• AccueilAccueil  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • ConnexionConnexion  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • Nous n'acceptons plus : les demi-dieux grecs âgés de + de 16 ans ; les enfants de Nyx/Nox, Hadès/Pluton
    -48%
    Le deal à ne pas rater :
    Camera Surveillance Bébé WiFi sans fil1080p CACAGOO
    25.99 € 49.99 €
    Voir le deal

    Paloma Rivera
    Pensionnaire
    Paloma Rivera
    Informations Générales
    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Basil, Nicole
    Parent divin : Dionysos
    Points de puissance : 2451
    Messages : 192
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Inconsciente

    Be careful what you wish for [Billie] Empty Be careful what you wish for [Billie]

    le Jeu 27 Aoû 2020 - 11:48

    Paloma se tient aux abords de la Grande Maison, assise sur un muret. Elle tient un morceau de bois dans la main, qu'elle taille avec un couteau de temps à autres. Elle n'avance pas bien vite car elle fait de longues pauses pour observer les alentours et les déplacements des demi-dieux dans la Colonie. Les activités sont finies pour la journée et les pensionnaires profitent du temps libre avant le repas. Sous le soleil de fin d'après-midi, des petits groupes se forment pour jouer au volley, discuter dans la salle d'art ou se balader aux abords du lac. D'habitude, elle irait boire un jus de fruit à la Cabane ou elle écouterait les amateurs de musique répéter avec leurs instruments à l'amphithéâtre. Mais ce soir, elle guette les allers et venues autour de la Grande Maison. Elle attend les Chasseresses.

    Son expérience dans le Labyrinthe l'a convaincue. Même si elle est revenue indemne, ce n'est pas le cas de sa co-équipière Rhylan. Si elle veut vraiment être utile et protéger les autres, elle ne peut plus se permettre d'être une gamine pleurnicharde. Il faut qu'elle redouble d'efforts à l'entraînement, qu'elle gagne en expérience et qu'elle améliore la maîtrise de son pouvoir. Et il faut qu'elle intègre la Chasse.

    Son plan est simple : elle va interroger une des Chasseresses qui surveillent la Colonie pour lui demander comment elle peut rejoindre Artémis. Elle n'a encore jamais osé leur parler, trop intimidée. Mais à présent, sa résolution lui donne assez de courage pour les aborder.

    À force de les observer, plus ou moins discrètement, Paloma sait les reconnaître et connaît le prénom de certaines d'entre elles. Par exemple, la silhouette féminine qui rentre dans la Grande Maison, c'est June, la plus impressionnante d'entre elles. Paloma a beau être courageuse, elle ne pense pas qu'elle aura l'audace de l'aborder, elle est bien trop intimidante.

    Au moment où June passe le seuil de la Grande Maison, elle croise une autre jeune femme aux cheveux très clairs qui en sort. Paloma n'a pas retenu son prénom mais elle l'a déjà repérée. Chaque fois qu'elle la croise dans la Colonie, elle est subjuguée par sa beauté. Elle fait mine de tailler son bout de bois tandis que la Chasseresse dépasse le muret sur lequel elle est assise. Elle la surveille du coin de l’œil et, quand elle s'est un peu éloignée, elle range le canif et le morceau de bois dans la poche avant de sa salopette et se lève.

    C'est en train de devenir une mauvaise habitude chez elle, de suivre les gens dans la colonie. Pour le moment, ça lui a apporté autant de bonnes que de mauvaises surprises. Elle espère qu'aujourd'hui ce sera une bonne. Elle suit la Chasseresse en maintenant une distance qu'elle estime respectable jusqu'à l'orée de la forêt. Elles sont un peu à l'écart de l'activité incessante de la Colonie et elle juge que l'endroit est assez éloigné des oreilles indiscrètes pour poser ses questions. Car Paloma n'a fait part à personne de son projet secret.

    Le craquement des feuilles et des brindilles sous ses pieds a dû trahir sa présence. Elle prend la parole et dit d'une voix claire :

    - Je suis désolée de te déranger mais il faut que je te parle. Je suis Paloma, fille de Dionysosn et...

    Elle s'arrête, sans vraiment savoir pourquoi. Elle ne s'apprête pas à jurer sur le Styx mais, pourtant, le simple fait de le dire à voix haute pour la première fois lui donne l'impression de faire une promesse. Elle se reprend et continue :

    - Et je veux devenir une Chasseresse. Dis-moi s'il te plaît, comment on rejoint les disciples d'Artémis.

