AccueilAccueil  
  • RechercherRechercher  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Votez pour Half god

    1 2 3Carte ColonieCarte Camp

    Eidan Lewis
    Pensionnaire

    Eidan Lewis

    En bref

    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Morphée
    Points de puissance : 279
    Messages : 132

    En détails
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Combativité trop importante




    Je m'avoue vaincu

    Tu ne perds rien pour attendre, fils d'Apollon


    Korain avait l’air déstabilisé. Eidan l’était aussi. Le brun savait qu’il pouvait être super dur parfois, pourtant il était rarement réellement méchant. D’autant qu’il avait tendance à se dire qu’avec ses potes, ça passait, parce qu’ils le connaissaient. Manifestement, ça ne passait pas toujours. Korain était probablement une des personnes qu’il taquinait le moins, parce qu’il savait que ça n’était juste pas dans ses habitudes et qu’il ne répondait pas vraiment à ce genre d’adresse. Là, il avait été trop loin, et il lisait sur le visage du blond qu’il l’avait blessé. Or Korain était bien une des dernières personnes qu’il souhaitait blesser. Bien que, cette fois-ci, ce fut parfaitement involontaire, il sentit un étrange sentiment de culpabilité lui serrer l’estomac, un sentiment qu’il ressentait plutôt rarement. Il entrouvrit la bouche, mais Korain prit la parole en premier. Il s’excusa, à tord très probablement. Eidan ressentit néanmoins un vague sentiment de soulagement : au moins, Korain venait de comprendre l’entreprise du brun. S’il y avait bien une chose que le fils de Morphée ne voulait pas, c’était que le blond le prenne pour un connard fini, crachant des méchancetés plus grosses que lui, gratuitement.

    Néanmoins, ce vague sentiment de soulagement ne dura pas beaucoup plus d’une seconde, car l’expression du fils d’Apollon était toujours aussi figée, pour une raison qu’il ne captait pas forcément.

    — … tu peux pas toujours affronter les choses en plantant tes deux pieds devant elles et en haussant le ton. Ça va marcher pour ceux qui voudront parler plus fort que toi. Mais il y a des gens qui ne veulent pas crier et pourtant leur voix compte.

    Eidan resta sans voix. Oui, leur voix compte ; mais comment la faire entendre s’ils ne s’expriment pas ? Pour Eidan, ce n'était pas en fuyant qu’on se faisait entendre. Le brun était complètement démuni, et il ne savait pas quoi répondre à son ami. Ce n’était pas du tout sa manière de faire, pas du tout son domaine d’expertise. Ses problèmes, il les réglait toujours en imposant sa voix, en se faisant entendre ; et il ne savait tout simplement pas comment faire autrement. Tout comme, probablement, Korain ne savait pas faire entendre sa voix ; en tout cas l'imposer.

    Il inspira mais sa voix resta bloquée dans sa gorge quand Korain lui tourna le dos et s’éloigna ; à nouveau. La situation ne pouvait pas rester telle quelle.

    Il accéléra le pas et se planta devant Korain.

    OK mec, j’suis désolé, d’accord ?

    Il passa une main dans ses cheveux à l’arrière de son crâne, embarrassé.

    J’ai tendance à zapper que, bah, c’est pas ton truc. Enfin genre, vraiment pas ton truc. On va mettre ça de côté, OK ? J’suis pas la bonne personne pour t’aider.

    Il aurait voulu l’être, sincèrement. Mais plus encore, il ne voulait pas blesser Korain, il ne le méritait pas. Si ses méthodes n’étaient pas bonnes pour lui, alors il valait probablement mieux laisser tomber. Eidan Lewis, laisser tomber ? Oui, quand il paniquait. Oui, tant qu’il ne savait pas faire autrement. Et il ne sait pas faire autrement. Il posa une main sur son épaule.

    Viens avec moi. J’dois aller chercher un truc dans mon bungalow, puis on ira, euh, vers le lac, ça te va ?

    Il avait vraiment besoin d’aller chercher des dragibus. Ça lui arrivait quand il était stressé, ça.


    Combat en #9999cc

    Kim Korain
    Pensionnaire

    Kim Korain

    En bref

    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 321
    Messages : 53

    En détails
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal:




    Les rêves sont souvent indéchiffrables

    Tu en es un bon exemple enfant de Morphée


    "Viens avec moi. J’dois aller chercher un truc dans mon bungalow, puis on ira, euh, vers le lac, ça te va ?"

