elle ne pouvait rien faire, rien dire sans que cela ne l'enfonce un peu plus dans les bras de la douleur; elle voulait partir, oublier, revenir au début de cette journée pour s'empêcher de passer ce portail, se convaincre elle-même de le laisser venir à lui si nécessaire, d'attendre plutôt que de briser une nouvelle fois ce qu'elle touchait.


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael 63155_s

    Merci Solan & Hozber  :<3:
    A. Samael O'Connor
    Ex-Légionnaire
    A. Samael O'Connor
    Informations Générales
    Présentation : Ici
    Journal intime : Et là
    D-C : Andrew, Solan, Atem, Cole, Orion
    Parent divin : Thanatos
    Points de puissance : 1494
    Messages : 232
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Instabilité

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    le Ven 23 Oct 2020 - 18:55
    L'amazone avait le regard fuyant. Elle prenait grand soin de regarder partout, sauf dans sa direction, puis, au bout d'un moment qui parut incroyablement long à Samael, elle se mit à rire. Un rire sans joie, un rire dénué de toute lueur d'amusement, un rire froid et dur comme de la glace. Et enfin, elle lui dit :

    "À quoi bon te dévoiler un passé dont tu ne veux qu'à moitié, que tu ne veux pas ou que tu ne veux plus. Mais je ne me tromperais jamais de nom, jamais avec toi, quoi que tu en penses."

    Abigail avait refusé de s'asseoir. Il l'avait vraiment énervée, et ça se voyait à son allure crispée, la tension qui l'habitait était palpable, et la douleur qu'elle ressentait était plus qu'évidente. Pourtant, le romain n'éprouvait pas la moindre once de culpabilité. Elle possédait un morceau de sa vie, et elle refusait de le lui céder parce qu'il l'avait envoyé bouler ? Ils se comportaient tous les deux comme des enfants, et ils le savaient. Pour autant, aucun d'entre eux n'était prêt à céder un bout de terrain à l'autre. Était-ce une question d'égo ? Ou une question de sentiments ? L'un n'allant pas sans l'autre, Samael supposa qu'il s'agissait des deux à la fois.

    Il prit une longue inspiration par le nez, tâchant vainement de se reprendre, de calmer la colère qui montait en lui. Au bout de quelques secondes, il se redressa, puis se leva pour faire face à Abigail, qui était probablement plus intimidante et plus grande que lui, sans franchement en avoir quoique ce soit à faire. Elle était furieuse contre lui, mais il ne savait pas franchement pourquoi. Elle était attristée par lui, et il n'avait aucune conscience de la portée que ses mots avaient pu avoir. Elle était lassée par lui, et il se lassait lui-même.

    Samael avait envie de la secouer comme un prunier, de la forcer à en venir aux mains, la provoquer jusqu'à ce qu'elle lui colle son poing dans la figure ; ça lui donnerait une bonne excuse pour répliquer. Mais quelque chose dans son regard, peut-être la tristesse, peut-être la douleur, peut-être le maelstrom d'émotions qui s'agitait en elle rien qu'à le regarder vivre, peut-être que tout cela lui faisait prendre conscience qu'il avait réellement compté dans sa vie. Il avait compté dans celle d'Elliot, aussi. Lui, et quelques autres. Le nombre de vie qu'il avait bousculé de peu était certes peu impressionnant, mais il comptait tout autant.

    Fatigué de lutter avec une froideur glaciale contre toute source de chaleur sans cesse, il finit par abandonner. Abigail semblait peut-être immature sur ce point, mais il était certain qu'elle l'avait beaucoup apprécié, par le passé. Peut-être même qu'elle l'avait aimé, d'une certaine manière. Samael ne voulait pas de cette tendresse, il ne voulait pas de son amour, mais peut-être, peut-être qu'il pouvait accepter qu'il ait existé un jour. Peut-être qu'il pouvait comprendre qu'il avait compté un jour dans d'autres vies, et embrasser le fait qu'on attendait de lui un minimum de tolérance à leur égard. S'il n'avait pas la moindre envie de s'excuser, il se força tout de même à lutter contre cette colère aigre, serra les poings, les dents, et laissa quelques mots s'échapper d'entre ses lèvres :

    "Je suis désolé. Si tu t'attendais à retrouver quelqu'un de bon et joyeux. Si tu pensais retrouver quelque chose de positif. Si tu espérais quoique ce soit venant de moi. Vraiment, je suis désolé."

    Il baissa les yeux et sentit le regard lourd de l'amazone se poser sur lui.

    "Je ne serai jamais le Samael que tu as connu, et j'ai peut-être l'air buté, nerveux, violent, et peut-être que c'est le cas. Peut-être que c'est qu'un passage à vide. Peut-être que j'ai besoin d'être furieux contre quelqu'un de concret pour une raison de merde, parce que je comprends rien à ma vie actuellement. Peut-être que t'es ce quelqu'un là, et peut-être que c'est injuste. T'as rien demandé et je suis là à te blâmer pour tous les maux du monde, mais eh, au moins tu représente quelque chose pour moi, contrairement à tout le reste. Alors encore une fois, je suis désolé, de pas être celui que tu espérais que je sois, mais je suis quand même là et faudra faire avec. Je sais pas qui tu étais pour lui, mais à voir ta tête tu devais être importante. J'imagine. Bref."

    Samael dut ravaler des larmes de frustration, ravaler sa hargne, sa rage au goût amer, et il tremblait encore quand il redressa les épaules pour planter son regard dans le sien. Une seule requête. Il n'avait droit qu'à ça.

    "Aide-moi. S'il-te-plaît."


    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Mety
    Contenu sponsorisé
    Informations Générales
    Feuille de Personnage

    "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael Empty Re: "When everything is falling apart, I am here" - ft Samael

    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


    Sortie du Satyre Déchaîné, édition n° 23 ! Pour la lire, c'est ici ! Envie de rp ? Viens trouver des partenaires par là. Nouveau thème les copains. Des commentaires ? C'est par ici ! De nouveaux lieux ont vu le jour ! Fabuleux, n'est-ce pas ? Pour les plus audacieux, venez participer à une micro-quête ! Pour gagner des PP, venez visiter les lieux du mois et mettez-en vous plein les poches ! Envie d’un petit truc en plus qui vous rend unique ? Allez à la boutique d’objets magiques ! Les top sites sont un moyen facile de nous faire connaître, et de gagner des PP en prime !