    Maintenant qu'elle l'a dit, elle a le sentiment de ne plus pouvoir revenir en arrière.
    Billie Wolfe
    Surveille le camp pour Artemis
    Billie Wolfe
    Informations Générales
    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Aphrodite
    Points de puissance : 812
    Messages : 449
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: son obstination.

    Be careful what you wish for [Billie] Empty Re: Be careful what you wish for [Billie]

    le Jeu 10 Sep 2020 - 0:24

    Les lettres dansaient devant ses yeux, se stabilisant lors de brefs moments avant de se mêler de nouveau les unes aux autres pour ne plus laisser qu’un charabia sur la page du livre ouvert à la même page depuis de longues minutes. Son attention s’accrochait aux schémas, un langage bien plus net que l’alphabet abstrait qui se déclinait au fil des lignes et que Billie avait passé toute son enfance à laborieusement déchiffrer. Ses efforts avaient payé, et la lecture était une activité bien moins fastidieuse qu’autrefois. Les centaines d’heures de cours particuliers et les travaux de la dizaine de professionnels de la dyslexie avaient porté leurs fruits. Les mots joueraient éternellement à cache-cache avec elle, mais au moins avait-elle développé des stratégies pour mieux les débusquer.

    Sa dyslexie n’avait pas tout de suite inquiété ses parents, au contraire, ses petites erreurs les avaient amusées, une réaction classique devant une enfant qui demande pourquoi les grandes tentes rondes dessinées sur le livre s’appellent des yaourts et si elle aussi pourra vivre dans un dessert quand elle sera grande. Des sourires attendris, une main affectueuse dans les cheveux, et le lapsus était oublié, envolé dans des explications patientes. Mais les fois suivantes, les froncements de sourcils avaient remplacé les gloussements, alors que la fillette répétait encore et encore une faute qui n’avait alors plus rien d’adorablement maladroit. Le déni avait été suivi par une réaction démesurée, digne de deux stars habituées au drama et à l’exubérance d’Hollywood et des réseaux sociaux qui commençaient à envahir le monde. Ils avaient tout fait pour atténuer tant la dyslexie que son importance, rassurant leur petit ange à coup de compliments et de superlatifs. Billie était parfaite, même avec ce petit défaut, mais elle pouvait l’être encore plus, encore meilleure, encore plus exceptionnelle, si elle travaillait pour le corriger.

    Et elle le fut, exceptionnelle, lors d’un voyage à Athènes au cours duquel la gamine souriait de toutes ses dents de lait en lisant certaines inscriptions avec une facilité déconcertante. Certes, elle hésitait beaucoup, et le sens des mots demeurait un mystère, mais le grec ancien semblait lui venir bien plus naturellement que l’anglais. Ses parents furent émerveillés par ce prodige, et encouragèrent alors la petite à progresser dans cette nouvelle langue, sans se poser une seule question. L’explication était toute trouvée : Billie était une enfant extraordinaire, ils l’avaient su dès l’instant où ils avaient croisé son regard, et elle ne cessait de leur donner raison à mesure qu’elle grandissait.

    Le livre qu’elle lisait à présent, assise seule dans la bibliothèque attenante à la salle du conseil, n’était hélas pas écrit en grec ancien. Pourtant, Billie ne se décourageait pas, bien décidée à le terminer malgré sa concentration vacillante. Dès que son attention papillonnait, elle la ramenait sur les dessins, qui parvenaient à accrocher son esprit et à reposer sa rétine quelques instants. Lorsque la dernière page fut tournée, elle poussa un soupir exténué mais satisfait. Un coup d’œil vers la fenêtre la fit grimacer. L’après-midi s’achevait déjà, ce qui signifiait qu’elle s’était battue plus d’une heure pour lire un manuel de stratégies de combat. Mais cela voulait aussi dire qu’elle avait passé plus d’une heure dans une salle, assise – et parfois debout, occupée à faire le tour des rayonnages, les yeux rivés sur son livre à tel point que l’absence de collision tenait du miracle, ou bien de la grâce innée des enfants d’Aphrodite – dans une concentration extrême et une réflexion intense. Un sourire fleurit sur ses lèvres dont le rouge commençait à se faner. Si elle parvenait à se contrôler ainsi sur le terrain, elle serait bien plus forte, lors du prochain entraînement.