    Korain se sentait tellement fatigué. Ce n'était pas une blague à chaque fois qu'il disait que les confrontations l'épuisaient. Il reconnu vaguement qu'Eidan avait admis avoir fauté et une part de lui s'en réjouis. N'y voyait pas la un plaisir mesquin c'est juste que, premièrement, de toutes les précédentes discussions et autres conversations impliquant le brun, Korain ne l'avait jamais entendu admettre avoir tord. En plus, cela voulait dire qu'il n'avait pas eu envie de blesser le blond et qu'il se sentait mal et ça, ça rassura Korain.

    Il se laissa guidé par Eidan, le suivant de près presque en pilote automatique. En fait il était clairement en mode off, ses yeux voyaient Eidan marcher devant lui alors ses pieds se calaient à la cadence de marche du brun pour le suivre.
    Il marchait vite. Korain se dit qu'il devait être pressé ou stressé ou peut être les deux. Korain lui, était juste fatigué. Il se sentait bizarre, comme si son crâne était rempli de coton. Ses sourcils étaient froncés mais il avait du mal à se rappeler pourquoi, il savait aussi qu'il était en colère et meurtri mais les raisons commençaient à lui échapper.
    C'était la même rengaine après chaque altercations, il était fatigué et son cerveau oubliait pourquoi il était en colère. Un moyen d'auto-défense qui s'était mis en place dès son plus jeune âge. Sa mère lui avait toujours appris à résister à l'appel de la violence et de la haine et pour ça elle lui disait "celui qui attend que le feu s'éteigne à plus de chance de causer un incendie que celui qui prend soin de l'éteindre", Korain avait très vite compris ce qui était caché derrière ces mots, ainsi dès qu'il sentait les flammes de la colère lui léchait le coeur, il s'empressait de l'étouffer pour éviter de brûler de l'intérieur. Alors Korain oubliait et des paillettes brillaient à nouveaux dans ses yeux.

    Il s'aperçut rapidement qu'ils étaient arrivés au niveau des bungalows et il n'avait toujours pas dit un mot à Eidan. En même temps que pouvait-il lui dire? Il ne savait plus pourquoi la tension entre eux existait, il se voyait donc mal lui parler de la pluie et du beau temps - surtout du beau temps d'ailleurs, Korain n'aime que ça - Eidan ne comprendrait certainement pas.

    Korain s'appuya contre la porte du bungalow quand le brun les fit rentrer et observa l'intérieur de la cabine de Morphée. Elle différait beaucoup de la sienne, déjà elle était beaucoup moins dorée. L'organisation était semblable mais la déco et l'atmosphère étaient tellement différentes de ce à quoi il avait l'habitude. La lumière était douce, tout avait l'air confortable et semblait inviter à faire de doux rêves, rien à voir avec l'agressivité de la lumière au bungalow d'Apollon. Les paillettes c'est chouette mais trop ça fait mal à la tête surtout quand elles squattent le dessous des paupières.  

    "Les enfants de Morphée vivent vraiment dans un rêve" murmura-t-il dans un souffle. Sa voix ne dépassa même pas le seuil de la porte. Il se sentait encore plus fatigué qu'avant, c'était certainement dû à l'ambiance cosy du bungalow. "Dépêche toi Eidan Lewis où je risque de rester là."

    Eidan Lewis
    Pensionnaire

    Eidan Lewis

    En bref

    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Morphée
    Points de puissance : 279
    Messages : 132

    En détails
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Combativité trop importante




    Hm, un dragibus ?

    A l'aide


    Korain se laissa faire. Il ne disait absolument rien du tout, et Eidan aurait presque préféré qu’il lui hurle dessus, qu’il le repousse. Au moins il aurait su gérer la situation. Là, il ne savait juste pas ce que le blond avait réellement dans le crâne, et même s’il avait l’habitude avec lui, il avait horreur de ça. Si ça se trouve il avait dans le crâne un gros « Ptn Lewis lâche-moi je te déteste ! » écrit en néons rouges. Eidan n’en savait rien. Il détestait ne pas savoir. Pour la plupart des gens, il s’en fichait de leur avis et de leur opinion ; pas avec ses amis, ses vrais amis.

    C’est uniquement lorsqu’il ouvrit la porte de son bungalow d’un coup de pied -toujours dans l’abus Eidan Lewis- qu’il daigna s'éloigner de Korain, pour se diriger d’un bon pas vers son coin, son lit qu’il faisait vraiment à la va-vite, avec probablement un caleçon coincé quelque part dans les draps. Il farfouilla dans ses affaires, à la recherche de ces fichues sucreries bleues. Personne n’avait encore parlé, et le silence commençait à peser sur ses épaules. Eidan n’aimait pas le silence, il trouvait ça triste et oppressant. Le bungalow était vide à part eux, le silence n’en était que plus gênant.

    Il se retourna en entendant Korain marmonner quelques mots. Il n’avait pas entendu ce qu’il avait dit au début, en revanche, plus attentif, il entendit bien sa demande à aller plus vite. Il se pinça les lèvres, avant de tenter un trait d’humour :

    Mon bungalow te plait tant que ça ? J’t’invite quand tu veux !

    Et il repartit à la recherche des dragibus. Il sortit un paquet  classique avec toutes les couleurs, grogna vaguement, avant de finalement trouver son paquet de 1kg uniquement de dragibus bleus. Il lança le paquet multicolore à Korain en espérant qu’il l’attrape au vol, avant de revenir d’un bon pas vers la sortie.

    J’te ferai faire le tour du propriétaire une autre fois, promit-il.

    Puis il sortit, direction le lac. Il vérifiait de temps à autre que Korain le suivait.

    Il ne s’arrêta que lorsque l’étendue d’eau prit la place de la pelouse quelques mètres devant ses pieds. L’adolescent se laissa tomber sur le sol, fixant quelques instants les reflets d’or de l’astre solaire sur l’eau, avant de rejeter la tête vers Korain.

    Sers-toi si tu veux.

    Il pointa du doigt le sachet de bonbons qu’il lui avait lancé plus tôt.

    Il ne savait pas quoi dire d’autre, maintenant qu’ils étaient posés ailleurs, en terrain neutre.


    Combat en #9999cc

    Kim Korain
    Pensionnaire

    Kim Korain

    En bref

    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 321
    Messages : 53

    En détails
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal:




    Il commence à se faire tard

    Pourquoi j'ai des dragibus dans les bras?


    Lorsque Korain sortit - encore une fois - de sa torpeur il était assis au bord du lac, Eidan assis à une distance sécurisante de lui, et un paquet de dragibus dans les mains. Évidemment la première pensée qui le saisit fut : Heol je me téléporte !!!!
    Bien sûr il savait que ce n'était pas vrai mais bon, un homme peut rêver non?

    "Sers toi si tu veux"

    Légèrement confus, Korain se tourna vers son interlocuteur qui pointait du doigt le paquet de bonbon sagement installé sur les genoux du blond. Ce dernier souleva le paquet. Force était de constater qu'il était fermé, in-entamé, vierge de toute main dégoutante humaine. Un conflit intérieur s'installa chez Korain. D'abord, il se dit : je peux l'ouvrir, Eidan me l'a offert et m'a en plus donné l'autorisation de manger. Il passa très rapidement sur l'offre d'ailleurs, même si savoir que le paquet était un """cadeau""" du brun allumait une petite lumière agréable dans une partie très secrète de son coeur. Mais Korain n'osait pas l'ouvrir. Par peur de quoi ? Nul ne le saura.
    Il avait les doigts refermés sur le haut du paquet, hésitant à tirer sur le plastique.

    "Merci."

    Décidément ses cordes vocales s'étaient abonnées à murmure and co puisqu'aucun autre type de son ne semblait pouvoir provenir de son bien aimé larynx. Ça risquait de poser problème parce que Seventeen venait de faire un comeback et il avait besoin de le chanter à tue-tête pendant ses corvées de ménage.

    Après ça Korain fit plusieurs tentative de discussion. Un silence s'était posé sur le duo comme la rosée du matin. Frais et agréable mais on a quand même envie de s'en débarrasser vite. Et la plupart du temps c'est le levée du soleil et ses doux rayons qui s'en débarrassent ; mais apparemment le soleil - représenté ici par Korain on l'aura compris - a du mal à se débattre dans le brouillard qu'est son cerveau. En plus de ça le vrai soleil - représenté ici par le papa de Korain ça aussi on le sait - avait déjà entamé sa phase descendante ce qui n'aidait pas le blond à s'en démêler.
    Inconsciemment il serra le paquet de bonbons contre sa poitrine. Il avait les paupières lourdes Korain, trop lourdes peut être.