    Du moins tentait-elle de s’en persuader, alors qu’elle quittait la bibliothèque pour rejoindre le hall de la grande maison.

    Elle accéléra le pas aux alentours de l’infirmerie, le regard hautain et résolument tourné devant elle pour éviter de rencontrer un de ses camarades fraîchement revenu de Quête. Elle ne parvint pourtant pas à éviter tous les indésirables, et June eut droit à une brève œillade haineuse avant que Billie ne détourne les yeux, refusant de lui accorder plus d’attention, alors que chacune partait dans une direction opposée. Dehors, la Colonie avait retrouvé son effervescence, et de toutes parts des pensionnaires piaillaient et ricanaient. Le bruit l’irritait quand leur simple présence n’y parvenait pas, et c’est d’un pas résolu que Billie s’engagea en direction du seul lieu où elle ne risquait pas d’être dérangée à cette heure. La forêt était sereine, et Billie s’imprégna de cette tranquillité avant que celle-ci ne s’évapore, comme une nuée de papillons prend son envol, effrayée par un simple pas esquissé à quelques mètres de leur refuge.

    Elle se savait suivie mais elle ne s’attendait pas à ce que la fille ose l’aborder alors qu’elle l’avait ostensiblement ignorée. Les souvenirs flous que sa brève présentation avaient fait remonter à la surface ne l’encouragement pas à être sympathique. Paloma. Fille de Dionysos. Elle était arrivée pendant l’année, Billie s’en souvenait vaguement. Elle avait participé à une quête une fois, avec Kleman. Billie l’avait plainte, cette gamine à qui on imposait une malédiction telle que celle-là. A présent, Billie ne la plaignait plus.

    Elle l’enviait.

    Car Paloma avait obtenu ce qui avait été injustement refusé à Billie. Paloma, toute inexpérimentée qu’elle était, avait été désignée pour participer à la Grande Quête. Paloma, que Billie n’avait jamais vraiment remarquée, était entrée dans le Labyrinthe aux côtés de pensionnaires probablement bien plus doués qu’elle. Et elle en était sortie, par chance, ou grâce à un talent insoupçonné.

    Billie aurait pu admirer Paloma. Elle aurait pu lui poser mille questions, pour se tenir prête à son tour. Mais sa fierté piétinée interdisait l’admiration. Et ses émotions refoulées, canalisées dans des activités absorbantes, lui tordaient violemment les entrailles, à mesure qu’elle observait Paloma. Frustration. Rage. Jalousie. Le tout dissimulé par un visage impassible et une expression pensive.

    Paloma parlait avec une dévotion presque enfantine, aveuglée par ses illusions de bravoure. Billie se demanda à quoi elle avait ressemblé ce jour-là, quand elle était venue, comme Paloma, demander à rejoindre la Chasse. Ses propres yeux brillaient ils de la lueur déterminée qu’elle pouvait apercevoir dans ceux de Paloma ? Son propre discours avait-il paru aussi naïf aux yeux de celles qui étaient à présent ses sœurs ? Elle se persuadait que non. Car elle, a la différence de Paloma, avait déjà vécu avant de rejoindre les servantes d’Artémis. Son visage n’était pas baignée de la douce lumière de l’insouciance, mais déformé par la douleur, comme une olive noire se fripe et se teinte d’amertume, loin de la vigoureuse innocence de ses sœurs verdâtres. Son expression n’était pas celle de Paloma, qui croyait si fort en des mirages idéalisés au sein desquels elle pensait se trouver une place.

    Paloma n’avait aucune raison apparente de rejoindre les Chasseresses, et pourtant elle le désirait avec une force hors du commun, dont la pureté poussait presque à l’admiration.

    Presque.

    C’était sans compter sur la jalousie. Virulente, chaotique, intense. C’était sans compter sur tout ce que Billie enviait à Paloma. Son insouciance. Son assurance. Sa liberté. Sa force. Sa bravoure. Elle avait l’étoffe d’une Chasseresse. Plus que Billie ne l’avait jamais eue, elle qui ne les aurait jamais rejointes à la manière de Paloma, elle qui ne les avait rejointes que mue par la souffrance et la nécessité de se défendre. Paloma lui demandait cela comme on s’approche d’un rêve à réaliser. Et c’était intolérable. Plus intolérable encore que la participation de Paloma à la Grande Quête. Alors, Billie se barricada derrière sa jalousie, lançant sa réponse sur un ton cassant, le visage figé dans une expression blasée qu’elle s’efforçait de maintenir.