    Un long moment passa et aucun mots ne venait à l'esprit du blond pour essayer de chasser le lourd silence. Il voulait assurer à Eidan qu'il ne lui en voulait pas, que de toute façon il n'était pas rancunier - en même temps il ne se rappelle de rien il n'allait pas courir après une vengeance stupidement - et qu'il appréciait ses efforts. Le langage est si compliqué surtout quand on en a plusieurs. Alors Korain fit la seule chose qu'il savait faire dans ses moments là et il entama une prière dans sa langue maternelle. Personne ici ne parlait suffisamment bien coréen pour savoir que Korain chantait en transformant les paroles afin qu'ils transmettent ce qu'il voulait dire au brun. Eidan non plus ne le saurait pas d'ailleurs ce qui est bête puisqu'il devrait entendre ce que le blond avait à lui dire, rien que pour être rassuré.
    Il chanta un long moment, sentant que chaque syllabe devenait plus muette, plus complexe à faire franchir la barrière de ses lèvres. Il finit par être presque inaudible.
    Il sentit son corps basculer sur le côté puis plus rien.

    La dernière chose qu'on entendit après cela fut le bruit d'un paquet de dragibus qui glisse le long d'un estomac pour finir sur le sol.

    Eidan Lewis
    Pensionnaire

    Eidan Lewis

    En bref

    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Morphée
    Points de puissance : 279
    Messages : 132

    En détails
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Combativité trop importante




    Je t'envoie le Soleil

    Enfin même si quelque part tu l'es déjà


    Le silence était lourd, encore. Eidan était mal à l’aise, il ne savait pas trop où se mettre. S’il était plutôt bavard d’ordinaire, là il restait muet. C’était ridicule quand même. Faire tout un plat de cette histoire. Eidan le sentait bien, pourtant il ne savait sincèrement pas comme rattraper le coup. Qu’est-ce qu’on est censé faire, quand on n’a plus de mots pour exprimer se qu’il se passe au plus profond de soi ? Peut-être qu’il ne fallait plus essayer de parler, justement. Arrêter de forcer. Ça ne marcherait pas, de toute façon. Korain et Eidan ne peuvent pas être forcés à quoique ce soit, cela ne leur correspondait pas, ça ne leur avait jamais correspondu.

    Il inclina légèrement la tête lorsque Korain se mit à chanter. Il ne comprenait pas un traître mot de ce qu’il racontait, comme souvent. Il avait une voix douce, Korain. Beaucoup de choses peuvent passer par la voix. S’il ne comprenait pas ce qu’il disait, Eidan ressentait que ce n’était pas de la colère qu’il exprimait. Il ne savait pas exactement ce que c’était, mais ce n’était pas de la colère ou de la rancœur.

    Il sentit ses épaules et ses abdominaux se décontracter. Il resta là, silencieux, attentif, à écouter son ami, le regard perdu dans l’observation des reflets du soleil sur l’eau. Il se rendit à peine compte que la voix de Korain faiblissait, paradoxalement il s’y accrochait trop pour s’en rendre compte.

    Ce ne fut que lorsque la tête du blond s’affala sur son épaule que le fils de Morphée sursauta et sortit de sa torpeur.

    Korain ? appela-t-il.

    Il posa les yeux sur le fils du soleil ; instantanément il eut un flash noir devant les yeux et un silence assourdissant lui emplit les oreilles. Ça ne dura que quelques secondes, avant que la vue et l’ouïe ne reviennent à lui.

    Pendant quelques instants, il paniqua. Est-ce que Korain avait perdu connaissance ? Il regarda autour d’eux. Il n’avait pas l’impression qu’il y ait quoi que ce soit qui puisse causer un évanouissement soudain.

    Korain ? appela-t-il à nouveau, inquiet.

    Puis il se rappela le flash noir. Il était si familier qu’il n’y avait pas fait attention. Il ne l’aurait pas eu si ça avait été une perte de connaissance. C’était simplement du sommeil, un sommeil sans rêves, sans sons et sans images, noir et sourd. Il n’y a pas ou peu de rêves dans les premières phases du sommeil, Eidan avait l’habitude maintenant.

    S’il était rassuré, il fut intrigué. C’était peu courant de s’endormir comme ça, de manière aussi soudaine, dans un lieu et une situation aussi inhabituelle. Il se déplaça très légèrement sur le côté afin que Korain ne se retrouve pas avec un torticolis à son réveil. Non, il ne comptait pas spécialement le réveiller. Vous ne savez pas à quel point c’est dangereux de réveiller quelqu’un. Il l’avait fait plusieurs fois, et en général ses frères et sœurs n’appréciaient pas trop. Peut-être un gène issu de Morphée, qui sait.

    Il croqua dans un dragibus bleu. Le vide dans la tête de Korain le titillait. Il ne voulait pas s’immiscer dans sa tête, c’était mal. Depuis quand Eidan Lewis s’en préoccupait-il ? Il ne voulait pas imposer sa présence. Pourtant, le flash noir l’appelait. Les écrans noirs du sommeil sans rêves l’appelaient toujours. Il voulait y mettre des couleurs, des sons, des lumières. La plume suspendue à son oreille gauche lui chatouillait la nuque.

    Il inspira. Le soleil descendait vers l’horizon.

    Le soleil.

    Doucement, son énergie s’immisça derrière les paupières closes de Korain. Se déploya lentement dans son cerveau.

    Fils de Morphée, dieu des rêves, il était incapable de lutter contre cet appel.

    Il envoya, presque inconsciemment, des images et des sensations douces à son ami. La sensation du soleil sur la peau. Des paysages. La plupart, ceux qu’il avait vus en photo, dans des émissions à la télé. Des endroits où il rêvait d’aller, quelque part. Des endroits où il n’irait probablement jamais, car risquerait de se faire tuer à tout instant. La sensation d’être chez soi. Le vent dans les cheveux. Une odeur de crêpes. Et encore et encore pleins de choses, qui pour Eidan étaient douces, rassurantes, le faisait se sentir bien.

    Quelque part, il voulait les offrir à Korain. Surtout après la mésaventure de l’après-midi.


    Combat en #9999cc

    Kim Korain
    Pensionnaire

    Kim Korain

    En bref

    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Apollon
    Points de puissance : 321
    Messages : 53

    En détails
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal:




    J'aime pas dormir

    d'habitude...?


    Les nuits sont toujours très noires pour le fils du Soleil. Chaque fois que ses paupières se ferment, tout s'assombri. Le temps même ralentit si bien que la nuit semble durer des jours.
    Korain ne rêve pas et il n'avait jamais rêvé. Enfin en tout cas à chaque réveil il ne se rappelait de rien, juste de s'être endormi dans le noir et réveillé par les premiers rayons du Soleil venant illuminer ses pensées sombres.

    Je vous laisse imaginez la surprise quand derrière ses paupières closes par la fatigue accumulée, des images sont venues danser. Il était trop endormi pour pouvoir se réveiller d'un bon, mais ne l'était pas assez pour sombrer dans un sommeil profond. Il était juste là, entre deux eaux, à moitié conscient à regarder le film d'images défiler devant ses yeux.
    Son cerveau engourdi par la fatigue ne comprenait pas ce qu'il se passait. Les images allaient trop vites pour qu'il puisse toutes les suivre et aucune ne résonnait dans son âme. Les paysages qui s'étendaient lui étaient inconnus, des lieux secrets qui changeaient avant qu'il ne puisse en saisir toute l'essence. C'était une sensation nouvelle et il ne savait pas encore si elle lui plaisait entièrement.

    Le sommeil l'appelait. Il fallait qu'il dorme, il était trop épuisé. Alors pourquoi, pourquoi se forçait-il a rester dans  cette phase de sommeil étrange dans laquelle il ne dormait pas vraiment ? Quelque chose le retenait, piquait sa curiosité et il s'obligeait à contempler les images.

    Une vague de chaleur l'envahit. Il se sentait bien, presque comme lorsqu'il était assis sur son balcon à Chinatown, étreint par les bras réconfortant
    de sa mère. Une chaleur bienveillante, d'un rayon de soleil qui te caresses le visage. Si doux, si agréable si... Artificiel? Korain n'était pas à Chinatown, même si la forte odeur de crêpe qu'on enduit de miel pourrait l'y tromper. Il n'était pas dans les bras de sa mère, assis sur son balcon, la brise lui effleurant le visage. Quelque chose était différent. Les sensations lui paraissait identiques mais comme vécues par un autre. L'image de sa mère vacilla, sur sa silhouette menue, le mirage d'une femme, plus petite aux cheveux plus courts, vint se superposer comme un écho. La suite du panorama se muait, les émotions qu'il percevait divergeaient de plus en plus des siennes.