    Tu devrais déjà t’entraîner à être plus discrète quand tu suis les gens. Si tu t’intéressais vraiment aux Chasseresses, tu saurais que c’est un de leurs points forts.

    Rabaisser pour mieux s’élever. Garder la face, à tout prix, ne rien perdre de sa superbe, ne jamais admettre ses failles ni reconnaître des vertus aux autres. C’était le seul moyen. C’était la solution par défaut. Paloma en ferait les frais, comme tant d’autres avant elle. Peu importait, au fond, de blesser quelque peu son ego, tant que celui de Billie était préservé.

    Avec n’importe qui d’autre, a n’importe quel autre moment, elle n’aurait pas agi de la sorte. Elle aurait profité de l’attention accordée, flattée, elle aurait endossé le rôle de celle que l’on consulte avec une bouffée de fierté, elle aurait parlé d’elle, sans doute, en édulcorant légèrement les faits racontés. Dans ses mauvais jours, elle aurait marmonné que les flyers existaient pour une bonne raison avant de quitter les lieux. Mais Paloma, par sa seule présence et ses demandes pourtant si banales, avait réveillé des démons enfouis depuis son explosion dans la salle d’art. Billie était amère, Billie était jalouse, et elle n’allait pas gentiment montrer le chemin à Paloma. Elle n’allait pas faciliter la route de cette fille qui recevait tout sans effort, sans même le mériter. Si elle devait guider Paloma, elle allait emprunter le sentier escarpé, et espérer que la gamine – plus âgée physiquement, du même âge officiellement, mais bien plus jeune si l’insouciance était un indicateur d’âge – trébucherait en chemin.

    En même temps, je ne sais pas pourquoi je te donne des conseils. Tu n’as pas l’air d’être au courant, mais Dame Artémis ne recrute plus de chasseresses en ce moment. Il y a eu quelques problèmes ces derniers temps, la lieutenante pense que c’est parce qu’on est trop nombreuses et la déesse est d’accord avec elle. Puis les nouvelles recrues ne sont pas fiables en général, alors Dame Artémis préfère compter sur les anciennes. Désolée...

    Désolée, elle ne l’était pas même un peu, mais elle fit l’effort d’affecter une moue légèrement contrite. Le mensonge était grossier, bien qu’agrémenté de quelques vérités qui l’ancraient bancalement dans la réalité. Une nouvelle recrue les avait rejointes récemment, et Paloma le savait peut-être, mais Billie s’en fichait. Elle était certaine que Paloma était bien trop crédule pour remettre en question ses paroles. Car en dépit de tout le contrôle qu’elle exerçait sur elle-même, en dépit de son calme apparent, Billie débordait d’une jalousie qui l’aveuglait, et d’une frustration qui ne s’était pas éteinte après son altercation avec June.

    Et Paloma paierait. Elle paierait pour June. Elle paierait tous les pots cassés.


    Be careful what you wish for [Billie] 4edh
    Merci Solan, pour cette beauté ♥️
    Merci Nathantdetalent:
    Be careful what you wish for [Billie] Wr2x
    Paloma Rivera
    Pensionnaire
    Paloma Rivera
    Informations Générales
    Présentation : www
    Journal intime : www
    D-C : Basil, Nicole
    Parent divin : Dionysos
    Points de puissance : 2451
    Messages : 192
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Inconsciente

    Be careful what you wish for [Billie] Empty Re: Be careful what you wish for [Billie]

    le Lun 16 Nov 2020 - 17:43

    Les pieds fermement campés dans le sol, Paloma affronte le regard dur de Billie sans ciller. Elle encaisse avec grâce la critique. C'est vrai, elle manque de discrétion (et de réflexe, de force et de stratégie). Mais maintenant que ce défaut a été pointé du doigt, elle va travailler à se corriger. Elle imagine déjà des exercices pour s'entraîner à devenir aussi silencieuse et invisible que ses idoles. Loin d'être rebutée par l'attitude blasée et distante de la Chasseresse, elle se félicite d'être allée la voir : derrière son aura impressionnante, Billie se révèle être de bon conseil. Aussi, elle lui adresse un sourire confiant qui, elle l'espère, ne lui paraîtra pas présomptueux. C'est donc sereine qu'elle l'écoute quand elle reprend la parole. Cependant, sa tranquillité se trouble au fur et à mesure que la Chasseresse lâche ses paroles blessantes, comme un oiseau de mauvais augure.

    Ainsi, Artémis ne chercherait plus de nouvelles jeunes filles pour compléter la Chasse ? Elle ne ferait plus confiance aux nouvelles recrues ? Impossible. Paloma refuse d'y croire. Et pourtant, puisque Billie le dit... Pendant un cours instant, Paloma entrevoit la possibilité que son rêve puisse ne jamais se réaliser et sa confiance vacille. Ce en quoi elle a placé tous ses espoirs, le but qu'elle s'est donné et qui guide sa vie comme une boussole, le repère vers lequel elle tend quand elle se sent perdue. Tout cela serait réduit en miette par la mine vaguement désolée d'une fille à peine plus âgée qu'elle ?

    Non, elle ne peut pas l'accepter. Si il y a bien une chose en laquelle elle peut avoir confiance, c'est que sa force de détermination peut faire bouger des montagnes. Elle fera comprendre à Artémis qu'elle est une exception, qu'elle fera une Chasseresse fiable, qu'elle est prête. Elle est sûre que rarement une fille de dieu aura voulu à ce point rejoindre la Chasse. Oui, elle montrera à la déesse que ses intentions sont nobles et pures et qu'elle mérite de trouver sa place, celle à laquelle elle aspire plus que tout. Son trouble a disparu et a laissé place à une expression sereine, celle de sa foi inébranlable.

    - Ne t'en fais pas, je suis sûre que tout se passera bien pour moi. Artémis verra que mes intentions sont louables, je suis convaincue qu'elle me laissera intégrer la Chasse. C'est gentil de ta part de me prévenir mais ce n'est pas nécessaire : je réussirai à atteindre mon objectif.

    Paloma rayonne de confiance. Elle sourit, simplement. Pourtant, il reste un point qui continue de la préoccuper : elle s'approche de ses seize ans, âge à partir duquel la déesse accepte moins facilement les nouvelles recrues, d'après les rumeurs. Elle ne peut plus perdre de temps. Elle dit :

    - Je voulais savoir comment ça se passe quand on est choisi par Artémis, tu peux m'expliquer comment ça se déroule s'il te plaît ?

    Elle tient à être préparée mais elle est aussi curieuse de savoir comment Billie a vécu cette expérience : qu'a-t-elle ressenti ? Aussi elle demande :

    - Est-ce que c'est la même chose pour tout le monde ? Comment tu l'as vécu toi ?

    Dans le calme de la forêt, Paloma entend son cœur battre, elle est pleine d'anticipation. Elle a le sentiment grisant de toucher du doigt son rêve. Enfin, il va prendre la forme d'une réalité concrète grâce aux réponses de Billie.
    Billie Wolfe
    Surveille le camp pour Artemis
    Billie Wolfe
    Informations Générales
    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Aphrodite
    Points de puissance : 812
    Messages : 449
    Feuille de Personnage

    Feuille de personnage
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: son obstination.

    Be careful what you wish for [Billie] Empty Re: Be careful what you wish for [Billie]

    le Dim 13 Déc 2020 - 20:09
    Billie s’attendait à tout. Paloma aurait pu poser des questions pressantes pour tenter de comprendre pourquoi la déesse de la Chasse avait fermé les portes de  sa compagnie. Paloma aurait pu afficher une mine triste et désespérée, à l’idée de voir son rêve s’envoler. Paloma aurait pu laisser éclater sa colère à l’encontre de Billie, alors que tous ses espoirs étaient balayés par ses quelques mots. Paloma aurait pu rire de dédain en comprenant que ces paroles n’étaient que mensonges. Paloma aurait pu s’en aller la tête basse, déçue de n’avoir rencontré qu’un mur, là où elle cherchait une porte.

    Billie s’attendait à tout, et elle s’était crue clairvoyante lorsque le trouble avait fait vaciller quelque peu le sourire ineffable de Paloma. Billie s’attendait à tout – ou du moins le croyait-elle – et Paloma lui avait donné tort, avec la sérénité que son visage avait affiché après quelques secondes de doute, avec ses mots qui débordaient d’insouciance et de confiance aveugle, avec l’aplomb incroyable qui résonnait dans sa voix, avec le sourire désarmant qui était revenu étirer ses lèvres avec une sincérité surprenante.

    Billie l’avait attaquée avec des mots durs, souhaitant blesser, désirant décourager, brûlant de faire fuir, et Paloma s’était défendue avec une douceur aussi niaise que touchante, comme si le bouclier invisible qui l’entourait était absolument hermétique à tous les assauts que pouvaient mener les autres, comme si les piques glacées qui lui étaient envoyées se contentaient de fondre au contact de son enthousiasme inébranlable, sans pour autant qu’elle ne les relance pour blesser à son tour. C’était aussi ridicule qu’impressionnant. L’ego de Billie et toutes les croyances qu’elle s’était forgée au fil du temps se riaient de cette démonstration de confiance dérisoire, se moquaient de cette gamine trop sûre d’elle qui finirait bouffée par une vie dont elle refusait de voir les affres, se gaussaient de cette joie trop pure qui ne pouvait être qu’une faiblesse. Oui, Paloma était risible, et toute cette assurance s’évaporerait bien assez tôt pour donner raison à Billie. Oui, elle n’était qu’une enfant qui courait après un rêve idéalisé, une fillette dont les yeux étaient encore sertis d’étoiles alors qu’elle s’en approchait – mais combien de temps avant que de ces lumières il ne reste que des trous noirs ? Oui, ce n’était qu’une adolescente obsédée par une chimère, et son obstination naïve était agaçante.

    Et pourtant, quelque part au fond d’elle, l’admiration de Billie pour Paloma ne faisait que grandir à mesure qu’elle se dévoilait, à mesure qu’elle révélait son indomptable volonté, à mesure que dans ses prunelles s’embrasait le feu incandescent de ceux qui ont toujours su ce qu’ils veulent. Billie l’enviait. Car ses désirs, à elle, étaient inaccessibles, véritablement, et non pas seulement d’après les dires mensongers d’une étrangère. Et plus encore, Billie se reconnaissait en elle, en cette obstination crédule, en cette foi inébranlable dans sa capacité à accomplir ses desseins. Ou plutôt, elle aurait aimé s’y reconnaître. Elle aurait aimé avoir la même force de caractère, la même calme détermination, la même résistance aux critiques. Tout ce que Billie s’efforçait de maintenir en surface, Paloma semblait le convoquer avec un naturel étonnant, et avec un sourire solaire qui lui donnait irrésistiblement envie de croire, en elle-même, en Paloma, en Dame Artémis, en l’avenir.

    Et c’était peut-être cela, le plus dérangeant.

    Paloma représentait tout ce que Billie n’était pas, tout ce que Billie se refusait fermement à être, en surface, tout ce qu’elle aspirait à être, au fond. Elle pouvait se mentir, elle pouvait écouter son ego écorché, elle pouvait la rabaisser pour se rassurer, au fond Billie savait. Elle savait que, des deux, la plus forte était Paloma. Mais l’admettre aurait conduit à remettre en cause toutes les croyances qu’elle avait empilées les unes sur les autres telles des dizaines de briques solidement cimentées. Et alors, il aurait fallu abandonner son abri pour construire de nouvelles fondations. Alors, Billie persista à se draper dans la certitude confortable qu’elle valait bien mieux que cette fille de Dionysos qui avait à peine ouvert les yeux sur le monde qui l’entourait. Paloma lui facilitait la tâche, en la prenant pour référence, l’élevant à un statut de modèle tandis qu’elle se mettait elle-même à la place de l’étudiante qui prenait des notes.

    Un léger soupir impatient quitta ses lèvres lorsqu’elle entendit la première question, une interrogation classique et clichée, à laquelle elle avait droit à chaque fois qu’on venait lui demander des informations. Au moins était-ce facile désormais de considérer que Paloma était une pensionnaire comme les autres, contrairement à ce qu’elle semblait croire si ardemment. Jusqu’à ce qu’elle surprenne Billie, une fois encore. Jusqu’à ce qu’une question innocente fasse toute la différence.

    Comment tu l'as vécu toi ?

    Personne ne lui avait jamais demandé une telle chose. Quelque part, c’était trop intime, trop personnel, et peut-être que personne n’osait poser de telles questions à Billie la fière, Billie la froide, Billie l’agressive. Ou peut-être – et c’était plus probable – qu’elles n’en avaient tout simplement rien à faire, ces filles qui l’abordaient pour obtenir des réponses avant tout pour elles-mêmes. Paloma ne se contentait pas de penser à elle, à sa future intronisation en tant que Chasseresse, à ce qu’il lui faudrait entreprendre pour en arriver là. Non, Paloma s’intéressait à son vécu, et même si c’était un intérêt égoïste, même si elle ne cherchait qu’à nourrir sa propre expérience avec celle de quelqu’un d’autre, une part de Billie – celle qui regrettait les flashs et les cœurs par milliers sur les réseaux – se sentait malgré tout honorée de l’attention qui lui était portée. Alors elle prit le temps de répondre, avec une voix un peu plus douce, un peu moins chargée en animosité.

    Je crois que c’est différent pour tout le monde, même s’il y a des choses qui changent pas. On prononce toutes le même serment, certaines le font devant d’autres Chasseresses, d’autres seules avec Ar- Dame Artémis, souvent c’est au campement mais pas toujours, et je crois que c’est pratiquement toujours la nuit mais il y a sûrement des exceptions. D’habitude, Dame Artémis pose pas trop de questions sur nos motivations… je crois qu’elle sait. Mais il y a eu des cas un peu, euh, particuliers, et ça a pris plus de temps. Souvent c’est quand une fille est un peu trop vieille.

    Il y avait eu Evanna, la plus âgée d’entre elles, physiquement du moins. Evanna qui avait tout d’une Chasseresse exemplaire, Evanna qui débordait d’une motivation sans bornes et qui avait su convaincre une déesse millénaire d’assouplir ses principes afin de l’accueillir. Et puis il y avait eu Ophelia, trop grande elle aussi, trop mature. Ophelia brisée par le Labyrinthe, Ophelia qui cherchait une seconde chance, Ophelia à qui Artémis avait tendu la main pour lui offrir une nouvelle vie. Deux exceptions si différentes, ces adultes dans un groupe juvénile, deux personnalités assez exceptionnelles pour mériter une place parmi des adolescentes éternelles, deux filles que Billie ne connaissait qu’en surface, deux sœurs trop intimidantes pour être véritablement approchées. Quant aux autres… à vrai dire, elle n’en savait pas grand-chose. Certaines étaient dans la Chasse depuis si longtemps qu’elles semblaient totalement déconnectées du présent, et Billie ne songeait pas à leur demander comment elles y étaient entrées. Elle n’était pas Paloma, qui posait des questions personnelles avec une spontanéité déconcertante.

    Comment je l’ai vécu, moi… C’est allé très vite, j’ai prononcé mon serment et puis j’ai reçu la bénédiction d’Artémis, et c’était…

    Intense. Rassurant. Puissant. Apaisant. Indescriptible. Il n’y avait pas vraiment de mot pour décrire cet état si particulier, aucune parole n’arrivait à la cheville du simple souvenir de la sensation de sérénité absolue qui l’avait envahie à l’instant où ce don lui avait été fait. L’ombre d’un sourire nostalgique apparut au coin de ses lèvres alors qu’elle se plongeait dans les souvenirs, alors que la lueur vive de la lune lui revenait en mémoire en même temps que le murmure velouté de la brise et l’éclat doré des étoiles, alors qu’elle se voyait de nouveau là-bas, assise en tailleur sur le sol et submergée par une perception nouvelle de tout ce qui l’entourait.

    Je me suis juste sentie très… apaisée d’un coup. Comme si tous mes soucis avaient disparu. Et très forte aussi. J’avais l’impression que rien ne pourrait plus jamais m’arrêter.

    Oui, elle s’en souvenait encore, de cette conviction profonde qui l’avait envahie alors, celle d’avoir enfin trouvé la réponse à toutes ses questions, celle d’avancer sur le bon chemin, celle de savoir enfin ce qu’elle devait faire, celle d’avoir enfin dépassé toutes ses peurs et de ne plus jamais pouvoir tomber de nouveau aussi bas. La paix intérieure lui avait tendu les bras pour l’envelopper dans un cocon rassurant et énergisant, avant de la lâcher au milieu des doutes qu’elle avait naïvement cru avoir laissés derrière elle. Cette nuit-là, elle avait ouvert les yeux sur le monde qui l’entourait, brûlant sa rétine au contact de l’astre qui lui apportait toutes les réponses, et puis le jour était arrivé, aveuglant, et elle avait oublié toutes les vérités qu’elle pensait avoir apprises par cœur. Elle avait atteint la ligne d’arrivée de sa course avant de s’éveiller de ce doux rêve et de réaliser qu’elle était revenue au point de départ. La désillusion avait été cruelle, la frustration impitoyable, et pour autant Billie ne regrettait pas sa décision. Elle avait obtenu une partie de ce qu’elle désirait, et elle avait l’éternité pour se saisir du reste. Elle était plus forte que jamais, et chaque jour elle l’était plus que la veille.

    Mais il avait fallu faire des sacrifices. Il avait fallu renoncer à une partie d’elle, à cet héritage maternel et divin, et au leg d’un père mortel qu’elle n’avait jamais connu. L’amour et la mort. Deux synonymes de souffrance aux yeux de Billie, deux aspects d’une vie passée qu’elle n’avait eu aucun mal à laisser derrière elle pour avancer, et le sacrifice n’avait pas été si difficile que cela – du moins en apparence – mais en serait-il de même pour Paloma ? Non, elle se dégonflera dès qu’elle se rendra compte de ce qu’entrer dans la Chasse représente. Billie l’avait constaté au fil des mois : peu de recrues potentielles rejoignaient effectivement leurs rangs, rattrapées au dernier moment par une âme-sœur inattendue, frappées soudain par le sens du serment qui les lierait à Artémis pour l’éternité, effrayées par ce que vivre pour toujours signifiait réellement. Parce que leur motivation reposait sur un rêve d’enfant, un idéal de force féminine, une représentation fausse de la vie sauvage, une volonté de prouver quelque chose, à elles-mêmes ou aux autres, avant de réaliser que peut-être le jeu n’en valait pas la chandelle. Celles qui allaient au bout portaient leur détermination dans leurs tripes, et le désir d’être chasseresse était alors souvent né d’une nécessité qui éclipsait tout le reste, qui rendait inopérantes toutes les raisons de demeurer mortelles. Celles qui restaient n’avaient parfois rien d’autre que la Chasse, déjà déconnectées du monde comme l’étaient leurs aînées millénaires. Billie étaient de celles-là, et Paloma, Paloma solaire, Paloma populaire à la Colonie, Paloma qui avait tant d’amis à perdre en se lançant dans cette aventure, Paloma appartenait à la première catégorie. Elle n’irait pas au bout, elle abandonnerait sans doute dès la fin de cette conversation, dès l’instant où elle réaliserait que la réalité ne ressemblait pas en tous points à l’image que son esprit s’était dessinée. Et Billie savait exactement quelle question poser pour la déstabiliser, pour réduire en cendres une étincelle qui n’était vouée à allumer aucun feu pérenne. Alors elle planta son regard inflexible dans celui de la fille de Dionysos, curieuse d’une réponse dont elle pensait déjà connaître les grandes lignes – ces fausses recrues manquaient cruellement d’originalité.

    Pourquoi tu veux devenir Chasseresse en fait ?


    Be careful what you wish for [Billie] 4edh
    Merci Solan, pour cette beauté ♥️
    Merci Nathantdetalent:
    Be careful what you wish for [Billie] Wr2x
    Contenu sponsorisé
    Informations Générales
    Feuille de Personnage

    Be careful what you wish for [Billie] Empty Re: Be careful what you wish for [Billie]

    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


    Sortie du Satyre Déchaîné, édition n° 23 ! Pour la lire, c'est ici ! Envie de rp ? Viens trouver des partenaires par là. Nouveau thème les copains. Des commentaires ? C'est par ici ! De nouveaux lieux ont vu le jour ! Fabuleux, n'est-ce pas ? Pour les plus audacieux, venez participer à une micro-quête ! Pour gagner des PP, venez visiter les lieux du mois et mettez-en vous plein les poches ! Envie d’un petit truc en plus qui vous rend unique ? Allez à la boutique d’objets magiques ! Les top sites sont un moyen facile de nous faire connaître, et de gagner des PP en prime !