    Et puis il y eu cette aura. Une présence scintillante et familière qui apparu au milieu de toutes ses informations mystérieuses. Il voulu s'avancer vers elle mais...

    Un petit grognement quitta sa gorge, suivi d'une vive douleur à la mâchoire. Certainement s'était-il endormi dans une mauvaise position. Il tenta de se réinstaller contre l'oreiller en vain. En fait, il n'y avait pas d'oreiller. Juste un quelque chose de clairement solide mais tellement confortable - en même temps il aurait trouvé une bûche confortable dans cet état alors je sais pas trop si c'est un compliment - dont il ne su définir la nature. Il refusait d'ouvrir les yeux, il refusait d'admettre que c'était trop tard. Il voulait retourner dans ce monde étrangement doux et surtout il voulait comprendre à qui appartenait ces images et ces sensations. Il n'était pas si bête, il avait bien fini par reconnaitre que ce n'était pas ses propres pensées.

    Une étrange sensation d'intrusion le pris soudain. Ces, comment pourrait-il les appeler, ces rêveries ? Elles appartenaient à quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui n'avait peut être pas envie qu'une autre personne vienne fouiller dans sa tête. Quelqu'un qui... Quelqu'un qui serait capable de se projeter dans l'esprit des autres ?? Quelle genre d'être pouvait-ce bien être.

    Il grogna encore et roula doucement pour appuyer l'arrière de sa tête contre son support.

    "Tu es vraiment une personne étrange Eidan Lewis."

    Eidan Lewis
    Pensionnaire

    Eidan Lewis

    En bref

    Présentation : www
    Journal intime : www
    Parent divin : Morphée
    Points de puissance : 279
    Messages : 132

    En détails
    Pouvoirs:
    Inventaire:
    Défaut fatal: Combativité trop importante




    T'as pas faim sinon ?

    Pck moi oui


    C’était si naturel, de créer des rêves. Si apaisant, quelque part. Eidan ne contrôlait plus trop ce qu’il envoyait à Korain. Il se perdait dans ses propres pensées, regardant le soleil se coucher. Il avait presque oublié qu’il était en train de créer des images dans la tête de Korain.

    Il fut donc surpris lorsqu’il ressentit une sensation de blocage au creux de son estomac. Le réveil. Pas un des moments qu’il préférait. Il sentit son énergie se dissiper dans la brise tandis que le lien avec Korain se brisait. Depuis combien de temps créait-il ces images ? Il se sentit épuisé.

    Il battit des paupières. S’il savait d’expérience que son ami ne dormait plus, il n’avait pas bougé pour autant. Eidan était un peu confus. Qu’est-ce qu’il venait de faire, là ? C’était beaucoup trop étrange. Qui est-ce qui lui disait que Korain aimait les crêpes, en plus ?

    Le fils du Soleil se décala à son côté, avant de lui murmurer qu’il était une personne bien étrange. Le brun ne dit rien pendant quelques secondes. Il ne savait pas trop ce que pensait Korain. S’il s’agissait d’un reproche ou non. Son geste n’avait réellement rien de mesquin. Ce n’est pas pour autant que c’était bien. Un faible soupire franchit ses lèvres et ses épaules s’affaissèrent légèrement.

    Ouais. Euh, désolé. J’espère que je t’ai pas réveillé.

    Bien sûr que non mon gars, tu viens de lui envoyer des images, et des sensations, alors que c’est pas du tout la bonne phase de sommeil pour ça, et t’espères pas l’avoir réveillé ? Du foutage de gueule. Mais bon, il était sincère.

    Et puis toi aussi t’es étrange, quelle idée que de s’endormir là là. A côté d’un fils de Morphée en plus, tu te rends pas compte c’est de la provoc’.

    Tu viens de t’avouer coupable mon gars. Oupsi.

    Il ne savait pas trop si ce moment était gênant ou non. Il resta là sans bouger encore quelques minutes.

    Soudainement, un grondement sourd s’échappa de son estomac, ce malgré tous les dragibus qu’il avait bouffés. Eidan était très probablement un estomac sur pattes.

    Ça va bientôt être l’heure du repas, fit-il de manière absolument innocente et non intéressée. On bouge ? Sauf si tu préfères passer ta nuit là. Mais j’t’avouerais que j’ai plus de sang dans l’épaule.

    Il pencha la tête vers Korain en tournant les yeux vers son visage.



    Combat en #9999cc

    Contenu sponsorisé

    En bref


    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum